Partagez | 
 

 Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Féerien
Messages : 517
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Sam 1 Aoû - 16:16


Messire le roi de mauvais aloi
G

wendall ne se sentait jamais très à l'aise quand il devait rendre visite à sa fille dans le château des Basiel. Il savait que beaucoup lui enviaient sa position nouvelle et privilégiée depuis que sa fille (qui n'était même pas celle que tout le monde croyait) avait épousé le prince Gabriel. Il échangeait sa place avec eux quand il voulait. Il détestait avoir à supporter ces réactions de jalousie excessive alors même qu'il ne trouvait pas qu'on ait quoi que ce soit à lui envier. Certes, il avait droit à des richesses auxquelles il n'avait jamais eu le droit auparavant, et lui et sa famille (du moins ce qu'il en restait) pouvaient se nourrir en abondance, mais c'était une contrepartie bien faible face à tout ce qui avait été sacrifié. Eleonore... Victoria... Depuis que les Basiel étaient entrés dans leurs vies, celle-ci était devenue un enfer, enfer apparemment approuvé par Anna et Abygaëlle, mais certainement pas par Gwendall, qui ne parvenait pas le moins du monde à mettre ses scrupules de côté et souffrait de plus en plus d'une situation dont il n'était pas seulement la victime, pourtant, mais l'un des commanditaires... Il vivait avec une constante culpabilité, qui avait augmenté dernièrement.

Dernièrement, oui, parce que, depuis que le père avait retrouvé sa fille, Eleonore, forcément, il cogitait. La savoir perdue, quelque part, non loin de Piquiel, c'était insupportable pour lui. S'il l'avait pu, oh, c'est certain, il ne l'aurait jamais laissée quitter la maison, mais il n'avait pas le choix, vraiment pas. Il fallait faire comme si de rien n'était, ne surtout pas en parler à sa fille ou à son épouse, et c'était le pire. Un secret supplémentaire à son compteur. Non, vraiment, il ne se sentait pas à l'aise, absolument pas à l'aise entre ces murs luxueux, il aurait tout donné pour être ailleurs qu'ici, mais toutes les semaines, les Odien se rendaient chez les Basiel, et Gwendall n'avait pas d'autre choix que de serrer les dents. D'ailleurs, il n'avait pas prononcé le moindre mot au cours du dîner, se contentant de garder les yeux sur son assiette. Ce n'était pas grave, après tout, Abygaëlle faisait la conversation pour deux, et il la laissait faire. Pour sa part, il n'y avait plus grand chose qu'il sache supporter à cette table. Le seul à l'attendrir encore un tant soit peu était le prince Gabriel, qui, tout comme Eleonore (et Anna, même si elle n'avait pas l'air de s'en rendre compte) n'était jamais qu'un pion, une victime collatérale.

Il serait bien retourné directement dans leur humble masure, mais sa femme n'était apparemment pas prête de partir... Pour sa part, il s'était donc isolé dans la cour du château avant qu'ils s'en aillent enfin, il avait besoin de prendre l'air. De rester à l'écart... Mais ce moment de solitude fut de courte durée, rapidement interrompu par des bruits de pas venant dans sa direction. Gwendall se retourna, et se raidit un peu quand son regard tomba sur le roi... La dernière personne avec laquelle il souhaitait converser en tête à tête pour l'heure. Mais il fit bonne figure. Il restait son roi, après tout.

