Partagez | 
 

 Trop de confiance tue la confiance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Trop de confiance tue la confiance   Mar 25 Nov - 23:35

Trop de confiance tue la confiance


Edgar les regarda s’en aller les uns après les autres. Ils avaient tous ce même air satisfait, soumis, au visage, comme s’il était au rennes d’un monde en parfaite santé. Chacun des regards qu’ils lui lançaient avaient l’air de le remercier, et à chacun d’entre eux, le roi répondait par un regard rassurant, et tout le monde était content. Il n’en fallait pas beaucoup pour les berner tous. Chaque réunion se déroulait de la même manière que celle qui l’avait précédé, il n’avait qu’à prononcer deux-trois mots pour que les craintes s’évaporent et que les esprits soient rassurés. Au final, il n’y avait que lui pour avoir des craintes et de doutes. Lui et Anthony, qui sait, puisqu’ils étaient à peu près les seuls à être au courant de ce qui se passait en ce moment.

Quand tous avaient l’air confiants et rassurés, et l’étaient pour de vrai, Edgar, lui, était plutôt soucieux, même s’il faisait tout pour ne pas le montrer. Il savait que les prisonniers de l’île étaient parvenus à s’échapper, il ne faisait donc pas l’ombre d’un doute qu’ils étaient de retour à Féerie. L’ennui, c’était qu’ils étaient trop nombreux, que l’île n’était plus le moyen sûr de cacher ses méfaits, et que, d’une manière ou d’une autre, la vérité allait bien finir par éclater. Edgar était d’ailleurs plutôt surpris que, pour l’instant, il n’y ait pas du tout eu la moindre retombée. Il aurait presque préféré que l’information éclate, que Féerie s’agite, et qu’il ait maintenant à rassurer son peuple plutôt que d’être là, à sa place, impuissant, à attendre le moment où ils frapperaient. Où IL frapperait, plutôt.

Voilà un bon moment qu’Edgar n’avait pas senti la nécessité d’avoir la moindre pensée pour Nathaniel, et plus le temps passait, plus il ressemblait à un souvenir très diffus (il n’était même pas sûr qu’il le reconnaitrait s’il le revoyait). Il pensait à juste titre qu’il n’aurait plus jamais rien à avoir à faire avec lui, de toute façon. Sauf que maintenant qu’il savait que TOUT les prisonniers s’étaient échappés, Nathaniel était celui qu’il craignait le plus. Mais ça n’expliquait pas pourquoi il n’avait toujours pas agi, sois dit en passant. Edgar, oui, s’était vraiment attendu à une révolte franche et massive, et au lieu de ça, il ne se passait rien. Ce calme, qui précédait à coup sûr une tempête qu’il pourrait très difficilement maitriser ne lui plaisait pas. Mais lui, il ne pouvait rien faire pour l’instant. Il était hors de question d’alarmer qui que ce soit. Pas de crainte dans son royaume à lui. En gros, il était bloqué, vulnérable, une position à laquelle il n’était plus vraiment habitué et qui lui déplaisait complètement.

La réunion était finie. Comme d’habitude, ça c’était bien passé, puisqu’Edgar avait réussi à les baratiner ce qu’il fallait, il n’était pas franchement convaincu que la prochaine réunion se passerait aussi bien. Mais ça, va savoir, il ne pouvait rien savoir du tout. C’était frustrant. Si ça se trouve, il ne se passerait rien (il n’y croyait pas), ou bien les choses iraient en empirant (c’était beaucoup plus probable). Quand la dernière personne eut quitté la pièce, et qu’il ne resta que le roi et son serviteur, Edgar s’affala sur sa chaise. Il était usé par le poids de ces préoccupations dont il ne fallait SURTOUT pas parler.

"Ferme la porte et apporte-moi à boire. "
ordonna-il à Anthony sans le regarder, trop occupé à fixer un point invisible en face de lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 757
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Mer 10 Déc - 17:55

Edgar & Anthony
Trop de confiance tue la confiance
Le calme avant la tempête, c’était ce qui était exactement en train de se produire. Anthony observait le regard baissé les différents invités de cette réunion que son seigneur dirigeait. Il n’y avait rien de particulier à raconter, il n’y avait « aucun » souci dans le royaume. Officiellement c’était le cas en effet, la libération des prisonniers de l’île des soupirs n’avait encore fait aucune vague. Pour le moment, Anthony était bien placé pour savoir que les choses se préparaient doucement dans l’ombre. Son regard se porta sur Edgar, son vieil ami. Il ne le montrait pas, mais l’homme savait que son seigneur était angoissé par la disparition de Nathaniel. Il y avait de quoi après tout, il était bien placé pour se douter que l’ancien prisonnier allait essayer de se venger. Pour l’instant, il n’y avait rien, mais cela allait sans aucun doute arriver bientôt. Edgar le savait et Anthony connaissait assez l’homme pour savoir qu’il s’inquiétait. Cependant, lors de ce genre de réunion, il ne montrait rien. Il avait toujours eu l’art de manipuler son monde, son serviteur avait mis un moment avant de réellement s’en rendre compte. Quand les invités de la réunion commencèrent à se lever, Anthony s’écarta pour les laisser sortir. Il adressa parfois un signe de la tête, en signe de respect. C’était sa spécialité, se rabaisser devant les autres. Comme il faisait constamment avec Edgar, avec qui il avait été un jour ami. Il était difficile de s’en rendre compte à présent, Anthony était juste le serviteur parfait. D’ailleurs, quand le maître appelait, le chien répondait rapidement à l’appel. Il sursauta en entendant Edgar lui demander de fermer la porte et de lui apporter à boire.

« Bien sûr seigneur ! »

Répondit-il rapidement, faisant même une révérence, le corps tout tremblant. Par chance, il était comme cela depuis des années, ça n’avait pas changé depuis sa trahison. Parce que le gentil serviteur loyal à son maître ne l’était pas tant que cela au final. Anthony n’avait pas cru être capable de défier à ce point l’autorité d’Edgar avant, mais il avait fini par complètement se ranger du côté de Nathaniel. Les choses avaient fait qu’il avait pris cette décision, même s’il avait clairement peur des conséquences. Le roi ne devait jamais apprendre ce qu’il faisait, sinon c’était terminé pour lui. Anthony ferma rapidement la porte avant de s’approcher de la commode à côté de l’entrer et de préparer un verre pour son roi. Il fit tous cela sans lever le regard vers Edgar, cela ne servait à rien. Quelques secondes ensuite, le roi avait devant lui un petit plateau avec de quoi boire. Anthony recula d’un pas, observant sa majesté en silence. Il avait bien envie de tenter de dire quelque chose, mais il n’osait pas réellement le faire. Il avait peur de recevoir les foudres de son vieil ami, ce qui ne changeait pas de d’habitude. Et puis finalement, il prit son courage à deux mains (il en avait un peu quand même).

