Partagez | 
 

 When you're talking to your meal [pv Sylvain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rebellion
Messages : 651
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Sam 27 Juin - 9:25



When you're talking to your meal
C

ontrairement à ce qu'elle avait affirmé haut et fort (très haut et très fort, pour quelqu'un qui d'ordinaire ne parlait pas, et s'enfermait généralement dans son mutisme), elle n'avait pas vraiment l'intention de partir. Ou si, bien sûr, elle en avait envie. Après avoir appris les plans de Nathaniel, et ce en quoi ils la touchaient très largement, forcément, elle avait été refroidi, et avait voulu s'éloigner de cet homme qui était sans doute dangereux pour tous, mais déjà en l'occurrence très dangereux pour elle, prendre des distances avec la rébellion... mais il fallait bien qu'elle soit lucide : sans eux, elle était perdue. Sans eux, elle n'avait pas la moindre chance de s'en tirer, elle dépendait entièrement d'eux. Ce n'était pas pour rien qu'elle les avait suivi au départ... Alors, non, elle ne partirait pas... Mais elle avait besoin de prendre de la distance, de prendre un peu l'air... Elle avait délaissé sa cabane de fortune, où elle et les autres avaient élu domicile (temporairement, bien sûr) pour faire un tour dans la forêt. Il y avait endroit plus sûr, c'est certain, et elle était bien placée pour le savoir, pour avoir manqué d'y perdre la vie autrefois mais peu importe. Elle ne pensait pas prendre trop de risques en restant à une distance raisonnable de l'abri où les rebelles s'étaient réfugiés... C'était absurde, cela va sans dire... Et quelque part, elle ne l'ignorait pas, tandis qu'elle se faufilait entre les arbres, se laissant progressivement happer par l'obscurité d'une nuit tombée depuis plusieurs heures déjà.

Elle n'avait jamais trop apprécié se promener seule dans les bois. Rien d'anormal à cela, d'ailleurs, puisque c'était de cette façon que tout avait commencé, il y a plusieurs années, quand elle et son frère s'étaient aventurés dans les bois, avaient rencontré la sorcière dans la maison en pain d'épices... Cette fameuse sorcière dont elle ne voulait surtout pas croiser le chemin, quoique décide Nahaniel... Elle faisait certainement un mauvais choix... Mais elle écoutait son instinct... Et il allait lui causer du tort, sans l'ombre d'un doute. Elle s'était éloignée de plusieurs mètres déjà, complètement perdue dans ses pensées, quand elle entendit un bruit suspect. Comme le craquement d'une branche non loin d'elle. Elle s'arrêta net dans sa progression. De qui pouvait-il bien s'agir ? De qui ou de quoi, d'ailleurs, car ces bois étaient bien connus pour renfermer plus d'un mystère, et pour abriter plus d'une créature pour le moins nocive. Elle ne bougea plus, respira à peine. Elle savait pertinemment que, dans ce genre de cas de figure, mieux valait savoir se faire oublier des autres... Si elle avait entendu quelque chose ou quelqu'un, il se pouvait bien que l'autre n'ait rien remarqué... tout comme il se pouvait très bien qu'elle se soit laissée aller à la paranoïa... il se pouvait qu'il ne se soit agi que d'un animal des bois ce qu'il y a de plus inoffensif. Mais on est jamais trop prudent. Même si, en se trouvant ici, Daphnée ne l'avait pas franchement été.




code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 58
Date d'inscription : 30/11/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Jeu 3 Sep - 17:19

Le ventre repu par l’appétissant voyageur qui s'était perdu dans les bois, je somnole aux pieds d'un arbre. les nuit est tombée sur Féerie comme une pierre dans l'eau et je savoure pour un merveilleux instant la sensation de ne plus avoir faim. C'est que c'est rare, vous comprenez. Le grand méchant loup a toujours faim, c'est un fait. Dans l'obscurité totale d'une nuit sans lune, je ne crains ni monstre ni personne. Je connais ces bois comme ma poche, ils sont ma maison et je suis leur gardien. Pour sûr, nul homme ne s'y aventurerait sans être animé d'une bonne raison. Ou alors il faudrait qu'il soit particulièrement stupide. Ou inconscient. D'ailleurs ces deux choses vont très régulièrement ensemble chez les humains. Un sourire s'étire sur mes lèvres, découvrant mes jolies dents blanches et pointues. Qu'il est bon d'être le loup et non pas la brebis. Ce soir, la forêt est calme, elle soupire d'aise en évacuant la chaleur de la journée. Une fine brise apporte à mes narines quelques fumets alléchants, mais je n'ai guère envie de me déplacer pour une quelconque biche égarée, malgré ma gourmandise insatiable. En revanche, je distingue après un instant la respiration d'une petite créature bien plus appétissante. Un grondement sourd résonne étouffé dans ma gorge alors que mes pupilles brillent un instant dans le noir. Lentement, sûrement, je me fonds dans l'ombre comme si je faisais partie d'elle. Confiant, je ne percute aucun arbre et ne me fouette sur aucune branche. Je connais les sentiers cachés.