-Seigneur...
Il s'inclina légèrement, dans un geste devenu plus qu'automatique. Je ne vous avais pas entendu arriver.





code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Mer 23 Sep - 22:06

Messire le roi de mauvais aloi


La mascarade (pour ceux qui n'avaient pas conscience du fait qu'elle existait), finissait par ne plus prendre que chez les moins attentifs, et le roi peinait, dorénavant à garder intact le voile d'illusion qu'il avait disposé avec parcimonie au-dessus de la vie de tous les Féeriens pour faire comme si tout allait pour le mieux, et comme si rien n'était grave. Celui qui l'inquiétait le plus, c'était son fils qui paraissait échapper un peu plus à son contrôle à chaque minute, et la surveillance constante d'Anthony ne suffirait pas forcément à rétablir la situation. Edgar était soucieux, il voyait son monde s'étioler petit à petit, et toutes ses tentatives pour éradiquer la menace identifiée mais invisible qui rôdait autour étaient l'équivalent de coups d'épée dans l'eau. En attendant, il devait faire bonne figure, et auprès des Odien encore plus que n'importe qui d'autre. Avec leur autre fille dans la nature, il savait qu'ils pourraient à tout instant lui échapper, et ils gardaient un secret trop précieux pour que le roi accepte qu'il soit ébruité. Alors à chacune de leurs visites, il devait veiller au grain, quand bien même c'était bien la dernière chose dont il pouvait bien avoir l'envie. Et les parents d'Anna (d'Eleonore, si on voulait préserver les apparences jusqu'au bout, et c'était bien son cas) venaient très régulièrement voir leurs filles, obligeant Edgar à dédaigner ses autres obligations pour être certain qu'aucun impair n'avait été commis. En voyant Gwendall seul dans la cour, Edgar avait donc décidé d'aller à sa rencontre, de sonder le terrain, de savoir ce qu'il pensait réellement de la situation. Il sentait le paysan différent, dernièrement, ça ne lui avait pas échappé, et il voulait savoir pourquoi, ou entendre des mots qui lui permettraient de se rassurer, et de se dire que tout cela n'était que pure et simple invention.


"Je ne voulais pas vous effrayer."
répliqua-t-il dans un sourire poli et aimable, qui dissimulait tout de sa pensée réelle. Il n'était vraiment pas là pour faire la conversation avec ce type, il n'avait rien contre lui au départ, mais il ne pouvait pas lui permettre de douter et, du coup, de tout compromettre. "Est-ce que tout va bien ? Vous me semblez soucieux."

Il lui en donnait l'air, oui, mais il ne fallait pas oublier l'idée que le soucis qu'il attribuait à Gwendall soit le sien. Ça ne serait pas étonnant. La situation le rendait un peu paranoïaque. Cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête le rendait complètement nerveux, il soupçonnait tout le monde (sauf ceux qu'il fallait, il n'avait pas le moindre soupçon sur Anthony, par contre). Il ne pensait pas que les Odien (ceux à sa portée en tous cas) puissent lui poser de vrais problèmes, mais il devait veiller au grain. Ils pouvaient compromettre sa réputation en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Et s'il n'avait plus sa réputation, pierre angulaire de son empire, il perdrait tout le reste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féerien
Messages : 517
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Ven 25 Sep - 20:56


Messire le roi de mauvais aloi
I

l n'avait pas voulu l'effrayer. Certes, Gwendall voulait bien le croire. Néanmoins, le roi de Féerie n'avait absolument rien à faire pour provoquer chez le père de famille ce sentiment d'angoisse dont il ne savait se défaire. Il l'avait toujours ressenti en la présence du monarque, depuis que leurs routes s'étaient malencontreusement croisées (changeant le destin de la famille Odien à tout jamais), et qui était allé en grandissant depuis. Comment pourrait-il en être autrement, d'ailleurs, quand chaque jour qui passait révélait une nouvelle facette d'Edgar, plus impressionnante et terrifiante que les précédentes. Et il était entièrement impliqué dans ses machinations, état de fait qu'il trouvait plus angoissant encore. Gwendall tenta de garder contenance tout de même, faisant mine de rien, pour ne pas donner raison à son interlocuteur, avant tout, même s'il ne pensait pas vraiment pouvoir le tromper. D'un simple regard, Gwendall avait le sentiment que son interlocuteur lisait ses émotions, et qu'aucune d'elles ne pouvait lui échapper. La remarque qu'il lui fit lui donna d'autant plus cette impression, à vrai dire. Car oui, il avait remarqué qu'il était soucieux. En même temps, l'homme n'était pas capable de dissimuler convenablement ses sentiments.

