Partagez | 
 

 La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Mer 26 Nov - 0:17

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

Dire que tout allait mal pour le roi de Féerie dernièrement aurait été un doux euphémisme. Cela faisait plusieurs semaines qu’il n’avait pas un moment à lui. Et quand il pouvait s’accorder une pause de quelques minutes, toutes les choses dont il fallait qu’il se préoccupe lui revenaient à l’esprit, et son instant de sérénité était complètement gâché. Oui, tout allait mal, et ça ne faisait qu’empirer. D’abord cette gamine stupide qu’il avait dû faire disparaître avant son mariage, puis l’évasion des prisonniers de l’île, le retour de Nathaniel, qui semblait le narguer, où qu’il se trouve à cet instant précis (il considérait que chaque jour qui passait sans qu’on ait mis la main sur lui était un affront à sa personne)... Il avait passé dix-huit belles années insouciantes, son peuple l’aimait, tout était parfait, et il avait fallu que cette greluche blonde vienne tout gâcher. Elle était stupide. Est-ce qu’elle pensait vraiment que Nathaniel allait lui ouvrir les portes d’un monde meilleur ? Le roi de Féerie le connaissait bien, et le vagabond était sûrement l’individu le moins fiable et le plus fou qu’ait jamais porté leur petit monde (qui ne devait pas s’agrandir, surtout pas).

Tous ces problèmes qui lui tombaient dessus, et sa réputation qui pouvait se défaire à tous moments! Et personne sur qui s’appuyer totalement. Ses gardes avaient bien le signalement du fugitif, mais ils ne savaient pas pourquoi on le cherchait, personne ne savait exactement tout, et Edgar commençait à percevoir la faille de son système si génial. Quand on est le seul à garder le secret de tout un monde, il y a des conséquences à assumer. Bon, il y avait bien Anthony, le seul à vraiment tout savoir à par lui. Mais parlons en, d’Anthony ! Il devenait de plus en plus difficile de lui mettre la main dessus, à celui-ci. Edgar devinait que le retour de leur "ami" commun le perturbait, mais est-ce que c’était une raison pour lui faire faux bond, comme ça ?

Comme il tentait de s’accorder une petite pause dans ses réflexions, Edgar avait décidé de faire un tour dans les jardins du château. C’était de loin l’endroit qu’il préférait dans tout son domaine, et c’était certainement parce qu’il était parfait, tout était beau et minutieux dans ce jardin, comme le monde qu’il avait créé de toute pièce, et qu’il était hors de question qu’on lui bousille. Il marcha plusieurs minutes, essayant plutôt vainement de faire le vite dans son esprit, jusqu’à ce qu’il entende d’autres bruits de pas que les siens dans le jardin. Il se retourna et aperçut son fils, qui venait visiblement à sa rencontre.


"Je peux faire quelque chose pour toi, fils?"
demanda-t-il d’un ton froid.

Il n’aimait pas qu’on l’interrompe pendant ses balades solitaires, même si c’était son fils qui le faisait, ou encore plus si c’était son fils qui le faisait. Gabriel n’était pas verni avec un père comme Edgar, les affaires de son royaume étaient toujours passées avant son fiston, et ça ne changerait sans doute jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Ven 28 Nov - 10:29

Cela faisait plusieurs jours qu’il était impossible au prince de Féerie de trouver le sommeil. Trop de nouveauté, d’événements troublants, venaient perturber sa vie d’ordinaire si bel et simple, dernièrement.

Depuis le départ d’Eléonore, les questions se bousculaient dans son esprit, et plus le temps passait, plus de nouvelles questions faisaient leur apparition. L'avoir revu n'avait rien arrangé. Si, bien sûr, il était soulagé de la savoir en vie, mais à côté de cela, il craignait sans cesse pour sa sécurité, et la savoir aux mains de cet étrange individu qu'était Nathaniel n'arrangeait rien. Il aurait aimé trouver quelqu'un qui puisse le comprendre. Il ne trouvait pas.

Anna était sa femme, mais certes pas sa confidente, il n’aurait jamais pu lui confier le trouble qui l’animait, d’autant plus qu’il concernait en grande partie sa sœur.

Il avait toujours tout confié à Anthony, mais une certaine distance les séparaient, à présent, incompréhensible distance, mais bel et bien présente. Et il ne pouvait pas le mettre au courant sans craindre que son père le soit peu de temps après, Gabriel ne savait que trop bien l’allégeance qu’Anthony avait envers le roi, du moins, il pensait le savoir.

Car en effet, son trouble et son malaise de l’instant lui venaient en partie grande d’Edgar Basiel, et de tout ce qu’il semblait lui cacher.

Hanté par ses conversations avec Eleonore et Nathaniel, il ne  pouvait s’empêcher de ressasser encore et encore ces discussions.

Edgar avait quelque chose à voir avec la disparition d’Eleonore. Intimement, Gabriel l’avait toujours su, mais tout le respect qu’il avait pour son père l’avait invité à faire semblant de croire qu’il n’en était rien.

Pourtant, il n’avait jamais cru à la fuite de sa dulcinée. Elle n’aurait jamais pu quitter le château sans que personne ne l’aperçoive. Sans compter qu’il gardait l’infime espoir qu’elle l’ait aimé malgré tout.

Il fallait qu’il parle à Edgar. Voilà longtemps qu’il le savait, mais si cette décision lui avait été facile à prendre, l’appliquer était bien plus compliqué.

Gabriel avait toujours été impressionné par son père, de sorte qu’il ne savait jamais hausser le ton face à lui. Son respect envers lui se mêlait à une frayeur inexplicable, qui le dissuadait toujours de lui tenir tête.

Mais il fallait qu’il prenne son courage à deux mains. Ce fut la réflexion qu’il se fit quand depuis sa fenêtre, il aperçut Edgar dans les jardins du château. Il était si rare qu’il se retrouve seul. S’il ne profitait pas de cette occasion, allez savoir quand aurait lieu la prochaine.

Gabriel prit une grande inspiration, et se dirigea jusqu’aux jardins. D’ordinaire, il s’y rendait pour trouver un peu de quiétude, cette fois, il venait y chercher… des réponses, et la bagarre, sans doute. Son père ne se laisserait pas accuser si facilement, Gabriel ne le savait que trop bien.

Son cœur se serrait à mesure qu’il se rapprochait de lui.


"Je peux faire quelque chose pour toi, fils?"

Son sang se glaça. Courage, Gabriel.


"Je crois, oui." Gabriel marqua une pause. Comment dire les choses sans laisser deviner à son père qu’il en savait beaucoup trop ? Il ne voulait pas mettre Eleonore en danger, c’était la dernière chose dont il se souciait. "Je voulais savoir si vous étiez parvenu… à avoir de ses nouvelles."