« Vous me semblez bien soucieux majesté. »

Il était difficile, en voyant une scène comme cela, que les deux hommes puissent avoir été amis un jour. Et pourtant, c’était le cas.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Sam 3 Jan - 22:53

Trop de confiance tue la confiance

Edgar regarda Anthony s'affairer à répondre à sa demande. Brave Anthony, capable d'une soumission peu commune, dont le roi de Féerie s'était déjà plus que servi au cours de ses dix-huit années de carrière. Un plateau avec de quoi se désaltérer lui fut apporté. Avalant une gorgée d'eau, son regard se perdit ensuite dans le décor de cette salle rendue plus immense encore par l'absence de tous ces seigneurs satisfaits qui ne comprenaient rien, ne savaient rien du mensonge dans lequel ils se laissaient transporter avec une docilité proche de la naïveté et de l'inconscience. Les seuls à vraiment tout savoir étaient dans cette pièce. Et en pleine nature... Edgar ne comprenait pas. Il avait mis tellement de temps et d'efforts à faire en sorte que tout le monde se complaise à vivre dans sa cage doré. Il ne pensait pas qu'il y avait une faille, qu'il y avait même plus de failles que ce qu'il pensait. Perdu dans ses nombreuses pensées, et ne remarquant presque plus la présence de son "serviteur", il fut assez surpris quand Anthony s'autorisa à reprendre la parole. Edgar avait cru, un moment, que leurs appréhensions mutuelles, et qu'ils savaient très bien qu'ils partageaient tous les deux, ils les garderaient pour eux, mais non. En posant sa question, Anthony venait d'ouvrir la boîte de Pandore. Bien sûr qu'il était soucieux. Et ils savaient tous les deux pourquoi.

Oui, Edgar s'inquiétait, et il fallait qu'il prenne des mesures. Il n'allait pas laisser ce fou dangereux (enfin il supposait qu'il l'était) rôder dans la nature sans rien y faire, si quelqu'un était capable de tout écrouler, c'était lui. Mais prendre des mesures, ce n'était pas évident malgré tout. Il avait bien demandé à ses gardes de lui amener toute personne susceptible de lui ressembler, mais il n'avait aucune idée de ce à quoi il ressemblait, aujourd'hui. En une vingtaine d'années, on change beaucoup, c'est forcé, et quand en plus, on avait passé ces années en prison... Alors quel signalement donner, ça...
Dans ses moments d'optimisme naïf, Edgar espérait qu'il se faisait de fausses idées au sujet de Nathaniel. Emma lui avait parlé de l'île et de ses pensionnaires, cet endroit vous détruit en moins de deux, Nathaniel était celui qui y était resté le plus longtemps, comment avait-il survécu à l'épreuve? ça tenait du miracle. Non, non, il ne croyait pas vraiment à tout ce qu'il pensait, mais il se trouvait assez impuissant. Pour quelqu'un qui avait passé tant de temps à tout contrôler, c'était un supplice de ne rien gérer et d'être aussi vulnérable.

Edgar fixa Anthony quelques secondes sans rien répondre. Il ne s'était pas attendu à ce que ce soit lui qui ouvre le sujet. Généralement, il se contentait d'être silencieux et il n'agissait pas. Il lui laissait le soin de le faire. Mais cette conversation était inévitable, Anthony partageait FORCEMENT ses inquiétudes, ils le connaissaient assez pour savoir qu'il ne fallait pas le sous-estimer.


"Je ne suis pas soucieux... Je n'ai pas de raisons de l'être, tout est sous contrôle."

À qui est-ce qu'il voulait faire croire ça ? En tout cas il ne le ferait pas croire à Anthony. Ce dernier était très faible, mais il n'était pas idiot pour autant, il ne pouvait pas croire à toutes les salades qu'il servait généralement à tout le monde. Les phrases bateau de ce genre, il ne pouvait pas y croire, et elles sonnaient étrangement beaucoup plus faux quand il ne les prononçait qu'en sa présence.


"Ils n'ont toujours pas retrouvé sa trace..."


Voilà, il abordait le sujet pour de bon, cette fois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 757
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Lun 19 Jan - 22:56

Edgar & Anthony
Trop de confiance tue la confiance
Anthony était le serviteur parfait, celui qui répondait toujours présent quand son maître l’appelait. Il y avait une raison dans la servitude totale de l’homme envers son ancien ami, une raison qui expliquait son attitude. Mais cette raison ne semblait plus suffire à empêcher l’homme de commettre une trahison. Quand il avait vu Eleonore perdre son identité, quand il avait découvert qu’elle avait été proche de Nathaniel en prison, il n’avait pas pu faire autrement que tenter de réparer ses erreurs. Il s’était trompé dans le passé, il avait fait de mauvais choix, mais il était en train de réparer les choses. Du moins, c’était ce qu’il espérait faire en décida de suivre le mouvement de la rébellion, dans le dos de son maitre. En temps normal, Anthony n’était pas le genre de personne à mentionner les soucis comme cela, à haute voix. Sauf qu’aujourd’hui c’était différent, le serviteur avait envie de parler de la situation avec son maître. C’était une manière comme une autre de glaner quelques informations sur la situation. Cela allait permettre éventuellement à la rébellion d’obtenir quelques avantages supplémentaires, même s’ils en avaient déjà énormément. Il fallait être honnête, Edgar se trouvait dans une situation plus que fâcheuse. Il voyait son monde s’écrouler, il voyait tous ce qu’il avait mis en place ces dernières dix-huit années disparaitre. Et il n’était pas aisé de retrouver les rebelles. Les gardes pourraient n’avoir aucun mal à reconnaitre Eleonore, ils n’avaient qu’à chercher la princesse en plus défraichie, mais Nathaniel restait un mystère pour beaucoup.

