Partagez | 
 

 Le prince et la grenouille (Gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Lun 15 Juin - 11:55

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Edgar ne semblait pas vraiment faire confiance à son fils ces derniers temps (quoi qu'il ne lui avait peut-être jamais fait confiance en fait), puisqu'il demanda à son serviteur de garder un oeil sur lui. Anthony n'avait pas besoin de l'ordre de son roi pour le faire, il le faisait déjà depuis toujours. Le vieil homme avait une certaine affection pour son prince, il le portait en grande estime et essayait de le protéger. Anthony avait vu naître Gabriel, il l'avait vu grandir, il ne pouvait qu'avoir de l'affection pour ce jeune homme droit et honnête, qui ne ressemblait vraiment pas à son père. C'était en partie pour lui que le vieux serviteur avait décidé de se lancer dans la rébellion, parce qu'il voyait à quel point il pouvait souffrir des mensonges également. Il n'y avait pas qu'Eleonore et Anna qui avaient été manipulé par le roi, son fils également. Ce dernier n'avait pas demandé à la base à rencontrer la jeune Odien, à se fiancer (même si c'était lui qui l'avait demandé, mais tout n'était que manipulation). Maintenant, le jeune prince souffrait de cette situation parce qu'il était marié à la jumelle qu'il n'aimait pas. Anthony savait que Gabriel avait rencontré Nathaniel et Eleonore, il espérait pouvoir le protéger des plans de la rébellion. Non pas qu'il ne pense pas capable le jeune homme de les rejoindre, mais c'était bien trop dangereux. S'il le pouvait, il le tiendrait à l'écart de toute action. Sauf qu'il ne semblait pas que cela soit possible. Le jeune prince avait son rôle à jouer dans la guerre contre son père, qui par contre souhaitait le tenir à l'écart. Edgar l'avait dit lui-même, son fils lui semblait bien trop faible et trop amoureux d'Eleonore pour être utile. Ce n'était pas pour rien que le roi envisageait de se servir de la princesse, Anna, pour piéger sa soeur jumelle. Visiblement, il avait le sentiment de pouvoir plus facilement manipuler le lien entre les jumelles que celui d'un homme aimant une jeune femme. En même temps, quand on connaissait le vrai visage de l'épouse de Gabriel, ce n'était pas étonnant. Anthony était bien placé pour savoir qu'Edgar avait toutes les raisons du monde de préféré Anna.

Anthony devait donc garder à l'oeil le prince de Féerie, action qu'il faisait avec grand plaisir même si ce n'était pas toujours évident. Le vieil homme était en train de parcourir le château à la recherche du jeune prince, ne sachant pas où il se trouvait exactement. C'était qu'avec ses devoirs de serviteur, ses actions pour la rébellion, il n'avait pas vraiment beaucoup de temps devant lui. Parfois, il se demandait même comment son corps arrivait à suivre la cadence. Il allait sans doute l'user avant la fin de toute cette histoire, mais c'était pour la bonne cause. Après une heure de recherche, l'homme parvint enfin à mettre la main sur Gabriel.

« Mon jeune prince. » Dit-il essoufflé en s'approchant du jeune homme alors qu'il se trouvait dans la cour. « Vous devriez rentrer, le temps commence à se gâter. »

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Mer 24 Juin - 10:42

Parfois, il songeait que le plus simple serait de fuir, tout simplement. Sans un regard en arrière. Sans crainte du lendemain et sans regret du passé.

Il n'était pas à sa place dans ce château, de toute manière, et chaque instant qu'il y passait ne semblait servir qu'à le lui faire sentir. Son père s'adressait à lui comme l'on traite un gueux, en tous cas pas son fils, et au-delà de l'indifférence, il y avait de la méfiance, désormais.

Anna, quant à elle... Eh bien, c'était compliqué. Il n'avait en soi rien à lui reprocher, mais devrait-il constamment vivre auprès d'une femme qu'il ne pourrait jamais que prétendre aimer, aux traits beaucoup, beaucoup trop familiers pour lui ? C'était impossible, c'était insupportable. Surtout quand il savait que celle qu'il aimait vraiment n'était qu'à quelques lieues de lui, et qu'elle prenait des risques constamment, se balançant sur le fil de sa propre existence, en prenant le risque de tomber dans le vide à tous moments.

Cette atmosphère était oppressante, et elle ne lui apportait rien. Il avait le sentiment d'étouffer, dans cette demeure, même si elle transpirait le luxe par tous ses murs de pierre. Il voulait fuir et les rejoindre... ce qui le retenait, c'est qu'il savait leur être plus utile au château, et qu'il se disait que si son père entreprenait quoi que ce soit contre Eleonore, il arriverait peut-être à l'en empêcher. C'est cela d'être un doux rêveur, il se figurait vraiment n'importe quoi ! Comme si son opinion allait compter un jour ! Cela n'avait jamais été le cas jusqu'ici. Pourquoi les choses évolueraient-elles en quoi que ce soit.

Il considérait du regard les nuages gris, épais et épars qui obscurcissaient le ciel d'un manteau d'obscurité presque totale. Il savait que des gardes cerclaient la sortie. S'il cherchait à s'enfuir maintenant, on le rattraperait aussitôt. Le roi, son père, avait redoublé de vigilance, dernièrement. Il n'aurait sûrement pas dû lui parler de Nathaniel, même s'il l'avait fait à demi-mot, et ne lui avait pas tout expliqué. Il ne savait pas comment il allait faire, la prochaine fois. Et les suivantes...


« Mon jeune prince. Vous devriez rentrer, le temps commence à se gâter. »


Plongé dans ses pensées, il avait fallu qu'Anthony lui adresse la parole pour que Gabriel constate sa présence. Le serviteur de son père semblait à bout de souffle, comme s'il avait couru pour le trouver. Pour quelques gouttes de pluie qui ne tarderaient sans doute pas à venir, c'était sûrement un peu excessif.

Le prince se tourna vers lui, et lui adressa un fin sourire. Anthony était le seul à qui Gabriel consentait à sourire de temps à autres au château. Le seul en qui il ait toute confiance, il faut dire. À raison, oui, même s'il lui mentait autant si ce n'est plus que tous les autres, au final.

"Rien ne presse."
répondit-il avec sa douceur habituelle. "Je n'ai pas envie de rentrer tout de suite à l'intérieur..." Il tourna son regard vers lui, avec grande attention. "C'est mon père qui t'envoie ?"

Il spéculait, mais la situation le rendait un peu paranoïaque. Il se sentait épié constamment, et le fait qu'Anthony lui soit parvenu essoufflé laissait entendre qu'il l'avait cherché... alors c'était sans doute sous ordre de son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Jeu 16 Juil - 13:59

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
C’était quand Anthony posait son regard sur Gabriel, qu’il se rendait bien compte de la nécessité de ses actions. En trahissant Edgar, il trahissait en partie son fils également, mais c’était pour la bonne cause. Le prince était l’une des personnes à souffrir des actions du roi, il était manipulé comme jamais par son père. Après tout, son mariage en lui-même était une mascarade. Que cela soit un mariage arrangé n’était pas si étonnant au fond (même si dans les contes de fée joyeux, les princes parviennent toujours à épouser les princesses qu’ils aiment, mais les contes de fée de ce genre n’existait pas), mais il y avait bien plus qu’une de l’intérêt dans cette union. Anthony en savait quelque chose et ça ne pouvait que lui faire de la peine, concernant Gabriel. Il aimait ce gosse, vraiment, il avait énormément d’affection pour lui. Il trouvait que l’homme ne méritait pas son sort, le fait de se retrouver dans une telle position. Il aimait une jeune femme qui avait été envoyé en prison, il était marié à sa jumelle et devait faire semblant que c’était elle. Il se retrouvait en plein cœur d’une bien grande machination, dont il était parfaitement incapable de se douter. Qui pouvait bien se douter de quoi que ce soit si on ne le mettait pas au courant ? Par moment, Anthony se disait que Gabriel avait le droit d’être au courant, mais il n’osait jamais rien lui dire. Comme il n’osait pas l’informer sur le fait qu’il savait parfaitement où se trouvait celle qu’il aimait et qu’il était même de son côté.

« Je m’inquiète simplement pour vous mon prince. »

Répondit le serviteur, quand Gabriel mentionna l’hypothèse que c’était son père qui l’envoyait. Ce n’était pas complètement faux non, puisqu’Edgar avait bien demandait à Anthony de garder un œil sur son fils. Mais le vieil homme n’avait pas spécialement attendu l’ordre de son maître pour garder un œil sur le prince. Il avait un œil constant sur ce dernier depuis le jour de sa naissance, c’était plus fort que lui. Par moment, le serviteur se demandait bien comment Edgar avait pu engendrer un être comme Gabriel, ils n’avaient rien en commun (et c’était vraiment une bonne chose pour le prince).

« Vous êtes sûr que vous ne voulez pas rentrer ? »
Demanda-t-il en leva son regard vers le ciel qui se couvrait de plus en plus. Anthony n’aimait pas vraiment la pluie. En même temps, il n’aimait pas quand il faisait trop beau non plus, il était particulièrement difficile. « Il va pleuvoir. »

Evidemment, Anthony aurait très bien pu rentrer lui et se mettre à l’abri de la pluie. Mais encore une fois, même s’il ne l’avait pas dit au prince, il était bien là pour le surveiller. Il ne fallait pas que Gabriel prenne trop de risque en partant du château, pour rejoindre Eleonore sans doute. Il ne fallait pas qu’Edgar se rende compte de quelque chose, sinon de nombreuses têtes allaient tomber.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Jeu 30 Juil - 10:28


« Je m’inquiète simplement pour vous mon prince. »


Gabriel esquissa un léger sourire. C'était peut-être un leurre, une excuse comme il aurait pu lui en sortir d'autres pour justifier qu'il se soucie de lui et se trouve là, indifféremment de ce que son père avait ordonné ou non. Le prince n'y croyait pas complètement. Cela faisait un moment qu'il soupçonnait son père de l'avoir à l'oeil, et il avait de très bonnes raisons de le croire, vraiment. Mais il ne pouvait pas croire non plus qu'Anthony n'était pas sincère.