-Ne vous inquiétez pas, je vais bien. Je suis seulement... fatigué par mon travail.

Il s'était senti obligé d'inventer une excuse. Il ne se sentait pas capable de lui mentir entièrement et de prétendre qu'il n'avait jamais été à ce point d'excellente humeur, vraiment. Il ne savait pas si bien mentir. Alors autant s'inventer d'autres préoccupations. Le travail restait un bon prétexte. Gwendall supportait un dur labeur, et le travail pouvait toujours être un grand prétexte à fatigue, même si en vérité, Gwendall ne s'en plaignait jamais, et l'aimait, même, si bien qu'il n'avait pas voulu arrêter quand il aurait pourtant pu se contenter de vivre au château et c'est tout. Il n'avait pas envie de perdre vu ce qui était vrai à ses yeux. Même si cela restait illusoire dans tous les cas.

-Je pense, d'ailleurs, que je pourrais venir au château moins souvent, ces prochains temps.

Là, très clairement, il s'inventait un prétexte, il ne pouvait pas le nier, mais s'il pouvait se détourner du château un moment, ça ne lui ferait pas de mal. Il avait besoin de se ressourcer un peu, ou en tous cas de faire le point pour sa vie, lui qui ne savait vraiment pas où il en était pour l'heure. Il disait cela à titre informatif à Edgar, il le regrettait déjà, il ne voulait pas de questions incessantes.

-Et vous ? Comment vous portez-vous ?


Est-ce que la réponse l'intéressait ? Il ne saurait trop le dire, mais l'essentiel pour lui était avant tout de détourner la conversation. Pour l'heure, c'était le principal à ses yeux. Car il n'avait aucune envie qu'on l'interroge, de crainte de perdre tous ses moyens.

code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Mer 14 Oct - 23:19

Messire le roi de mauvais aloi


Edgar ne croyait pas une seule seconde dans la réponse de Gwendall, il voyait bien qu'il était préoccupé, mais il ne pensait pas que le travail puisse avoir quoi que ce soit à voir là-dedans. En fait, il était convaincu qu'il y avait autre chose, et vu les circonstances, il n'avait pas vraiment à se demander ce qui était à l'origine de ces préoccupations. Gwendall Odien s'inquiétait pour ses filles, et s'il voulait être rassuré en quoi que ce soit, ce n'était pas auprès de ce bon vieux roi qu'il fallait s'inquiéter. Car ce n'était pas lui qui allait l'aider, au contraire. Oui, Gwendall avait un travail totalement usant, Edgar le savait, mais il connaissait aussi son interlocuteur, et il savait qu'il aimait son travail, et il savait faire la différence entre la fatigue du corps et la fatigue de l'esprit, et c'était deux choses entièrement distinctes. Il laissa passer, pour autant, il savait isoler l'inquiétude et comprendre d'où elle venait, il s'agissait maintenant de la calmer puis, à long terme, de la taire. Si elle pouvait vraiment être tue. Et si la manière douce ne fonctionnait pas, alors il emploierait la manière forte. Et il n'hésiterait pas à faire preuve de violence. C'était dans ses méthodes, après tout.

Gwendall ajouta qu'il pensait venir au château moins souvent. Cela n'arrangeait pas le roi. Les visites récurrentes des Odien lui permettait de conserver un oeil sur eux, et vu les circonstances, ce n'était pas juste un luxe, c'était même une nécessité. Mais il n'allait pas le forcer pour le moment, il allait seulement trouver d'excellentes et irrévocables excuses pour le faire revenir très régulièrement. Il n'y résisterait pas, de toute façon, s'il savait sa fille ou Anna en détresse... Gwendall lui retourna sa question. C'était assez présomptueux de sa part, c'est une certitude, mais ce serait l'occasion de faire ce qu'il faisait tout le temps : endormir les confiances, calmer les esprits. Non, il n'allait pas bien, aller bien serait être idiot et complètement honteux de sa part. Parce que Nathaniel rôdait dans les parages, parce que son trône était en danger et qu'il pourrait le payer à chaque seconde.