Edgar ne pouvait pas duper entièrement son serviteur, Anthony le connaissait assez pour savoir qu’il était inquiet de la situation. Tout était sous contrôle ? Bien sûr que non, le serviteur était le dernier capable d’avaler ces salades. Il était naïf, il l’avait été énormément pendant cette période où il accordait encore son amitié à Edgar et Nathaniel, mais il n’était pas non plus complètement idiot. Anthony voyait bien que son maître était soucieux de la situation, qu’il n’était pas indifférent à la disparition de Nathaniel de la prison. Il ne dit rien cependant, se contentant d’observer son maître. Et finalement, Edgar reprit la parole. Anthony baissa un instant son regard vers le sol, en signe de soumission comme bien souvent. Le sujet délicat était semble-t-il abordé, il n’y avait plus qu’à enchaîner.


« Malheureusement non… » Dit-il la voix légèrement tremblante. Il ne pouvait pas cacher son inquiétude concernant le fait que les gardes n’avaient pas trouvé l’homme en question, qu’ils n’avaient aucune piste. Même si bien sûr, le serviteur n’avait aucune envie que les hommes de son maître arrivent à leurs fins. « Mais ils continuent activement de le chercher. »

C’était son rôle de tenter de rassurer le roi de Féerie, même s’il était loin d’être le mieux placé quand on avait connaissance de sa traitrise. Sauf que maintenant, quand il se trouvait en présence d’Edgar, Anthony n’avait pas d’autre choix que de jouer la comédie à longueur de temps. En réalité, il n’avait pour l’instant prononcé aucun mensonge et il espérait bien que cela allait continuer.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Lun 9 Fév - 1:25

Trop de confiance tue la confiance

Il avait voulu cette situation. Et il ne la changerait pour rien au monde, mais quand même, ne pas avoir quelqu'un avec qui parler sur un pied d'égalité de cette situation qui le perturbait bien plus que ce qu'il daignait admettre, ça l'agaçait. Il était bien obligé de reconnaître que si certaines choses avaient été faites différemment, sa conversation avec Anthony à l'heure actuelle serait de nature différente. Il y aurait moins de non-dits, en tous cas, moins de... tension. La hiérarchie qui avait été instaurée entre eux obligeait Anthony à parler moins librement qu'il l'aurait fait autrement. Et pourtant, s'il y avait quelqu'un qui, à l'heure actuelle, pouvait parfaitement comprendre ce qu'il ressentait, c'était bien son serviteur. Il était le seul à savoir ce que le fugitif en particulier aux trousses duquel il avait mis tant de gardes avait de si spécial, et surtout, quel rôle ils avaient pu jouer dans les vies l'un de l'autre, un rôle suffisamment important et sombre pour que le roi ait matière à profondément s'inquiéter. Et pour s'inquiéter, il s'inquiétait, il ne faisait pas semblant. Il arrivait à tromper son monde et à garder l'air serein, mais ça devenait tout de suite plus compliqué, quand il se retrouvait seul en présence de la seule personne qu'il était bien incapable de duper. Toujours aucune trace de lui. Anthony ne faisait que lui confirmer ce qu'il savait déjà. Si ça se trouve, Nathaniel était en train de crever la gueule ouverte, avalé tout cru par l'un des loups qui rôdaient dans la forêt. Bon débarras ! Sauf qu'Edgar n'arrivait pas à croire à cette théorie. Nathaniel était plus redoutable que le plus redoutable des loups, c'est certain. S'il n'avait pas changé... La prison devait forcément l'avoir changé... Mais le roi n'imaginait pas qu'il puisse avoir changé autrement qu'en pire, au final.

"Je le sais déjà, ça."
répliqua-t-il d'un ton froid agacé quand Anthony fit remarquer que les gardes recherchaient toujours activement Nathaniel. Oui, bien sûr qu'il était au courant ! Et encore heureux, que les gardes faisaient leur boulot ! D'accord, d'accord, Anthony jouait seulement son rôle et son rôle était de le rassurer, quelque père. Mais il se sentait acculé, en danger. Alors forcément, ça le rendait un peu agressif. Il était juste complètement sur les nerfs. "Des semaines que ça dure... "ajouta-t-il si bas qu'on ne pouvait pas trop savoir s'il se parlait à lui-même ou s'adressait à Anthony. "Des semaines, et pas la moindre trace... Je suis sûr qu'il est encore en vie. S'il ne s'est pas encore présenté à nous, c'est qu'il a un autre plan en tête." Et l'ennui, avec quelqu'un comme Nathaniel, c'est qu'il était si imprévisible qu'il était difficile de savoir à l'avance de quelle manière il allait procéder. S'il le savait lui-même. Et c'était donc quand même un minuscule avantage. "Il va commettre un erreur. Il va forcément en commettre une."

Il fallait l'espérer en tous cas. S'il ne se raccrochait pas à cette éventualité, à quoi se raccrocher ? Il n'avait que ça pour se rassurer et s'accrocher fermement à son trône, alors qu'il sentait bien qu'il était menacé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 757
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Mar 3 Mar - 22:16

Edgar & Anthony
Trop de confiance tue la confiance
Autrefois, Edgar et Anthony pouvaient discuter d’égal à égal (du moins environ). Mais c’était une ancienne époque, leur relation n’avait plus rien à voir maintenant. Autrefois, les deux hommes étaient amis, maintenant l’un servait l’autre. Il y avait donc de la distance physique, mais surtout morale entre eux. Anthony n’avait pas vraiment eu le choix à l’époque d’accepter cette proposition de servitude, mais il devait bien avouer qu’il le regrettait. Pas simplement parce qu’il avait l’impression d’avoir perdu un ami, mais parce qu’il supportait peu la manière dont il était traité. Raison pour laquelle d’ailleurs il avait décidé de s’allier à Nathaniel et donc d’entamer un renversement de la royauté. Edgar lui répondit d’ailleurs d’une façon bien différente de sa manière de lui parler dans leurs jeunesses. Anthony n’y faisait plus vraiment attention à force, cela faisait près de vingt ans maintenant qu’il était traité de cette manière, que l’homme qui servait était bien loin de l’ami qu’il avait eu. Comme c’était son rôle, le serviteur essayait de le rassurer, même si bien sûr il ne pouvait qu’espérer qu’aucun garde ne mette la main sur Nathaniel. Ce n’était pas dans ses intérêts que l’ancien prisonnier se fasse arrêter. Anthony écoutait les paroles que le roi prononçait surtout pour lui sans doute. Sa présence n’était pas forcément utile. Edgar aurait très bien pu se confier à lui, s’il n’y avait plus cette distance entre eux. Anthony pouvait cependant très bien comprendre la situation et il imaginait sans mal ce qui traversé l’esprit de son roi, mais il ne se permettait pas de prendre la parole sans son accord.