Au château, il n'y avait pas grand monde à qui il sache faire à cent pour cent confiance, pas même à ses parents (surtout pas à ses parents), pas même à sa femme dont l'identité-même était un leurre, mais à Anthony, il faisait entièrement confiance. Il le pensait incapable de malice, et incapable de le trahir. Même si son père l'avait envoyé ici, il ne devait pas mentir quand il disait qu'il s'inquiétait pour lui.

Et ce n'était pas là une inquiétude que le prince de Féerie saurait taire, ni calmer. Parce que si Anthony craigne qu'il fasse des choses susceptibles de le mettre en danger, c'était déjà fait, s'il avait peur qu'il voit à travers les barreaux de sa cage dorée, c'était déjà fait. Et même si Anthony avait toujours été un confident digne de ce nom, il ne se voyait pas lui apprendre de quoi il était question.


« Vous êtes sûr que vous ne voulez pas rentrer ? Il va pleuvoir. »


Gabriel se moquait bien de la pluie, du mauvais temps, ça lui était complètement égal de finir détrempé, il n'avait aucune envie de retourner à l'intérieur. Les murs du château l'oppressaient. Chaque fois qu'il était à l'intérieur, il avait l'impression que les murs se rapprochaient, et qu'ils allaient finir par l'écraser net.

Il ne pourrait pas s'aventurer hors de l'enceinte du château, il serait immédiatement repéré, mais au moins, il voulait rester à l'extérieur.


"La pluie ne me dérange pas."
affirma-t-il tout en haussant les épaules. "Tu peux rester avec moi, si tu as peur que je m'enfuie."

C'était bien ce qu'il craignait, non ? Ce que tout le monde craignait... Tout le monde appréhendait qu'il s'échappe. Qu'il s'échappe de ce château qui l'avait vu naître et grandir pour rejoindre des rebelles au fin fond de la forêt, qu'il échappe à l'influence de son père, sous le joug d'un roi qu'il avait suivi aveuglément pendant des années. Qu'il s'échappe de cet univers clos, fait de mensonges et d'illusions.

C'était trop tard pour craindre quoi que ce soit. Maintenant, il fallait surtout essayer de le rattraper. Et il n'y avait pas grand chose à faire pour cela. Il ne croyait plus à rien. Ne savait plus rien. Et voulait tout savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Dim 23 Aoû - 9:41

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Même si Edgar avait demandé à Anthony d’avoir son fils à l’œil, le vieil homme n’avait pas attendu son ordre pour le faire. C’était comme ça, il n’y pouvait rien, le serviteur du roi avait vraiment à cœur les intérêts du prince. Il avait sans doute bien trop d’affection pour lui qu’il ne le devrait, mais tant pis. En même temps, Anthony aurait eu énormément de mal à ne pas avoir de l’affection pour l’enfant qu’il avait vu naître et grandir. Il ne s’était pas contenté de l’observer, il s’occupait de lui depuis qu’il était tout gosse. Alors forcément, son rapport avec le prince était plus proche qu’il ne le devrait ce qui le mettait dans une situation complexe. Parce qu’il était quand même obligé de lui mentir comme à tous les autres, mais qu’il trouvait cet exercice bien plus difficile avec lui. C’était une chose de mentir à Edgar, c’était une autre chose de mentir à Gabriel. Il avait donc le prince à l’œil pour suivre les ordres de son roi, mais pas seulement. Il espérait vraiment que Gabriel n’allait pas payer les conséquences des actes de son père. C’était bien pour cette raison qu’Anthony espérait que son prince n’allait pas trop s’approcher de l’action actuelle, malheureusement le mal était déjà fait. Il était plus qu’évident que Gabriel était justement le genre de personne susceptible de trahir son père, au vu des sentiments qu’il avait pour la jeune Eleonore, mais il ne fallait pas qu’il prenne autant de risque. Anthony n’avait aucune envie de le voir rentrer dans la bataille. Outre le fait qu’Edgar n’avait vraiment pas confiance en son fils et qu’il se doutait justement de ce que le serviteur pensait.

Anthony ne dit rien pour répondre à la remarque du prince, concernant sa fuite. Puisqu’il avait effectivement peur qu’il s’enfuit. Mais le vieil homme n’avait pas vraiment envie de le dire à haute voix, même si justement il ne prit pas la peine de rentrer au château non plus. Il allait donc rester en compagnie du jeune prince à l’extérieur du château, malgré le fait que la pluie était menaçante. Et il détestait la pluie en plus. Au moins, il avait Gabriel à l’œil c’était bien. Edgar ne pourrait pas dire qu’il ne fait pas son travail, c’était un bon point pour lui quand même. Il fallait que le roi continue à avoir confiance en son serviteur le plus proche (et autrefois ami) afin que les choses se déroulent correctement.

« Vous vous sentez bien Gabriel ? »

Demanda-t-il, sans l’appeler prince comme il avait l’habitude. Parce que cette question était forcément personnelle et qu’il n’avait pas envie que Gabriel le considère simplement comme le serviteur de son père. C’était bel et bien Anthony, celui qui s’inquiétait vraiment pour le prince et pas seulement parce qu’il était le prince. Anthony n’avait pas vraiment de mal à constater qu’il n’allait pas très bien ces derniers temps, même s’il se montrait un peu distant avec lui. Le fait qu’il doive lui mentir à cause des rebelles l’empêchait d’être aussi proche qu’autrefois.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Mar 15 Sep - 10:15



Anthony ne semblait plus décidé à lui interdire de demeurer dehors, et cela convenait très bien à Gabriel, puisque pour sa part, il n'avait pas du tout envie de rentrer entre les murs oppressants du château, pas tout de suite, surtout s'il devait croiser son père au détour d'un couloir, même si cela était bien rare (la plupart du temps, le roi était aux abonnés absents, et avait mieux à faire que de s'occuper de son fils. En fait, Gabriel avait l'impression que son roi de père se souciait bien plus de lui maintenant qu'il se voyait perdre son influence sur lui, qu'avant, quand elle était totale, et que le prince buvait la moindre parole de son père comme s'il s'agissait de petit lait).

Anthony devait comprendre ce besoin qu'avait Gabriel de respirer un peu d'air frais, même si, limité par la présence du serviteur du roi, il ne pouvait pas aller où il le voudrait.

L'homme était au courant de ce que Gabriel ne confiait pas à d'autres (même si on pouvait aisément lire dans ses pensées, le jeune homme était bien trop honnête pour savoir mentir comme il faut, même s'il devait faire des efforts à présent), il avait par exemple été le premier à connaître ses sentiments pour Eleonore, et celui qu'il avait demandé expressément de venir avec lui quand il avait fait sa demande à celle qu'il aimait... et que, pour la peine, il n'avait pas épousé.


« Vous vous sentez bien Gabriel ? »

Anthony venait de l'appeler "Gabriel", cela pouvait donner l'air de rien, mais pour le prince de Féerie, cela signifiait beaucoup. Il faisait la distinction entre Anthony, le serviteur du roi, qui devait agir selon le bon vouloir de ce dernier, et que son père exploitait bien souvent, au regard de Gabriel (encore que c'était un constat qu'il avait fait bien récemment, quand il avait réalisé qu'Edgar Basiel était loin de l'exemple d'intégrité qu'il pensait, et Anthony, le confident, l'ami sur lequel Gabriel pouvait compter.

Gabriel espérait, du moins, qu'il pouvait toujours aveuglément compter sur Anthony, c'était un fait dont il ne savait plus être complètement certain, à présent. Gabriel le connaissait depuis sa plus tendre enfance, il avait sans doute passé plus de temps avec lui qu'avec son propre père, difficile de se dire qu'il l'abusait peut-être, et que tout ce qui serait dit dans la confidence de cette cour serait aussitôt répété à monsieur le roi.

Est-ce qu'il fallait qu'il mente, alors ? Gabriel n'en avait pas envie, pas envie du tout. Mais la question ne pouvait que se poser. Soit il mentait et prétendait que tout allait bien (et il n'arriverait pas à être convaincant), soit il disait la vérité, au risque de subir les foudres de son père.

Il choisit de dire la vérité, mais une vérité qui n'avait su échapper à personne, et qui ne devrait pas lui valoir beaucoup de réprimandes.

"Je ne vais pas très bien, non."
admit-il en tournant son regard vers Anthony, qui pourrait lire le malaise dans ses yeux. "Eleonore me manque."