"Je vais bien. ainsi que vous pouvez le constater, le royaume se porte au mieux."

Chose qu'il ne constatait sûrement pas, mais c'était pour Edgar une façon de lui tirer les vers du nez, car il voulait connaître en détails l'état d'esprit de cet homme. Edgar détestait les sorciers. Mais là, en être un l'aurait beaucoup aidé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féerien
Messages : 517
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Sam 17 Oct - 9:22


Messire le roi de mauvais aloi
E

dgar ne fit aucun commentaire au sujet de la fausse excuse qu'il accorda à son interlocuteur pour justifier ses absences prochaines et l'état de préoccupations dans lequel il se trouvait présentement. Cela arrangeait bien Gwendall. Il n'avait aucune envie de se justifier davantage, d'autant qu'il avait le sentiment que le mensonge se lisait sur son visage comme le nez au milieu de la figure. Il ne semblait donc pas s'opposer à une présence plus limitée de sa part, et il comptait bien en tirer parti, ignorant que le roi saurait très bien trouver des prétextes sûrs pour le garder sous sa coupe. Edgar n'allait pas si facilement donner à Gwendall les moyens de retrouver et sauver, si possible, sa fille, il chercherait à le garder sous sa coupe. Mais Gwendall était complètement incapable de réaliser une chose pareille. Il gardait un fond d'estime et de respect à l'adresse de son roi, oui, en dépit de toutes ses manigances et de tout ce dont il le savait responsable. Est-ce qu'il pouvait vraiment le blâmer ? Non, pas vraiment, pensait-il, car lui-même était responsable dans cette affaire, il était loin d'être blanc comme neige. Il avait joué son rôle dans l'ombre, et il était d'ailleurs incapable de se le pardonner. Il s'en voudrait chaque jour de sa vie, c'est certain.

Le roi lui dit aller bien. Gwendall ne s'attendait pas vraiment à une autre réponse. Le roi ne pouvait pas lui répondre différemment, il était déjà bien assez "aimable" de daigner seulement donner une réponse à cette question des plus indiscrètes. De son propre état, dont il ne pouvait rien dire, il revint sur l'état du royaume. Lui disant qu'il se portait au mieux. Il semblait si sûr de lui que, si Gwendall ne connaissait pas l'envers du décor, il l'aurait cru sur parole, il n'aurait pas sourcillé. Mais depuis qu'il avait revu Eleonore, toutes ses convictions volaient en éclat, et il faisait difficilement la part des choses entre ce qui était vrai, ce qui était mensonge, ce qui était admis et admissible. Gwendall fit au mieux pour ne pas afficher trop expressément ses doutes.

-Vous pouvez être fier de ce que vous avez construit.
répondit Gwendall qui savait qu'il valait mieux caresser ce bon vieux roi dans le sens du poil. Vous laissez à votre fils un bel héritage. ajouta-t-il, souhaitant amorcer le sujet, et ne trouvant d'autres angles pour l'approcher. Gabriel me semble préoccupé, d'ailleurs...

