Partagez | 
 

 The sleeping victim / feat Nathaniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: The sleeping victim / feat Nathaniel   Mer 3 Juin - 13:16

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
L
e jour commençait enfin à se lever et, avec lui, les rebelles. Ce n’était pas trop tôt pour Orianne qui peinait à supporter les longues heures nocturnes où tout le monde dormait sauf elle. Il fallait dire que dans les bois, comme dans son ancien cimetière, il n’y avait pas grand-chose à faire la nuit à part monter la garde. Mais au moins, en journée, elle était entourée de bien plus de vie – dans tous les sens du terme – à présent.  

Mais alors que les rebelles commençaient peu à peu leur journée, une tête bien particulière manquait à l’appel et alors que 7 heures étaient bien passées. Après avoir regardée longuement autour d’elle, Orianne dû se rendre à l’évidence.

Ainsi, laissant le groupe à ses occupations matinales, Orianne se dirigea vers la petite cabane abandonnée que c’était approprié leur chef le temps que durerait leur campement dans cette clairière et, sans prendre la peine de frapper, elle traversa silencieusement le mur.

L’unique fenêtre du cabanon ayant été condamnée il y a bien longtemps avec des planches de bois, les lieux étaient encore particulièrement sombre malgré le soleil levant. Ce n’était donc pas autrement étonnant que Nathaniel ne se soit pas réveillé avec les autres.

Tranquillement, la fantôme se rapprocha de l’espèce de lit dans lequel l’homme dormait paisiblement. Après une courte hésitation, elle commença à l’effleurer. Dans sa forme basique, si elle ne se concentrait pas, Orianne traversait la matière et les corps. Ainsi, son touché n’était rien de plus qu’un effleurement plus froid. Cette étrange sensation que l’on ressentait parfois et qui se faisait dresser les petits poils dans la nuque en nous donnant la chair de poule sans savoir pourquoi.

Nathaniel, murmura-t-elle doucement au dormeur qui n’eut pas particulièrement de réaction hormis un frissonnement à son contact. Nathaniel, c’est l’heure de se lever, reprit-elle à peine plus fort.

Mais rien à faire, son chef ne semblait pas particulièrement enclin à quitter le sommeil et ce, bien que sa voix montait graduellement en niveau sonore jusqu’à atteindre un niveau normal.

Après une bonne minute, Orianne poussa un soupire. La manière douce ne voulait pas fonctionner ? Très bien, mais qu’il ne vienne pas se plaindre ensuite.

Fermant les yeux pour se concentrer au maximum, Orianne attrapa le côté de la couche improvisée et, dans un geste, la releva d’un coup, faisant rouler au sol son occupant.

Bon tu vas finir par te lever oui ?, aboya-t-elle au moment où, perdant sa concentration, la couche traversa ses mains pour retomber au sol.

Ni une ni deux, la jeune femme monta alors dessus à quatre pattes pour en traverser la largeur et se pencher sur le corps ayant atterri au sol.

Bonjour !, lui lança-t-elle joyeusement avec le plus grand sourire innocent qui soit sur les lèvres.

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Jeu 4 Juin - 19:03


The sleeping victim
L

es vraies nuits se faisaient rares, et depuis bien longtemps, pour Nathaniel. S'abandonner aux bras de Morphée était un luxe qu'il ne pouvait plus vraiment se payer, et ce depuis bien longtemps. Il ne fallait pas espérer connaître une vraie nuit de sommeil, quand on était prisonnier de l'île des soupirs, dans une de ces cages inconfortables où l'on avait, de toute manière, à peine la place de s'allonger. Et la vie de fugitif ne permettait pas non plus de faire la grasse matinée. De manière générale, il fallait veiller à se réveiller le plus tôt possible afin de s'assurer de ne pas être repéré, alterner les tours de garde, et toujours demeurer aux aguets quoi qu'il en soit. Quand arrivaient certaines occasions, au cours desquelles il lui était accordé de se reposer sur une couche digne de ce nom, et de pouvoir dormir plusieurs heures d'affilée, il fallait bien les saisir et en profiter au maximum. Il s'était accaparé un cabanon confortable (ou qui, du moins, l'étaient selon ses critères revus à la baisse depuis une vingtaine d'années - ah, il en profiterait, des ses matelas royaux, quand ils lui seraient accordés), et avait, il est vrai, dormi comme un loir, comme il ne l'avait pas fait depuis bien longtemps. Sans doute trop, à vrai dire, il aurait dû être levé depuis plusieurs heures, mais la lumière du soleil, masquée par la fenêtre condamnée, ne lui avait pas permis de s'en rendre compte. Au fond, c'était une bonne chose qu'Orianne soit venue la réveiller. Sauf qu'il s'agissait d'Orianne. Donc elle l'avait fait à sa manière. À sa manière désagréable et profondément déplaisante : sa voix, d'abord lointaine, s'était faite plus forte, mais il avait réussi à l'ignorer. Du moins jusqu'à ce qu'il le renverse de son lit.

-Merci pour ce charmant réveil.
grommela-t-il en se frottant l'arrière du crâne avant de se redresser. Il avait su recoller son habituel sourire sur son visage, mais il était clairement plus forcé qu'il savait être la plupart du temps. Je sais que ta vie est d'un ennui profond, Orianne, mais il y a bien plus utile à faire pour te distraire. Cette fois, son sourire avait retrouvé un peu plus de son naturel. Il s'étira, et bailla légèrement. Malheureusement, il le sentait bien, qu'il avait trop dormi. Il voyait à présent les rayons du soleil percer à travers les planches de bois qui condamnaient la fenêtre. Et il entendait du mouvement dehors, les autres devaient être réveillés. Quelle heure est-il ?

Il ne devait pas être trop tard non plus, selon les critères du commun des mortels, mais sans doute bien trop selon les exigences de la rébellion, et des exigences qu'il avait établies de lui-même, par soucis obligé de sécurité. L'idée que les autres soient réveillés, et sans sa supervision, l'agaçait.... même si, contradictoirement, il lui était déjà arrivé de les abandonner pendant plusieurs jours, se souciant à peine de leur sort et de ce qu'ils allaient faire loin de lui. Mais puisqu'il était là, autant respecter son "rôle".





code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...


Dernière édition par Nathaniel le Lun 15 Juin - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Ven 5 Juin - 17:38

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
O
rianne ne put s’empêcher de rire en voyant réapparaitre la tête hirsute de Nathaniel. C’est vrai qu’elle y avait peut-être été un peu fort mais il fallait bien qu’elle s’entraine non ? Sur l’île, elle parvenait à peine à déplacer de quelques centimètres quelques petits cailloux et maintenant, elle arrivait à retourner un lit avec son occupant dedans. Certes, l’exploit était de courte durée et s’arrêtait aussi vite qu’il avait commencé mais c’était tout de même un sacré progrès ! Elle avait l’impression de gagner en force de jour en jour depuis qu’elle avait fuit avec les rebelles.

Bien sûr, le mental y était beaucoup dans l’histoire. Sur l’île, elle n’avait jamais rien eut d’autre à faire que de pleurer sur son sort en pensant à son époux qui avait pu rejoindre un autre monde quand elle-même était toujours coincée dans celui-ci. Alors qu’avec les rebelles, elle retrouvait peu à peu sa joie de vivre. Et du coup, elle gagnait en motivation et en force.

Nathaniel marquait tout de fois en disant que sa vie – ou plutôt sa non-vie – était d’un ennui profond malgré tout. Elle avait beau avoir pu quitter l’île, elle restait quand même un fantôme. Par conséquent, elle pouvait oublier tous projets d’avenir pour la simple et bonne raison qu’elle n’en n’avait pas. Quel avenir une morte pouvait bien avoir en ce monde ?

Il faut bien que quelqu’un te réveil. Je n’y suis pour rien moi si tu dors comme un ours qui hiberne.

Tout en répondant, elle adressa à nouveau son sourire le plus innocent à Nathaniel, se retenant de rire devant le sourire revenant du rebelle.

Il est un peu plus de 7 heures. Ça s’active déjà bien dehors.

Ramenant ses jambes sous elle, Orianne s’agenouilla sur le lit sans quitter Nathaniel de ses immenses yeux bruns.

Allez, tu peux l’avouer, il n’y a que nous ici… Ta vie serait bien plus ennuyeuse sans moi ! Et dis-moi, ça veut dire quoi La takita ? Ou quelque chose comme ça ? Tu as marmonné dans ton sommeil mais niveau articulation, tu pourrais quand même faire mieux.