« C’est évident, il va en commettre une. »

Se permit-il d’ajouter, le regard toujours baissé sur le sol et la voix faible. Nathaniel pouvait bien commettre une erreur oui, mais Anthony espérait bien pouvoir éviter cela. Edgar avait raison de croire que son ennemi avait un plan, quoi qu’il fût presque impossible de deviner ce qui traversait l’esprit de l’ancien prisonnier. Anthony avait beau avoir pu lui parler depuis sa libération, il ne comprenait pas toujours où son ancien camarade voulait en venir. Cependant, le serviteur osait croire qu’il avait effectivement un plan et qu’il y avait une raison pour qu’il ne soit pas venu directement voir son ennemi juré. Edgar avait donc raison sur ce point, mais il était loin d’imaginer que c’était si proche que lui qu’était la menace. Anthony ne pensait pas se trouver un jour dans cette situation, mais il était bien en train de trahir le roi de Féerie. Sauf qu’en attendant le moment où le trône n’appartiendrait plus à son actuel propriétaire, il devait continuer de jouer son rôle de serviteur.

« Avez-vous besoin de quelque chose mon seigneur ? »

Anthony pouvait difficilement faire quelque chose pour les réflexions du roi, il ne pouvait rien faire pour rassurer plus l’esprit perturbé de l’homme. Alors, il n’était pas vraiment utile en dehors de ses services banals.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Dim 22 Mar - 21:41

Trop de confiance tue la confiance



C’était une évidence, Edgar sous-estimait Anthony. Il l’avait toujours fait, et il continuerait sûrement de le faire jusqu’à ce qu’il se rende enfin compte qu’il se faisait rouler dans la farine. Il ne l’imaginait certainement pas capable de le trahir, et encore moins d’instiller des idées intéressées, et pas en son sens, dans son esprit. Edgar Basiel avait toujours sous-estimé Anthony. Déjà à l’époque, quand il n’était pas encore sur le trône, il n’accordait pas à Anthony l’importance qu’il méritait. Pour lui, il n’était rien d’autre que cette personne influençable qu’il pouvait manipuler très facilement. C’est pour ça qu’il ne craignait pas qu’il lui fasse faux bond, même si en soi, ce n’était pas forcément logique, puisqu’à l’époque, Nathaniel avait eu autant que lui le don d’obtenir d’Anthony à peu près tout ce qu’il voulait. Mais les choses étaient différentes, aujourd’hui. Et pourtant, Edgar avait cette très désagréable impression d’être revenu dix-huit ans en arrière, des noms qui avaient presque réussi à quitter ses pensées lui revenaient en mémoire, et l’histoire avait l’air d’être sur le point de se répéter. Sauf que cette fois, c’était lui qui était sur le trône, c’était donc lui qui était en danger, en danger, parce qu’il savait très bien de quoi Nathaniel était capable, il le lui avait montré, à l’époque, sa colère retournée contre lui, il n’osait pas imaginer ce qu’il planifiait pour le faire tomber. En fait, Edgar le craignait vraiment, il savait très bien que, même s’il était quelqu’un d’inconstant, Nathaniel était un rival de taille, qu’il était facile de sous-estimer justement parce qu’il avait l’air insouciant et ne semblait jamais savoir ce qu’il faisait. Enfin, s’il n’avait pas changé. C’était le plus compliqué, dans cette histoire. À l’époque, et même si Nathaniel était quelqu’un d’imprévisible, Edgar savait quand même toujours plus ou moins à quoi s’attendre. Aujourd’hui, il n’en avait aucune idée. À quel point toutes ces années de prison avaient pu changer Nathaniel ou ne pas le changer du tout, c’était une chose qu’il ignorait, et qu’il aurait vraiment eu besoin de savoir.

Edgar, aveuglé par l’immense confiance qu’il avait en lui-même, ne se doutait absolument pas qu’Anthony le trahissait, et quand il lui affirmait qu'il était d'accord avec lui, ce qui flattait son ego au passage, il le croyait... Attendre qu'il fasse une erreur restait dangereux malgré tout. Le mieux serait encore de pousser Nathaniel à agir, même si cette solution pouvait devenir dangereuse. Trouver le point faible de Nathaniel, pour le pousser à sortir de sa cachette. Son point faible étant… Etant?
La petite Odien, bien sûr. Eleonore n’était pas bien débrouillarde, elle ne devait son salut qu’à Nathaniel, et s’il le lui avait accordé, c’était qu’il devait avoir une certaine faiblesse pour elle.


"Il nous faut récupérer Eleonore."
dit-il comme s'il avait à peine entendu la question d'Anthony, réfléchissant pour lui-même. Même si l'idée était là quand même. Il devait l'aider à récupérer Eleonore. Récupérer Eleonore, c’était le seul moyen de pression qu’il avait trouvé. S’il avait su que son interlocuteur en était un autre, il aurait eu moins de mal à se donner.

"Il faut lui tendre un piège."


Sous-entendu : aide-moi à trouver le moyen de lui tendre un piège.