Arrivé à bonne distance, je hume l'air comme on le ferait au dessus d'une coupe de vin. Quel délicat fumet... prédateur, je tourne autour de l'enfant sans me faire remarquer. Que vient-elle faire ici, toute seule, si loin des villages ? Je me demande si elle ne serait pas avec le petit groupe de personnes que j'ai déjà aperçu une fois ou deux dans une clairière. Une petite fugitive égarée ? C'est de mieux en mieux. A un moment, cependant, je marche sur une brindille qui craque. Bien qu'elle n'ai pas été d'une grande taille, un si petit bruit ressemble à un boucan lorsqu'on se trouve en pareil endroit. D'ailleurs, le petit rôti sur pattes s'est aussitôt immobilisé. Je peux entendre son petit coeur battre comme celui d'un colibri. Quel divertissement merveilleux ! J'aimerais jouer avec elle comme avec une souris, mais je ne suis même pas certain d'avoir encore de la place pour un dessert. Cela dit...elle est si petite que je pourrais n'en faire qu'une bouchée. Amusé, je décide de jouer un jeu dangereux, pour changer. Je sors donc de derrière un arbre en souriant.

« Es-tu perdue, petite fleur ? » Je demande avec une voix grave et caressante.

_________________

- Tire la chevillette, la bobinette cherrera. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 651
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Ven 4 Sep - 20:51



When you're talking to your meal
U

n homme, un étranger. Elle ne l'avait jamais vu auparavant, et ils étaient trop éloignés du premier village voisin pour que sa présence soit uniquement fortuite. Tout Féerien un tant soit peu sensé ne se promenait pas ainsi dans la forêt dans le simple but de se dégourdir les jambes, on savait quelles créatures y régnaient, et combien elles pouvaient être dangereuses. Puisque cet homme ne faisait clairement pas partie des rebelles (elle l'aurait immédiatement reconnu dans le cas inverse), il pouvait bien s'agir de l'une de ces créatures, comme la sorcière... Ou alors d'un homme proprement inconscient... Comme l'étaient tous les évadés de la prison de l'île des soupirs, et comme l'était plus encore leur meneur, cela va sans dire. Son coeur, qui avait cessé de battre quelques secondes quand elle avait entendu ce bruit de craquement, battait à présent la chamade, tandis que ces yeux ronds observaient cet homme, cet intrus, se demandant s'il lui serait hostile, s'il était une présence amie. Il fallait se méfier de tout et de tout le monde, elle le savait bien. Un seul faux-pas, un seul mot de travers, et elle pourrait bien retrouver les barreaux de sa cage, ou être promis à un autre sort, tout aussi regrettable. Peut-être était-ce un garde du roi, parti à la recherche des rebelles ? Ses yeux ronds, où se lisait un fond de panique qu'elle l'arrivait pas à dissimuler, ne lâchaient pas son interlocuteur tandis que ce dernier, lui donnant le surnom de "petite fleur", lui demandait si elle ne s'était pas égarée. Daphnée détestait ce genre de surnoms présumément affectueux, même, elle les avait en horreur, c'était ces compliments, tout sucre tout miel, qui les avaient attirés dans cette maisn où le sucre et le miel assaisonnaient un repas fait de chair humaine. Sort que lui espérait peut-être son interlocuteur, à la vérité.