Il savait qu’il n’aurait pas à donner davantage de précisions, il comprendrait. Il espérait d’ailleurs qu’il n’en comprendrait pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Dim 30 Nov - 0:02

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

L’expression sur le visage d’Edgar se figea, une expression indéchiffrable, mais qui laissait parfaitement supposer que ce n’était ni le lieu, ni le moment de l’embêter avec tout ça. Mais qu’avait donc son fils avec Eleonore ? Qu’avaient-ils donc tous avec elle ? Cette fille était insignifiante. D’accord, elle n’était pas laide, mais sa sœur tout en étant sa jumelle était deux fois plus belle qu’elle ne l’était. C’était une fille trop naïve, trop curieuse… une vraie source d’ennui, et le genre d’ennui dont on ne se débarrasse pas aussi facilement qu’on le voudrait. Il pensait qu’en l’envoyant sur l’île, il n’entendrait plus parler d’elle au bout d’une semaine, grave erreur. Et maintenant, non seulement il devait supporter l’idée qu’elle se baladait quelque part en pleine nature en compagnie de ce fou-furieux de Nathaniel, mais il devait aussi supporter d’entendre son fils lui rebattre les oreilles au sujet de cette fille qui n’avait jamais eu aucun sentiment pour lui et avait préféré prendre la tangente la veille de ses noces plutôt que d’avoir l’honneur d’intégrer la famille royale. Il perdait son temps, avec elle. Gabriel était l’héritier du trône, et il gaspillait son temps et son énergie dans des fadaises comme celles-là. Comment lui et sa chère Aurore avaient-ils pu pondre un rejeton aussi niais et romantique? C’était un grand mystère, pour Edgar. S’il n’avait pas eu une confiance absolue en sa femme, il se serait sûrement demandé si ce gosse était de lui.

"Si j’en avais tu sais bien que je t’en parlerais."


Et puis quoi encore ! S’il y avait une chose qu’il redoutait vraiment, dans toute cette histoire, c’est que Gabriel finisse par vouloir jouer les héros au grand cœur, et courre à la recherche de sa dulcinée avec son cheval blanc. Un ennui à la fois s’il vous plaît. Il préférait faire comprendre à Gabriel qu’Eleonore était le cadet de ses soucis. Ce qui était complètement faux, en fait. Dernièrement, elle était même devenue un de ses objectifs prioritaires : trouver la petite Odien pour enfin pouvoir mettre la main sur le fuyard qui en voulait à sa couronne.

"Et je te prierais de cesser avec ce genre de questions. Je doute que ton épouse approuve l’énergie que tu consacres à retrouver celle qui n’est plus ta fiancée, et n’a jamais voulu l’être."

Gabriel était un enfant né de son monde de mensonge, forcément, il croyait en l’amour triomphant (c’était malheureux de se dire qu’il avait créé cette créature de toute pièce), mais même s’il retrouvait Eléonore, il ne se passerait rien pour lui. La famille royale serait déshonorée si on apprenait que le prince de Féerie fricotait avec la sœur de son épouse (et de toute façon, elle ne voulait pas de lui, il allait bien falloir qu’il se fasse une raison, à la fin!). Eléonore Odien n’était qu’une paysanne insignifiante, en tous cas, Edgar allait tout faire pour qu’elle le reste. Pour ça, il préférait la bannir au plus vite des conversations, et se débarrasser d’elle une fois qu’elle lui aurait servi comme il voulait qu’elle le fasse.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Ven 5 Déc - 12:10

"Si j’en avais tu sais bien que je t’en parlerais."

Justement, Gabriel ne le savait pas. Ou du moins ne le savait plus. Il fut un temps où la confiance qu’il mettait en son père était à l’abris de toute épreuve, inébranlable. Il n’en était plus rien aujourd’hui.

Plus le temps passait, plus ce sentiment s’amenuisait, remplacé par la désagréable sensation que son père n’était rien de plus qu’un total étranger. Certes, il ne lui avait jamais consacré beaucoup de temps, et ce depuis toujours, mais jusqu’à il y a peu, il pensait malgré tout que sa parole faisait office de vérité ultime.

À présent, il se sentait égaré, dupé au possible, de sorte qu’il n’entendait plus aucune parole s’échapper des lèvres d’Edgar sans s’interroger sur leur véracité.


"Et je te prierais de cesser avec ce genre de questions. Je doute que ton épouse approuve l’énergie que tu consacres à retrouver celle qui n’est plus ta fiancée, et n’a jamais voulu l’être."

À ces propos, Gabriel baissa légèrement la tête. Son père avait raison, et il le savait très bien. Il aurait dû renoncer à Eléonore, mais il ne le pouvait pas.

Peut-être lui aurait-il été possible de tourner la page s’il n’avait pas cette intense impression d’avoir été trompé ? S'il ne l'avait pas revu, s'ils ne s'étaient pas reparlés ?

Comment faire le deuil d’une histoire à peine esquissée ? Surtout alors que lui revenait l'illusion qu'il pourrait peut-être la revivre de nouveau.

Renoncer lui aurait semblé lâche, par ailleurs. Il était tellement convaincu qu’il y avait quelque chose entre eux… Il est vrai, son attitude était tout sauf respectueuse envers Anna, mais malgré le peu de sentiments qu’il avait pour elle, il avait toujours fait en sorte qu’elle ne se sente pas délaissée, il ne voulait pas qu’elle souffre de son mal-être à lui, mais souffrait qu’elle ne le partage pas. Eleonore était sa sœur. Pourquoi tant de distance? Pourquoi semblait-il le seul à vivre tout cela si mal.

Les yeux toujours baissés vers le sol, Gabriel osait à peine insister. Son père avait toujours eu cette influence innée sur lui, il n’y pouvait rien. Quand il l’entendait s’adresser à lui, si glacial, il perdait ses moyens, ne savait plus comment il convenait d’agir.

Mais il fallait qu’il insiste. Comment laisser ces questions en suspens alors qu’il avait parfaitement conscience que quelque chose n’allait pas? Alors que Nathaniel et Eleonore en étaient une preuve vivante.

"Je sais bien… mais père.. Ne pensez-vous pas qu’elle pourrait être en danger?"


Le danger. Voilà un terme qui lui avait longtemps été étranger. Sous le règne de son père, la sécurité semblait le maître mot, et on riait au nez de celui qui se risquait à penser qu’il pourrait lui arriver quelque chose.