[
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 757
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Mar 14 Avr - 20:24

Edgar & Anthony
Trop de confiance tue la confiance
Anthony avait l’habitude qu’Edgar ne fasse pas vraiment attention à lui ou à ce qu’il disait. Le serviteur était complètement effacé à côté de son roi, difficile de croire qu’ils ont pu être amis autrement. En même temps, il n’y avait sans doute qu’Anthony pour ressentir de l’amitié dans le passé. Edgar ne faisait plus attention à l’homme, il se contentait de se servir de lui, de compter sur lui. C’était bien parce que l’homme se montrer ainsi avec lui, qu’Anthony avait décidé (et réussit) de le trahir. Si le roi s’était montré bien plus gentil avec lui, il aurait eu plus de scrupule. Il n’en avait pas pour le moment, il avait simplement peur. Le scrupule non, il savait qu’il faisait la bonne chose en aidant Nathaniel dans son projet de détonnage d’Edgar, même si évidemment l’ancien prisonnier n’était pas pour autant digne de confiance. Ce n’était pas vraiment pour lui qu’il faisait tout ça d’ailleurs, il n’y avait pas que lui dans la rébellion. Et le fait de retirer le trône à Edgar n’allait pas servir que les intérêts de Nathaniel, cela allait sauver le royaume également, cela allait éviter à d’autre personne de souffrir. Sans surprise, le roi ne prêta même pas attention à la question que son serviteur lui posa, il continuait de réfléchir concernant sa vengeance sur Nathaniel. Anthony ne disait rien, il se tenait à côté de son maître et il attendait de pouvoir aller vaquer à d’autres occupations. Mais il ne pouvait pas le faire tant que le roi ne le laissait pas faire.

Anthony sortit de ses songes quand le roi prononça le nom d’Eleonore. Il tourna son regard surpris vers lui, même si Edgar ne l’observait même pas. Le vieil homme s’imaginait très bien ce qui traversait l’esprit du roi et pourquoi il prononçait le nom de la jeune Odien. Elle était la complice de Nathaniel et elle était loin d’être le rebelle. S’il n’y avait qu’eux l’ancien prisonnier pour l’aider, les choses auraient été dans l’avantage d’Edgar. Cependant, le roi ne se rendait pas compte que l’homme avec qui il parlait justement, était dans l’autre camp. Tous ce qui était en train de se dire en ce moment même, allait finir dans les oreilles de la rébellion. Quand Edgar mentionna un piège, Anthony comprit bien sûr que la réflexion le concernait également. Il n’avait pas besoin que le roi prononce quelque chose pour comprendre ce dont il avait besoin.

« Sa famille ? Votre fils ? »

Se contenta de répondre le serviteur. Eleonore avait des points faibles oui, sa famille. Anthony ne guidait pas la réflexion du roi dans l’optique de réellement mettre la jeune femme dans de salle drap, mais il n’avait pas d’autre choix que de l’aider un minimum. Heureusement, tous ce qu’Edgar pourrait mettre en place, il pourrait l’empêcher ensuite. Ainsi donc, toute réflexion que l’homme allait avoir avec son serviteur serait veine. Du moins, il y aurait toujours moyen de le contrer.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Dim 26 Avr - 21:36

Trop de confiance tue la confiance


La force de Nathaniel (si Edgar devait lui reconnaître une force, et ce n'était pas franchement une chose qu'il appréciait de faire), c'était qu'il était égoïste, et complètement indépendant. Il était tout simplement incapable de dépendre des autres, ou même de s'attacher aux autres, c'était du moins l'opinion qu'il s'était forgée de lui, et il pensait quand même bien le connaître à force. Il était donc difficile de faire en sorte que ce dernier se laisse berner d'un manière ou d'un autre, c'était pas son genre de se laisser intimider ou menacer quand on mettait l'un de ses "proches" en dangers... Et c'était bien dommage, puisque c'était l'une des méthodes préféres d'Edgar. Cependant, la donne avait un peu changée, depuis l'évasion de son ancien "ami" de l'île des soupirs. Ce n'était que des présomptions, mais il avait le sentiment qu'il y avait peut-être finalement quelqu'un qui pouvait faire la différence, quelqu'un qui compterait assez pour que Nathaniel ne la sacrifie pas à la cause qu'il défendait, et à ses objectifs qui devaient être de lui couper la tête et de lui voler sa couronne. Le meilleur moyen de pression à sa disposition, c'était Eleonore, le meilleur  moyen de lui tendre un piège, c'était de mettre la main sur elle pour, ensuite, l'atteindre lui. Et comment faire pour la récupérer, c'était une autre affaire, et les options étaient finalement restreintes. Anthony en arrivait aux mêmes que lui, d'ailleurs. Ils avaient sous leur coupe (sous sa coupe, mais Edgar ne devinait pas la traîtrise de son serviteur), deux individus capables de changer la donne : la soeur jumelle et l'amoureux transi. Et Edgar savait bien en qui il était le plus simple d'avoir confiance, ou en tous cas qui ne les trahirait pas dans la foulée. Et contre toute attente, le plus fiable de deux n'était pas celui de son sang mais celle qui était du sang de l'ennemie à abattre. Ou à garder au chaud pour appater le fugitif, l'ennemi public numéro 1.

"Pas Gabriel. Ces derniers temps, j'ai le sentiment qu'il... m'échappe".
Oui, c'est ainsi qu'il parlait de son propre fils, et ça ne se faisait sûrement pas. Gabriel n'était pas une chose ou un objet. Il n'empêche que Nathaniel avait préféré les moments où il était docile et ne se posait pas de questions, les moments où il n'était pas amoureux d'Eleonore au point de préférer sa parole à la sienne. "J'ai peur qu'il ne se laisse monter la tête par certains..." Il pensait notamment à leur dernière conversation, où le nom de Nathaniel était apparu, alors que son fils n'avait normalement pas de raisons de le connaître. Forcément, il s'inquiétait des conséquences. "J'aimerais que tu gardes un oeil sur lui, d'ailleurs". Ou les deux, même, de préférence. Anthony et Gabriel étaient proches, il saurait sûrement plus facilement lui faire entendre raison ou le mener sir le droit chemin. Ou alors ce serait pire. Ça il n'en savait rien encore. "Mais Anna ferait très bien l'affaire."