Cette phrase courte et simple résumait très bien la situation, en fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Lun 12 Oct - 13:45

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Quand Anthony prenait soin d’appeler le prince par son prénom, c’était qu’il était loin de son rôle de serviteur et conseillé du roi. Il était lui-même, ce vieil homme proche du prince, bien plus proche de son propre père. Il avait envie que Gabriel se confie à lui, qu’il vide un peu le poids qu’il semblait avoir sur le cœur. Ce n’était pas un secret que le prince était plus mélancolique que d’ordinaire et Anthony savait parfaitement pourquoi. Il avait pu voir l’amour naître en lui quand il avait croisé la route d’Eleonore et il avait vu sa déception quand elle avait fui le mariage et qu’il avait dû épouser sa jumelle. Evidemment, Anthony était loin de se douter que le jeune prince était au courant que sa « princesse » était en vie, alors il présumait qu’il devait également se faire du mouron pour elle. Le vieil homme avait tapé dans le mile en tout cas, puisque Gabriel avoua qu’il n’allait pas très bien. Le jeune homme aurait très bien pu mentir sans qu’Anthony ne lui en tienne rigueur cependant. Après tout, Anthony était le conseillé du roi et donc il était normal de se méfier un peu de lui. Mais évidemment, ça c’était quand on ne savait pas le vrai rôle du vieil homme dans toutes l’histoire et moins de monde était au courant, mieux la tête de ce dernier se portait. Gabriel lui apprit alors qu’Eleonore lui manquait. Anthony sentit une pointe de tristesse le prendre, il l’était vraiment pour le prince. Il n’aimait pas le voir dans de tels états.

« Je comprends… »

Se contenta-t-il de dire dans un premier temps, ne sachant pas vraiment comment il pouvait réagir à cela. C’était normal qu’Eleonore manque à Gabriel qui était fou amoureux d’elle, c’était normal qu’il s’inquiète pour elle, mais au final toute cette histoire les dépassait complètement. Ce qui était en train de se préparait concernait principalement de vieilles querelles d’ancien amis, ils étaient des acteurs de tout cela parce qu’ils se trouvaient simplement là au « bon moment ». Anthony aurait vraiment aimé tenir Gabriel loin de tout cela, tout comme Eleonore d’ailleurs. Et maintenant, il avait envie de soulager un peu la peine du jeune prince. Cela lui faisait vraiment de la peine de le voir ainsi, il aimerait pouvoir faire quelque chose pour lui. Et il savait qu’il en était capable, il suffisait simplement qu’il lui parle de la vérité, mais il ne pouvait pas. Pas maintenant en tout cas, même s’il en mourrait d’envie. D’ailleurs, il ne put s’empêcher de tenter de faire quelque chose quand même.

« Je suis certain que vous allez pouvoir la retrouver un jour. »

Il la retrouverait oui, si les plans des rebelles fonctionnaient comme prévu. Est-ce que cela allait changer grand-chose dans la situation du prince et de celle qu’il aimait ? Pas vraiment non. Mais au moins, Gabriel ne serait plus dans cette position délicate dans laquelle il se trouvait.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Jeu 12 Nov - 10:04

.

« Je comprends… »


Désespéré, en colère, amoindri, Gabriel avait presque envie de croire que son interlocuteur n'y comprenait rien, parce qu'il voulait croire que personne avant lui n'avait à ce point aimé. C'était donner trop d'importance à une histoire qui n'avait jamais eu le temps de commencer, mais c'était plus fort que lui, on est finalement assez égoïste quand on est amoureux.

Anthony pouvait peut-être comprendre, ou en tous cas compatir dans la mesure de sa compréhension, et à l'heure où les amis devenaient des figures ennemies et où les illusions s'effondraient une à une, ne supportant guère le poids d'un passé et d'erreurs trop lourds à assumer, il ne pouvait passer à côté de ce qu'il restait d'amitié sincère et de bienveillance dans son entourage.

Anthony était à la botte de son père, c'est vrai, mais de tous, il était celui qui savait le plus facilement garder la confiance du prince. Il faut dire que Gabriel n'avait pas eu la chance, confiné entre les murs de ce château, de se faire beaucoup d'amis, et sa famille se morcelait maintenant, et ce n'était certainement pas à son père qu'il irait rapporter ses états d'âme.

Gabriel avait peut-être tort, parce qu'il restait naïf avant toute chose, mais il voulait croire qu'il pouvait encore un peu faire confiance à Anthony, sinon il ne pouvait plus faire confiance à personne, ni à ceux qui l'avaient mis au monde, ni à celle qui partageait son lit, et qui n'avait que l'apparence de la femme qu'il aimait et qui lui manquait.


« Je suis certain que vous allez pouvoir la retrouver un jour. »


Gabriel entendait des promesses où il ne fallait pas, sûrement, c'est normal, il était à cran, et il n'en pouvait plus d'attendre et d'espérer. C'est vrai, il avait revu Eleonore, plusieurs fois, même, mais ce n'était pas réconfortant pour autant, il avait toujours cette impression que quelque chose de grave allait se produire, et qu'il n'arriverait pas à l'empêcher de là où il se trouvait.

Mais les mots d'Anthony lui donnaient l'impression qu'ils en disaient plus que ce que les apparences pouvaient bien laisser penser. Mais il espérait sans doute trop. Tout ce qui pouvait le rapprocher d'Eléonore était à prendre à ses yeux.

Au fond, il avait sans doute seulement dit ça pour la rassurer, seulement. Mais Gabriel cherchait de l'espoir partout où il daignait se présenter. Et au final, il n'y en avait que peu et nulle part.

"Comment peux-tu en être si sûre ?"
Gabriel hésita, il avait vraiment besoin de se confier, la seule personne à qui il pouvait se confier était sans doute sous ses yeux, mais c'était prendre un risque qu'il prendrait peut-être rapidement. "Anthony... j'aimerais te parler de quelque chose." Ça y est, le risque était pris. Il pouvait encore faire marche-arrière, mais il n'en avait pas du tout envie. "Mais je voudrais être sûr que vous ne répéterez rien à mon père."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Lun 7 Déc - 22:01

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony se rendait bien compte qu’il en disait un peu trop à Gabriel, mais il n’avait pas spécialement le choix. Le vieil homme avait énormément d’affection pour le jeune prince, il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de le soulager. Peut-être même plus que son propre père. Anthony osait croire qu’Edgar avait quand même de l’affection pour son fils, qu’il l’aimait même, mais il n’avait clairement pas la bonne méthode pour le lui montrer. Il avait bien trop tendance également à faire passer ses intérêts avant celles de son fils, mais le serviteur pensait connaitre assez son roi pour affirmer qu’il aimait quand même son fils. Mais ce dernier manquait cruellement de l’affection de son père, qu’Anthony essayait de lui donner en échange. Sauf qu’actuellement, il ne pouvait évidemment pas trop en dire concernant Eleonore. Il ne pouvait pas lui affirmer de but en blanc qu’elle allait bien, qu’elle se trouvait dans la forêt et qu’elle prévoyait de faire de grande chose (ou plutôt qu’elle suivait une personne voulant faire de grande chose). Bien sûr, le vieil homme ne pouvait pas savoir que Gabriel était déjà au courant. Il ne se doutait pas du tout que le prince était plus au fait de la situation qu’il ne le pensait.

Il faisait peut-être trop de dire que Gabriel allait pouvoir retrouver sa bien-aimée un jour (même si ce n’était pas forcément idéal puisque cela ne changeait rien aux sentiments d’Eleonore), mais il ne pouvait pas s’empêcher d’essayer de soulager un peu le cœur du jeune prince. Il devait seulement se montrer suffisamment prudent pour ne pas d’attirer d’ennui à Gabriel ou même au rebelle. Il ne souhaitait vraiment pas que la situation se complexe encore plus, il était bien trop stressé en ce moment déjà. Et cela ne risquait vraiment pas de s’arranger au vu de la requête que le prince lui demande ensuite. Il avait quelque chose à lui dire, mais il préférait s’assurer que le serviteur n’allait pas en discuter à son père. Cela devait forcément avoir un rapport avec Eleonore, au vu de la discussion qu’ils avaient jusqu’à présent. Anthony ne savait pas s’il devait s’inquiéter ou non, mais il ne pouvait pas s’empêcher de le faire en tout cas.

« Je peux vous assurer que je ne lui dirais rien du tout. » Lui confirma-t-il alors, espérant que Gabriel allait comprendre qu’il pouvait entièrement lui faire confiance. Bien sûr, Anthony ne pouvait pas se permettre de lui dire que cela faisait un long moment maintenant qu’il trahissait le roi. Pourtant, cela aurait pu évidemment lui permettre de faire comprendre que le prince n’avait rien à craindre sur le fait qu’il était capable de tenir un secret. « Vous pouvez tout me dire Gabriel, vous pouvez me faire confiance. »

Il espérait que le ton qu’il employait, seulement en compagnie du prince, allait suffire à faire comprendre au jeune prince qu’il pouvait tout lui dire. En plus de cela, Anthony avait vraiment envie de savoir ce que le jeune homme pouvait bien cacher actuellement.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Ven 11 Déc - 15:47




« Je peux vous assurer que je ne lui dirais rien du tout. »

Le ton employé par Anthony semblait sincère, et jusqu'ici, lui avait-il un jour menti ? S'était-il montré malintentionné à son adresse ? Pas qu'il sache, non, mais il ne présumait, ne jurait plus de rien depuis un moment.

Tous ceux à qui il avait cru aveuglément jusqu'ici l'avaient blessé, vexé, déçu... Entre mensonges et désillusions, il ne savait plus à quel saint se vouer. Il voulait continuer de faire confiance à Anthony, qui avait toujours été un précieux confident pour lui, mais maintenant, il avait peur que tout soit répété à son père. Il savait maintenant les conséquences désastreuses que ça pourrait bien avoir.

Mais s'il ne parlait pas, il allait devenir fou, et à qui d'autre est-ce qu'il pourrait se confier ? À Anna ? Certainement pas, elle serait la première à le trahir, il en était sûr. À sa mère ? Pas davantage. À son père ? Bien sûr que non... Et la liste cessait là. C'est un fait, Gabriel n'avait finalement aucun ami.