Orianne ne passait pas ses nuits à veiller sur Nathaniel, loin de là même. Mais quand tout le monde dormait, elle s’ennuyait ferme et donc s’amusait parfois à faire le tour des couches justement parce que parfois, certains marmonnait – voir parlait carrément – dans leurs sommeils et c’était parfois véritablement distrayant. Mais Nathaniel ne le faisait presque jamais. Juste un mot ou un nom, parfois marmonner au détour d’un rêve, rien de plus.


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Lun 8 Juin - 19:20


The sleeping victim
A

ux yeux de Nathaniel, Orianne était une gamine. Pas le genre gamine silencieuse et traumatisée que pouvait être Daphnée, le genre bruyante, taquine et agaçante, le genre que le fugitif ne pouvait pas supporter. Bon, d'accord, même si elle l'agaçait profondément les trois-quarts du temps, le quart restant, Nathaniel pouvait envisager d'avoir un soupçon d'estime et d'affection pour le fantôme (dans la mesure où il était capable d'en éprouver, ce qui n'était pas complètement avéré encore), mais certainement pas au point de lui faire l'honneur de le lui reconnaître. Tout l'intérêt de leurs échanges verbaux, de toute manière, si tant est que Nathaniel admette qu'il y en ait un, reposait sur cette façon constante qu'elle avait de le chercher, tandis que lui-même répliquait à sa manière, souvent avec plus d'irritation que savaient lui en provoquer d'autre, qu'il se contentait de renvoyer dans leurs retranchements, le tout avec une aisance souvent proverbiale. Peut-être était-ce parce que la fantôme en était un, elle se laissait bien moins aisément faire que les autres, et répliquait sans vergogne. En même temps, il est vrai que, puisqu'elle était déjà morte, il ne pouvait pas grand chose de plus contre elle.

-Parce que tu m'observes quand je dors, maintenant.
répliqua-t-il en enfilant rapidement une chemise qui traînait sur le dossier d'une chaise à proximité de son lit. Pas de tenue de rechange pour l'évadé de prison, il ne pouvait guère s'accorder un tel luxe. Sa promptitude à s'habiller n'était pas innocente, d'ailleurs, elle lui permettait de garder toute contenance alors que le spectre avait de tout évidence perçu une bribe de rêve qu'il n'avait pas la moindre envie d'évoquer avec elle... ou quiconque d'ailleurs. Tu sais que ton béguin pour moi commence à frôler le harcèlement ? Bien sûr, il ne croyait pas en ce qu'il disait, mais qu'importe. Pour la formule, il le fallait bien. Il aurait été injuste qu'Orianne soit la seule à profiter de ce réveil nécessaire mais impromptu et de ses conséquences. La tika, une délicieuse spécialité orientale. répliqua-t-il ensuite en achevant de boutonner sa chemise. Quoi qu'un peu trop épicée, sans doute. Il tourna son regard vers Orianne, son impérissable sourire aux lèvres. Quel dommage pour toi. Tu ne pourras jamais y goûter.

Et bim, une petite remarque gratuite comme il lui en faisait tant d'autres sur un fait avéré... eh bien... elle était morte, quoi. Latika n'apprécierait sans doute pas d'être comparée à une quelconque pâtisserie de l'autre bout de l'océan, mais ça, bien sûr, il s'en moquait complètement. Ce n'est pas comme si elle était là pour l'entendre (ou comme s'il se serait de toute manière privé d'user de cette métaphore si elle avait été dans les parages, au contraire, il y aurait pris un malin plaisir). Par ailleurs, il ne trouvait pas l'analogie si éloignée que cela de la réalité. Quoique, pour ce qu'il avait pu en découvrir lors de leurs retrouvailles plus que houleuses, elle avait ajouté une forte dose de piment à  qui était déjà pimenté... Il n'aurait pas été contre y regoûter pour autant, c'est certain.




code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...


Dernière édition par Nathaniel le Lun 15 Juin - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Dim 14 Juin - 12:56

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
I
l faut bien que je m’occupe, répondit-elle machinalement en restant sur le lit. Toutefois, elle recula un peu pour se remettre en position assise, en tailleur, sans cesser d’observer Nathaniel.

Le chef des rebelles l’avait toujours particulièrement intrigué. Après tout, ce n’était pas sans raison qu’elle avait tout à coup décidé de le suivre, quittant ainsi cette île qu’elle avait hanté si longtemps. Il se dégageait clairement quelques chose de lui mais Orianne n’arrivait toujours pas à savoir si ce « quelque chose » était une bonne chose ou pas. Certains semblaient véritablement le craindre parmi les rebelles, et peut-être avec raison. Elle, au moins elle ne risquait rien. Après tout, elle était déjà morte, que pouvait-il lui faire de pire ? Mais sa curiosité à son sujet restait toujours aussi présente. Il se dégageait de lui une sorte d’aura sombre et elle voulait vraiment savoir quels secrets il pouvait bien cacher.

Quand il lui parla de son prétendu béguin, Orianne eut un petit ricanement moqueur. Un béguin pour lui ? Après 17 ans elle pleurait encore et toujours son époux alors ce n’était pas demain la veille qu’elle allait avoir un nouveau béguin n’est-ce pas ? Et encore moins pour cet homme si mystérieux. Orianne avait grandi la tête remplie de rêves de grandes romances sombres et mystérieuses. Pour le côté romance dramatique, elle avait été servie. Pour le reste… Elle était un fantôme. Autant ne pas se faire d’illusion sur son utopique avenir amoureux à moins de rencontrer un gentil mort-vivant quelque part dans la forêt.

Ne prend donc pas tes espoirs fous pour des réalités, finit-elle par rétorquer en se tenant bien droite, la tête haute avec ce petit sourire qui, à l’époque lointaine de son vivant, avait eu le don de faire craquer la plupart des jeunes garçons de son âge. Elle ne se faisait pas vraiment d’illusion sur l’effet que cela pourrait avoir sur Nathaniel mais elle n’aimait pas lui laisser avoir le dernier mot.

Surtout que ce dernier revenait à la charge avec une pique aussi méchante que gratuite au sujet de sa Tika. Remarque qui fit perdre son petit sourire à Orianne contre une moue blessée.

Là, tu deviens cruel, lui dit-elle mais à quoi bon dans le fond ? Elle commençait à assez le connaître pour deviner qu’il s’en ficherait totalement d’avoir été blessant.

Malgré ce qu’elle voulait faire croire à ceux qui l’entourait, Orianne souffrait réellement de sa condition de fantôme. Coincée entre deux mondes sans plus la moindre perspective d’avenir à laquelle se raccrocher. Alors certes, elle faisait souvent elle-même des plaisanteries sur son état mais ce n’était pas pour autant qu’elle apprécie que d’autres le fassent aussi. Surtout avec des petites piques du genre.

Mais Orianne ne quitta pas le lit pour autant. Elle était bien décidée à ne pas lui donner le petit plaisir d’une victoire en quittant la cabane.

Tu as prévu de faire quoi aujourd’hui ? Les autres se posent des questions sur tes disparitions… Ils n’ont aucune idée de ce qui les attend dans un avenir plus ou moins proche. Tu n’as pas peur que cela finisse par créer des tensions que même toi tu ne pourrais plus gérer ?



GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Lun 15 Juin - 20:39


The sleeping victim
L

e sourire d'Orianne avait un instant disparu de son visage fantomatique et, loin de s'en émouvoir, cela avait seulement eu pour effet d'agrandir le sourire de Nathaniel. Cruel, oui, il l'était, c'était même l'un des qualificatifs qui lui convenaient le mieux avec fou, joueur, et inconséquent. Il avait bien conscience de l'avoir été, en rappelant à son interlocutrice son statut de simple esprit, et il ne songerait pas une seule seconde à en éprouver l'ombre d'un remord. Elle l'agaçait si régulièrement qu'il fallait bien qu'il lui rende la pareille, et quitte à lui rendre la pareille, autant appuyer là où ça pouvait faire mal... C'était à peu près son seul avantage sur elle (car toute fantôme qu'elle était, il avait bien peu de chances de réussir à l'atteindre physiquement) : il y avait des endroits sur lesquels appuyer qui, au-delà d'atteindre sa fierté naturelle, pouvait effectivement faire mal à Nathaniel (eh si), seulement, à moins de les découvrir par erreur, elle ne les connaissait pas, et le fugitif comptait bien sur le fait que les choses demeurent ainsi. Alors non, blesser potentiellement le petit coeur transparent de son interlocutrice n'éveillait pas en lui l'ombre d'un scrupule, bien au contraire. Il considérait que ce n'était que justice, pour l'exaspération perpétuelle qu'elle savait lui inspirait, quand la plupart échouaient lamentablement à ne serait-ce que tenter de le déstabiliser. Si cela avait pu lui suffire à tracer sa route et à lui foutre la paix...