D'autant que l'affection d'une soeur ne l'avait jamais arrêté dans ses ambitions. Sauf que même en mettant Anna à profit, comment faire pour mener Eleonore jusqu'à sa jumelle.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 757
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Dim 17 Mai - 11:49

Edgar & Anthony
Trop de confiance tue la confiance
Quand on connaissait la situation dans son entier, la conversation entre Anthony et Edgar se trouvait être amusante. Le roi cherchait un moyen de piéger la jeune Eleonore, réfléchissant avec son serviteur qui ne manquerait pas d’aller prévenir l’intéresser afin de l’empêcher de tomber dans un piège tendu par l’homme. Anthony ne pouvait qu’apprécier le fait que son roi lui fasse encore confiance, qu’il lui parle de nombreuses choses. Il devait quand même se montrer prudent, il fallait éviter qu’un jour Edgar découvre qu’il était la taupe, mais il pouvait quand même sauver la vie de l’innocente Eleonore. Parce qu’il se doutait bien que le roi n’allait pas s’embêter et qu’il l’éliminerait afin d’éviter de nouveaux ennuis, comme il regrettait sans doute de ne pas avoir éliminé son ancien camarade vingt ans plus tôt. Edgar cherchait donc un moyen de conduire l’acolyte de Nathaniel dans un piège. Anthony mentionna sa famille, ainsi que le fils de son seigneur. Il ne pouvait évidemment pas faire autre chose que d’aider le roi pour l’instant, afin de ne pas éveiller ses soupçons. Edgar ne sembla pas d’accord avec l’idée de mettre son fils dans l’affaire, il ne lui faisait visiblement pas confiance. C’était compréhensible. Gabriel avait l’âme plus rebelle, l’amour qu’il portait à son ancienne fiancée était très fort. Anthony était bien placé pour l’avoir remarqué et il savait que Nathaniel comptait s’en servir comme « pion ». Il était donc évident qu’Edgar ne pouvait pas lui faire confiance, même si cela aurait sans doute arrangé les affaires de son serviteur.

« Bien sûr maître. »

Répondit-il en baissant le plus possible sa tête, comme il le faisait toujours, quand Edgar lui demanda d’avoir un œil sur sa progéniture. Edgar avait toute les raisons du monde de se méfier de son fils, ce romantique transit d’amour, mais il faisait l’erreur de se fier encore à son serviteur. A chaque fois qu’une pensée telle que celle-ci passait dans l’esprit d’Anthony, il sentait son cœur s’accélérer. Si jamais le roi découvrait la vérité, cela en était terminé de lui. Il ne devait jamais rien savoir. Sans grande surprise, le roi faisait bien plus confiance à Anna. La princesse du royaume, connu de tous comme étant Eleonore, avait déjà fait preuve d’une grande loyauté envers son roi. Anthony savait cela aussi, même s’il gardait ce secret pour lui encore et qu’il n’en avait jamais parlé aux intéressés. Anna était bien plus digne de confiance, il n’y avait pas de doute à avoir. Le fait que sa sœur soit sa jumelle n’allait rien changer à la donne. Du moins, c’était ce qu’Anthony pensait et croyait avoir cerné dans le caractère de la princesse.

« Elle sera parfaite pour ça. » Commenta-t-il, même si Edgar n’avait pas besoin de sa pensée pour savoir qu’il avait raison. Cela faisait juste toujours un peu de bien de « lécher les bottes ». « Elle pourrait très bien conduire… sa sœur dans un piège. La rebelle doit encore avoir confiance en la princesse. »

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Mer 17 Juin - 0:00

Trop de confiance tue la confiance


Edgar n'avait commis que peu d'erreurs dans sa vie, mais ses erreurs allaient peut-être causer sa perte. La première de ces erreurs avait été de laisser Nathaniel en vie. Sur le moment, il avait pensé que la mort serait un châtiment trop doux, alors l'emprisonnement lui semblait bien plus approprié, mais s'il s'était contenté de lui planter un couteau dans la gorge, ils n'en seraient pas là, maintenant. Sa seconde erreur, c'était celle qu'il commettait maintenant, celle d'accorder une confiance aveugle dans son serviteur. Non pas parce qu'il avait vraiment de l'estime pour lui, mais parce qu'il le pensait incapable de le trahir. En se fiant à lui, en parlant avec lui des "désagréments" (mot très faible) qu'il rencontrait avec Nathaniel (parce qu'avec qui d'autre pourrait-il parler de leur ami/ennemi d'enfance), en lui demandant de veiller sur son fils, il ne se rendait pas compte qu'il s'exposait à de sérieux problèmes. Oh non, il ne le pensait pas, et il se contentait d'afficher un hochement de tête satisfait, quand Anthony se promit de lui obéir et de garder un oeil sur Gabriel (comment pourrait-il imaginer que son sujet lui désobéisse ? Il ne le pensait que servile et soumis... plus dure serait la chute).

Il approuvait également ses remarques concernant Anna, il pensait leurs opinions en parfait accord. Anna était, pour l'heure, son meilleur atout. Elle lui était entièrement dévoué, et c'était vraiment pour l'arranger à plus d'un titre. Elle était la jumelle d'Eleonore, et si, étant donné tout ce qu'elle avait fait déjà, Edgar doutait fort qu'il reste à la jeune femme l'ombre d'un commencement d'esprit fraternel, il était persuadé que la trop humaine Eleonore ferait parfaitement contrepieds. La seconde n'hésiterait pas à duper la première, si elle voyait comment en tirer profit, et le roi de Féerie avait déjà plus d'une idée à l'esprit pour définitivement la convaincre, si elle avait besoin d'être convaincue, ce qui ne lui semblait pas être certain. Elle était allée suffisamment loin comme cela pour que faire un pas en avant supplémentaire ne l'inquiète pas.


"C'est ce que je pense également. Il faut qu'elle puisse lui adresser un message, que nous soyons certains qu'Eleonore entende sans se douter qu'il puisse provenir du château."


Ça, c'était l'idée générale, à présent, pour ce qui était de la mise en exécution, c'était déjà bien plus délicat, puisqu'il n'avait bien sûr pas idée d'où se trouvaient les rebelles, sans quoi il n'y aurait pas besoin de stratagèmes, juste d'aller les trouver.


"Il va falloir faire circuler la rumeur que la princesse est partie à la recherche de sa soeur".