Ce n’est que récemment que Gabriel en était venu à reconsidérer ce mot… et il n’appréciait pas du tout ce sentiment nouveau d’insécurité, la douce naïveté que procurait l’ignorance était tellement plus confortable! Cependant, il ne pouvait ni ne voulait abandonner ses craintes, pas quand elles semblaient fondées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Dim 14 Déc - 22:00

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

Mais bien sûr, qu’elle était en danger ! C’était une prisonnière en fuite qui n’avait rien trouvé de mieux que d’aller s’acoquiner avec un dégénéré mental. Elle était forcément en danger. Déjà parce que ses gardes avaient son signalement et que si Edgar la retrouvait, il ne ferait pas de quartiers, ensuite parce que la forêt, où ils étaient certainement en train de rôder, fourmillait de créatures magiques et dangereuses, et enfin parce que quand on décidait de faire confiance à Nathaniel, on était tout sauf à l’abri du danger. Bien sûr que le roi était convaincu qu’Eleonore n’était pas en sécurité, et c’était tant mieux ! Ce qui le dérangeait plus, c’était de ne pas savoir où elle se trouvait. Et aussi que son fils se pose ce genre de questions. Edgar avait fourni des efforts inimaginables pour que ce monde soit celui que tout le monde connaissait, un monde sain, apparemment, où tout le monde se sentait heureux et en totale confiance, comme si rien de mal ne pouvait leur arriver, un monde qui ignorait ce que le mal était, même s’il régnait à sa tête. Et voilà que le prince même de ce monde se mettait à avoir des doutes ! C’était pile l’illustration de ce qui n’allait pas, ces derniers temps, si même son fils, influençable et niais au possible, commençait à avoir des doutes, c’est que les choses allaient mal. Très mal.

"En danger ? Que veux-tu qu’elle risque ?"


Il l’interrogea très froidement. Il espérait ainsi lui faire comprendre qu’il ne supportait pas qu’on remette en cause son autorité. Émettre l’hypothèse que quelqu’un pouvait être en danger à Féerie, c’était supposer que son système était faillible. Oui. Bon. Okay. C’était le cas, mais ce n’est pas grave. Tant que tout le monde pensait que son gouvernement était sans faille, alors il était sans faille.


"Gabriel. Je suis désolée de ce que cette paysanne t’as fait subir, mais passe donc à autre chose. Tu ne peux pas revenir sans cesse sur cette histoire."


Son ton était sans appel. Il ne voulait plus l’entendre rabâcher les mêmes histoires. Il avait déjà assez de soucis comme ça pour devoir y ajouter les doutes prononcés par ce crétin d’amoureux transi qui lui servait de fils. Edgar aurait vraiment voulu qu’il l’oublie, cette histoire. Qu’il ne s’entiche pas de cette fichue gamine. Pourquoi ne se détachait-il pas de ses émotions aussi facilement qu’il arrivait à le faire ? Ou que sa mère arrivait à le faire ? À croire que le sang des Basiel ne coulait pas dans ses veines ! Même son épouse était plus froide et détachée que lui, et pourtant, la paysanne était quand même sa sœur ! Tout ça était ridicule. Il fallait bien que son fils s’en rende compte, pour son propre bien. Edgar n’était pas bien démonstratif, mais Gabriel restait quand même son fils, et du coup, il n’avait pas l’intention de le laisser se complaire dans une attitude comme celle qu’il avait en ce moment. Surtout que ça pouvait leur être néfaste à tous les deux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Mer 7 Jan - 12:23

"En danger? Que veux-tu qu’elle risque, ici?"

Ce qu'il voulait qu'elle risque ? Rien… Il ne voulait pas que quoi que ce soit lui arrive, mais plus le temps passait, plus les risques en question lui sautaient aux yeux comme jamais. Elle avait tout à perdre, tout à craindre… Et donc, c'était son cas également.

Les risques, à Féerie, étaient supposés ne pas exister, c’était ce que son père lui avait toujours dit, et Gabriel l’avait toujours cru, jusqu’à il y a peu. Depuis que son chemin avait croisé celui de Nathaniel, depuis qu'il avait revu Eleonore, son point de vue avait fondamentalement changé.

Il ignorait quels étaient les dangers, mais il était certain qu’il y en avait. Et ça, avant même de les voir, d'ailleurs… Avant tout cela, il était allé jusqu'à cette conclusion morbide, supposant que la femme qu'il aimait était peut-être morte.

À présent, il savait qu’elle était en vie, il avait de l'espoir. Mais cet espoir se mêlait de frayeur.

"Gabriel. Je suis désolée de ce que cette paysanne t’as fait subir, mais passe donc à autre chose. Tu ne peux pas revenir sans cesse sur cette histoire."

Paysanne. Gabriel n’appréciait guère que son père use d’un terme aussi hautain et péjoratif pour parler de celle pour qui battait son cœur, de celle qu'il aurait tant voulu et dû épouser, mais il ne releva pas sa remarque.

Il reviendrait sans cesse sur cette histoire, il ne pouvait pas faire autrement. Elle le hantait.

Il y pensait tous les jours et toutes les nuits. Il avait besoin de réponse, il serait bien incapable de faire comme si de rien n’était.


"Très bien."


Il baissa la tête. Un moment, il songea à revenir sur ce qu’il avait décidé de faire, il songea à faire comme il le faisait souvent, courber l’échine face à son père et tenter d’oublier tout cela.

C’était tellement plus simple que d’avoir à affronter le regard de glace de son géniteur.

Mais il était décidé à aller jusqu’au bout, cette fois.

"Il n’y a pas que de cela, que je voulais vous parler."
Il prit une inspiration. Il ne savait comment il allait s’y prendre, d’autant plus qu’il ne pouvait parler que de ses intuitions. Il ne pouvait pas se permettre de parler de sa conversation avec Nathaniel, et encore moins de ses retrouvailles avec Eleonore. "J’ai l’impression que dernièrement, il se passe des choses curieuses au château. Ni toi ni Anthony n’agissez comme à l’ordinaire. Ce royaume est aussi un peu le mien. S’il se passe quelque chose, je pense que je suis en droit de savoir."

Gabriel avait conscience d’être sûrement allé trop loin, surtout lorsqu’il avait mentionné le royaume.

Il connaissait le tempérament de son père, il se doutait qu’il pourrait s’emporter, mais il n’avait pas totalement parlé à tort.

En tant que prince de Féerie, un jour viendrait où ce royaume serait le sien, et ce jour-là, il faudrait qu’il en connaisse les secrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Mer 28 Jan - 1:14

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

Un père ne devrait pas penser ça de son fils, c’est évident, n’empêche qu’Edgar avait pensé que son fils resterait assez idiot et naïf pour ne pas se rendre compte de ce qui se tramait autour de lui. C’est vrai, Gabriel n’était pas un gamin débile, mais si romantique, avec des idéaux si regrettable, qu’Edgar avait cru qu’il allait réussir à le préserver du monde réel sans faire aucun effort. Il faut croire qu’il s’était trompé. Souvent, Edgar déplorait l’attitude de son fils, mais là, il aurait aimé qu’il soit un peu plus lui-même. Le fait qu’il ait des doutes ne lui plaisait guère. Mais à quoi est-ce qu’il s’était attendu? C’était normal, au final, qu’il se soit rendu compte que quelque chose clochait, presque tout le monde au palais était dans la confidence sauf lui : sa femme, ses parents, Anthony, les gardes du château. Il fallait bien qu’à un moment ou à un autre, il se pose des questions. Edgar voulait éviter ça, pourtant. Il ne pouvait pas dire la vérité à son fils. Il était plein d’idéaux, il ne pouvait pas les lui enlever. Pas parce qu’il avait envie de ménager sa sensibilité, mais parce que son gamin serait bien infichu de comprendre. Il allait le juger sans même essayer de voir tout ce qu’il avait fait pour son peuple. Il était bien incapable de voir au-delà de ce qui allait l’intéresser personnellement : à savoir sa petite blondinette stupide.