Mais bien sûr, non, ce n'était pas le cas. Elle était sur son lit, et elle était manifestement décidée à ne pas en bouger, grand mal lui fasse... Que comptait-il faire aujourd'hui ? Eh bien, pour l'heure, il n'avait pas de plan précis. Il devait retrouver Anthony dans l'après-midi, mais à part ça... Souvent, leurs journées se résumaient à errer et à ne pas se laisser prendre... Pour la simple et bonne raison que ce qui se mettait progressivement en place nécessitait un peu de patience... un point c'est tout. Et oui, il le savait, que la plupart des rebelles se posaient des questions, mais pour le moment, il ne pouvait pas tout leur révéler. Quoi qu'il était surpris que certaines nouvelles ne se soient pas répandues plus vite.

-Peur ? À quoi bon ?
Son sourire ne le lâchait pas. Ce serait contreproductif. Et je m'attendais à ce que la rumeur se répande plus rapidement. Tes oreilles traînent partout et elles n'ont même pas entendu le mot "guerre" ?

Le fait est qu'il n'en avait pas parlé clairement à tous. Mais il avait évoqué le sujet avec Eleonore, avec Daphnée, avec Anthony... Les trois, d'ailleurs, d'une voix quasi identique, avaient voulu le dissuader de se lancer dans une telle entreprise, mais si les oreilles d'Orianne ne pouvaient pas toujours tout entendre, celles de l'ancien prisonnier de l'île des soupirs n'écoutaient jamais rien. Il n'était, au final, à l'écoute que de lui-même, ce qui saurait bien évidemment lui causer du tort. Il n'écoutait ni les conseils, ni les menaces, ni les avertissements, rien, mais il attendait tout de même que sa parole soit entendue.



code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Jeu 18 Juin - 13:27

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
O
rianne était bien décidée à ne pas donner à Nathaniel la satisfaction de quitter les lieux. Et puis, elle préférait le garder un maximum à l’œil leur chef. Elle l’avait suivi sans la moindre hésitation et pour le peu qu’elle connaissait de ses buts sur le long terme, elle partageait son avis. Après, elle n’était pas vraiment sûr que cela la concerne réellement. Les histoires d’avenirs, de plans, d’espoirs… Dans le fond, elle ne serait que le témoin des événements et qui sait, peut-être que dans 20, 50, 100 ans, elle serait toujours là pour raconter l’histoire de cette étrange révolution aux nouvelles générations. Un rôle à la mesure d’un fantôme condamné à errer indéfiniment en ce monde.

Mais en attendant, elle essayait de jouer la voix de la raison, enfin plus ou moins. Elle se faisait souvent le porte-parole officieux des rebelles dont elle était la mieux placée pour entendre les murmures et doutes chuchotés dans la pénombre, loin des autres oreilles indiscrètes.

La guerre… Le mot est sans cesse prononcé depuis que je suis avec vous et pourtant, personne ne la voit se profiler à l’horizon… A part toi.


Cette guerre ressemblait à une vieille rumeur infondée aux yeux d’Orianne. On en parlait beaucoup mais on ne la voyait jamais. Et puis la jeune femme n’était pas vraiment pour la violence. C’était les attaques qui lui avaient coûté la vie et celle de son époux. A ses yeux, personnes ne devraient avoir à vivre cela. Mais d’un autre côté, elle devait bien admettre qu’elle ne voyait pas vraiment comment la simple diplomatie suffirait à faire changer les choses à ce stade. Orianne avait passé 17 ans sur l’Île des Soupirs, elle avait vu défilé les prisonniers, envoyés là au silence. Certains étaient morts ainsi loin de tout. Comment Edgar pouvait-il prétendre est un bon Souverain en traitant ainsi ses sujets ?

Et pour une guerre, il te faut une armée. Et je ne suis pas sûr qu’on puisse qualifier tes suiveurs d’armée…

Orianne adorait les rebelles mais il fallait quand même se rendre à l’évidence, niveau combat face à des militaires professionnels, ils auraient réellement l’air d’une sacrée petite bande de bras cassés. Déjà qu’ils n’étaient pas encore en grand nombre, ils comptaient en plus surtout dans leurs rangs d’anciens prisonniers, une gamine, une jolie blonde à peu près aussi épaisse qu’une épée, un fantôme etc

Donc sauf si tu as trouvé le moyen d’en camouflé une dans les arbres, je ne vois pas trop comment tu pourrais gagner une guerre pour le moment… Enfin… Sauf si tu comptes la perdre… ?

Cette idée lui fit froid dans le dos. Prévoir de perdre sa fameuse guerre signifiait prévoir de voir mourir les rebelles. Et ce qui inquiétait le plus Orianne était que pour le peu qu’elle connaissait de Nathaniel… Il risquait d’en être capable.


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Dim 21 Juin - 9:10


The sleeping victim
S'

il n'avait pas eu l'occasion, à force, de s'habituer aux réflexions d'Orianne, Nathaniel aurait sans nul doute serré les dents. Oh... ce n'était pas pour autant que sa réflexion l'agaçait un minimum (c'était un luxe apparemment entièrement réservé au fantôme que de s'avoir l'exaspérait à ce point), mais en l'occurrence, il était suffisamment sûr de lui pour ne pas prendre ombrage de ses réflexions. C'est sûr que la bande de clampins muets, handicapés, inaptes et morts qui traînait avec lui depuis qu'il avait déserté l'île de soupirs ne semblaient ni destinés à accomplir de grandes choses, ni à mener une guerre de front. Mais Nathaniel gageait que cette apparence inoffensive et anodine leur serait d'une grande utilité un jour ou l'autre. Évidemment, s'il n'avait fallu compter que sur leurs propres possibilités (quoique Nathaniel considérait être pour sa part suffisamment doué pour renverser un gouvernement à lui tout seul), ils ne seraient pas allés bien loin, il n'iraient pas bien loin. Mais ses objectifs étaient différent, et puisqu'il ne se sentait pas loin de les réussir, rien, pas la moindre réflexion, ne pouvait entacher son enthousiasme. Être confronté à un mur d'incompréhension, il y était habitué, et il avait d'autant plus hâte que les choses progressent, même si cela devait prendre du temps (au mépris de sa patience légendaire. Ahem.)

-Gagner ou perdre la guerre n'a pas grande importance.
répondit-il doucement, souriant de façon énigmatique.

Et en effet, ce n'était pas bien important. Il comptait d'ailleurs observer cette guerre de loin plutôt que d'y participer. Ce n'était pas lui qui allait la déclarer, il allait juste... inviter très fortement les deux camps adverses à se mettre sur la tronche, et la perspective d'être le diable et l'ange perchés sur chaque épaule, cela l'amusait terriblement. Bon, pour ce qui était d'avoir une armée digne de ce nom, le royaume du bout de l'océan n'était peut-être pas complètement au point.... mais ce n'était pas ce qui devait importer. Il se fichait bien que les troupes d'Edgar écrasent celles du sultan, ou l'inverse (dans tous les cas, il espérait ben être celui qui séparerait la tête du roi de Féerie du reste de son corps, c'était à peu près sa seule exigence participative - mais qui n'était pas des moindres, certes), ce qui comptait, c'est qu'une guerre ait lieu sur ces terres, et que la vérité éclate comme un éclair qui fend le ciel. Ses intentions pouvaient sembler obscures, absurdes, même, parce qu'elles étaient, au fond, véritablement égoïste. Nathaniel voyait les choses en grand, c'était son petit (hum) côté mégalomane. Pour régler ses comptes personnels, il ne se contentait pas de retrouver son vieil ennemi et de se confronter à lui (quoique ce jour finirait bien par arriver, et il devait reconnaître être de plus en plus impatient), il lui envoyait tout un peuple assoiffé de vengeance pour rétablir l'ordre soigneusement établi de son royaume à la paix relative, fondée sur le néant et sur le mensonge.