« Vous pouvez tout me dire Gabriel, vous pouvez me faire confiance. »


Gabriel hocha la tête. Il se laissait finalement convaincre. Surtout parce qu'il avait grand besoin de l'être. Il avait le sentiment que plus personne ne le soutenait, et il avait besoin d'être épaulé. La confiance d'Anthony était peut-être tout ce qu'il lui restait. S'il commençait à douter également de lui, même si c'était avisé, il n'irait plus nulle part, il ne ferait plus rien.

Alors le jeune prince prit une grande inspiration et osa prendre la parole.

"J'ai revu Eleonore."
Il marqua une pause. Maintenant qu'il avait prononcé ces mots, il ne pouvait plus faire marche arrière, il espérait juste qu'Anthony n'allait pas insister pour connaître tous les détails et ne trahirait pas sa parole (il était bien placé pour ne pas le faire, mais le jeune homme était très loin de le deviner). "C'est un homme... assez étrange, je dois dire, peu engageant, même, qui m'a permis de la revoir. Nathaniel."

Il avait prononcé le nom sans savoir si cela aurait un impact supplémentaire. Mais puisqu'il avait vu quelle réaction cela avait déclenché chez son père, il se disait qu'il en obtiendrait peut-être une équivalente de la part d'Anthony. Ainsi, il aurait le fin mot de l'histoire.

Il n'arrivait toujours pas à cerner le fugitif. Et pour ce qu'il savait de lui, il ne lui inspirait ni sympathie, ni confiance, et il n'aimait pas l'idée qu'Eleonore soit constamment à ses côtés. Par jalousie peut-être, c'était même très probable, mais pas seulement. Il ne comprenait pas ses décisions, son but, son caractère. Il restait hors d'accès à sa compréhension, et il prenait visiblement plaisir à cela.

Il aimerait comprendre, mais comme pour toutes les interrogations qui le rongeait, il ne retrouvait face à lui qu'un mur épais et infranchissable, et personne ne lui autorisait à voir au-delà. Anthony lui donnerait-il autant de difficultés ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Mar 19 Jan - 16:04

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony osait vraiment croire que Gabriel lui fasse encore confiance. Aux yeux du serviteur du roi, il était sans doute la seule personne encore digne de confiance dans l’entourage du prince (il osait l’admettre au vu des différents secrets qu’il connaissait sur les différentes personnes qui entourait le jeune prince). Gabriel pouvait vraiment tout dire au vieil homme, sans craindre que ce dernier n’aille répéter leurs conversations à son père. Après tout, le serviteur avait tout à gagner à garder le secret du prince. Il était important qu’Edgar ne découvre jamais son implication dans la rébellion, autant dire qu’il n’allait pas commencer à raconter des informations sur Eleonore et Gabriel. Puisqu’évidemment, la discussion concernait la jeune rebelle aux cheveux blonds. Quand Gabriel affirma qu’il avait revu Eleonore, Anthony n’en fut pas surpris. En même temps, il était bien placé pour le savoir que ce moment avait eu lieu (même s’il n’en avait pas vraiment eu connaissance). Gabriel reprit, affirmant que c’était un homme étrange du nom de Nathaniel qui lui avait permis de la revoir.

Anthony fut incapable de rester de marbre quand il entendit le nom de son ancien ami sortir de la bouche de son jeune prince. C’était un mélange de surprise et de malaise aussi, puisque l’homme en question lui avait prédit que le prince allait lui parler de lui. Encore une fois, celui qui avait arrêté de vieillir avait vu juste. Gabriel lui parlait de lui-même de Nathaniel et c’était sans doute le bon moment pour Anthony d’avoir la fameuse discussion avec le jeune prince. Le vieil homme ne savait pas vraiment s’il était prêt, mais il pouvait difficilement avoir de meilleur moment. Anthony poussa un soupire résigné avant de reprendre la parole.

« Je dirais en effet que le mot étrange sied à merveille à Nathaniel. » Affirma-t-il, montrant bien qu’il connaissait le fameux Nathaniel. « Vous avez pris un grand risque à aller la trouver. »

Il n’y avait pas vraiment de reprocher dans la voix du vieil homme, mais il pensait vraiment les mots qu’il prononçait. Anthony aurait vraiment aimé que le jeune prince ne prenne pas autant de risque, qu’il reste en dehors de tout cela. Même si de pars sa naissance, il était directement concerné par la situation. Anthony aurait vraiment aimé le préserver de tout cela, sauf qu’il en était bien incapable. Il ne pouvait qu’essayer de le protéger du mieux qu’il pouvait (ce qu’Edgar ne faisait pas vraiment, à son avis).

« C’est à moi de me montrer honnête à mon tour. » Anthony marqua une pause, baissant son regard un instant vers le sol. « Puisque vous semblez plus au courant de la situation que je ne le croyais, il est sans doute temps que je vous révèle la vérité. » Il releva son regard vers le jeune prince. « Mais je vous fais confiance, ceci doit impérativement rester entre nous. Si votre père apprenait que je vous ai confié cette information… » Il ne termina pas sa phrase, il ne pensait pas que c’était nécessaire. Gabriel était assez intelligent pour comprendre ce que le roi lui ferait s’il le découvrait. « Votre père cherche à tout prix à arrêter Nathaniel et Eleonore. Actuellement, il entreprend d’utiliser votre femme comme appât pour piéger sa sœur… »

Il se contentait de cela pour le moment, il pensait que c’était assez.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Ven 22 Jan - 12:47



« Je dirais en effet que le mot étrange sied à merveille à Nathaniel. Vous avez pris un grand risque à aller la trouver. »


Gabriel se sentait, une fois n'est pas coutume, complètement désorienté. Visiblement, le nom de Nathaniel n'était pas étranger à Anthony, et il le connaissait suffisamment pour lui attribuer avec certitude l'adjectif qui venait rapidement à l'esprit de tout un chacun quand il était question de cet homme : "étrange".

Il ne fit aucun commentaire concernant les risques qu'il avait pu encourir en allant trouver Eleonore. Pour lui, ces risques n'étaient rien. Et pour cause, le jeune homme était prêt à tout si cela pouvait lui permettre de passer même quelques fractions de secondes avec Eleonore. Il était absolument fou d'elle, et la simple perspective de la voir et de lui parler, même un peu, après avoir craint de ne jamais la revoir, suffisait à son bonheur.

Ce n'était pas du courage ce n'était pas un goût quelconque pour le risque, qui l'avait poussé à agir, c'était juste l'amour, même si cet amour ne serait sans doute jamais partagé.


« C’est à moi de me montrer honnête à mon tour. Puisque vous semblez plus au courant de la situation que je ne le croyais, il est sans doute temps que je vous révèle la vérité. »


Gabriel observa Anthony, interdit. Dans tout le château, il avait été certain qu'Anthony était le seul à être honnête avec lui, à ne rien lui cacher. Il se trompait, de toute évidence, quel secret devait-on dont encore lui révéler ?

Gabriel se sentait partagé, entre la curiosité, l'avidité, car voilà trop longtemps que bon nombre de ses questions demeuraient sans réponse, et la déception, car si le serviteur du roi avait vraiment toutes ces réponses, pourquoi avait-il mis si longtemps à se manifester ?


« Mais je vous fais confiance, ceci doit impérativement rester entre nous. Si votre père apprenait que je vous ai confié cette information… »


Gabriel hocha simplement la tête. Il n'avait rien l'intention de révéler à son père. Il n'avait plus confiance en Edgar, et cela faisait un moment. Le fils obéissant et admiratif avait disparu dès l'instant où le roi de Féerie s'était amusé avec la vie de celle qu'il aimait et avait espéré épouser.

Il comprenait de mieux en mieux de quoi son père était capable, il ne trahirait pas la confiance d'Anthony, même s'il appréhendait de savoir quel secret il lui cachait, le prince tenait à son interlocuteur, bien plus qu'à tous ceux qui vivaient encore dans ce château. Il voulait lui laisser le bénéfice du doute, et dans tous les cas, il ne le livrerait pas en pâture à son père, d'autant qu'il semblait finalement bien plus du côté d'Eleonore que du roi.


« Votre père cherche à tout prix à arrêter Nathaniel et Eleonore. Actuellement, il entreprend d’utiliser votre femme comme appât pour piéger sa sœur… »


Gabriel ouvrit des yeux ronds, accueillant de plein fouet cette révélation... Son père n'avait donc aucune limite... Utiliser une des deux soeurs pour piéger l'autre, c'était une méthode parfaitement répugnante.

Gabriel ne laisserait pas cela se produire, d'une manière ou d'une autre, il allait contrarier ces plans.

"Chaque jour qui passe me donne un nouveau motif de le haïr."
remarqua-t-il, serrant les poings, plus pour lui-même que pour son interlocuteur. Il leva les yeux vers Anthony, s'adressant pour de bon à lui, cette fois. "Pourquoi m'apprendre tout cela ?" Au risque d'essuyer les foudres de son roi. "Vous connaissez Nathaniel, n'est-ce pas ?" Cela paraissait évident. "Mon père le connaît aussi. Quand j'ai prononcé son nom devant lui, son attitude a changé, je l'ai bien vu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Sam 20 Fév - 19:53

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony n’aimait pas cacher quelque chose à Gabriel, mais il n’avait pas le choix. Il avait envie, depuis longtemps, de lui apprendre toute la vérité. Il voulait lui dire ce qu’il savait de Nathaniel, d’Anna, de son père, de toutes les personnes qui l’entouraient. Mais il ne pouvait pas, pas encore en tout cas. Ce n’était pas un manque de confiance du serviteur pour son prince, bien au contraire. Si le vieil homme devait faire confiance à quelqu’un encore dans ce château, c’était bien au fils du roi. Parce qu’il savait que les sentiments du jeune homme pour Eleonore étaient vraiment sincères et qu’il avait un cœur pur. Bien trop pur pour se monde de brute, sans aucun doute. Anthony ne pouvait donc pas tout dire à son prince, mais il était grand temps qu’il lui fasse quelques révélations cependant. En grande partie parce que Nathaniel le lui avait demandé, il fallait bien l’avouer aussi. Il était normal que Gabriel soit au courant de ce que son père prévoyait de faire, même si cela risquait de le mettre en danger. Anthony imaginait mal le prince rester à l’écart, alors qu’il apprenait que son père avait l’intention de tendre un piège à celle qu’il aimait. D’ailleurs, le regard qu’il lui adressa en disait long sur la surprise qu’il ressentait d’apprendre l’information. Pourtant, quand il s’agissait d’Edgar, Anthony avait appris à ne plus être étonné.