Edgar s’était dit que dans l’éventualité où Gabriel découvrirait le pot-aux-roses, il se tairait. Il était du genre docile, d’habitude. Il était étonné de voir l’assurance avec laquelle il traitait la situation. C’était presque désobligeant envers lui. De quel droit est-ce qu’il lui disait que son peuple était aussi celui de son fils? Qu’il ne se réjouisse pas trop vite, il avait encore de beaux jours devant lui, et avant qu’il ne pose ses fesses sur son trône, il aurait eu ses premiers cheveux gris. À ce moment là, et pas avant, il aviserait de ce qu’il pouvait dire ou non à son fils. Oui c’est vrai, il faudrait bien qu’il apprenne la vérité à un moment donné, mais pas là. Pas tout de suite, surtout. Le plus tard serait le mieux, en fait.


"Et que pense tu avoir remarqué d’inhabituel ?"


Il se disait que ce serait plus simple d’apaiser les doutes de son fils s’il savait sur quoi ils portaient très exactement. Il n’avait pas du tout envie de jouer à ce petit jeu, il le lui fit comprendre en parlant d’un air las. Il n’avait pas envie de jouer à ça, mais en même temps, il fallait bien qu’il le fasse. C’était risqué de le laisser dans le doute. Il risquerait d’aller chercher ses réponses ailleurs, et ce n’était pas une bonne chance. Il y avait des personnes qu’il valait mieux qu’il ne rencontre jamais. S’il savait que c’était déjà le cas… Une rencontre entre Nathaniel et son fils était l’une des choses qu’il redoutait de plus depuis l’évasion de la prison de l’île.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Mar 17 Fév - 9:44

"Et que pense tu avoir remarqué d’inhabituel?"
Gabriel mit un certain temps avant de formuler sa réponse. Il savait qu’avec son père, il n’aurait qu’une seule chance, s’il y avait le moindre raté dans ce qu’il disait, il risquait de perdre sa chance d’en apprendre plus. C'était usant que de devoir mesurer le moindre des mots qu'il prononçait quand, pour une fois dans sa vie, il n'avait qu'une seule et unique envie : se mettre en colère, purement et simplement, et faire comprendre à son père l'ampleur de son mécontentement. Taper du poing sur la table et lui exprimer le fond de sa pensée ! Si seulement c'était possible ! Mais en attendant, il profitait que son père daigne seulement lui adresser la parole.

En effet, c’était déjà une chance que le roi accepte de lui accorder de son temps, et ne se montre pas entièrement réfractaire aux efforts de son fils pour comprendre ce qui tourmentait le château tout entier, et lui-même par un juste retour des choses. Quoique Gabriel ne savait pas trop tous les efforts que son géniteur fournissait pour éviter que ses soupçons ne grandissent encore plus.

Il fallait qu’il explique clairement les choses, mais qu’il n’ait pas l’air d’avoir fouiné dans les affaires de son père… Il fallait également éviter de mentionner auprès de lui sa rencontre avec Nathaniel, ses retrouvailles avec Eleonore, ces éléments qui avaient tout changé. Et pour toujours...

Il ignorait comment s’y prendre, cependant, pour expliciter ses doutes sans que son père se contente une fois de plus de les balayer d'un revers de manche, ni plus ni moins, ce serait pas son genre, car ses soupçons reposaient davantage sur une impression générale que sur des faits concrets.


"Anthony est plus… distant, avec moi. Tout le monde semble… plus froid, sur le qui-vive, comme si vous craigniez que quelque chose arrive…"


Il savait que son propos était terriblement flou, il imaginait déjà son père l’attaquer sur le fait qu’il était absurde de porter des accusations quand les preuves étaient aussi minces. Mais il n'y pouvait rien, il pouvait comprendre, il devait comprendre... Et encore, il n'évoquait pas ses présomptions, aidées par les deux fugitifs et ce qu'ils lui laissaient comprendre sur ce que son père avait osé faire d'office.

Mais enfin! Quelque chose se passait ici! Et même si on oubliait le sujet Eleonore, cher au cœur de notre prince, de nombreuses choses se révélaient être des mystères aux yeux de Gabriel. Il voulait percer chacun d’entre eux, sans quoi il ne retrouverait plus le sommeil.

Comme, par exemple, toute cette histoire avec Anna. Pourquoi l'avait-on forcé à prétendre épouser Eleonore quand même alors qu'il se mariait à sa soeur ? Pourquoi s'appliquer à cacher à ce point la fuite de la demoiselle. Et son épouse, est-ce qu'elle était dans la confidence ? Ça en avait tout l'air dans tous les cas. C'était cela qu l'agaçait aussi ! C'est comme si tout le monde dans cette école avait parfaitement conscience de ce qui se tramait, qu'il s'agisse de ses parents, d'Anna... ou même d'Anthony... Et lui alors ?
... Le dindon de la farce. Et il fallait que cela cesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Sam 21 Fév - 0:46

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

Edgar se sentit un peu soulagé d’entendre que son fils n’avait pas grand-chose de tangible. Le fait qu’Anthony soit plus distant avec lui, ça ne voulait rien dire du tout… D'ailleurs, est-ce que c'était vrai, ça ? C'est vrai qu'Anthony était un peu plus fébrile que d'habitude, tout comme lui (ça se comprenait, leur vieil ami / ennemi avait fait son grand retour, et ils savaient ce que ça impliquait), mais il admirait quand même son self-control... Mais il y avait peut-être des choses qu'il ne voyait pas, et qui se manifestaient justement quand il se trouvait en compagnie de Gabriel. Quand même, Edgar devrait lui demander expressément de mieux contrôler ses émotions, si on lisait en lui comme dans un livre ouvert, ça n’irait pas du tout (penser ça était complètement stupide, mais il ne savait pas encore à quel point il s’égarait à ce sujet). Il n’avait jamais aimé la proximité qu’il y avait entre Anthony et son fils, il ne manquerait plus qu’à cause d’elle, tous ses plans tombent à l’eau ! Enfin, comme ça il aurait Anthony de son côté pour ramener son fils à la raison. Il y avait mis trop de temps et d’énergie pour le tolérer, beaucoup trop. Il regrettait que Gabriel ait autant de talents de déduction et d’observation là, maintenant, alors qu’il en avait eu si peu avant, et s’était contenté de faire ce qu’il faisait le mieux, et bien : ne rien comprendre et ne rien voir (il avait une estime déplorable de son fils, je vous le fais pas dire). Sûr, le roi ne le lui reprocherait plus jamais... Il allait mettre toutes les chances de son côté pour qu'il retrouve sa bonne vieille naïveté.