Là, c'est sûr, il n'était ni subtil, ni discret. Mais il tentait le tout pour le tout. Au point où il en était, quoi qu'il en soit, si les non dits étaient présents, les illusions ne l'étaient plus tant que cela. Personne n'était véritablement dupe, et chacun savait tout de même un peu ce qui se cachait dans le coeur et l'esprit de l'autre. Ils se taisaient, c'est tout, seulement, le silence finirait bien par être rompu, et ce jour-là, Gwendall craignait fort de ne pas être à la hauteur de ce qui l'attendrait.


code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Lun 14 Déc - 23:46

Messire le roi de mauvais aloi


Le roi s'enorgueillirait bien des paroles du paysan s'il les sentait sincères. Malheureusement, c'était bien loin d'être le cas. Il sentait non pas de l'hypocrisie mais de la crainte imprégner chaque molécule d'air autour d'eux. Le père de la princesse doutait. Edgar se doutant que viendrait bien un moment où cela se produirait. Les Odien étaient un problème, et ce problème ne datait clairement pas d'hier. Entre ce dans quoi le paysan était impliqué et ce qu'il subissait, il était normal qu'il nourrisse quelques craintes et quelques interrogations. Le roi ne voulait pas s'en formaliser malgré tout. Il en prenait compte, évidemment, mais il ne pouvait pas se laisser intimider par son interlocuteur sous prétexte que ce dernier perdait foi. Ça n'arrangeait pas ses affaires, mais ça ne les perturbait pas outre mesure non plus, on trouvait toujours un arrangement. Et dans le cas de Gwendall Odien, cet arrangement passerait certainement par l'intimidation, ni plus ni moins que l'intimidation. Après tout, il n'était pas blanc comme neige dans toute cette affaire, et il n'apprécierait sans doute pas que certaines informations finissent par s'ébruiter, ce qui arriverait forcément s'il décidait de mettre son nez où il ne fallait pas et de ne pas entendre ce qui lui était dit. Pour le moment, le roi prétendait ne rien remarquer, mais il ne jouerait pas à ce petit jeu bien longtemps si le paysan décidait d'en jouer un autre de son côté, et il avait tout de même le sentiment que c'était bien le cas. Il parlait, ainsi, de son fils, et Edgar n'était pas certain d'apprécier ce qu'il comprenait de sous-entendu. Oui, il léguait à son fils un bel héritage (même si ce dernier était loin de s'en montrer digne pour le moment), mais le monarque comprenait que son interlocuteur voulait en venir à autre chose en disant cela. Il avait vu juste. Car voilà que, l'air de rien, l'homme osait lui parler de l'état dans lequel se trouvait son fils. Il semblait préoccupé. Et c'est vrai, il l'était. Il allait vraiment falloir qu'il recadre un peu le prince, car si toute la cour finissait par le remarquer, il n'allait décidément pas s'en sortir. Ce sentiment déplaisant, celui que son empire lui échappait peu à peu, ne lui plaisait pas le moins du monde. Il fallait qu'il fasse quelque chose.

"Je l'ai constaté, moi aussi."
Il marqua une pause. Il avait utilisé un ton très compatissant, comme si lui aussi se souciait des états d'âme de son fils. Oui, il s'en souciait, mais pas pour les raisons que l'on invoque normalement, il s'en souciait parce qu'il le fallait. Parce qu'il ne voulait pas que tout l'édifice qu'il avait construit finisse par s'effondrer. Et il n'était pas aussi confiant aujourd'hui qu'il avait pu l'être autrefois. "Je crains qu'il ne déplore l'absence de votre fille."

Il ne devrait pas le dire. C'était même un sujet tabou entre ces murs, mais étant donné la situation, et ce qu'il commençait à comprendre de son interlocuteur, il préférait prendre les devants avant que lui-même ne s'en charge.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féerien
Messages : 517
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Jeu 17 Déc - 17:37


Messire le roi de mauvais aloi
C'