-Et je n'ai jamais dit que nous participerions à cette guerre.
Son sourire s'élargit. Il serait dommage de mourir au combat et de manquer le spectacle.



code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Lun 22 Juin - 13:08

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
O
rianne avait beau essayer – et elle essayait vraiment de toutes ses forces – mais il n’arrivait jamais à réellement comprendre Nathaniel. Mais quelqu’un y parvenait-il seulement ? Elle avait la nette impression que non. Le chef des rebelles avait une logique qui lui semblait propre et des réflexions qui avaient de quoi en déstabiliser plus d’un. Tant et si bien que parfois, Orianne en venait à douter de sa bonne santé mentale. Et s’il était tout simplement fou ? Était-ce seulement possible ? Après tout, il avait un comportement des plus normal et posé. Il parlait de manière cohérente même s’il aimait rester énigmatique.

Gagner ou perdre n’avait pas d’importance ? Cela pouvait se dire d’un jeu ou d’une compétition mais pas d’une guerre enfin ! Il y avait là des enjeux, des risques, des victoires. Quel jeu jouait-il donc et qu’espérait-il en retirer ? A quoi lui servirait une guerre s’il se fichait de savoir quel camp allait gagner ?

Tu peux mourir ET participer au spectacle, rectifia-t-elle, plutôt bien placée pour le savoir. D’accord, tous les morts ne devenaient pas automatiquement des fantômes mais Nathaniel était tellement borné qu’Orianne ne doutait pas un seul instant qu’un jour, prochain ou lointain, il hanterait avec elle ce monde. Elle imaginait très mal Nathaniel lâcher enfin prise et accepté de se laisser docilement emmener allez savoir où.

Je ne comprends pas… Tu veux une guerre juste… Pour avoir une guerre ? Edgar lui au moins avait des raisons.

Ce ne fut qu’après avoir exprimé tout haut le fond de sa pensée qu’Orianne réalisa que ça, Nathaniel risquerait de ne pas du tout apprécier mais peu importe dans le fond. Il pouvait hurler autant qu’il voulait, se montrer dominant, effrayer son petit monde… Il n’avait aucun pouvoir, aucune emprise sur elle, même s’il refuserait toujours certainement de l’admettre. De quoi pourrait-il bien la menacer après tout ? De trouver un moyen de l’envoyer pour de bon dans le royaume des morts ? Elle n’attendait que ça de pouvoir enfin passer de l’autre côté.

Mais malgré ce dont elle tentait de se convaincre, Orianne se recula tout de même légèrement, instinctivement, tout en se mordant la lèvre inférieur. La vérité était que bien que Nathaniel ne pouvait en aucun cas être une menace pour elle – alors qu’elle-même était en mesure de lui pourrir totalement la vie de manière radicale – comme tous les autres ou presque, Orianne craignait réellement la colère de Nathaniel.


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Mer 24 Juin - 13:36


The sleeping victim
M

ourir et participer au spectacle était effectivement une option, puisqu'Orianne en était la preuve... morte... Mais, aussi étrange cela puisse-t-il paraître (c'est à dire pas du tout), il n'avait pas outre mesure l'intention de connaître un sort similaire à celui de son interlocutrice. Oh, être éternellement était une perspective plus que séduisante pour lui, preuve en était des efforts qu'il avait fourni pour avoir toujours le visage de ses trente ans à la cinquantaine passé, mais tout de même... le sort d'Orianne n'avait à ses yeux rien d'enviable. À moins que l'on trouve enviable d'avoir l'aptitude de provoquer un profond agacement, parfois proche de la colère, qu'il ne manifestait autrement que rarement, pour ne pas dire jamais. Pour ce qui était, d'ailleurs, de savoir le mettre en colère, il semblait que le fantôme venait de franchir une nouvelle limite, et si son impérissable sourire demeurait figé à ses lèvre, il sentait son sang bouillir. Si une chose pouvait le mettre en rogne. Vraiment en rogne. C'était qu'on le compare à Edgar. Il y avait de quoi, pourtant. Outre leurs passés communs... et le fait que, en définitive, la vie et les circonstances plus que leurs caractères (à l'un comme à l'autre déplorable) les avaient invités à se confronter.

Quand deux individus se préparaient dans l'ombre à s'affronter mutuellement et qu'il fallait à tout un chacun décider de son camp, il était normal de les comparer tous les deux pour faire son propre choix. Mais non, il ne voulait entendre le nom d'Edgar être prononcé que pour être aussitôt sali, et là où le propos d'Orianne était plus désagréable encore, c'est qu'elle semblait se ranger du côté d'Edgar. Elle ne comprenait pas. Logique, puisqu'il n'expliquait rien. Ni à elle, ni à personne, d'ailleurs. Il aimait le mystère et il en jouait, un jour ou l'autre, il en subirait les conséquences. Mais il préférait que cela ne soit pas maintenant. Le fugitif adressa à son interlocutrice un regard tout sauf engageant. Il ne pouvait rien lui faire physiquement qu'elle n'ait déjà subi... Un jour ou l'autre, il trouverait bien une sorcière à soudoyer qui pourrait, faute de pouvoir ré-ôter la vie de la jeune femme, au moins lui ôter la voix, que ses babillages cessent de l'importuner.

-Mieux vaut ne pas avoir de raisons que d'en avoir de mauvaises.
répliqua-t-il simplement. L'issue de la guerre ne m'intéressent pas, ce sont ses répercussions qui comptent, daigna-t-il alors expliquer sans pour autant à aucun moment entrer dans quelque détail que ce soit (ce serait mal le connaître). Et elles nous seront nécessaires, quel que soit le camp qui s'avèrera victorieux.

Oui oui, il y aurait des morts, oui, il allait sacrifier des individus au nom d'une cause en laquelle il ne croyait même pas, mais pour en servir une autre, qui lui tenait par contre à coeur, et qui ne saurait être comprise et entendue qu'en prenant ces mesures pour le moins extrêmes et radicales. À ses yeux, ce n'était pas pure folie, c'était seulement nécessaire. C'était sans doute plus le premier que le deuxième.



code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Sam 27 Juin - 13:44

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
M
ême si ces propos pouvaient laisser à douter, Orianne était bel et bien du côté de Nathaniel. Enfin non, ce n’était pas tout à fait vrai. Elle était du côté des opposants d’Edgar plus exactement. En effet, elle considérait le Roi indirectement responsable de ses malheurs. Sans la guerre, le cirque ambulant n’aurait jamais été attaqué et son époux et elle-même n’auraient pas périt. Et surtout – surtout ! – ils n’auraient pas été ainsi séparé. Alors oui, Edgar n’était pas directement responsable à proprement parlé mais Orianne avait besoin d’un exutoire, de quelqu’un sur qui mettre la faute de sa pénible situation et c’était lui qu’elle avait désignée.

Mais cela ne l’empêchait pas d’être tout de même particulièrement déroutée par les projets de Nathaniel. Peu lui importait les répercussions, tout ce qu’il voulait était que la guerre éclate et rien de plus.

A bien y réfléchir, elle pensait comprendre où il voulait en venir. Il voulait juste semer violemment la pagaille et faire tomber le Roi de son trône. Enfin, c’était ce qu’elle pensait en avoir comprit. Mais la grande question était pourquoi ? Orianne ne savait même pas pourquoi Nathaniel avait été emprisonné. Pourtant, il avait dû l’être pour une raison ou pour une autre mais avec Edgar, un rien pouvait suffire pour être enfermé.

Orianne hésitait à le questionner car si Nathaniel ne s’était pas séparé de son habituel sourire (qui n’avait pas toujours quelque chose d’engageant) le regard qu’il posait sur elle avait de quoi lui glacer le sang. C’était pourtant elle la fantôme, c’était elle qui aurait dû avoir l’avantage et l’effrayer lui, pas l’inverse. Mais c’était là d’une certaine manière la force de Nathaniel sur eux, il arrivait toujours à prendre l’ascendant et c’était ce qui le rendait toujours aussi inquiétant aux yeux d’Orianne.

Pourquoi tu hais autant Edgar ?, demanda-t-elle d’une voix peu certaine. Elle n’avait jamais osé poser la question directement et vu le regard assassin qu’il lui avait lancé juste avant, ce n’était peut-être pas exactement le bon moment mais Orianne avait réellement besoin de le savoir. Elle voulait sentir une vraie raison légitime aux actes de Nathaniel, être sûr qu’il n’était pas juste fou.