Le serviteur ne dit rien concernant la remarque du jeune homme sur le fait qu’il avait une nouvelle raison de le haïr. En effet, il ne pouvait que lui donner raison, mais il n’avait pas envie d’envenimer encore plus les choses, surtout que Gabriel rétorqua sur d’autres questions. Il se demandait, à juste titre, pourquoi Anthony lui apprenait cela et d’autres informations sur Nathaniel. Le jeune prince avait déjà évoqué le nom du rebelle avec son père, Anthony aurait aimé voir la réaction de ce dernier. Anthony attendit que le jeune homme ait fini de poser toutes ses questions, avant d’y répondre, une par une.

« Si je décide de vous apprendre tout cela, c’est que je souhaite… arrêter de vous mentir Gabriel. » Encore une fois, il l’appelait par son prénom. « Vous avez autant le droit que les autres de connaitre le vrai visage de votre père… »

Bon et aussi, Nathaniel le lui avait demandé, mais il allait éviter de mentionner ce détail. D’ailleurs, Anthony se demandait comment il pouvait répondre aux questions du prince sans aller trop loin dans ses révélations.

« Je le connais oui, très bien je peux dire même. Ainsi que votre père. » Anthony poussa un soupir, réfléchissant encore une dernière fois avant de reprendre la parole. « Votre père et moi… nous avons fait quelque chose que Nathaniel nous reproche, à juste titre, il y a bien longtemps. Avant même le jour de votre naissance. » Le serviteur regrettait ce qu’il avait fait, même si Nathaniel l’avait un peu mérité quand même. C’était en voulant se racheter qu’il avait décidé de le faire sortir de prison. « Edgar a toute les raisons du monde de craindre cet homme, il pourrait bien qu’il soit capable… de le faire tomber de son trône. »

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Ven 26 Fév - 19:37


« Si je décide de vous apprendre tout cela, c’est que je souhaite… arrêter de vous mentir Gabriel. »

À cette remarque, Gabriel resta silencieux, même s'il n'était pas agréable d'entendre cette phrase, parce qu'elle semblait laisser entendre que le serviteur du roi, la seule personne dans tout le château dans lequel il pensait pouvoir entièrement confiance, lui avait apparemment menti.

Maintenant, il se demandait dans quelles proportions on lui avait menti, et à quel point il devait s'inquiéter de ce qui lui était encore caché. Il voulait espérer qu'il ne s'agissait que de mensonges pas omission. Même si c'était déjà trop, en vérité, pour ce qu'il endurait.


« Vous avez autant le droit que les autres de connaitre le vrai visage de votre père… »


Là-dessus, il était bien d'accord. Il avait le droit que les autres de savoir de quoi son père était bel et bien capable.

Il en avait assez d'être protégé, qu'on lui ferme les yeux sur la situation, il était en droit autant que n'importe qui d'autre. En fait, il était en droit de savoir qui était vraiment son père plus que n'importe qui d'autre puisque, justement, c'était de son père qu'il s'agissait.

Les propos d'Anthony ne rassuraient pas du tout Gabriel, qui s'attendait évidemment au pire. Il en avait déjà tant entendu au sujet de son géniteur, et rien qui ne soit vraiment agréable à entendre, que pourrait-il apprendre encore de plus qui vienne altérer plus encore son jugement à son sujet ?


« Je le connais oui, très bien je peux dire même. Ainsi que votre père. »


Ainsi donc, Anthony connaissait bel et bien Nathaniel. Gabriel aimerait pouvoir se montrer surpris de cette nouvelle, mais le fait est qu'il ne l'était pas du tout. Il l'avait bien deviné, oui, ce qu'il ne comprenait pas encore exactement, c'est qui était cet homme mystérieux et inquiétant qui gardait Eleonore sous sa coupe et qu'Anthony et Edgar semblaient si bien connaître.


« Votre père et moi… nous avons fait quelque chose que Nathaniel nous reproche, à juste titre, il y a bien longtemps. Avant même le jour de votre naissance. Edgar a toute les raisons du monde de craindre cet homme, il pourrait bien qu’il soit capable… de le faire tomber de son trône. »


Alors, tout ceci n'était qu'une sordide histoire de vengeance ? Nathaniel cherchait à faire payer à Edgar ce qu'il lui avait fait ? Mais dans ce cas, pourquoi ne réservait-il pas un sort tout aussi funeste à Anthony ? Et quel sort lui réservait-on à lui ? En tant que fils d'Edgar, n'était-il pas également l'ennemi par principe ? Il était perdu.

Il avait l'impression qu'ils étaient plutôt dans le même camp, tous les deux. Il n'y comprenait rien. Il semblait évident qu'on lui dissimulait des informations cruciales.

"Qu'est-ce que vous lui avez fait ? Et..."
Il marqua une pause, décontenancé. "Et comment se pourrait-il que cela date d'avant ma naissance ? Nathaniel ne devait être qu'un enfant, à l'époque..."

Si ce n'était pas toujours le cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Jeu 7 Avr - 21:56

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony savait parfaitement qu’en commençant à raconter l’histoire à Gabriel – une partie du moins, il n’était pas question qu’il lui parle de tout – ce dernier allait se poser de nombreuses questions. La situation était compliquée, ce n’était pas évident de tout comprendre quand il manquait certaines parties du puzzle. Même quand on les connaissait, comme Anthony, ce n’était pas évident de tout comprendre. Les évènements premiers avaient eu lieu de nombreuses années avant, dans un temps qui semblait éteint aujourd’hui et qui revenait sur le devant de la scène maintenant, comme les fantômes du passé. Anthony avait passé une partie de sa vie à croire qu’il ne pourrait rien faire concernant le passé, avant de finalement se rendre compte que les évènements retournaient entièrement la situation. Avant de se rendre compte qu’il pouvait faire quelque chose, finalement, qu’il pouvait tenter de se racheter. Anthony restait vague encore, Gabriel avait évidemment envie d’en savoir plus. Le serviteur du roi ne savait cependant pas vraiment jusqu’où il pouvait aller dans son récit. Il en avait assez de devoir mentir au prince – qu’il avait tendance à plus « paterner » que son propre roi de père – mais il était évident qu’il ne pouvait pas tout lui dire non plus. C’était bien trop dangereux, autant pour Gabriel que pour lui.

Gabriel voulait savoir ce qu’Edgar et lui avaient pu faire à Nathaniel pour qu’il souhaite à ce point se venger. C’était légitime, mais cela touchait justement des détails qu’Anthony n’avait pas spécialement envie de révéler à son prince. Ils avaient tous une part de responsabilité dans les évènements passés, certain avait simplement plus cher payé que d’autre leurs actions. Cependant, Gabriel ne manqua pas de le questionner aussi sur la « jeunesse » de Nathaniel, ce qui était évident. L’homme ne semblait guère avoir plus de vingt ans et pourtant, il avait un passif avec le roi et son serviteur qui avaient bien plus. Il n’aurait été qu’un enfant à l’époque s’il avait l’âge de son physique.

« Nathaniel n’était pas un enfant à l’époque. » Reprit le serviteur, afin d’expliquer un peu plus la situation au prince. Il marqua une pause, cherchant ses mots. « Il ne faut pas vous fier aux apparences Gabriel. » C’était le cas de le dire dans la situation de l’ancien forçat, il n’avait vraiment pas l’âge que son physique laissait entendre. Mais ce détail, le vieil homme n’allait pas plus l’expliquer au jeune prince. Il faudrait, de toute façon, qu’il décide de raconter tout depuis le début et ce n’était vraiment pas prévu. « Nathaniel a passé de nombreuses années en prison par la décision de votre père. »

Entre autre chose, il avait aussi perdu le trône par exemple, celui-là même où Edgar se trouvait à présent. Ce trône qui n’appartenait d’ailleurs ni à l’un, ni à l’autre, à la base, mais encore une fois c’était toujours un pan d’histoire qu’il n’avait pas l’intention d’aborder avec le jeune homme. Une époque si lointaine, qui avait été presque oublié du peuple.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Mer 4 Mai - 12:21


« Nathaniel n’était pas un enfant à l’époque. Il ne faut pas vous fier aux apparences Gabriel. »

Gabriel assimila l'information comme il put, devinant qu'il n'en obtiendrait pas davantage de la part d'Anthony à ce sujet précis, il fallait donc seulement qu'il accepte l'hypothèse que Nathaniel était déjà l'homme d'aujourd'hui à l'époque, et peut-être des époques avant. Pourquoi ?

La magie était, comme bien souvent, la réponse, cette magie dont le jeune prince connaissait l'existence (il en avait même été victime au berceau sans le savoir) mais qu'il n'avait que rarement vu à l'oeuvre, son père y étant très réfractaire.