Daphnée avait un principe, et elle s'y tenait. Quiconque ne lui aurait pas prouvé sa valeur, ne se serait pas montré digne de l'entendre, ne connaîtrait pas le ton de sa voix. Elle ne comptait donc pas se départir de son habituel mutisme. Elle fit donc vivement non de la tête en guise de réponse, sans le lâcher du regard. C'était peut-être le moment de fuir, mais elle ne voulait pas s'éloigner des autres rebelles plus encore, sous peine de ne plus retrouver leur campement. Et elle ne voulait pas mener l'inconnu droit vers eux, même si c'était peut-être encore la solution la plus sûre, en vérité. Daphnée, sans cesser de fixer l'homme, pencha légèrement la tête sur le côté, sa manière à elle de demander "qui êtes vous ?" sans prononcer le moindre mot. Il ne comprendrait peut-être pas, mais elle espérait tout de même une réponse à cette question. Car si l'homme l'effrayait, il l'intriguait également. Qui était-il et que faisait-il ici ? Lui voulait-il du mal ? Voilà autant de questions qu'elle posait en quelques gestes, sans savoir s'il allait comprendre ou répondre.




code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 58
Date d'inscription : 30/11/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Sam 17 Oct - 14:01

Lentement, je ramasse un bâton et le fait virevolter avec agilité entre mes doigts. La situation est plaisante, je l'admet. Il n'est pas rare que je tombe parfois sur des hommes forts et qui se défendent contre mes attaques. C'est pour cela que je savoure toujours la présence inattendue d'une petite fille fragile dans mes bois. Mon sourire s'élargit lorsque l'odeur de sa peur parvient jusqu'à mes narines. Quel délicat fumet... On en mangerait. Une fraction de seconde, mon regard brille dans un éclat de lune. Diable, que cette enfant est appétissante ! Je dévore du regard sa peau couleur porcelaine et les boucles brunes qui encadrent son ravissant visage. Je regrette presque de la voir si maigrelette. Il n'y a guère à manger sur elle, malheureusement. J'aurais eu plaisir à la courser et la grignoter si elle n'avait pas eu que la peau sur les os. Le mystère s'élargit lorsque la demoiselle affirme silencieusement qu'elle n'est pas égarée. Voyons, voilà qui est saugrenu. Comment une petite fille de son âge pourrait-elle arriver seule au beau milieu des bois sans s'être perdue ? Non pas que cela m'empêche de jouer avec elle comme prévu, mais tout chez elle attire ma curiosité. Peut-être est-ce dû à son mutisme.

« Tu es bien loin du village, tu sais. » Dis-je avec le même ton mielleux que précédemment.

Je la regarde pencher la tête avec curiosité. Je dois avouer que cette fille est plus courageuse qu'elle n'en a l'air. D'autres se seraient déjà enfuis devant moi en pensant pouvoir me distancer. Mais non, pas celle-ci. On dirait qu'elle s'attend à ce que je me présente ou quelque chose de la sorte. Lentement, je fais quelques pas, tournant autour d'elle en la détaillant. Je pourrais lui sauter dessus et la croquer pour clore la discussion, mais elle me distrait de façon surprenante et je ne peux m'empêcher de me demander quelle sera la prochaine étape. Fort bien, si c'est une explication qu'elle désire, c'est une explication qu'elle aura.

« Je m'appelle Sylvain, mais on me connait sous divers autres noms... Rougarou, Canis Lupus, Lycan, Grand-Méchant-Loup... » À ces mots, je souris plus franchement, laissant apparaître mes crocs bien blancs et pointus.

J'aurais pu inventer une excuse pour me trouver ici à cette heure, mais je ne vois pas l'utilité de lui mentir. De toute façon, même si elle décidait de se sauver, je n'aurais aucun mal à la rattraper. Dans une telle obscurité, elle se cognerait dans quelques branches alors que je peux voir dans le noir comme en plein jour. Vraiment, il vaudrait mieux pour elle de rester immobile, car je n'ai pas encore pris la décision d'abréger sa petite vie.