Ce n’était pas pour elle qu’elle se faisait du souci. Une fois de plus, elle ne risquait pas grand-chose voir même rien du tout dans cette histoire, mais elle s’était attachée aux rebelles et elle n’avait pas envie de les perdre prématurément. Elle savait qu’ils finiraient par mourir un jour ou l’autre mais elle voulait que ce soit le plus tard possible. Chose qui n’était pas sûr étant donné ce que Nathaniel semblait préparer.

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Dim 28 Juin - 7:32


The sleeping victim
O

rianne se garda de toute réflexion complémentaire au sujet de cette guerre que le chef des rebelles organiserait de toute manière, avec ou sans l'accord des autres, cela va sans dire. Cela signifiait-il qu'elle avait compris le fond de sa pensée (entreprise pour le moins fastidieuse, c'est le moins qu'on puisse dire) ? Ou tout simplement qu'elle préférait ne pas s'attarder plus longtemps sur le sujet ? Dans tous les cas, elle en aborda un autre, de sujet. Étonnant, d'ailleurs, qu'elle ne lui ait pas posé la question auparavant... Quoique les motifs de tous les rebelles semblaient pour le moins clairs : il revenaient tous de l'île des soupirs, où ils avaient tous été enfermé pour des raisons plus que contestables, normal qu'ils veuillent se venger... La plupart de ceux qui avaient été enfermés sur l'île de soupirs avaient non seulement été condamnés à tort, mais ils avaient aussi avant cela subi des violences terribles. On leur reprochait d'avoir eu mal, d'avoir souffert, on les accusait des traumatismes qu'il subissait. Comment ne pas vouloir prendre sa revanche sur une injustice à ce point flagrante. Quoique Nathaniel avait certainement été le seul et unique "pensionnaire" de l'île (en plus d'en avoir été le premier), qui avait clairement mérité sa place derrière les barreaux, ou qui, en tous cas, avait commis un nombre suffisamment de crimes (et de trahisons, surtout, beaucoup de trahisons) pour justifier qu'on l'enferme.

-J'ai passé dix-neuf années de ma vie dans une cage à cause de lui, ce n'est pas une raison suffisante, selon toi ?


Mais évidemment, il savait que ce n'était pas vraiment là l'exacte question que lui avait posée le fantôme. Ce qu'elle voulait savoir, c'était ses véritables motifs. Sauf que, comme bien d'autres choses, ce n'était pas le genre de choses qu'il révélait à tout-va. Et non sans raison, bien sûr, on ne pouvait pas franchement dire que les raisons qui nourrissaient sa haine envers le roi de Féerie étaient susceptibles de le placer sur un piédestal. Il avait, par le passé (et encore maintenant, d'ailleurs) commis bien des actes qui étaient tout sauf moralement acceptables, et ce qui l'avait poussé, en définitive, à être enfermé sur l'île n'était pas plus glorieux que la manière dont Edgar l'avait traité, avec moins d'égard qu'une sombre vermine. Rien que d'y repenser, son envie d'en découdre avec son "vieil ami" n'en était que plus forte. Oui, c'était un fait avéré, ses motifs étaient profondément égoïstes, au fond, et ce qu'il faisait passer pour de l'ambition "politique" n'était jamais qu'une sombre affaire de trahison qui méritait qu'on ajoute de l'huile sur le feu. Il pouvait très bien s'inventer de nobles raisons, évidemment (il était même doué pour cela), et auxquelles il croyait en partie, d'ailleurs, car il considérait effectivement que son gouvernement, entièrement basé sur le mensonge, l'illusion, la dissimulation, était le pire qui puisse être, et devait être corrigée en présentant le monde comme il était, avec ce qu'il pouvait avoir de violence, de vicissitudes... et de guerres, parfois.



code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Mer 1 Juil - 16:47

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
N
athaniel semblait s’être calmé. Ou tout du moins, c’était l’impression qu’Orianne avait mais c’était toujours très difficile à dire avec lui car il semblait être passé maitre dans l’art de masquer ses pensées et sentiments. Cela n’empêchait pas au fantôme de rester sur le lit, à distance raisonnable du chef et à le suivre de ses grands yeux, de peur de ce qui pourrait lui arriver si elle avait le malheur de détourner le regard.

Il avait passé 19 ans sur l’île. Autrement dit, 2 ans de plus qu’elle. Mais cela semblait totalement fou à la jeune femme. Nathaniel ne devait pas avoir beaucoup plus de 30 ans, pourquoi est-ce que Edgar serait-il aller faire enfermer un enfant ? Cela n’avait aucun sens. A moins que l’enfant en question ne représente en lui-même une menace de par sa simple existence ? Mais comment la naissance d’un individu pouvait-elle à ce point déstabiliser un Roi ? Sauf si… Le Roi en question avait peur de voir trembler son trône avec une question d’héritage et d’héritier qui ne serait pas celui présenté comme tel depuis toujours ? A savoir Gabriel… L’imagination fertile d’Orianne était en marche, ignorant à quel point elle faisait fausse route.

Au moins toi maintenant tu es libre, répondit-elle d’une petite voix où sonnait une petite pointe d’envie. Certes, elle avait pu quitter l’île et elle pouvait aller où bon lui semblait à priori mais pourquoi faire ? Elle n’en restait pas moins une morte à jamais captive de sa condition. Nathaniel, lui, pouvait reprendre une vie plus ou moins normale. Il pouvait envisager l’avenir. C’était ça la liberté aux yeux d’Orianne, pas le fait d’être enfermé ou pas.

Pourquoi est-ce qu’Edgar t’as enfermé tout ce temps ? Il y a 20 ans, tu n’étais qu’un enfant, qu’aurais-tu donc bien pu faire de si terrible pour mériter un tel sort ?

Orianne avait réellement envie de le savoir mais elle savait tout aussi bien qu’elle avait plus de chance de voir débarquer un wolperdinger à dos de licorne descendant d’un arc-en-ciel que d’entendre Nathaniel lui raconter la vérité sur son incarcération.

Etrangement, Nathaniel semblait aimer parler de lui, de ses exploits, de ce qu’il souhaitait et de sa haine envers le Roi mais contre toutes attentes, il ne parlait jamais de son passé ni de qui il était. Il devait certainement y avoir une raison à cela. Et Orianne en revenait à ses spéculations sur le sujet. Si Nathaniel ne parlait jamais de son passif, c’était qu’il avait une raison de le garder secret. Mais s’il était un éventuel héritier du trône, peut-être même le plus légitime allez savoir, ne devrait-il pas au contraire le faire savoir ? Tout cela était si compliqué…

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Dim 5 Juil - 18:14


The sleeping victim
L

a liberté était une notion plus qu'abstraite et toute relative, qui se plaisait à prendre des sens complètement différents d'un sujet à l'autre. Nathaniel avait sans doute une vision de la liberté assez similaire à celle d'Orianne, quand bien même par moments, il considérait qu'être voué à disparaître de cette terre semblait un sort plus cruel que d'être condamné à y errer indéfiniment. Il comprenait, néanmoins, que son interlocutrice ne se considère pas comme quelqu'un de libre, tout comme lui-même ne se considérait pas l'être, pas complètement encore, du moins. Certes, il n'était plus prisonnier de ces barreaux qui l'avaient retenu si longtemps captif, mais il restait encore d'autres barrières à abattre, mentales, cette fois... pas que pour lui, d'ailleurs. Aux yeux du fugitif, personne, dans Féerie n'était libre, puisque tout un chacun était victime d'un illusion brillamment crée par l'ennemi qu'il cherchait à abattre. Les Féeriens n'étaient pas libres. Lui non plus ne l'était pas. Et aucun d'eux ne le serait tant qu'Edgar n'aurait pas été délogé du trône qu'il avait usurpé. Le fugitif, du simple fait qu'il en était un encore, n'était pas libre, non. Même si son esprit, par contre, ne tolérait pas un quelconque enfermement et aimait à dépasser les frontières les moins franchissables. C'était là autant de réponses qu'il aurait pu fournir à son interlocutrice, mais en définitive, il n'argumenta pas sur ce sujet précis. Puisqu'Orianne lui posa une question qu'il trouva bien plus amusante, même s'il ne pouvait évidemment pas lui répondre sans lui mentir un peu... Ne serait-ce que parce que, dix-neuf ans plus tôt, non, il n'était pas un enfant, loin s'en faut, information qu'il ne comptait pas communiquer (ou en tous cas pas encore) au fantôme.