Il aurait bien posé plus de questions là-dessus, mais ce n'était pas le noeud du problème. Connaître l'âge véritable du fugitif qu'Eleonore paraissait suivre aveuglément ne l'aiderait pas à mieux comprendre son rôle, qui il était, et ce qui le liait exactement à Anthony et à son père. Le jeune prince préférait donc faire l'impasse sur cette information afin de se concentrer sur d'autres, si possible.

Il ne fallait pas se fier aux apparences, c'est vrai, et c'était une chose que Gabriel avait fini par bien assimiler, alors qu'il découvrait qu'à peu près tout ce qu'il avait tenu pour acquis jusqu'alors n'était qu'un tissu de mensonge, au point qu'il ne se sentait plus capable d'avoir confiance en qui que ce soit.

« Nathaniel a passé de nombreuses années en prison par la décision de votre père. »


C'était donc ça, une basique histoire de vengeance. Et la prison, c'était évidemment celle dont Edgar avait nommé la femme qu'il aurait dû (et aimé) épouser gardienne. C'était un début de conversation, mais ça ne suffisait malgré tout pas à satisfaire la curiosité piquée à vif du prince.

Que ce Nathaniel veuille se venger pour avoir été enfermé derrière les barreaux des années, c'était une chose, mais cela n'expliquait pas tout à l'aura de mystère qui planait tout autour de lui. Gabriel était décidé à élucider ce mystère. Il en avait plus qu'assez d'être pris pour le dernier des imbéciles.

Il était naïf, oui, il avait cru à tout ce qu'on lui avait dit sur le monde et son histoire sans ciller, mais il avait le courage et la soif de vérité pour lui, c'était des vertus que son père aurait sûrement voulu lui ôter. Dommage pour lui, malgré de nombreuses années à laver minutieusement le cerveau de son fils, il n'y était pas parvenu.


"Pourquoi mon père l'a-t-il fait enfermer ?"
demanda-t-il, n'y passant pas par quatre chemin, très direct. "Et vous, qu'avez-vous à voir là-dedans ?"

On l'avait suffisamment mené en bateau comme cela. Il avait besoin de réponses plus précises, même s'il commençait à croire que, malgré toute sa bonne volonté, Anthony ne les lui donnerait pas. Qui sait, il avait peut-être une bonne raison de taire ce qui s'était passé à cette époque.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Mar 31 Mai - 10:52

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony connaissait bien Gabriel et il savait à quel point il était curieux. Ce n’était pas pour rien que le serviteur du roi avait mis si longtemps avant de commencer à lui parler de certain détail. Parce que maintenant qu’il connaissait certaine chose, il allait avoir envie de connaître plus. C’était normal, quand on apprenait par morceau la situation, c’était difficile de tout assimiler et de tout comprendre. Pendant des années, Anthony s’était contenté de ressasser ces évènements, sans rien faire pour changer quoi que ce soit. Mais maintenant, la situation était bien différente. Et par moment, il se demandait effectivement comment ils avaient pu en arriver là. Comment la situation avait-elle pu à ce point dégénérer, pour tout le monde, mais pour certaine personne en particulier. Anthony fut incapable de retenir un soupir las quand Gabriel lui demanda ce qu’il avait à voir dans toute cette histoire. L’époque lui semblait si lointaine, comme un conte qu’on lui racontait quand il n’était qu’un jeune garçon. Mais ce n’était pas un conte, c’était bel et bien la réalité. Même si ce n’était pas forcément agréable de se remémorer cette période et ses conséquences. Anthony ne pouvait pas tout dire à Gabriel bien sûr (il y avait des choses dont personne en dehors de lui n’était au courant d’ailleurs), mais il ne pouvait pas non plus ignorer ses questionnements. Il avait le droit de savoir, les évènements du passé avaient un impact direct avec ceux d’aujourd’hui, avec la vie du jeune prince.

« Cela remonte à si longtemps… » Affirma-t-il dans un nouveau soupire, baissant son regard un instant vers le sol. « Votre père a fait en sorte de posséder le trône de Féerie, il n’était pas le seul à le convoiter. Dans ce genre de situation, les trahisons sont nombreuses. Nathaniel a trahi votre père, autant qu’il a été trahit par lui. Quand le roi en a eu la possibilité, il s’est arrangé pour que son rival ne puisse plus lui causer du tort. » C’était un grand résumé de la situation, mais Anthony n’avait aucune envie de rentrer dans les détails. Même si Gabriel méritait de savoir certaine chose, il ne pouvait pas tout découvrir. Il n’était pas prêt encore. « Et moi... » Anthony poussa un nouveau soupir, cela lui faisait vraiment remonter des souvenirs désagréables. « J’ai été lâche, j’ai accepté de devenir le serviteur de votre père et de garder ses secrets afin de ne pas finir comme Nathaniel. »

Pendant des années, Anthony avait laissé cette situation continuer sans jamais ne rien faire. Il avait laissé Edgar faire du mal, il avait laissé le roi avoir une influence négative sur le royaume. Mais depuis sa rencontre avec Eleonore, il avait décidé de changer, de prendre la décision qu’il aurait sans doute dû prendre bien des années avant. A l’époque où il était encore considéré comme l’ami du roi et non son serviteur. Quoi qu’il avait une place plus agréable que les autres serviteurs quand même, même s’il devait garder les horribles secrets de l’homme.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Mer 29 Juin - 13:26


Gabriel avait été habitué depuis l'enfance au silence, aux mots que l'on ne prononce pas, aux vérités que l'on tait. Il y avait été habitué sans s'en rendre compte, un conditionnement bien orchestré qu'il avait accepté docilement, puisque n'ayant pas compris qu'il était en train de le faire. Il avait fallu qu'Eleonore entre dans sa vie pour que le miroir se brise, pour que le mur se fissure, et que le rideau tombe.

Habitué aux détours, aux formules toutes faites, et à toutes ces autres sortes de choses qui vous réduisent en cendres le moindre espoir d'entendre un propos sincère et limpide, il n'avait pas été sûr qu'Anthony accepte de lui répondre sincèrement.

Oh, il avait confiance en Anthony, c'était même le seul dans tout le château en qui il avait encore confiance. C'était une erreur, peut-être, mais c'était le cas. Ceci dit il savait que ça ne voulait pas dire que son interlocuteur accepterait de lui répondre librement. Il n'en avait peut-être même pas le droit... Encore que le serviteur du roi faisait depuis tout à l'heure une évidence entorses à tous les impératifs qu'Edgar avait dû lui imposer.

« Cela remonte à si longtemps… Votre père a fait en sorte de posséder le trône de Féerie, il n’était pas le seul à le convoiter. Dans ce genre de situation, les trahisons sont nombreuses. Nathaniel a trahi votre père, autant qu’il a été trahit par lui. Quand le roi en a eu la possibilité, il s’est arrangé pour que son rival ne puisse plus lui causer du tort. »

C'était donc ça, une histoire de lutte de pouvoirs et de haute trahison, où ni Edgar, ni Nathaniel (ni Anthony sans doute) n'avaient été blancs comme neige. Gabriel n'était pas certain d'apprécier cette information. Eleonore était liée de près à Nathaniel, et cet homme devait bien se moquer de la liberté des Féeriens, seule devait lui importer la vengeance qu'il espérait obtenir sur son ennemi. Les rancoeurs ont la vie dure.

« Et moi... J’ai été lâche, j’ai accepté de devenir le serviteur de votre père et de garder ses secrets afin de ne pas finir comme Nathaniel. »

Finir comme Nathaniel. En prison, donc, sans doute. Cette prison dont Eleonore avait été faite gardienne. Tout devenait plus clair : l'inquiétude de son père, les tensions au sein du château... Tout ça ne revenait finalement qu'à un ancien règlement de compte, auquel Eleonore avait contribué sans s'en rendre compte. Et lui aussi, il était en train de devenir l'acteur indirect de toute cette histoire alors même qu'il avait encore du mal à savoir remplacer toutes les pièces du puzzle.


"Alors..."
Il hésita un moment. La pensée le traversait et il en avait un peu honte, mais c'était de toute manière le moment d'être honnête, qui sait qu'en l'occasion se représenterait. "Mon père est vraiment en danger, n'est-ce pas ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Ven 29 Juil - 15:49

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony n'aurait vraiment pas cru que ce jour serait arrivé si rapidement, où Gabriel serait de plus en plus au courant de ce passé qu'il avait en commun avec son père et cet homme dans la prison qui ne manquait pas de faire peur au roi. Mais maintenant, le prince était de plus en plus au courant. Pas autant qu'il ne le pourrait, mais si le serviteur du roi avait accepté d'être un peu plus honnête, de répondre franchement aux interrogations du prince (qu'il aimait sans doute bien plus qu'il ne le devrait malheureusement), il n'avait pas envie de tout lui raconter pour autant. Ce n'était pas le moment, en même temps, il n'y aurait sans doute jamais de bon moment. Tout cette histoire était bien trop complexe et elle remontait à des années bien trop lointaine. Pour tout expliquer, pour que le prince puisse tout comprendre, il faudrait reprendre depuis le début et ne pas rater le moindre détail. Anthony ne se sentait pas prêt pour cela et il ne pensait pas que le jeune prince le soit non plus de son côté. En dehors du fait, bien sûr, qu'Anthony était en train de déroger à toutes les règles de son roi en racontant tout cela à son fils. Anthony ne devait normalement jamais parler de cela à qui que ce soit. En devenant le serviteur du roi et son confident, en obtenant cette place et évitant le même sort que Nathaniel, Anthony s'était engagé à toujours garder le secret de son roi. Ce qu'il n'était pas du tout en train de faire présentement, mais il espérait qu'Edgar ne soit jamais au courant de la discussion qu'il avait maintenant avec son fils.