Une rumeur qui n'aurait pas l'air de venir directement des hautes instances, mais circulerait insidieusement depuis Piquiel jusqu'au fin fond de la forêt, où Nathaniel, Éleonore et toute la bande des évadés se promenaient sans doute à l'heure actuelle, attendant le bon moment pour attaquer, pour lui arracher sa couronne. Hors de question que ça se produise. Il n'avait pas dit son dernier mot, pas encore. Il était bien résolu à ne jamais laisser ce jour arriver.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 757
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Ven 10 Juil - 11:43

Edgar & Anthony
Trop de confiance tue la confiance
Anthony savait parfaitement que son roi n’allait pas le soupçonner de le trahir, parce qu’il était sans doute incapable de croire que son serviteur puisse ne pas obéir à ses ordres. Ce n’était pas forcément un compliment pour le vieil homme, il s’en rendait bien compte, bien au contraire. Le roi l’avait toujours sous-estimé, ce n’était pas pour rien qu’il était devenu un serviteur personnel et non pas autre chose. Anthony aurait pu être le conseillé de cet homme qui était autrefois un ami, au lieu de se contenter d’être son homme à tout faire. Mais il n’avait pas eu la trempe de s’imposer dans le passé, il ne l’avait pas forcément plus maintenant. Anthony était un traitre, mais il passait son temps à craindre de se faire avoir. Qu’arriverait-il si jamais l’homme qu’il avait sous les yeux découvrait qu’il aidait Nathaniel dans sa rébellion, il allait sans nul doute perdre la tête. A cette pensée, Anthony sentit son corps se tendre. Il ne fallait vraiment pas qu’il le découvre un jour et en attendant, il devait continuer de jouer le jeu. Comme maintenant, alors qu’ils parlaient de la manière de tendre un piège à Eleonore avec l’aide de la princesse. Il n’y avait pas à dire, Anna était bien plus digne d’être la belle fille d’Edgar, elle avait cette once de cruauté qui lui permettait d’être un bon outil pour le roi. Ce que n’avait pas Eleonore qui avait bien plus d’innocence dans le cœur. Les jumelles avaient beau se ressembler physiquement (quoi que pour avoir vu les deux jeunes femmes dernièrement, l’homme était bien placé pour dire qu’elles ne se ressemblaient plus tant que cela), elles n’avaient vraiment pas le même caractère. Cela n’étonnait pas vraiment le serviteur que Gabriel soit tombé sous le charme de la douce Eleonore.

« Cela ne sera pas difficile à mettre en place. » Se contenta de commenter le vieil homme concernant l’idée du roi. Propager une rumeur sur le fait qu’Anna puisse être partie à la recherche de sa sœur ne serait vraiment pas difficile. La princesse n’avait pas besoin de s’en occuper non plus. Elle pourrait avoir son rôle à jouer en suite, mais la rumeur n’avait pas besoin d’elle pour s’étendre. C’était une vraie bonne idée, Anthony ne pouvait que le reconnaitre. Malheureusement, cela n’arrangeait pas spécialement ses affaires à lui et à Nathaniel, même si dans tous les cas la rébellion avait toujours un coup d’avance. « Je peux m’en charger si vous le souhaitez. »

Anthony avait régulièrement l’occasion de se rendre à Piquiel, il pouvait aisément faire tourner la rumeur. Surtout qu’en tant que serviteur du roi, c’était tout à fait logique qu’il soit au courant des intentions de la princesse et femme de Gabriel. Le serviteur pouvait donc aisément le faire et il avait réellement l’intention de le faire, afin de ne pas faire naître de soupçon, mais il avait surtout l’intention de prévenir Nathaniel de la manipulation du roi. Il ne fallait pas qu’Eleonore tombe dans ce piège, pas sans que cela soit calculé en tout cas.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Sam 8 Aoû - 20:58

Trop de confiance tue la confiance


Edgar approuva d'un signe de la tête, accompagné d'un sourire qui n'avait pas grand chose de modeste, quand son serviteur et techniquement ancien ami observa que leur plan ne devrait pas être bien difficile à exécuter. C'était justement ce qu'il fallait, un plan simple oui, mais efficace avant toute autre chose. Car il fallait faire vite, ils ne pouvaient pas se permettre d'ourdir des projets dont la conception demanderait un temps considérable qu'ils n'avaient pas du tout devant eux. Il fallait pallier à l'urgence. Et répandre une rumeur, ça avait l'air de rien, mais si ça faisait son petit bout de chemin, ça pourrait bien faire de sérieux ravages. Edgar y comptait, en tout cas. Il n'y a pas de fumée sans feu, et il comptait bien embraser la tannière de l'ennemi jusqu'à ce que le renard soit obligé de prendre la fuite et de fuir tout droit entre ses griffes. Il n'était même pas nécessaire qu'Anna soit dans la confidence, au final, ou pas tout de suite, en tous cas. Elle pourrait l'être si c'était nécessaire, mais le roi était d'avis que, moins il y avait de personnes au courant de ses magouilles, mieux c'était pour lui. Il n'avait quasiment plus confiance en personne dorénavant, il commençait même à remettre en doute son propre fils. Être intelligent ne veut pas dire être clairvoyant par contre, ça c'est clair, car en voulant mettre au courant le moins de personnes possible, il informait celui qu'il devait maintenir à l'écart plus que tous les autres. Cette erreur de jugement allait finir par lui coûter cher, si seulement il savait !

Pourquoi est-ce qu'il douterait de la loyauté d'Anthony, en même temps. Jusqu'à il y a peu, il ne l'avait jamais trahi, et il ne lui trouvait pas vraiment d'intérêt à se ranger du côté de Nathaniel, outre le fait qu'il ne pensait pas qu'il puisse être capable de mentir. Donc non seulement il se confiait naïvement à lui, mais en plus, il songeait à lui confier des missions qu'il pouvait bien décider de saborder pour la cause des rebelles. Par exemple, oui, il ne voyait aucun inconvénient à ce qu'il se charge de la situation et prenne en charge cette affaire. Lui, ça lui retirait une épine du pied. Il hocha donc la tête en toute honnêteté, sans comprendre l'erreur qu'il faisait, et même plutôt satisfait de sa stratégie, pour tout dire, ce qui était une erreur de plus, ça va de soi. Des années de stratégie pour en arriver là, quoi...

"C'est ce que j'avais à l'esprit, en effet."
Il marqua une pause, le regarda intensément, pour lui faire comprendre la situation dans son ensemble. "Et le plus tôt sera le mieux, nous n'avons plus beaucoup de temps."