-As-tu déjà vu qui que ce soit quitter l'île des soupirs autrement que les pieds devant avant notre évasion ? Peu importe la mesure de notre "crime", notre juste et honorable roi s'en moque.
Son sourire se fit un peu amer alors qu'il insistait sur le mot "crime". Et pour cause, la grande majorité des pensionnaires de la prison de l'île des soupirs n'étaient coupables de rien, il y avait à vrai dire plus de victimes que de criminels dans ces cages. Penses-tu que Victor et Daphnée étaient supposés être libérés un jour ?

Si Nathaniel n'avait pas été un enfant alors, Daphnée et Victor en étaient bel et bien. Et, sans nul doute, ils n'auraient jamais eu pour autre décor que les murs de pierre et les barreaux de leurs cellules respectives. Les faire revenir aurait été trop dangereux, et surtout contreproductif pour Edgar. Bien évidemment, au passage, Nathaniel évitait de répondre à la question d'Orianne, à savoir ce qu'il avait fait pour se retrouver emprisonné en premier lieu. Mieux valait que nul n'en sache rien, vraiment, ou en tous cas pas de suite. La plupart des rebelles n'avaient déjà en lui qu'une confiance limitée, inutile de mettre encore de l'huile sur le feu et de leur donner des raisons supplémentaires de s'inquiéter et de douter (à juste titre) de sa personne.



code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Lun 13 Juil - 14:17

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
O
rianne était bien forcée d’admettre que Nathaniel avait raison sur ce point-là. Pour avoir vu passer un certain nombre de prisonniers sur l’île, elle était hélas bien placée que certains c’étaient retrouvés là, y étaient souvent même mort, sans réels motifs mais uniquement parce que d’une manière ou d’une autre, ils représentaient une menace – réelle ou imaginaire – pour Edgar et le Royaume.

Orianne, elle, c’était retrouvée sur l’île plus par hasard qu’autre chose. Après l’attaque meurtrière sur sa troupe, les soldats avaient fait enterrer les corps sur l’île et c’était là-bas qu’Orianne était ressortie de sa tombe sous sa forme fantomatique. Mais elle n’avait pas vraiment partagé la vie des prisonniers là-bas. Elle-même avait été bien trop prisonnière de sa douleur pour vouloir communiquer avec qui que ce soit d’autre que la Gardienne. Il avait fallu attendre Nathaniel pour qu’elle s’ouvre plus et commence à accepter sa condition d’esprit vagabond. Chose plus facile à faire entourée de vivants dans le vrai monde que coupé loin de tout sur cette île de malheur et de ténèbres. Rien que de repenser à ses lieux, elle en avait la chair de poule.

Mais Nathaniel n’avait pas répondu à sa question. Elle ignorait toujours pourquoi il avait été emprisonné alors qu’il n’était, du moins le supposait-elle, qu’un enfant. Tout comme Victor et Daphné, effectivement. D’ailleurs, leur cas aussi lui semblait tout aussi étrange. Mais dans le fond, tous les emprisonnements sur l’île l’étaient ou presque. Beaucoup y avaient clamé leur innocence jusqu’à s’en casser la voix, des jours et des nuits durant, et Orianne n’avait jamais eu beaucoup de peine à les croire effectivement victimes.

Tu ne me diras pas pourquoi tu as été emprisonné n’est-ce pas ?, lui demanda-t-elle en reprenant un peu plus contenance maintenant que le plus gros de l’orage semblait passer.

Tout en parlant, elle se redressa, toujours à genoux sur le lit, ne quittant pas Nathaniel du regard. Lentement, elle pencha la tête de côté comme si elle l’étudiait et tentait vainement de lire ses pensées.

Me diras-tu au moins si tu étais innocent ou coupable ?

La réponse qu’il lui ferait ? Elle en avait sa petite idée. Le croirait-elle pour autant ? Non, peu de chance. Nathaniel était ce genre d’homme à s’avouer coupable alors qu’il est innocent et vice-versa. Impossible de démêler le vrai du faux avec lui. C’était du moins ainsi qu’Orianne avait fini par le voir avec le temps.


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Mar 14 Juil - 12:09


The sleeping victim
O

rianne déduisait bien. Nathaniel n'avait effectivement aucune intention d'apprendre la vérité à son interlocutrice sur les circonstances exactes de sa détention. Ils n'étaient que trois à savoir dans le détail ce qui s'était réellement passé à ce moment-là, Edgar, Anthony et Emma. Et c'était tout. S'ils ne parlaient pas (mais rien ne disait qu'ils le fassent toujours), lui moins encore. Normal, il n'avait aucun intérêt à ce que cette vérité-là se sache, même s'il luttait pour que toutes les autres, celles qui ne le concernaient pas, en somme, finissent par éclater. Et encore, il ne mentait pas vraiment, il se contentait de se taire, et laissait à chacun l'opportunité de se faire sa propre opinion. Il aimait bien que l'on spécule à son sujet, il aimait entendre les théories que l'on savait développer le concernant. Il aimait l'idée de ne serait-ce que d'inciter les gens à formuler des théories sur lui. Dans tous les cas, non, Orianne ne saurait pas la vérité à son sujet, encore moins celle qui concernait son enfermement. Peut-être que cette-dernière serait révélée un jour ou l'autre, mais il doutait que ce soit de son fait, et alors il aviserait comme il avait l'habitude de le faire. En attendant, la question du fantôme su lui décocher l'un des sourires qu'il appréciait le plus d'afficher, cette question lui plaisait bien, même si, évidemment, il ne comptait pas lui répondre directement là non plus. Y'avait-il une réponse directe à fournir dans tous les cas ? La plupart, en entendant l'histoire de Nathaniel, s'empresseraient (à juste titre) de le targuer de coupable, et plus coupable, mais Nathaniel, pour sa part, considérait ne pas avoir agi en mal, même si les chemins qu'il avait emprunté n'avaient rien de bien fiables.

-L'innocence, la culpabilité... ce n'est jamais qu'une question de point de vue.
répondit-il tout simplement. C'est une certitude. D'ailleurs, ce que Nathaniel reprochait à Edgar, c'était ce que d'autres le louaient d'avoir fait. Même si, bien sûr, ces autres avaient tort (selon lui). Il observa le fantôme longuement, assez curieux de savoir ce que pouvait être sa position sur le sujet. Même s'il s'en doutait un peu. Personne, parmi les rebelles, même les plus naïfs, ne pouvait croire que Nathaniel était innocent ou blanc comme neige. La question n'était sans doute pas de savoir s'il était innocent ou non, plutôt de savoir à quel point il était coupable. Mais ça, il n'en donnerait évidemment qu'un minimum d'indices, s'il daignait seulement lui en donner. À ton avis ?

Il se doutait très largement de sa réponse, mais ce n'était pas tant pour l'entendre lui répondre qu'elle le pensait coupable qu'il lui posait la question, plutôt pour savoir de quoi, exactement, en bien ou en mal, son interlocutrice pouvait bien la croire capable. Quoiqu'elle se montrerait peut-être légèrement plus clémente en pensant qu'il était très jeune à l'époque. Ce qui, bien évidemment, avait tout sauf été le cas.



code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Sam 18 Juil - 13:04

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
L
a réponse de Nathaniel ne surprenait pas Orianne. Elle s’y était même attendue car elle savait très bien qu’il n’y avait pour ainsi dire aucune chance qu’il se livre ne serait-ce qu’un peu. Orianne avait beau partager sa vie – façon de parler – depuis un certain temps maintenant, elle ne savait absolument rien sur lui hormis son prénom et c’était quelque peu frustrant car Nathaniel avait beau parfois l’effrayé, elle ne pouvait pas contester le fait qu’il avait malgré tout une certaine emprise sur elle. Il se dégageait quelque chose de lui qui donnait envie de continuer de le suivre malgré tout, de continuer à vouloir le croire même en sachant que la majorité de ses paroles étaient mensonges. La nuit, Orianne se disait souvent qu’il fallait qu’elle parte, qu’elle quitte ce leader toxique avant qu’il ne soit trop tard mais au petit matin, le charme hypnotique de Nathaniel refaisait son effet. Et elle était certaine de ne pas être la seule à être ainsi captive de son charisme presque surnaturel. La preuve en était le petit groupe de rebelles qui continuait de le suivre malgré ses traitrises. Il avait une aura magnétique à laquelle Orianne doutait de plus en plus pouvoir se soustraire maintenant qu’elle semblait prise malgré elle dans ses filets. Et malgré lui aussi visiblement d’ailleurs. Il semblait en effet que le fantôme n’était peut-être pas exactement celle qu’il avait absolument avoir à ses côtés dans son petit groupe.