Les propos du prince ne manquèrent pas de bouleverser un peu Anthony. C'était la réalité en effet, dure et cruelle peut-être, mais le père du jeune homme était vraiment en danger. Il le méritait bien sûr, après toutes ces années et toutes les horreurs qu'il avait fait. Il avait profité de la mort d'un homme qu'il avait soit disant considéré comme un ami pour devenir le souverain de Féerie. Il avait fait des choses horribles que le serviteur n'osait pas vraiment repenser, il avait cherché à cacher la noirceur du royaume en l'enfermant dans une prison. Comme si une petite fille qui n'avait rien demandé à personne et qui avait perdu parents et frère était responsable de cette noirceur. Nathaniel était loin d'être un saint, évidemment, mais Edgar ne l'était pas non plus.

"Oui, il l'est."

Répondit alors Anthony, de nouveau sincèrement. Il n'avait pas envie de mentir à Gabriel de toute façon et il se doutait qu'il n'allait pas être dupe. Il n'avait donc pas envie de lui mentir en lui disant que son père n'était pas en danger, alors que c'était bien le cas.

"Je me répètes sans doute, mais j'espère que vous comprenez que votre père ne doit jamais apprendre que je vous ai parlé de tout cela."

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Jeu 25 Aoû - 14:41

"Oui, il l'est."

La réponse du serviteur du roi n'avait malheureusement rien de surprenante, Gabriel l'avait posée pour l'entendre de vive voix, mais il savait pertinemment à quoi s'attendre en effet. Son père était bel et bien en danger, et ceux qui feraient son malheur étaient pourtant ceux en qui le jeune homme savait qu'il pouvait avoir le plus confiance, ceux qui étaient le plus susceptibles d'avoir encore son affection inconditionnelle.

Le jeune homme était malgré tout troublé par cette affirmation. Il avait beau le savoir, c'était autre chose de l'entendre. Ça rendait tout ça très réel... et très proche également. Loin de le rassurer, même s'il se rendait de plus en plus compte que cette étape allait sans doute être obligatoire... et qu'il ne serait du moins pas l'homme qui y mettrait un terme. Il pourrait décider de tourner sa veste, choisir de défendre son père, mais en son for intérieur, il savait qu'il ne le ferait pas.

Ce monde était injuste, et Edgar Basiel ne cautionnait pas seulement cette injustice, il la créait. En son âme et conscience. Cela, le fils ne pouvait pas le pardonner au père, même si, justement, il s'agissait de son père, et c'était ce qui rendait cette situation si délicate.

Edgar avait toujours été avare en affection envers sa progéniture, mais pour autant, le prince aimait sincèrement l'homme qui l'avait mis au monde. Et même, un temps, il l'avait réellement admiré sans avoir à trahir sa personne ou ses convictions pour cela, juste parce qu'il lui inspirait un profond respect. Regarder sans rien dire, être un spectateur passif de cette situation, le pouvait-il vraiment ? Et, à un moment ou à un autre, n'aurait-il pas envie d'épargner son père ?

"Je me répètes sans doute, mais j'espère que vous comprenez que votre père ne doit jamais apprendre que je vous ai parlé de tout cela."

Gabriel poussa un soupir. Bien sûr, il comprenait la réserve de son interlocuteur et ne pouvait pas réellement la lui reprocher. C'était sa vie au-delà de sa carrière et de sa réputation, qui étaient en jeu. Mais Gabriel aurait voulu que l'homme qu'il considérait comme un confident lui fasse davantage confiance. Non, il ne le trahirait pas, quoi qu'il arrive. Il n'y songeait même pas.

"Je regrette que tu me penses capable de te trahir"
, répondit-il simplement, même s'il était parfaitement logique qu'Anthony l'exhorte au silence, pour sa sécurité.

Leur sécurité, en fait. Et après tout, ce n'était pas anormal qu'il l'imagine susceptible de flancher. Ce restait son père quoi qu'il puisse arriver.

"Je ne dirai rien, tu n'as pas à t'en faire."
Il marqua une courte pause avant de reprendre. "Qu'est-ce que vous ferez de lui ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Sam 22 Oct - 12:03

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony s’en voulu quand Gabriel affirma qu’il regrettait qu’il le pense capable de le trahir. Ce n’était pas le cas, bien sûr, il ne voulait pas que le prince déforme ses propos. C’était simplement un gage de protection, parce que tout cela était dangereux. Que ça soit pour le serviteur du roi qui risquait sa vie si jamais Edgar apprenait qu’il était de même avec leur ancien ami, ou pour Gabriel qui risquait gros si jamais son père apprenait qu’il était dans la confidence. Le serviteur ne voulait pas que quelque chose arrive à Gabriel et il devait bien avouer qu’il n’avait pas spécialement envie de se faire découvrir par son roi. Anthony baissa un instant son regard, sachant parfaitement que cela ne servait sans doute à rien qu’il exprime au jeune homme qu’il avait confiance en lui. C’était le cas, Anthony avait simplement besoin de répéter les choses. Parce qu’il devenait un peu paranoïaque à force que les semaines passées, que la situation s’amplifiait. Maintenant que Gabriel était au courant encore plus de la situation, cela faisait deux personnes dans la confidence au château. Et le prince était le fils du roi, Anthony savait parfaitement qu’il aimait son père. Mais le serviteur avait réellement confiance en lui. Il se contenta simplement de faire un signe de la tête au jeune homme quand il affirma qu’il ne dirait rien, qu’il n’avait pas à s’en faire.

Cependant, Gabriel reprit la parole et demanda à Anthony ce qu’ils feraient de lui. De son père, évidemment, qui se trouvait être en danger. Malheureusement, le serviteur d’Edgar ne pouvait qu’envisager une solution radicale pour ce dernier. Il n’avait aucune envie de le faire, mais il se doutait que la situation ne se passerait pas autrement. Parce que Nathaniel n’aurait qu’une envie, prendre sa vengeance sur son ancien ami. Et il était bien la preuve que la prison n’était pas forcément sûre.

« Je ne pourrais vous dire. » Affirma-t-il alors, sur un ton prudent. Il ne mentait pas, il ne savait pas exactement quel sort allait être réservé au roi. Mais une chose était certaine, Edgar allait quitter son trône et quelqu’un d’autre allait devoir prendre sa place. Au fond de lui, Anthony ne pouvait pas s’empêcher d’espérer que ça allait être le jeune homme sous ses yeux. « La seule chose que je souhaite, c’est préserver les personnes qui sont à l’être. Il y a eu déjà beaucoup trop de victime à cause de ces querelles. »

Même si, en soit, Anthony espérait quand même que le trône de Féerie soit en de meilleures mains. Edgar n’était pas un si mauvais monarque en soit, mais il prenait d’horrible décision dans le seul but de préserver l’illusion parfaite de son royaume. Cela ne pouvait pas durer plus longtemps, les innocents ne devaient plus payer parce qu’il souhaite garder tout cela sous sa coupe.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Lun 31 Oct - 16:27



« Je ne pourrais vous dire. »


Cette réponse était moins que satisfaisante, mais moins radicale que ce qu'aurait sans doute été une réponse plus honnête. En vérité, Gabriel avait beau être naïf, il se doutait bien de la vérité, du sort qui attendait réellement son père, et il se doutait tout autant qu'il était bien plus décidé que ce que les mots du serviteur du roi pouvaient laisser entendre.

Il ne pouvait pas lui dire... peut-être parce qu'il ne savait effectivement pas ce qui attendait Edgar, peut-être parce que rien n'avait été concrètement décidé, mais Gabriel pensait surtout entendre qu'Anthony ne voulait pas le lui dire, parce que la réponse donnerait corps à ses présomptions.

Il savait déjà, oui. C'était sans doute la seule vraie solution, d'ailleurs. Son père devait mourir. Mais c'était une perspective odieuse à entendre. Même en sachant tout ce qu'il avait fait, Gabriel n'était pas capable de vouloir la mort de son père. C'était au-dessus de ses forces. Il n'avait jamais été un modèle de parentalité ou d'amour paternel, mais Gabriel tenait à lui malgré tout. À l'homme qu'il voulait le croire être malgré tout, pas au roi.

« La seule chose que je souhaite, c’est préserver les personnes qui sont à l’être. Il y a eu déjà beaucoup trop de victime à cause de ces querelles. »

Là-dessus, Gabriel n'avait rien à redire, il était entièrement d'accord, effectivement. C'était effectivement le cas. Les victimes avaient été beaucoup trop nombreuses, et quelque part, dans une moindre mesure, ils en étaient aussi, tous les deux, des victimes collatérales des malfaisances et malversations de ce roi peu scrupuleux qu'était Edgar Basiel.

Cela devait cesser, le règne d'Edgar Basiel devait cesser... mais cela signifiait-il pour autant que sa vie devait cesser elle aussi ? Il ne parvenait pas à adopter ce point de vue.


"C'est ce que je souhaite aussi",
approuva Gabriel d'un ton ferme, afin que son engagement ne puisse pas être remis en question malgré ses réticences et ses craintes, qui étaient d'un tout autre ordre. "Mais je ne pourrais pas participer à l'assassinat de mon père, c'est hors de question." ajouta-t-il, se permettant d'imposer ses conditions, même si au final, personne n'avait forcément exigé son implication au départ. "Il y a forcément une autre solution..." Sauf qu'il n'avait pas d'idée précise. L'emprisonnement ne convaincrait personne vues les circonstances. "Je veillerais personnellement à ce qu'il ne nuise plus à personne, s'il le faut, mais s'il te plaît, Anthony..." Il lui adressa un regard où la supplication était plus que visible. "Je ne veux pas qu'il meure."