Non, la soudaine distance d’Anthony ne voulait rien dire du tout… mais ce qu'il disait... "froid", "sur le qui-vive", il fallait qu'il en ait le coeur net. Edgar espérait pouvoir éviter de parler avec son fils de tout ce qui troublait le royaume, mais d’un côté, est-ce que c'était encore possible ? C’était un terrain glissant que celui qui concernait la prison, Eléonore, Nathaniel, et le passé commun d’Anthony et d’Edgar. Il aimerait pouvoir faire comprendre à son fils les "bonnes" raisons qui l'avaient poussé à faire tout ce qu'il avait fait, et qui faisait qu'il n'éprouvait ni regrets, ni remords, et resterait campé sur ses positions. Il avait la bêtise de croire que le monde pouvait être beau, heureux, et sans nuages. Et pourquoi est-ce qu'il avait la bêtise de croire ça, c'est parce que c'était ce qui lui avait été enseigné. C'est ce qu'il avait enseigné à tout son peuple, à tout Féerie, maintenant il en faisait les frais. Le serpent qui se mord la queue comme on dit souvent.


"Je n'ai pas de temps à perdre avec tes "impressions", Gabriel, je ne vais quand même pas commencer à t'inventer des salades pour que tu sois satisfait de penser que quelque chose a changé. Féerie, le palais, ne sont pas différent de ce qu'ils avaient été hier et de ce qu'ils seront demain. Si tu n'as rien de plus concret à me dire, désolé, j'ai vraiment d'autres choses à faire que de t'écouter."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Jeu 26 Fév - 9:43




"Je n'ai pas de temps à perdre avec tes "impressions", Gabriel, je ne vais quand même pas commencer à t'inventer des salades pour que tu sois satisfait de penser que quelque chose a changé. Féerie, le palais, ne sont pas différent de ce qu'ils avaient été hier et de ce qu'ils seront demain. Si tu n'as rien de plus concret à me dire, désolé, j'ai vraiment d'autres choses à faire que de t'écouter."


Edgar pouvait bien se rattraper aux branches, le prince n'arrivait pas à se sentir convaincu par ce qu'il entendait. Il voyait bien que son père commençait à sérieusement s'agacer, et même s'il était déjà arrivé plus d'une fois qu'il exaspère son géniteur, il ressentait la situation différemment, maintenant. Il commençait à savoir être attentif aux signes, ceux qui lui échappaient jusqu'alors.

Quelque chose avait changé. Il était crédule, oui, naïf, certainement, mais il n'était pas aveugle pour autant. Ce n'était pas qu'un sentiment, il se passait bel et bien quelque chose, sa rencontre avec Eleonore et Nathaniel le lui avait bien prouvé. Et plus son père s'évertuait à nier, plus il obtenait l'inverse de ce qu'il recherchait sans doute.

Il n'y avait plus rien qui puisse apaiser le prince de Féerie ou arrêter pour de bon ses doutes. C'était allé trop loin. Et il en avait assez d'être pris pour le sombre idiot incapable de faire quoi que ce soit et de comprendre quoi que ce soit, celui à qui l'on pouvait faire prendre des vessies pour des lanternes, et qui n'était jamais qu'un dommage collatéral.. À se demander si le père avait ne serait-ce qu'un fond de considération pour le fils. Gabriel finissait pas croire tristement que non. La pilule était difficile à avaler. Il n'était rien pour son père. Et que le pantin veuille se dresser contre le marionnettiste, ça devait rendre dingue le roi de Féerie.

Gabriel réfléchit, il tenait absolument à mettre son père au pied du mur, à le placer face à ses contradictions, mais comment faire ? Il fallait qu'il lui fournisse un élément, un élément auquel le jeune homme n'aurait pas pu songer, et qu'il n'était pas supposé savoir. Il réfléchit... et se rappela sa première conversation avec Nathaniel, quand il avait rencontré le fugitif pour la toute première fois... Est-ce que cela mettrait Eleonore en danger d'en parler ? En même temps, il n'en pouvait plus de demeurer à ne rien dire. Il voulait faire réagir son géniteur, par tous les moyens.

"Père… est-ce que le nom de Nathaniel vous dit quelque chose?"


Le risque était prit. Il n’avait pas l’intention de dire à Edgar qu’il l’avait rencontré. Si la vie d’Eléonore était en jeu, il ne voulait prendre aucun risque, pas le moindre. Mais sa soif de savoir était trop grande. Il fallait qu’il comprenne. À tous prix.

Il s’attendait à ce que la réponse de son père soit évasive, mais il arriverait peut-être à observer quelque chose, dans son comportement, qui l’aiguillerait, qui l’aiderait à rassembler les pièces de ce gigantesque puzzle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Dim 8 Mar - 0:18

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

Est-ce que c’était en train d’arriver? En tous cas, tout le laissait à croire. Gabriel commençait à se forger ses propres opinions, et la confiance aveugle qu’il avait eu en son père à une époque était en train de disparaître, peut-être définitivement. Edgar ne laisserait pas faire ça. Il voyait bien que son fils était en train de se façonner son propre jugement et de concevoir sa propre vision de la vie. En gros, il devenait adulte, et n’importe quel parent aurait dû être fier de ça, surtout le père d’un futur roi. Mais ce n’était absolument pas de la fierté, que ressentait Edgar, c’était de l’appréhension. Son fils DEVAIT rester le gamin crédule et naïf qu’il avait toujours été avant, pour le bien du royaume, de sa famille, et surtout pour son propre bien à lui. Il n’aimait pas du tout le fait que son fils ne fasse pas ce qu’il faisait d’habitude, c’est-à-dire approuver, dire qu’il avait raison et ne plus poser de questions.

À la place, il n’arrêtait pas les questions… et ses questions devenaient de plus en plus intrigantes. Celle-là en particulier. Bien sûr, qu’Edgar connaissait le nom de Nathaniel, c’était même un nom qu’il connaissait beaucoup trop bien. Le seul Nathaniel qu’il avait connu avait eu beaucoup d’importance dans sa vie et encore plus maintenant qu'il le savait en train de courir dans la nature il ne savait où, accompagné d'autres anciens prisonniers de l'île des soupirs, attendant sans doute le moment de lui dérober sa couronne.