Son avis sur la culpabilité ou non de Nathaniel ? Voilà qui était une question bien plus difficile qu’elle en avait l’air mine de rien. Nathaniel agissait comme un coupable mais peut-être était-ce un long emprisonnement qui l’avait rendu ainsi ? Peut-être avait-il été enfermé à tort et que la colère et la rancœur avait noircit son âme ? Ou peut-être était-il effectivement un grand criminel qui avait clairement mérité sa place sur l’île contrairement à beaucoup d’autre.

Orianne prit quelques secondes pour réfléchir avant de faire sa réponse avant de relever son regard pour le planter dans celui de Nathaniel.

Je pense que cela n’a aucune importance, finit-elle par répondre. Et c’était la vérité. Peu importait ce que Nathaniel avait bien pu faire il y a 19 ans, surtout s’il n’était encore qu’un enfant, l’importance était celui qu’il était à présent. Je pense juste que ce que tu as vécu à dû être particulièrement dur pour obscurcir à ce point ton cœur.

Elle se releva alors enfin du lit et s’approcha doucement de Nathaniel, hésitante et docile à la fois.

Tu connais mon histoire. Tu connais chacune de nos histoires, ajouta-t-il en jetant un coup d’œil dans la direction où se trouvait le camp tout en parlant d’une voix à peine plus audible qu’un murmure. N’y a-t-il donc personne trouvant suffisamment grâce à tes yeux pour avoir ta confiance ?


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Sam 18 Juil - 16:41


The sleeping victim
N

athaniel aurait été curieux de savoir l'opinion d'Orianne sur sa potentielle culpabilité dans ce qui avait fini par le conduire en prison, mais au fond, si elle ne répondait pas clairement à cette question, c'était peut-être simplement qu'elle n'avait pas d'idée concrète sur la question. Nathaniel aimait à cultiver l'ambiguïté, c'était même son activité préférée, alors si l'on ne pouvait pas être convaincu de son innocence ou de sa culpabilité, c'était sans doute mieux, et en effet, ça n'avait pas d'importance, plus la moindre importance à ce jour. Pour tout dire, rien ne pouvait excuser ou laver les crimes qu'il avait commis tant ils étaient d'importance, et même dix neuf années de prison n'y changeraient rien, absolument rien, mais malgré tout, c'était passé, et ce qui importait à ce jour, c'était ce qu'il faisait là, maintenant, tout de suite... Et ce n'était pas forcément plus reluisant d'ailleurs, au passage... Est-ce que ce qu'il avait vécu avait été si rude que son coeur s'en était obscurci ? Si c'était le consensus général, il lui convenait tout à fait. Le fait est que Nathaniel pensait surtout que les faits sur son berceau s'étaient pour sa part prénommés Noirceur et Folie, et elles faisaient très bien leur travail. Son petit passage par la prison avait surtout eu pour effet d'intensifier le tout. Dans tous les cas, il n'y avait personne en ce bas monde qui sache l'intégralité de sa vie. Certains s'en approchaient de près, il est vrai, par la force des choses, mais il est évident qu'il ne se confierait pas entièrement et sincèrement à quelqu'un avant... jamais... Il n'en voyait tout simplement pas l'intérêt, si ce n'est celui de se laisser berner. Et pour en avoir déjà fait les frais, il n'avait pas la moindre intention de réitérer. Non, personne ne saurait jamais trouver grâce à ses yeux. Il y  en avait, bien sûr, pour qui il avait plus d'estime que d'autres. Mais l'estime et la confiance, c'était deux choses radicalement différentes. Bien évidemment, c'était plutôt injuste, comme exiger de tout savoir d'autrui (ce qu'il ne manquait pas de faire en cherchant à tout connaître de la vie de ceux qui l'entouraient) et de ne rien livrer de lui-même. Mais, en ce qui le concernait, il ne voyait pas où était le problème.

-La confiance est une faiblesse, pas un don que l'on accorde.


Et une faiblesse, surtout, que l'on pouvait exploiter chez les autres, et qu'il exploitait tout son content depuis presque toujours d'ailleurs, et c'était d'ailleurs pour ça, sans doute, qu'il ne faisait jamais confiance. Il était si habituée à se servir de celle des autres pour les manipuler, qu'il ne voulait pas se prendre à son propre piège. Alors oui, il y avait des personnes qui le touchaient plus que d'autres, comme Eleonore, par exemple, et d'autres qui en savaient plus que d'autres, comme Anthony... et Edgar, malheureusement. Mais l'un dans l'autre, Nathaniel était un mystère pour beaucoup, c'était un atout à ses yeux, et il comptait bien demeurer ainsi.



code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Jeu 23 Juil - 13:57

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
O
rianne fronça les sourcils. A ses yeux, la faiblesse n’avait jamais été une faiblesse, bien au contraire. Pour elle, c’était une force, un don qui permettait d’aller de l’avant, de se surpasser grâce à l’aide et à l’appui des autres. En refusant d’accorder sa confiance, on était condamné à rester seul, à livrer des batailles perdues d’avance. Comment Nathaniel pouvait-il penser réussir à atteindre ses ambitions en restant seul et méfiant envers tous ?

Pourquoi devrions-nous te faire confiance et te suivre les yeux fermés dans ce cas ?, demanda-t-elle avec sincérité. S’il pensait réellement ce qu’il disait, pourquoi est-ce que les rebelles devaient-ils le croire et lui accorder leur confiance ? Faire confiance à Nathaniel serait donc une faiblesse qui les mènerait à leur perte. Et c’était même probablement le cas. Orianne ignorait les projets de Nathaniel et elle savait qu’elle n’était pas la seule. Et si continuer à le suivre les conduisait à un sort funeste ?

Orianne avait sincèrement envie de croire Nathaniel, elle en ressentait même le besoin d’une certaine manière. Elle voulait croire qu’il œuvrait pour leur offrir un monde qui serait meilleur que celui qu’ils connaissaient. Mais plus le temps passait et plus le doute s’insinuait en elle. Côtoyer Nathaniel jour après jour lui révélait la noirceur qui l’habitait. Et pourtant, c’était plus fort qu’elle, comme si une force invisible et puissante l’empêchait de se rebeller contre le chef des rebelles. Car malgré ses doutes, le charisme de Nathaniel suffisait à la réduire au silence et à la rendre docile à nouveau. Elle le craignait – et pour quelle raison, elle l’ignorait – mais il n’y avait pas que cela. Nathaniel exerçait sur elle une véritable fascination contre laquelle elle ne pouvait guère lutter. A chaque fois qu’elle cherchait à en savoir plus, à découvrir la vérité, un regard de Nathaniel suffisait à la convaincre que c’était une quête perdue d’avance, qu’elle n’aurait pas la force de lui résister suffisamment pour aller jusqu’au bout. Elle découvrait auprès de Nathaniel que la fascination pouvait exercer la même puissante emprise sur autrui que l’amour.

Et si la confiance n’est pas un don mais une faiblesse, avec cette confiance en toi sans mesure que tu possèdes, cela ne fait-il pas de toi le plus faible d’entre nous ? Tu devrais faire attention, ta chute n’en sera que plus violente…

Cela n’était pas une menace, juste une mise en garde. Si les choses se passaient mal, Nathaniel serait celui d’entre eux qui aurait le plus à perdre et dont la déchéance serait la plus douloureuse. Eux, ils avaient déjà tout perdu, ils n’avaient plus rien contrairement à lui. Ils ne pouvaient pas se raccrocher à ses plans comme il le faisait tout simplement parce que rares étaient ceux à les connaitre. A vrai dire, Orianne n’était même pas sûr que qui que ce soit sache réellement ce que Nathaniel avait en tête.