était sans doute jouer avec le feu que de parler ainsi de Gabriel au roi de Féerie, mais Gwendall n'avait pas pu s'en empêcher. Ces derniers temps, il constatait qu'il savait être bien moins docile que ce qu'il aurait voulu réellement. C'était plus fort que lui. Revoir Eleonore avait changé quelque chose en lui, il n'était plus capable de nier, vraiment, il n'en était plus capable. Et soutenir le regard de son interlocuteur avec la pleine conscience de ses torts était une entreprise vraiment complexe pour lui, qu'il avait tous les maux du monde à supporter. Bien sûr, il n'était pas fou au point de croire qu'il puisse quoi que ce soit contre son roi, mais son sentiment d'impuissance l'invitait à l'irrévérence. Tant pis s'il abordait un sujet qui blesse, il parviendrait peut-être à au moins déstabiliser ne serait-ce qu'un peu l'homme. Il ne savait trop s'il y était parvenu. À vrai dire, la réponse du monarque ne manqua pas de surprendre le paysan. Il ne s'était pas le moins du monde attendu à cette remarque-là. Lui aussi, avait constaté que le prince était soucieux. Même, il semblait s'en inquiéter (mais il pouvait très bien être tout simplement un grand menteur devant l'éternel - cela n'aurait rien de bien surprenant). Il s'attendait plutôt, vraiment, à ce qu'il lui dise qu'il se méprenait, que le prince allait très bien. Qu'il n'y avait pas à s'inquiéter. Ça n'avait pas été sa réponse.

Cette première moitié de réponse le prit de court. La seconde, par contre, le mit hors de lui. Comment pouvait-il oser. Il serra les poings si fort que ses ongles s'enfonçaient dans ses paumes. Il avait bien envie de sauter à la gorge du roi, il ne savait pas ce qui le retenait. Au final, sans doute un reste de respect dont il ferait vraiment mieux de se passer. C'était de sa fille, qu'il parlait ! D'Éleonore. La chair de sa chair. Celle qu'il avait condamné, sous le joug du roi à qui il ne pouvait pas faire tous les reproches, mais qui était quand même en grande partie responsable de ce qui s'était passé. Il parlait si légèrement du sort de sa fille, alors que lui-même en souffrait chaque jour. La savoir en vie, c'était un soulagement, mais la savoir en proie à tous les dangers était bien loin de la rassurer. On ne parlait pas d'Eleonore comme cela, un point c'est tout. Cela lui donnait l'impression qu'Edgar se réjouissait de son sort, se moquant aussi bien de ses considérations que des sentiments de son fils, justement.

-Il n'est pas le seul à le déplorer.
ne put-il s'empêcher de répliquer, les poings toujours fermement serrés, ne dissimulant rien de son agacement.

Oui, il était contrarié par la situation. Lui, voudrait à tous prix le retour de sa fille. Il avait certainement provoqué son départ. Sans lui, elle n'en serait pas là, mais jamais il n'avait voulu que les choses aillent aussi loin. C'était loin d'avoir fait partie de ses envie. Il avait tenue à toutes ses filles. Ses ...trois... filles.

code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Ven 19 Fév - 0:45

Messire le roi de mauvais aloi

Un monarque en pleine discussion avec un père qui déplorait la disparition et l'absence de sa fille, s'il était un bon monarque, avait-il vraiment le droit de reprocher au père d'afficher et d'exprimer sa tristesse ? Pas besoin d'être un savant pour savoir que la réponse était non, et pour cette raison, Edgar savait qu'il allait avoir l'obligation de se montrer magnanime. Parce qu'il avait dit qu'il le serait, à tout son peuple, parce que c'est l'impression et l'image qu'il voulait laisser de lui, alors qu'il serait le pire roi que Féérie ait jamais connu (à moins peut-être que Nathaniel le remplace). Mais même s'il allait devoir en montrer moins qu'il n'en pensait, Edgar n'apprécia pas du tout l'attitude du père Odien, qu'il jugea presque insolente. Depuis quand se permettait-il de lui tenir tête, comme cela (pour lui, c'est clair et net que c'était cela, Gwendall était en train de lui tenir tête et il détestait cette idée) ? Cela faisait peu, mais c'était déjà bien trop, cela faisait maintenant, et c'était déjà intolérable. Il s'était tu tout ce temps, et malgré toutes les occasions qu'il aurait eu de le blâmer. De quel droit se réveiller à présent et lui reprocher (il entendait aussi du reproche, parce qu'il lisait en dessous des mots) l'absence d'Eleonore ? Il avait eu bien des occasion de le faire et il s'était abstenu. C'était simple, d'avoir des cas de conscience maintenant et de revenir en arrière, mais dans les faits, il n'avait aucun droit de faire ça. Aucun droit. Juste le droit de se taire et d'apprécier que lui, sa femme et sa fille restante soient encore en vie malgré les circonstances.