Il était sans doute en train de poser une condition impossible à la situation mais il ne pouvait taire cette crainte tenace qui lui tordait l'estomac. Il devait forcément y avoir une solution intermédiaire... non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Sam 31 Déc - 0:23

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony ne parvenait pas à avouer le sort que risquait de vivre son père à Gabriel, alors que le prince était suffisamment intelligent pour le deviner. Oui… l’homme pensait sincèrement que le roi allait sans doute mourir avec cette bataille. Au fond, le serviteur ne savait pas vraiment s’il désirait la mort de son vieil ami, malgré le fait qu’il pense qu’il la méritait plus que certaines personnes. Tout comme Nathaniel en un sens méritait de mourir pour les faits qu’il avait commis, et lui aussi par la même occasion devait sans doute mériter de mourir. Mais Anthony ne savait pas s’il désirait vraiment que son roi, l’homme qu’il avait servi pendant si longtemps après avoir été un temps son ami (le considérant sincèrement comme son ami), meurt à la fin de tout cela. Il se doutait surtout qu’il n’allait pas avoir le choix, qu’on n’allait pas lui laisser le choix et ça lui convenait d’ailleurs parfaitement. Anthony n’avait pas vraiment envie d’assumer une telle décision. Il la laissait à Nathaniel, Eleonore, ou n’importe qui d’autre se trouvant là à ce moment-là. Mais il ne se faisait pas d’illusion, il y avait quand même peu de chance qu’Edgar s’en tire au final, mais il ne parvenait pas pour autant à l’avouer à son prince. Gabriel était un adulte maintenant, il était suffisamment âgé pour pouvoir tout entendre, pour ne pas avoir besoin d’être préservé par le serviteur du roi. Mais Anthony ne pouvait pas s’empêcher de le voir encore et toujours comme le jeune garçon qu’il avait surement un peu trop aimé.

Anthony apprécia d’entendre le jeune homme affirmer qu’il souhaitait aussi que les innocents, les victimes collatérales, soient préservées de tout cela, qu’il n’y en ait plus. C’était le souhait du serviteur du roi, il avait vu bien trop d’âme innocente souffrir à cause du roi et de ses décisions, mais pas seulement à cause de lui d’ailleurs. À cause de tout cela, de cette affaire, de toute cette histoire et cela depuis des années et des années. Quand Gabriel affirma en plus qu’il ne pouvait pas participer à l’assassinat de son père, le vieil homme ne put que le comprendre et l’accepter. Ce n’était évidemment pas quelque chose qu’il pourrait envisager de sa part, qu’il attendait de sa part (mais il ne promettait rien concernant les plans que Nathaniel avait en tête, il savait que trop bien qu’il ne fallait rien présager concernant son ancien vieil ami). Anthony écouta attentivement le prince affirmer qu’il y avait sans doute une autre solution, qu’il voulait veiller personnellement à ce que son père ne nuise plus à personne. Et finalement, Gabriel fit alors une demande qui ne manqua pas de mettre mal à l’aise Anthony.

« Je… » Le vieil homme marqua une pause, cherchant ses mots. Il ne savait pas exactement comment il devait répondre aux propos de son prince, ce qu’il pouvait se permettre de lui dire. « Je ne sais pas si je peux vraiment vous promettre une telle chose… »

Il avait envie de lui faire cette promesse, mais il ne savait pas s’il pouvait le faire en toute honnêteté.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 210
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Sam 7 Jan - 11:34


« Je… Je ne sais pas si je peux vraiment vous promettre une telle chose… »

Malheureusement, Gabriel s'y était attendu. Il avait espéré que son interlocuteur le détrompe malgré tout. Il savait que la guerre qui se profilait était violente, que peu de personnes s'en sortiraient indemnes, mais malgré ça, il ne se sentait pas capable d'aller jusqu'à certains extrêmes.

Il ne pouvait pas reprocher à Anthony son manque de transparence. Au moins, il avait le mérite de se montrer très honnête avec lui, et le jeune homme appréciait. Mais il n'appréciait pas la réponse en elle-même.

Personne ne comprendrait peut-être parce que les circonstances dévoilaient le vrai visage d'Edgar Basiel, à savoir un homme calculateur, fourbe, cruel, qui n'hésitait pas à se servir d'autrui pour parvenir à ses propres fins. Même lui, son propre fils, avait été la victime de son talent pour la manipulation. Le roi n'avait l'air que d'avoir une estime très relative à son adresse par ailleurs, au passage.

Tout ça devrait sûrement inviter Gabriel à approuver l'exécution simple et nette de son géniteur. Mais ce n'était pas le cas. Le prince de Féerie avait une réelle estime pour son père, malgré tout ce qu'il avait fait. Tout ce qu'il apprenait n'ôtait rien à l'instinct filial qui le poussait à éprouver de l'affection à l'égard de son géniteur, même si cette affection n'était peut-être même pas partagée. Gabriel ne pouvait pas vouloir la mort de son père. Ça lui était impossible, tout simplement.

"Je m'en doutais..."
, répliqua Gabriel sans cacher pour autant sa déception.

Ce n'était vraiment pas ce qu'il avait voulu entendre, même s'il s'était douté qu'il ne serait pas exaucé. Il ne pouvait pas le cacher. Ça restait sa famille, ça restait son sang. Et qu'est-ce qu'il adviendrait de lui, d'ailleurs, quand tout ça serait fini ? Il ne pouvait pas croire qu'on le laisserait se terrer dans un coin pleurer sur la disparition de sa famille. Il était l'héritier du trône de Féerie, son héritier légitime. On pouvait lui faire croire qu'on le laisserait succéder à son père, mais est-ce que c'était vrai ? Et est-ce qu'il voudrait vraiment s'assoir sur un trône que l'on aurait arrosé du sang de son père ?

Il savait vers où allait son devoir, et même son coeur, qui continuait d'appartenir à Eleonore, même si les sentiments de la jeune femme à son égard étaient très clairs. Mais il y avait une part de lui, le sang peut-être, qui le rattachait à tout jamais aux Basiel. Il ne pouvait pas faire comme si.

"Qu'est-ce que tu veux, toi, Anthony ?"
demanda-t-il alors sans détours. "Nathaniel et Eleonore veulent sa mort, ça, j'ai bien compris, j'imagine même que Nathaniel veut prendre la place de mon père... mais toi, qu'est-ce que tu désires vraiment ? Qu'est-ce que tu attends de tout ça ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 781
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   Sam 25 Fév - 16:01

Gabriel & Anthony
Le prince et la grenouille
Anthony voyait bien la déception dans le regard du jeune prince quand il lui affirma qu’il ne pouvait pas lui promettre de sauver son père. Il aurait pu décider de le vouloir, pour Gabriel, parce qu’il comprenait que c’était difficile pour lui, mais en même temps il ne pouvait pas lui promettre ça. Même s’il osait croire être un acteur actif de tout cela, de cette histoire, il ne pouvait pas vraiment garantir qu’au moment où le sort d’Edgar allait être scellé, il puisse le choisir.  Pour Gabriel, et rien que pour lui, le serviteur aurait très bien pu décider de de sauver la vie de son roi, mais il ne pouvait vraiment rien lui promettre. Même si cela lui faisait de la peine de voir une telle déception dans le regard du prince. Gabriel était sans doute l’une des plus grandes victimes de tout cela, au final. Parce qu’en plus de subir la manipulation de son père depuis toujours, il risquait de tout perdre avec cette histoire. La femme qu’il aimait ne l’aimait pas, il était marié avec sa sœur jumelle… Gabriel méritait vraiment mieux.

Anthony ne dit rien du tout, avant que Gabriel ne reprenne la parole et lui demande ce qu’il voulait lui. C’était assez étrange, mais à force de toutes ces années de service, Anthony avait un peu perdu l’habitude qu’on lui demande ce qu’il voulait. On lui demandait son avis, des conseils, des services, mais pas ce qu’il souhaitait réellement. Quand bien même, dans la rébellion, il y avait une part de son envie. Il avait eu envie de profiter de l’occasion pour aider Nathaniel, pour changer la situation. Gabriel avait bien compris que Nathaniel et Eleonore voulaient la mort de son père – même si le serviteur du roi émettait quelques réserves concernant la jeune femme, mais au vu de ce qu’elle allait apprendre, elle aurait forcément envie de faire tomber encore plus le roi – mais lui, que voulait-il ? Anthony y avait déjà longuement songé. Par moment, il se disait qu’Edgar méritait de vivre le reste de sa vie en prison comme ceux qu’il avait enfermé, d’autre moment il se disait que c’était trop risquait et qu’il méritait de mourir.

« Je ne sais pas. » Avoua-t-il finalement en toute honnêteté. Il ne pouvait pas mentir à Gabriel de toute façon, il avait promis d’être sincère avec lui. « La seule chose que je souhaite, comme je vous l’ai dit, c’est préserver les innocents. » Et il était évident qu’Edgar ne faisait rien du tout pour préserver les innocents, bien au contraire. Toute personne qui entachait un peu la belle image de son royaume finissait sur l’île. « Ce que je veux, c’est que votre père ne dirige plus le royaume qu’il a volé. » En repensant à Dorian, le serviteur ne put s’empêcher de sentir son cœur se serrer. « Et je veux vous voir sur ce trône, pour rendre ce monde meilleur. »

Oui, à ses yeux, Gabriel était le roi parfait pour Féerie. Bien meilleur que son père en tout cas et que quiconque.

_________________
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le prince et la grenouille (Gabriel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prince et la grenouille (Gabriel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le grand château :: La cour-