_________________

- Tire la chevillette, la bobinette cherrera. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 651
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Sam 17 Oct - 16:43



When you're talking to your meal
D

aphnée se contenta de hocher rapidement la tête quand l'homme lui fit remarquer qu'elle était loin du village. Oui, elle le savait, et surtout, elle ne voulait pas qu'il s'imagine qu'elle soit égarée, elle voulait qu'il envisage bel et bien l'idée qu'elle ne donnait que l'impression d'être seule, mais qu'elle ne l'était pas en réalité, c'était peut-être le seul moyen d'écarter tout danger... Si danger il y avait, mais c'était de plus en plus sûr à ses yeux. Le moindre mot qu'il prononçait à son adresse la faisait trembler de tous ses membres, et elle se sentait revivre une angoisse qu'elle n'avait plus expérimenté de la sorte, malgré la prison, malgré ses errances nombreuses dans la forêt depuis son évasion, celle de la toute petite fille, celle qui avait cinq ans de moins, et qui soutenait le regard d'une sorcière affamée, qui discutait de la meilleure manière de l'assaisonner. Peut-être comme son frère ? Il tournait autour d'elle comme un rapace autour de sa proie, mais elle devait rapidement comprendre que l'individu auquel elle avait affaire était une toute autre sorte de prédateur. Le grand méchant loup. Son coeur, qui battait à tout rompre, s'arrêta net quelques secondes dans sa courses avant de reprendre tandis que, instinctivement, elle arrêtait sa respiration. C'était sûrement le moment de crier, d'alerter les rebelles, qui à cette distance l'entendraient peut-être, dans l'espoir qu'ils viennent à son secours, mais aucun son ne s'échappait de ses lèvres. Elle fixa encore quelques secondes, immobiles, celui qui venait de se présenter sous le nom de Sylvain, et sous bien trop de pseudonymes alarmants. Si elle restait plantée là, elle courait au sort qu'elle avait évité autrefois. Courir.

Il fallait qu'elle coure. Dans une grande inspiration, elle tourna les talons, mis ses jambes en actions, et sprinta. Mais c'était vain, sans doute, de faible composition, ses muscles avaient quelque peu été atrophiés par des années d'immobilisme dans sa cage de l'île des soupirs. Certes, ces jours et jours de marches à travers bois l'avaient exercé, mais certainement pas assez pour distancer le grand méchant loup. Et quand bien même elle aurait été dans les meilleures conditions physiques possibles, ces bois étaient inhospitaliers, surtout la nuit, et elle risquait fort de se perdre à travers bois, de s'éloigner du campement, de heurter une racine... Le dernier cas de figure se présenta plus tôt que plaisir. Son pied se heurta à une racine qui lui fit tomber à plat ventre dans les feuilles mortes.



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 58
Date d'inscription : 30/11/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Jeu 17 Déc - 14:44

J'aime observer son visage qui se transforme et se tord d'inquiétude, de peur, alors que j'énumère mes nombreux noms et pseudonymes. C'est une chose que j'ai toujours su apprécier, ce changement brutal d'expression faciale, comme si le diable en personne s'était tenu là, à ma place. Mes yeux deviennent progressivement vermillon et brillent d'un éclat malicieux dans un rayon de lune timide. Ne pouvant probablement pas soutenir mon regard plus longtemps, le petite fille se met enfin à courir. Je ne dis pas que je l'espérais, mais je m'y attendait. Aussi sot soit l'agneau, il ne se rend jamais sans tenter de fuir, combien même ses chances seraient minces. Amusé, je décide de ne pas la suivre immédiatement. D'un air détendu, je regarde mes ongles qui ressemblent à présent davantage à des griffes tranchantes. Je vais lui laisser un peu d'avance, histoire de rendre la partie amusante. Sinon il n'y aurait aucun intérêt à courser une proie si fragile et si maigre.

« Trois...deux...un... » Je décompte avec une voix d'outre-tombe.

À peine le temps venu pour moi de poursuivre la gamine, je perçois un bruit sourd de chute non-loin. Un rire sort d'entre mes lèvres et je me dirige agilement vers l'origine de ce son. Je trouve, sans surprise, le petite brunette allongée dans les feuilles mortes, face contre terre. Peu pressé, je la laisse se redresser faiblement sur les cure-dents qui lui servent de jambes. Honnêtement je suis déçu. J'espérais pouvoir jouer un peu avec ce petit animal muet. Il faut croire que même en la laissant me distancer, je ne parviendrai pas à en tirer la moindre distraction. Voilà qui est triste. N'existe-t-il donc plus aucune proie à la hauteur de mes espérances ?

« Comme c'est dommage... Tu ne rends pas le jeu très intéressant. » Je soupire en faisant de nouveau le tour d'elle. « Si tu ne sais pas jouer à chat et si tu n'as rien à dire...je suppose qu'il ne me reste plus qu'à te manger. » Dis-je, presque réellement déçu.