Jusqu’ici, Edgar n’avait jamais eu à parler du passé royal à son fils. S’il parlait tout à coup de ce nom, c’était que quelqu’un lui en avait parlé avant… et comme sa femme n’aurait jamais fait ça, il n’y avaient que deux personnes pour l’avoir fait. Nathaniel lui-même... ou Anthony. Il fallait espérer qu’il s’agisse d’Anthony (après tout, il était proche de son fils), même s’il passerait un sale quart d’heure, dans ce cas. S’il s’agissait de Nathaniel, s’il avait réussi à approcher son fils, et le provoquait très clairement en s'amusant à retourner le cerveau du prince, la situation était vraiment très grave. Il ne savait vraiment pas quoi penser de tout cela. Il lui était tout simplement impossible d'évoquer un tel sujet avec lui, car évoquer un tel sujet, c'était revenir sur la manière avec laquelle il était arrivé au trône... Il ne regrettait rien de ce qu'il avait fait, ou même de sa trahison, mais il était déjà convaincu que Gabriel n'entendrait pas les choses de cette oreille.

"Qui t’as parlé de lui?"


Il faisait ce qu’il pouvait pour ne pas avoir l’air inquiet, pour faire comme s’il maîtrisait tout, comme d’habitude, mais ce n’était pas bien évident, vu les circonstances. Même lui pouvait perdre son assurance, parfois.


"Le seul Nathaniel que j’ai jamais connu est mort il y a longtemps."


Autant éjecter le sujet comme ça, et guetter la réaction de Gabriel. Même s’il sentait déjà que son très cher fils allait le cuisiner dans les grandes largeurs.
Ayez des gosses!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Jeu 26 Mar - 10:45


"Qui t’as parlé de lui?"


Son père avait toujours eu l’art de dissimuler le fond de ses pensées. Même Gabriel, qui tout de même était son fils, n’avait jamais vraiment su ce qu’il pouvait cacher, ce qu’il fallait entendre derrière les mots qu’ils prononçait.

Même si Edgar faisait mine de ne pas être inquiet, le simple fait qu’il ait prononcé ces mots en disait long. Donc il connaissait ce prénom, et apparemment, il ne lui était pas indifférent.


"Le seul Nathaniel que j’ai jamais connu est mort il y a longtemps."


Oh. Cette réponse ne manqua pas de surprendre Gabriel. Il lui mentait. Effrontément, il en avait la preuve. Nathaniel était loin d'être mort, Gabriel était parfaitement bien placé pour le savoir puisqu'il l'avait rencontré, et que c'était lui qui avait instillé tant de doute en lui. Mais... pour la défense de son père (oui, il cherchait encore à le défendre, ça risquait bien de lui passer), peut-être que le roi pensait vraiment que cet homme était mort. Dans tous les cas, ça ne l'aidait pas à comprendre.

Quand cette réponse soulevait de nombreuses question, elle le décevait également. Cette réaction était intéressante mais ne lui apprenait pas grand chose, il allait devoir s'engouffrer dans la brèche pour parvenir à en apprendre plus et à percer le vrai du faux, à comprendre cette situation pour de bon.


"Lorsque j’étais au marché… j’ai entendu plusieurs personnes prononcer son nom, alors je me suis interrogé…"


Il avait hésité, quelques secondes, à dire la vérité, mais il se retint à temps. La vie d’Eléonore était en jeu. Il ne pouvait se permettre de la malmener, alors autant faire croire à des rumeurs et guetter sa réaction, ça suffirait peut-être.


"Qui était-ce, cet homme ? Vous le connaissiez bien ?"


À nouveau, il se montrait certainement trop curieux. Mais il ressentait le besoin de poser toutes les questions qui lui venaient en tête tant qu’il en avait l’occasion. Il savait pertinemment que, à un moment ou à un autre, son père en aurait assez. Il n’aurait aucun mal à trouver un prétexte afin de lui échapper. Il lui suffirait de prétexter un travail urgent, il avait toujours du travail.

Le simple fait qu’il daigne lui accorder autant de temps était en soi un exploit. Il devait en profiter tant qu’il le pouvait.

Et il est vrai que c'était un point qui restait encore obscur. Il avait beau avoir rencontré Nathaniel à plusieurs reprises, ce dernier n'avait jamais été très clair et très explicite quand il était question des conditions dans lesquelles il avait rencontré Edgar. Ces raisons demeuraient obscures, et si Nathaniel ne voulait rien dire, peut-être que son père se montrerait plus bavard ?
...Il y avait bien peu d'espoirs, certes. Au point où il en était, il ne coûtait plus grand chose que de pousser sa curiosité jusqu'au bout.

Il fallait qu'il comprenne, et puisqu'il pouvait bénéficier de deux points de vue différents, il allait en profiter. Même s'il se retrouvait entre deux illusionnistes et grands menteurs de première catégorie, pour faire la part déchausse, il allait falloir être aussi malins qu'eux... Pas sûr qu'il y parvienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Jeu 9 Avr - 21:18

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

Plusieurs personnes pour mentionner soudainement et à l’unisson un nom qu’il avait réduit au silence depuis presque deux décennies, c’était troublant, mauvais signe, et inconcevable, surtout. Pourquoi est-ce que cela était en train de lui tomber dessus ? Oh, il en avait une petite idée. C’était exactement ce que les habitants du royaume du bout de l’océan auraient appelé un retour de karma. Ou bien, peut-être bien que Gabriel lui mentait… mais très franchement, il l’imaginait mal dire autre chose que la vérité. C’est vrai, il l’avait élevé dans l’illusion la plus totale, mais Edgar avait toujours trouvé tout ce qui sortait comme parole de la bouche de son fils d’une sincérité écœurante, il ne le pensait pas capable de mentir ou de manipuler. Il serait temps qu’il arrête de se leurrer et de le sous-estimer, certains traits de caractère pouvaient bien être génétiques. Enfin, que Gabriel mente ou pas, ça ne résolvait pas le problème, et le problème c’est que Nathaniel et sa bande de fous dangereux s’amusaient à remuer le passé avec vraiment trop d’insistance.

Edgar s’armait de beaucoup d’efforts afin de ne pas envoyer son rejeton sur les roses. Il ne pouvait pas se permettre de le rabrouer au moment où il faisait sa petite crise d’adolescence en retard, pas alors qu’il remettait en cause son autorité. Il avait besoin de lui à ses côtés. Si même son propre fils n’avait plus autant d’estime pour lui, où allait le monde ? C’était son monde, hors de question qu’un fantôme des temps passés vienne tout foutre en l’air. Il ne voulait pas que tout son univers se mette à péricliter.
Il fit preuve de toute la patience dont il était capable pour lui répondre, même si la question était délicate, et qu’il devrait se montrer allusif, et mentir un peu… Pour ne pas changer.