"Je compatis à votre douleur."
répondit-il, tenant son rôle alors qu'il n'y avait pas de témoin, tout simplement pour montrer où était sa place et rappeler à Gwendall quelle était la sienne. "Mais il n'y a rien que nous puissions faire. Vous le saviez comme moi avant que tout ceci ne commence." Il plongea son regard gris et froid dans celui de son interlocuteur. "Et il est beaucoup trop tard pour avoir des scrupules, à présent."

C'était plus ou moins ce qu'il pensait, mais il ne disait pas cela que pour exprimer son opinion, c'était aussi une menace indirecte adressée à son interlocuteur, afin de lui faire comprendre qu'il n'avait pas le choix, il était contraint au silence et à ne pas agir, parce qu'il ne voudrait pas connaître les circonstances qui pourraient en découler. C'était mieux comme cela, c'était mieux pour tout le monde, et il fallait qu'il l'admette. Et s'il ne l'admettait pas, il fallait au moins qu'il se taise. Il ne gâcherait pas tout. Surtout que là, ce n'était vraiment pas le moment, avec l'évasion des prisonniers de l'île et l'idée de savoir Nathaniel vadrouiller joyeusement dans la forêt de Féerie, Edgar n'avait vraiment aucune envie de le voir tout gâcher là, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féerien
Messages : 517
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Sam 20 Fév - 13:38


Messire le roi de mauvais aloi
G

wendall ne pouvait en aucun cas croire en la présumée compassion du roi, qui faisait mine, à présent, de véritablement se soucier de son sort et de ses métaphores. Il n'aurait jamais pu y croire, à aucun moment. Même avant que tout ceci ne se produise. Il avait connu la guerre et ses horreurs, il devait reconnaître avoir approuvé la politique de départ d'Edgar, mais cela, c'était avant qu'il ne devienne lui-même la victime de cette politique. Un dégât collatéral. Non, il ne compatissait pas, et d'une certaine manière, il n'avait pas vraiment de raisons de le faire, et le paysan ne pouvait pas vraiment se permettre de le lui reprocher, il avait pris le parti de gouverner son peuple d'une certaine manière. On l'acceptait ou le blâmait, mais au moins n'avait-il jamais failli à ses promesses, il s'avérait seulement que ces dernières impliquaient de véritables horreurs, des horreurs à peine nommables tant elles étaient terribles. Et oui, il avait raison, ils ne pouvaient techniquement rien faire à ce stade. Ils l'avaient provoqué, et Gwendall avait agi et approuvé en toute connaissance de cause. S'il devait avoir eu des scrupules, cela aurait dû être beaucoup plus tôt. Mais la vérité, c'est qu'il en avait bel et bien eus plus tôt, des scrupules... C'est seulement qu'il osait les exprimer maintenant, alors qu'il était beaucoup trop tard.

-Mais pourquoi ne pas l'autoriser à revenir ?
demanda-t-il en désespoir de cause, même s'il devinait dors et déjà la réponse de son interlocuteur. Il parlait d'Eleonore, bien évidemment. Mais le fait est que si elle avait bel et bien pu revenir, cela aurait été le cas depuis longtemps. Il y avait eu une tentative de retour, elle n'avait pas saisi cette chance, elle en savait trop maintenant pour se conformer encore à un système digne de ce nom, corrompu jusqu'à l'os. Mais Gwendall tentait le tout pour le tout. Parce qu'il voulait protéger à tous prix sa fille, tout simplement. Elle a été largement punie pour ce qu'elle a fait.