C'est qu'au fond, je n'ai pas tant faim que cela. Et puis, elle n'a rien de très appétissant. J'aurais préféré m'en faire un jouet plutôt qu'un dîner.N'ayant plus que cette carte à jouer, je décide de m'en servir. Peut-être que son instinct de survie l'inspirera.

« Je te laisse une dernière chance de me distraire, petite fleur. » Je grogne.

_________________

- Tire la chevillette, la bobinette cherrera. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 651
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Lun 21 Déc - 22:57



When you're talking to your meal
S

a voix ténébreuse trouvait un écho monstrueux dans son cerveau, alors qu’il faisait son monstrueux et funeste décompte et qu’elle-même courait à en perdre haleine. Malheureusement, elle n’avait jamais eu ni l’agilité, ni l’endurance, elle n’était qu’une gamine fragile et apeurée aux ressources mentales avant d’être physiques. La chute n’avait pas été des plus agréables, mais elle n’en éprouvait pas vraiment la douleur. La peur avait pris le pas sur tout autre sentiment plus raisonné que celui-là, et elle ne cherchait désormais plus qu’à fuir, fuir autant que possible, aussi vite que ses jambes maigrelettes pouvaient la porter. Malheureusement, une fois debout, elle ne put plus esquisser le moindre mouvement. Le loup était de retour, et il faisait à nouveau le tour de sa proie tel une bête tenant plus du vautour que du loup, un redoutable prédateur, dans tous les cas. Sa voix doucereuse lui inspirait d’irrépressibles frissons d’angoisse. Elle ne rendait pas je leu très intéressant, disait-il. Encore un qui se faisait de la notion de jeu une idée très singulière. Comme s’il était impossible de jouer si cela n’était pas aux total dépends d’une autre personne. Elle, pour sa part, n’avait jamais aimé jouer à loup, ou à chat, qu’importe, et encore moins en présence d’un vrai loup. Elle se figea, le cœur battant à tout rompre, mais quelque part résignée, quand il parla de la manger. Peut-être était-ce là son inévitable destin. Elle avait évité un premier estomac pour finir dans un second. C’était une perspective déplaisante. Elle ignorait si bouillir dans un chaudron avant d’être découpée en menus morceaux était une perspective plus engageante que de se faire mâchonner lentement, pendant des heures et des heures. Oui, finalement, elle aurait peut-être dû remettre son sort entre les mains de la sorcière, cela lui aurait évité ces longues années de prison, et cette rencontre affreuse. Mais si ça devait être maintenant, alors soit. Au moins, elle retrouverait son frère. Il lui manquait, son frère.

Mais alors qu’elle se sentait prête à tout simplement assumer son sort sans opposer de résistance ni supplier (et toujours sans prononcer le moindre mot, il était hors de question qu’elle adresse la parole à cette dangereuse créature, elle n’avait nul besoin de chercher à l’apprivoiser pour savoir qu’elle ne pouvait pas du tout lui faire confiance), il lui proposa une alternative, une dernière chance, comme il le disait lui-même. Donc une dernière chance de se défendre et, qui sait, de lui échapper. Une opportunité qu’elle ne pouvait pas laisser filer, évidemment. De ses yeux globuleux, elle regarda autour d’elle, à la recherche de quelque chose, n’importe quoi qui puisse l’aider à se défendre. Elle jeta finalement son dévolu sur une branche posée à terre et la souleva, entreprenant de frapper aussi violemment que possible la créature avec. Elle n’avait pas l’absence d’esprit de penser que cela suffirait à confondre le loup, mais elle espérait du moins le déstabiliser. Mourir en se défendant semblait tout de même plus digne de recueillir les honneurs.




code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 58
Date d'inscription : 30/11/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Sam 13 Fév - 14:19