Le temps, oui, jouait contre eux. Voilà maintenant trop longtemps que les prisonniers de l'île des soupirs s'en étaient échappés. Ils ne pouvaient pas se permettre de patienter jusqu'à ce que Nathaniel ait trop de coups d'avance pour qu'ils puissent quoi que ce soit. Ils connaissaient tous les deux leur ancien ami. Ils savaient de quoi il était capable. Alors il ne faisait pas de doute qu'ils devaient se presser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 757
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Lun 7 Sep - 12:21

Edgar & Anthony
Trop de confiance tue la confiance
En soit, le plan d’Edgar était très bien vu. En toute objectivité, Anthony pouvait affirmer que son seigneur était un fin stratège. Et c’était le cas depuis leurs jeunesses. A l’époque, le serviteur n’avait rien vu venir de ce que son ancien ami avait eu en tête pour prendre le pouvoir de Féerie (en même temps, il n’avait pas su ce que Nathaniel préparait non plus, il s’était fait berner de tous les côtés). Edgar avait donc un très bon plan, malheureusement pour lui il le confiait à la mauvaise personne. C’était sa seule erreur, il faisait confiance à son serviteur qui était en fait celui qui le trahissait le plus. Ainsi donc, il n’allait pas pouvoir berner Eleonore (à moins que Nathaniel décide qu’il fallait cela pour avancer un peu son propre plan). Anthony allait faire en sorte que le plan de son seigneur ne fonctionne pas et qu’il ne puisse pas mettre la main sur ses ennemis. Tout cela bien sûr, en faisant bien attention de ne pas perdre sa couverture. Le serviteur savait à quel point il avait la chance qu’Edgar ne l’imagine pas capable de le trahir, ce n’était pas le moment pour lui de mettre des doutes dans l’esprit du souverain. Parce que si jamais Edgar commençait à avoir des soupçons, il était clair que son ancien ami allait payer cher. Or, c’était important pour tout le monde (mais quand même surtout pour Anthony) qu’il ne se fasse pas découvrir.

Pour le moment, le vieil homme se contentait donc de jouer le jeu du mieux qu’il le pouvait. Il ne pensait vraiment pas avoir de tel talent en mensonge. Même s’il s’arrangeait quand même la plupart du temps pour dire la vérité. Quand il affirmait que le plan n’allait pas être difficile à mettre en place, il le pensait vraiment. Quand il proposait ses services pour faire circuler cette rumeur, il avait vraiment l’intention de le faire. La différence, c’était qu’il avait l’intention de prévenir les bonnes personnes pour que cette rumeur ne pose pas de souci aux membres de la rébellion.

« Je vais m’en charger de ce pas alors. » Dit-il en baissant son regard, comme à chaque fois qu’il acceptait un ordre de son seigneur. Il était vraiment réduit à une simple vie de servitude, alors qu’autrefois il appelait le roi de Féerie « ami ». Et dire qu’à l’époque, ils avaient entendu ses deux camarades parler de gouverner ensemble le pays, les choses étaient bien différentes. « Avez-vous besoin d’autre chose ? »

Demanda-t-il, se demandant donc s’il pouvait prendre congés. Malheureusement sa situation était bel et bien celle-là, il n’était qu’un simple serviteur (qui avait quand même toute la confiance du roi, ce n’était pas rien au fond) et il devait donc servir. Si Edgar avait encore besoin de lui, il ne pouvait pas quitter la pièce. S’il n’avait pas besoin de lui, il pourrait disposer et faire ce qu’il avait à faire. Son travail de serviteur et les missions que son seigneur lui confiait personnellement (comme surveiller son fils et piéger l’ancienne princesse).

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   Mar 22 Sep - 22:41

Trop de confiance tue la confiance


Anthony comprenait comme lui que la situation était urgente et qu'elle devait être maîtrisée le plus rapidement possible. Ils avaient tous les deux un avantage sur la plupart. Ils savaient la menace proches, et ils connaissaient l'identité du fomenteur. L'ennui, c'était que parvenir à décrypter les pensées de Nathaniel, planifier les opérations en fonctions des faits et actes de ce dernier, était mission impossible, inenvisageable. Edgar pensait être parmi ceux qui connaissaient le mieux le fugitif, et il aurait été pourtant incapable de prévoir ses coups en avance. C'était un problème, c'est vrai, moins important que le fait que son serviteur était en train de le trahir juste sous son nez, mais ça, le roi avait l’orgueil de ne pas le voir. Il avait pour le moment toute confiance en Anthony, et il pensait qu’il avait moins encore que lui envie de voir leur « vieil ami » parvenir à ses fins, alors quand il lui disait qu’il allait s’en charger au plus vite, Edgar avait toute confiance. Trop de confiance. De toute manière, s’il faisait les choses à sa manière, et s’il désobéissait, le souverain le saurait bien vite. Alors jamais Anthony n’aurait l’audace de s’y essayer, n’est-ce pas ? Parfois, Edgar Basiel savait être d’une très grande naïveté. Rarement. C’était un défaut qu’il préférait reprocher aux autres. En attendant, il était aveugle à toute trahison. Il avait bien trop confiance en lui-même, il avait toutes les chances du monde d’en faire les frais tôt ou tard. Il opina du chef au propos d’Anthony, pour l’encourager dans son attitude, avant de reprendre la parole quand il lui demanda s’il avait encore besoin de ses services.

« Pas pour le moment. »
Mais dans ces temps incertains, il pourrait bien rapidement faire appel à lui de nouveau. De toute façon, Edgar le croyait à son entière disposition, à son entier et loyal service. « Tu peux disposer. »

Edgar n’avait rien besoin de plus que de rester seul avec lui-même, pour l’heure. Il devait réfléchir, et il devait réfléchir bien. Si Anthony était le seul à qui il pouvait confier ses doutes et ses incertitudes, parce qu’il était le mieux au courant de la situation, il devait réfléchir aussi en solitaire, rassembler ses pensées, et réfléchir à quelle serait la prochaine étape. Il n’en savait rien, en vérité, et c’était déroutant. Dans cette partie d’échec, c’est comme s’il attendait qu’il avance ses pions pour avancer les siens. Mais s’il le faisait dans l’ombre, en toute discrétion, c’était encore une affaire différente, et il ne pouvait plus se permettre d’attendre. À ce petit jeu, il ne pouvait y avoir qu’un vainqueur. Ça avait été lui, autrefois. Ce serait de nouveau lui. Ça le serait toujours. Et il était temps de le faire comprendre à l’adversaire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Trop de confiance tue la confiance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trop de confiance tue la confiance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» [Foret] Cette chasse est gardée et il y a un prédateur de trop ici... [PV: Len Tsukimori & Lena Carter]
» un site ke trop crampant XD
» Jeux vraiment trop drole!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le grand château :: La salle de réception-