"C'était un ami... Un jour, il m'a trahi et s'est évaporé dans la nature, voilà toute l’histoire."


Toute l’histoire? Hum, si on oubliait les trois quart des événements sordides qui y étaient lié, oui c’était toute l’histoire. Après tout, c’est vrai que Nathaniel l'avait trahi, c’est vrai qu’il avait tout à coup disparu de Féerie… Mais la faute à qui, ça...

[b]
"Que disaient ces gens, au marché, au sujet de ce Nathaniel qu’ils évoquaient ?"[
/b]

Quelqu’un d’autre pouvait bien porter ce nom, il ne fallait pas oublier cette possibilité, même si Edgar n’y croyait pas. Il avait les nerfs à vif, tant que Nathaniel serait en liberté, menaçant l’ordre des choses, il serait forcément sur le qui-vive, sur interpréterait tout ce qu’il entendrait, et serait un brin paranoïaque. Il fallait qu’il le retrouve, qu’il mette un terme à tout cela, il fallait que son fils lui revienne, aussi docile et naïf qu’avant. Gabriel n'avait dans tous les cas pas à se retrouver mêlé à cette ancienne querelle, à ce vieux règlement de compte qui datait d'il y a presque vingt ans et lui revenaient à présent en pleine figure. Ce n'était pas son affaire. Lui, il devait se contenter d'ignorer. Pourquoi il ne se contentait pas d'ignorer ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Mar 12 Mai - 11:36



"C'était un ami... Un jour, il m'a trahi et s'est évaporé dans la nature, voilà toute l’histoire."


C'était là un résumé court de la situation, efficace si on ne cherchait pas d'aller voir plus loin, mais Gabriel n'en était plus à ce stade, où il s'était égaré trop longtemps, où il ne voyait quoi faire d'autre que de regarder les choses en profondeur, et il ne pouvait plus se contenter de la surface.

Donc, il avait été son ami. C'était une réponse étonnante, étant donné que Nathaniel n'avait pas franchement eu l'air très enthousiaste concernant son père, plus haineux qu'autre chose. Mais c'était peut-être justement parce qu'il y avait eu amitié que la haine et la rancoeur était devenue intense.

Il l'avait trahi, donc ? Est-ce qu'il disait vrai ? Gabriel n'arrivait plus à discerner le vrai du faux, agaçant constat. Il aurait aimé pouvoir faire de lui-même la part des choses, mais il en était bien incapable, il allait lui falloir du temps pour comprendre à qui il pouvait faire confiance et qui il devait craindre... La vérité pouvait s'imposer facilement, en fait. Il ne pouvait faire confiance à personne si ce n'est à lui-même.

Non, ce n'était pas toute l'histoire, dans tous les cas, Gabriel voudrait en apprendre davantage, allait en demander davantage quitte à être laissé sans réponse. Il n'en pouvait plus d'être prit pour le dindon de la farce. N'y avait-il pas quelqu'un qui puisse et sache lui permettre de faire la part des choses ? Oui. Lui. Mais il n'était pas encore prêt. Comment l'être, d'ailleurs ?



"Que disaient ces gens, au marché, au sujet de ce Nathaniel qu’ils évoquaient ?"

C'était à lui de poser les questions, non ? Il avait le sentiment que son père inversait la situation pour l'embrouiller. Ça aurait pu fonctionner à une époque, mais le fils du prince de Féerie avait bien changé, et il ne comptait pas se laisser faire, cette fois. Il lui répondit tout de même, mais ce n'était pas parce qu'il voulait rentrer dans son jeu, c'était parce qu'il voulait lire quelque chose dans sa réaction, pour comprendre la vérité.

ll inventa donc, et il réalisait qu'il n'avait jamais mit autant d'aplomb à mentir, en fait, il n'était pas certain d'avoir déjà eu à mentir avant... avant qu'Eleonore n'entre dans sa vie, avant de devoir épouser sa jumelle en prétendant qu'il s'agissait de la femme qu'il aimait, qu'il aimait comm un damné.


"Ils disaient de cet homme qu'il était étrange, un peu fou..."
Il en faisait ce genre de description pour que son père soit certain qu'ils parlaient du même Nathaniel. "... et qu'il était très en colère contre vous."

Son ton était ferme, décidé, assuré, bien plus qu'en temps normal. Il n'avait pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds. Il voulait savoir l'histoire, toute l'histoire, et s'il ne l'obtenait pas de son père, il s'arrangerait pour que d'autres la lui apprenne.


"En quoi vous a-t-il trahi ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Mar 16 Juin - 23:56

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

Un homme étrange et un peu fou, c'était une description qui correspondait très bien à Nathaniel, à son Nathaniel. Il ne fallait pas aller trop vite en besogne, bien sûr. Les fous, les grands dégénérés mentaux, ceux qu'il n'avait pas pris le soin d'enfermer, en tous cas, ça pullulait, en Féerie. Mais c'est lui qui serait étrange et complètement fou s'il ne prenait pas ces informations en considération. Il était évident que cela le concernait, et que cela le concernait même de très près. Depuis que l'homme avait fui l'île des soupirs, le roi attendait les représailles de son "vieil ami". Si son nom était parvenu jusqu'aux oreilles de son fils, c'est qu'il était en marche. La menace était en approche... Mais se servir de son fils comme d'un signal, si ça ressemblait bien à ses fichues méthodes, c'était trop. Edgar n'était pas toujours bien fier de sa progéniture, mais il y veillerait toujours comme à la prunelle de ses yeux. S'en prendre à lui, c'était s'en prendre au futur d'un royaume dont il avait obtenu le trône au péril de sa vie. Un homme étrange, fou, en colère contre lui. C'était forcément Nathaniel, ce fantôme de son passé qui le hantait, pire, qui le narguait. Il l'imaginait, avec ce fichu sourire narquois sur le visage, là... Ce pauvre bougre passait toujours son temps à sourire, autrefois. S'il n'avait pas perdu cette sale habitude, Edgar irait le lui arracher, son satané sourire, et s'assurer qu'aucun autre ne s'afficherait plus jamais sur son visage. Il voulait qu'il quitte cette terre en grimaçant. Et il voulait qu'il la quitte le plus vite possible. C'était en train de trop durer. Et s'il invitait Gabriel à poser des questions, c'était pire encore.

"Il a voulu prendre le trône qui me revenait de droit, il était prêt à tout, pour cela..."


Ce n'était pas complètement, faux ! Ce trône, Nathaniel l'avait voulu pour lui tout seul. La seule chose fausse, c'était que le trône n'aurait logiquement dû revenir ni à lui, ni à Nathaniel. Mais ça... Edgar pensait quand même qu'il en avait suffisamment fait pour que la gouvernance de Féérie lui revienne de droit, et qu'il n'ait pas à s'en justifier... C'est vrai qu'il ne se perdait pas vraiment dans les détails, parce que ces détails ne lui faisaient pas forcément honneur, mais Gabriel devrait s'en contenter. Et prendre sa défense, par ailleurs, car un jour, ce serait lui qui qui prendrait sa succession. Même s'il y avait encore du pain sur la planche. Vraiment beaucoup. Pour ne pas dire trop.