La petite fille se relève avec toutes les forces qu'il lui reste et je sonde son regard avec curiosité. Je pensais que maintenant elle serait sur le point de pleurer, mais cette gamine ne ressemble en rien à celles que je dévore d'habitude. J'ai déjà pu m'en rendre compte avant, face à son silence, mais là c'est d'autant plus flagrant. Sa peur est palpable, et pourtant je n'ai pas l'impression qu'elle soit disposée à me supplier ou même entrouvrir ses lèvres pour faire un son. Je trouve ça à la fois frustrant et fascinant. Serait-ce du courage ou de la stupidité ? À en juger par la façon dont elle finit par ramasser une branche sur le sol pour se défendre, j'opte pour la première hypothèse. Quelle surprise ! Il semblerait que cette enfant soit prête à se battre jusqu'au bout. Elle doit cependant savoir qu'elle n'a plus aucune chance de s'en sortir. J'avoue être sidéré. Je la regarde me menacer avec son bâton ridicule, ses petits doigts sales crispés dessus avec la force du désespoir. Cette vision me fait changer d'état d'esprit. Laissant de côté mon aspect menaçant, je m'appuie contre un tronc d'arbre et pars dans un fou rire. Je ne peux même pas m'arrêter. Cette situation est si...si...ridiculement inattendue ! Petit à petit je me calme enfin et range mes griffes.

« Tu as du cran, gamine. Je dois bien le reconnaître. » Dis-je en la regardant de haut en bas.

De toute façon, je n'aurais rien pu grignoter sur ce petit squelette sur pattes. Manger une personne qui s'accroche à ce point à sa misérable vie ne m’intéresse pas. En cet instant, je sais que j'ai déjà changé d'avis. Tant pis pour ma réputation, je suppose. Quoique je doute que cette enfant muette puisse raconter à beaucoup de monde ce qui lui est arrivé dans les bois. Et je doute encore plus que quelqu'un puisse la croire si jamais elle parvenait à aligner une phrase audible. Je hausse les épaules et fais un pas vers elle.

« Pose cette baguette de sourcier, petite. Tu ne finiras pas dans l'estomac du Grand Méchant Loup. En tout cas, pas ce soir. » Dis-je en souriant. « Dis moi où tu habites, je vais te raccompagner. »

_________________

- Tire la chevillette, la bobinette cherrera. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 651
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Sam 13 Fév - 16:55



When you're talking to your meal
À

plus d'une reprise, Daphnée avait cru vivre sa dernière heure. Elle en avait été convaincue quand, après avoir assisté impuissante au meurtre de son frère, elle avait cru subir le même sort, et finir en rôti pour le dîner de la sorcière. Elle en avait été convaincue quand, envoyée sur l'île des soupirs, sa première semaine d'enfermement avait manqué de lui être fatale, lui imposant une maladie et une faiblesse de corps que rien - et certainement pas la nourriture dispensée sur l'île - ne pouvait calmer et guérir, et pourtant, elle s'était remise sur pieds. Elle en avait été convaincue, aussi, lors de son évasion, lorsque celle-ci, pour sa part du moins, avait failli virer au massacre en bonne et due forme (ce qui aurait été le cas sans l'intervention expresse d'Eleonore). Oui, plusieurs fois, la faucheuse avait eu l'occasion de lui saisir l'âme et de la taire à tout jamais, et pourtant, à chaque fois, elle semblait rebrousser chemin et décider de lui laisser une nouvelle chance. Bénédiction à perpétuité ? Ou malédiction, peut-être, parce que par instants, le repos éternel, puisqu'il s'agit d'un repos, a tout d'une perspective douce et chaleureuse à laquelle on se sentirait idiot de renoncer. Quoi qu'il en soit, son heure, une fois encore, n'était pas venue, et alors qu'elle s'était deux nouveau crue à deux doigts de la mort, elle se voyait épargnée une fois encore. Et sans comprendre pourquoi, par ailleurs. Tout ce qu'elle comprenait, c'est que cela avait l'air de rendre le grand méchant loup parfaitement hilare, au point que c'en était presque vexant pour elle. Bon, au fond, qu'importe qu'il se moque d'elle où soit soumis à des chatouilles invisibles, si elle s'en sortait indemne, c'est le principal. Profitant de ne plus être directement menacée par Sylvain, Daphnée se redressa et recula de quelques pas.