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Mar 28 Juil - 10:46


The sleeping victim
P

ourquoi lui faire confiance ? En effet, la question se poser, et se devait, même, d'être posée. Pour peu que l'on connaisse un peu (et ceux qui le connaissent plus que d'autres pourront vous garantir que je pèse mes mots), l'on sait qu'il n'est pas quelqu'un de fiable, et que le croire aveuglément, espérer de lui qu'il ne vous trompe pas un jour ou l'autre, et ni plus ni moins que de l'inconscience. D'un autre côté, que pouvaient donc faire les rebelles à son sujet ? L'abandonner, c'était s'abandonner à son propre sort, et la plupart des prisonniers ne disposaient pas des armes nécessaires à leur survie. Orianne, bien sûr, n'avait pas ce problème (et pour cause), mais l'on pouvait supposer que la plupart, sans lui faire confiance, restaient auprès de lui par simple soucis de survie... Ce qui ne leur évitait pas l'éventualité que le vagabond décide d'user de ces vies en sursis à sa guise. Oui, c'était une mauvaise chose que de lui faire confiance, cela étant, bien peu de rebelles avaient vraiment à se défier de lui (bon, à part Daphnée, ça...), il n'avait (pour l'instant), pas l'intention de les trahir, et si ses intentions étaient peut-être plus personnelles que ce qu'il voulait bien laisser croire à certains, ce n'était pas pour autant qu'il ne les mènerait pas au résultat escompté. Les deux n'étaient pas incompatibles, après tout. Il haussa les épaules en guise de réponse à cette première question, un sourire un rien mystérieux (son préféré parmi toute sa panoplie) au visage.

La deuxième question, par contre, méritait sans doute qu'il s'y attarde plus longuement, ou en tous cas qu'il y apporte une réponse un rien plus complète qu'un simple sourire qui voulait tout et rien dire (puisque, évidemment, Nathaniel, souhaitait qu'il veuille tout et rien dire). D'ailleurs, son sourire passa de mystérieux à amusé. Nier qu'il possédait une confiance en lui qui tenait de la pure mégalomanie aurait été faire preuve d'une mauvaise foi manifeste, et s'il savait en faire preuve par moments, jamais à ce sujet. Il assumait entièrement son auto-suffisance, qui, s'il savait aussi bien se trahir qu'il savait trahir les autres, pourrait bien lui porter préjudice un jour ou l'autre. La remarque d'Orianne avait un petit quelque chose d'agaçant - sans doute parce qu'il s'agissait d'Orianne - néanmoins, il n'allait pas lui faire le plaisir de s'assumer comme quelqu'un de faible, quelle qu'en soit la raison.

-Jusqu'ici, je n'ai pas eu le loisir de me trahir.
Il haussa les épaules, innocemment. Nous verrons bien. Il faut savoir vivre dangereusement, non ? Oui. Ou en tous cas, c'était ce qu'ils faisaient chaque jour depuis qu'ils s'étaient évadés de la prison. Il n'y avait aucun camp à rejoindre où le risque soit moindre. Voilà peut-être pourquoi on le suivait, ou pourquoi certains avaient la naïveté de lui faire confiance. Il leur garantissait une vie plus longue (faute d'être plus simple)... seul le dénouement de cette dernière risquait fort d'être compliqué (voire insupportable, selon) à supporter. Du moins pour ceux qui ont le loisir de vivre.




code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Mer 5 Aoû - 13:43

     

Nathaniel ♦ Orianne

The sleeping victim
L
e sourire de Nathaniel donnait la chair de poule à Orianne. Il n’avait rien de rassurant son sourire, ni rien de plaisant. C’était le genre de sourire qui vous glace le sang et vous fait présager le pire, pas le genre qui donnait envie de faire confiance. Et pourtant, malgré cela, elle avait beau le connaître ce sourire si angoissant, Orianne n’arrivait pas à se décider à quitter les rebelles, à partir de son côté.

Elle se répétait sans cesse que c’était parce qu’elle n’avait nulle part où aller. Qu’elle ne voulait pas retourner au cimetière de l’île mais qu’elle ne pouvait pas non plus retourner vivre parmi les vivants. Elle n’y avait pas sa place même si elle était plutôt vigousse comme fantôme. Et elle y ferait quoi de toutes manières ? Attractions pour les fêtes de fin d’automne dans les villages ? Elle avait tout de même un peu plus de fierté que ça.

Mais la vérité, qu’elle refusait d’admettre, était tout simplement qu’elle ne se sentait pas la force de quitter Nathaniel. C’était plutôt étrange, après tout il lui suffisait de tourner les talents et de s’en aller, mais ce n’était pas aussi facile. Nathaniel avait une véritable emprise sur elle et elle ignorait comment s’en défaire. Elle ignorait encore plus si elle en avait réellement envie également. Et c’était bien cela tout le problème.

Pourtant, Nathaniel n’avait pas son pareil pour se montrer blessant et cruel dans ses propos quand il était contrarié et Orianne en faisait les frais. Elle l’avait peut-être bien cherché dans le fond mais elle n’avait que voulu étancher sa curiosité. Mais la curiosité était un vilain défaut lorsque l’on se trouvait face à Nathaniel, elle aurait pourtant dû le savoir depuis le temps.

Orianne encaissa le coup temps bien que mal en baissant les yeux, sentant les larmes lui monter aux yeux. Toutefois, elle parvint à les ravaler même si ça voit était encore moins assurée quand elle reprit la parole.

Tu es cruel…, dit-elle à voix très basse, à peine plus audible qu’un chuchotement avant de reprendre un peu plus fort. Il vaut mieux que je te laisse, je vais aller dire aux autres que tu es réveillé.  Tu veux que je leur passe un message de ta part pendant que tu te prépares ?

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebellion
Messages : 3958
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   Sam 8 Aoû - 12:01


The sleeping victim
L

a compassion était un sentiment que Nathaniel, de mémoire, n'avait jamais expérimenté. Et pour cause, il était sans doute bien trop auto-centré pour cela. Jamais il ne prenait la peine d'éprouver de l'empathie, même quand des personnes dont il était supposé être proches encaissaient des coups durs qui auraient dû le faire réagir. Jamais, non plus, il n'avait éprouvé de regrets, malgré toutes les horreurs qu'il avait pu dire, et toutes celles qu'il avait pu faire... ou presque. En tous cas, s'il avait été blessant en toute connaissance de cause, cela ne l'invitait pas, même en observant la réaction d'Orianne, de se dire qu'il était allé trop loin, bien au contraire. Oui, il avait été blessant, mais puisqu'il l'avait été à dessein (en compensation de l'agacement qu'elle lui faisait ressentir, parfois - quelque part, elle devrait se sentir flattée, si il cherchait à la blesser, c'était bien qu'elle ne l'indifférait pas), il n'avait pas l'intention de se confondre en excuses pour cela, et se contenta de répondre à sa réflexion par l'un des nombreux sourires de sa panoplie, c'est tout. Et il approuva d'un signe de tête quand elle lui dit qu'elle allait trouver les autres pour leur apprendre qu'il était réveillé. Et il était grand temps. La journée s'annonçait longue, bien qu'il l'entame tardivement. Il le fallait donc.

-Je m'en chargerai moi-même
, se contenta-t-il de répondre. Je ne serai pas long.

En même temps, ce n'était pas comme si aucun des fugitifs avait le luxe d'avoir mille façon de se préparer et de se pouponner. Les fois où ils avaient l'occasion de s'octroyer des ablutions dignes de ce nom étaient bien rares, et "dignes de ce nom" commençait à prendre un sens très large, au-delà de la signification habituelle. Ils se lavaient dans des cours d'eau quand ils avaient l'occasion d'en croiser, et si Anthony leur ramenait de temps à autres du linge de rechange, ils n'avaient pour la plupart que des guenilles à porter au quotidien, et toujours les mêmes. Des conditions d'hygiène déplorables, certes, mais après tout, la plupart d'entre eux avaient passé la majeure partie de leur vie dans la prison de l'île des soupirs, alors ça faisait bien longtemps qu'ils avaient renoncé à ce concept-même. En même temps, ça leur donnait plus d'endurance. Il laissa donc à Orianne le soin de s'en aller tandis que lui-même serait habillé en quelques courtes minutes. Même s'il y avait de fortes chances pour qu'il mette plus de temps à se présenter au reste des rebelles... Juste pour le plaisir de faire attendre et de ce savoir attendu. Quiconque n'avait jamais eu le loisir de goûter à ce plaisir-là manquait bien des choses, c'est une certitude. Bien sûr, s'il prétendait qu'il ne serait pas long, ce n'était pas pour rien, c'était pour le plaisir de l'être au final.



code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: The sleeping victim / feat Nathaniel   

Revenir en haut Aller en bas
 
The sleeping victim / feat Nathaniel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plan Your Escape Feat Nathaniel Hansen
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]
» Nathaniel Ourobor [ACCEPTE] ~> Serpentard
» Nathaniel (Terminer)
» Nathaniel Jacobs || Liens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: En dehors du jeu... :: Les archives-