"Sais-tu où le trouver ?"
demanda-t-il alors.

Car c'était bien l'essentiel, le plus important. Il devait mettre la main sur Nathaniel le plus vite possible, pour taire la menace aussi vite qu'elle était apparue. Si Gabriel avait le moindre indice, il allait falloir qu'il le lui donne, et au plus vite. Il avait vécu en parfaite sérénité, en toute sécurité, jusque là, il en avait même oublié le passé ténébreux qui revenait lui coller à la peau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Jeu 9 Juil - 8:51


"Il a voulu prendre le trône qui me revenait de droit, il était prêt à tout, pour cela..."


C'était, en soi, plutôt cohérent, à bien y réfléchir, le trône de Féerie était forcément très prisé, et Gabriel savait très bien que ce pouvoir supposé se transmettre par le sang ne l'avait pas été dans le cas de son père.

Dorian Lydre n'ayant pas d'héritier (il savait tout de même certaines choses sur les rois qui l'avaient précédés, c'était indispensable quand on était prétendant au trône, même s'il ne savait jamais que ce qu'on avait bien voulu lui apprendre), le trône était revenu à son conseiller le plus proches. Il était fort probable que cela ait attiré quelques jalousies et convoitises... celle de Nathaniel également ? Mais non, ça ne pouvait pas coller.

Pas si l'on parlait du même Nathaniel, et il avait du mal à croire qu'il puisse s'agir d'un autre vu la situation. Mais le Nathaniel qu'il avait rencontré avait sans doute moins de la trentaine. Son père, lui, était roi de Féerie depuis presque vingt ans, depuis avant sa naissance. Ça n'allait pas...

Gabriel ressentait qu'une information de poids lui échappait, mais que faire pour connaître le fin mot de cette histoire ? Lui poser frontalement la question ? En faisant cela, il avait peur de se trahir, et donc de trahir Nathaniel, ce qu'il supporterait en soi (il ne savait toujours pas s'il devait faire confiance à cet homme) s'il n'entraînait pas Eleonore dans sa chute. Non, il devait se montrer prudent, et garder plutôt certaines questions pour plus tard. Surtout qu'il pensait avoir déjà éveillé trop de soupçons chez son père.


"Sais-tu où le trouver ?"


Oui. Et non, en même temps. Il savait de quelle façon les joindre et les rejoindre, mais bien sûr, il n'était pas du tout question d'en parler. Il devait jouer les ignares et les innocents, ce qui n'était pas vraiment un rôle de composition pour sa part, il avait trop longtemps été le plus parfait des benêts, incapable de voir ce qu'il avait juste sous le nez. Mais là, c'était trop gros. Il ne pouvait plus fermer les yeux et faire comme si de rien n'était.


"Non !"
répondit-il de façon plutôt virulente. Plus virulente qu'il ne l'aurait voulu. "Bien sûr que non. Si je savais quelque chose, je vous en informerais."

C'était faux, bien sûr. Jamais il n'avait menti autant et aussi effrontément à son père. En fait, il n'était pas sûr d'avoir jamais menti à son père auparavant, même pour des broutilles. Depuis le départ d'Eleonore, sa vie avait changé du tout au tout. Et sa perception de la vie également. De cette affaire, il était totalement incapable de sortir indemne.

Il n'était pas très familier du mensonge, malgré tout. Et il sentait que s'il devait plus longtemps soutenir le regard de son père, il allait craquer. Il fallait qu'il s'en aille, qu'il fuie la conversation. Aussi vite que possible.


"Je me sens fatigué. Puis-je disposer, père."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 102
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   Mar 21 Juil - 19:00

La pomme tombe parfois loin de l'arbre

Le "non" que prononça Gabriel ressemblait, aux yeux d'Edgar, beaucoup trop à un oui, et ça n'avait rien pour endormir ses doutes et ses soupçons. Au contraire, cela les réveilla plus qu'autre chose. Le roi était convaincu, plus que jamais, que son fils avait quelque chose en tête, qu'il savait quelque chose qu'il ne voulait pas lui dire. Il lui mentirait donc ? De la part de Gabriel, Edgar devait bien reconnaître que c'était particulièrement surprenant. Si les circonstances avaient été différentes, il en aurait peut-être éprouvé de la fierté. avoir un fils naïf et docile avait ses avantages, mais le prince était amené à régner sur Féerie, un jour, il n'y parviendrait pas en demeurant tout sucre tout miel, il lui faudrait mentir, il n'y avait pas d'autre choix envisageable. Donc autant qu'il commence tout de suite, c'est vrai... mais s'il pouvait éviter de commencer en lui mentant effrontément, là, comme ça. S'il savait quelque chose, il lui dirait, qu'il disait. À présent, il n'y croyait plus.

Edgar le voyait, le sentait, le savait... Son fils était en train de lui échapper. Et s'il ne faisait pas rapidement quelque chose pour y remédier, alors il serait trop tard, il n'y aurait plus rien à faire... Non. C'était hors de question. Savoir que Nathaniel agissait dans l'ombre sans rien pouvoir faire pour calmer ses agissements, c'était déjà beaucoup, mais s'il pensait qu'il pouvait embrigader son fils comme cela, sans qu'il ne fasse rien pour empêcher cela, il se fourrait le doigt dans l'oeil jusqu'à la rotule. Il ne pouvait cependant pas faire autrement. S'il lui parlait tout de suite, s'il cherchait à l'intimider, il ne ferait que braquer son rejeton.

Non, pour le moment, il n'y avait rien à faire si ce n'est le garder à l'oeil, et lui endormir l'esprit comme il avait très bien su le faire durant le dix-sept premières années de sa vie. De toute façon, la conversation devait visiblement tourner court à présent. Gabriel prétextait d'être fatigué. Edgar n'y croyait pas, mais il ne pouvait pas dire grand chose, de toute manière, alors autant laisser couler autant que faire ce peu. Pour le moment. Et pour repartir à la charge, ensuite, plus tard. Gabriel ne perdait rien pour attendre, vraiment rien. Edgar hocha donc la tête pour autoriser son fils à prendre congé de lui.

"Va." approuva-t-il de son habituelle voix sévère. "La nuit porte conseil." ajouta-t-il en guise d'avertissement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pomme tombe parfois loin de l'arbre (pv fiston)
» Le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre[Solo]
» Wash ♣ Ecouter la forêt qui pousse plutôt que l'arbre qui tombe.
» Une feuille tombe de l'arbre [ PV ]
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le grand château :: Les jardins-