Elle avait du cran, disait-il. Eh oui, c'est qu'il en fallait à force de courir d'ennemis en ennemis, même si elle gardait malgré tout la faiblesse de son âge et de sa nature, celle de n'importe quel mortel qui se sent porté par l'inconnu au-delà. Il lui demanda de lâcher la branche qu'elle tenait entre ses doigts, elle s'y refusa. Au contraire, elle la tint d'autant plus fermement. Il était toujours possible que cela soit une feinte, qu'il décide de jouer avec sa nourriture et reparte à la charge plus tard. Dans ce cas, elle voulait être prête. Même si ce serait sans doute à mourir, dans tous les cas, quoi qu'il en soit. Elle ne prononça mot quand il lui demanda où elle habitait, elle n'avait toujours pas confiance, surtout pas confiance, alors elle ne parlerait pas. Et elle enverrait encore moins Sylvain chez les rebelles, ce serait comme inviter le loup dans la bergerie (même si les rebelles étaient bien loin d'être des blancs moutons. Alors, en s'efforçant de fixer l'homme-loup dans le blanc des yeux, elle se contenta de tourner la tête de gauche à droite. Non catégorique. Elle pouvait bien rentrer toute seule.



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 58
Date d'inscription : 30/11/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Jeu 17 Mar - 16:59

C'est en parlant que je réalise l'idiotie que comporte ma proposition. Évidemment que cette enfant ne va pas accepter. Quel genre d'imbécile faudrait-il être pour guider le grand méchant loup jusqu'à sa maison ? Un imbécile suicidaire, à n'en pas douter. Il faut croire qu'il m'arrive de ne pas réfléchir avant de parler. En fait, maintenant que j'y songe, ça m'arrive très souvent. Je souris face à sa réponse, toujours muette. Je crois bien que je ne réussirai pas à lui tirer un mot. C'est de ma faute aussi. Je l'ai effrayée. Mais bon, ça valait le coup, je me suis bien amusé. Je hoche la tête, admettant mon erreur.

« Oui, je reconnais que c'est là une proposition bien peu intelligente de ma part. On ne fait pas rentrer un loup dans une bergerie, pas vrai ? » Dis-je sur un ton amusé.

Sur ce point, je suis en fait loin de me douter qu'elle est en train de penser l'exacte même phrase. Nonchalant, je me remets à faire des cercles autour d'elle, non plus pour l'effrayer mais plutôt pour la jauger. Je flaire son odeur, cherche des indices sur son lieu d'habitation, mais force m'est de constater qu'elle ne sent pas vraiment comme sentirait une petite fille normale. Je sens sur elle le parfum âcre de la rouille, de la moisissure, du feu de bois et de la terre mouillée. On dirait qu'elle est encore plus spéciale et surprenante que ce que je croyais. Un véritable mystère. Un sourire s'étire sur mes lèvres en sachant que cette rencontre alimentera mes nombreuses prochaines histoires à la taverne. L'histoire de la petite fille perdue et qui ne venait de nul part. C'est presque comme si elle faisait partie de ces bois. Je hausse un sourcil en la fixant. Mais oui ! Bien sûr ! Cette charmante gamine doit vivre dans la forêt ! Voilà pourquoi son odeur m'est si familière ! Réalisant que cette information se trouvait sous mon nez depuis le début, je me remet à rire.

« Une petite fille sauvage ! Haha ! Mais oui ! » Dis-je en m'esclaffant.

Sur le coup, je ne réalise pas que l'enfant ne doit pas vraiment comprendre la source de cette nouvelle crise d'hilarité. Il faut avouer que de mon point de vue, il y a de quoi être amusé, non ?

_________________

- Tire la chevillette, la bobinette cherrera. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 651
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Mar 22 Mar - 17:54



When you're talking to your meal
A

u vu de la position plus que compromettante dans laquelle Daphnée pensait se trouver, à savoir celle de proie en sursis, elle se verrait mal émettre le moindre jugement de valeur quant à la proposition que lui avait faite le loup plus tôt. Elle pouvait être assez légère s'il n'y avait en effet pas réfléchi, mais plus que diabolique, s'il voulait la voir conduire à sa perte. Comme un chaperon guiderait le grand méchant loup jusqu'au foyer de sa grand-mère... Elle se moquait de savoir si son interlocuteur avait eu un instant d'égarement ou portait le vice en lui, dans tous les cas, il était certain qu'elle ne lui laisserait pas l'opportunité de découvrir son antre, qui était également celle de tous les autres rebelles. Il était hors de question de les mettre en danger. Dans tous les cas, il avait raison : on ne laisse pas le loup entrer dans la bergerie. Même si Daphnée n'était pas vraiment convaincue de pouvoir faire quoi que ce soit si Sylvain décidait de la suivre. Vu sa rapidité, dont il avait fait preuve plus tôt, il n'aurait aucun mal à la distancer s'il lui en venait l'envie. Elle espérait seulement (espoir utopique), peut-être, qu'il était sincère en affirmant qu'il ne ferait pas d'elle son repas. Peut-être tracerait-il son chemin et la laisserait seule. Peut-être lui permettrait-il de retrouver le campement des rebelles sans le moindre dommage. Peut-être. Peut-être. Cela faisait tout de même beaucoup de suppositions.

Et en attendant, elle avait (mais c'était malheureusement un état relativement habituel) la sensation que sa vie ne tenait qu'à un fil. Elle ne dit rien (pour changer) quand il sembla soudain prit d'hilarité, la considérant comme une enfant sauvage. Sauvage, sauvage. Elle ne trouvait pas le terme très approprié. Elle n'avait pas eu une éducation grandiose, mais bien assez tout de même pour savoir s'exprimer (quand elle en prenait la peine) et pour connaître les règles d'usage de la société à laquelle elle n'appartenait plus. Au fond, ce n'était peut-être pas plus mal qu'il la considère comme une gamine des forêts (qu'elle allait peut-être devenir à force d'errer dans ces bois). Cela lui donnait peut-être plus de légitimité que si elle devait passer pour une gamine des villes (ce qu'elle n'était pas non plus. Apatride aurait en fait été le meilleur adjectif pour la qualifier). Daphnée croisa les bras, et observa son interlocuteur avec insistance, afin de l'inviter à cesser de rire ainsi qu'il le faisait, et aussi pour lui intimer de partir, à présent, ce qu'elle fit d'un signe de la tête. Sa crédibilité ne devait être que relative, petit gabarit qu'elle était face à son effrayant et imposant "interlocuteur", mais qu'importe.



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 58
Date d'inscription : 30/11/2014

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   Mar 2 Aoû - 13:09

Je ne compte plus vraiment le nombre de fois où l'attitude de cette petite fille maigrichonne m'a fait rire ce soir. Probablement plus que depuis de nombreuses années. Sous son regard insistant, je m'esclaffe toujours un peu plus. Je peine à me calmer. Cette enfant n'a pas seulement du cran et un grand sang-froid, elle a aussi cette façon de communiquer juste avec le regard qui me sidère. Ses petits bras croisés sur sa poitrine, elle me jauge comme un chien galeux, m'intimant presque de vider les lieux. En temps normal, j'aurais répondu à cette insulte par un bon coup de dents, mais j'ai presque pitié d'une créature aussi minuscule et fragile. Enfin...fragile surtout physiquement, car il brille dans son regard une lueur farouche. C'est une battante, cela se voit. petit à petit, je cesse de rire et retrouve mon souffle.

« Excuse moi, c'est juste que tu as un sacré caractère pour ton âge. Je n'ai pas l'habitude qu'on me tienne tête et encore moins sans dire le moindre mot. » J'explique calmement.

Toute animosité disparue de mon visage et de ma voix, je ressemble davantage à un homme quelconque qu'à un monstre au fort appétit. D'un pas, je recule afin de lui montrer que je rends les armes. Je ne vais pas l'attaquer ni l'accompagner où que ce soit. Elle est libre. Un grand sourire aux lèvres, je m'incline théâtralement comme devant une lady de la cours.

« Petite demoiselle, vous êtes libre de partir. Soyez prudente sur le chemin du retour, vous savez...ces bois sont pleins de loups. »

Ces derniers mots, je les prononce en disparaissant totalement dans l'obscurité, mes yeux rouges brillant seuls dans le noir. Enfin, je tourne les talons et m'en vais. C'était une curieuse rencontre, mais je ne suis pas mécontent de l'avoir vécue. Quelque chose me dit que ça valait le coup et j'espère avoir un jour l'occasion de revoir cette petite fille au coeur vaillant.

_________________

- Tire la chevillette, la bobinette cherrera. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: When you're talking to your meal [pv Sylvain]   

Revenir en haut Aller en bas
 
When you're talking to your meal [pv Sylvain]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Talking to the moon ◎ 12/07 | 01h25
» They’re talking about you boy, but you still the same. (13/06 à 22h22)
» Keep talking and nobody explodes... your head
» 03. Quand les sangs se mêlent
» Tracy CHAPMAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: La forêt-