Ce qu'elle avait fait... Tout était relatif. Au fond, elle n'avait pas fait grand chose. Elle avait avant tout voulu échapper à des noces royales, par égard pour un futur époux qu'elle n'aimait pas. Ce dont elle avait écopé en retour était bien au-delà de la punition qu'on eût du lui octroyer. Mais comment le roi de Féerie, qui était le fomenteur de tout ceci, ne pourrait-il pas être au courant de toute cette situation ? Il le savait, et s'il avait exigé qu'elle ne revienne pas, s'il espérait qu'elle ne revienne jamais, c'était parce qu'elle était devenu un élément des plus gênants. Logique, en vérité. Surtout si l'on tenait compte de tout ce qu'Eleonore semblait avoir compris... À en croire la dernière conversation qu'il avait pu avoir avec elle.

code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Dim 24 Avr - 21:17

Messire le roi de mauvais aloi

   Edgar l'avait su dès l'instant où il avait confié la garde de Victoria aux Odien, un jour ou l'autre, cette famille bien conciliante pourrait bien lui causer des torts. Il n'avait pas imaginé que ce serait dans de telles proportions, mais au final, il aurait en effet pu le présumer. Il en avait la preuve sous les yeux. Il avait fallu du temps au père Odien pour exprimer le fond de sa pensée (ou pour penser comme ça en premier lieu, en fait), mais maintenant que c'était fait, le roi de Féerie comprenait que le simple paysan docile pourrait bien devenir un élément gênant. Pour le moment, ça allait encore. S'il avait la bêtise de s'adresser directement à lui et d'espérer des solutions de sa part, c'est qu'il devait avoir encore ne serait-ce qu'un minimum d'estime pour son roi, et ça c'était une bonne chose, maintenant, il allait falloir que le souverain fasse tout son possible pour endormir cette défiance toute neuve. Même si elle n'était peut-être pas si neuf que ça, à vrai dire. Il posait trop de questions, et des questions compromettantes, qui remettaient en cause son pouvoir et son autorité. Bref, autant de questions qu'ils ne pouvaient pas tolérer. Pourquoi ne pas l'autoriser à revenir, hein ? Cette petite sotte l'aurait pu, si Edgar cherchait seulement à punir Eleonore pour avoir fui la veille de son mariage avec Gabriel, mais l'eau avait coulé sous les ponts depuis, de nombreuses choses s'étaient passées. Le crime dont elle était coupable, à présent, ne méritait plus la faible sanction qu'il avait adressé à Eleonore pour commencer. Elle méritait un sort que son père ne voudrait pas lui connaître, si elle devait revenir.

"Si je l'autorisais à revenir, elle ne le souhaiterait pas pour autant."
répondit-il très posément. Et c'était complètement vrai, d'ailleurs.

Eleonore, à l'heure actuelle, avait dû voir se répercuter la haine de son mentor à l'égard du roi sur elle. Il est évident qu'elle n'avait pas l'intention de se ranger de leur côté. Dans le cas inverse, elle n'aurait pas compromis ses plans avec un tel affront, au point même de libérer tous les prisonniers de l'île, ce qui constituait dors et déjà un péril certain à son règne.  


"Elle est pour l'instant influencée par les individus qui l'entourent. Tant que ce sera le cas, elle ne pourra pas revenir vers vous."
Il marqua une pause. "Mais je vous promets de faire tout mon possible pour la ramener sur le droit chemin."

C'était une promesse en l'air, il n'y comptait pas du tout, mais si cela parvenait à convaincre Gwendall, ce pourrait bien interférer en leur faveur. Si, d'aventure, le père retrouvait sa fille (on ne sait jamais), il se montrerait peut-être plus apte à la ramener sur le "droit chemin" plutôt que de la laisser demeurer aux mains de son ancien ennemi, ancien ennemi qui faisait beaucoup trop de vagues.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féerien
Messages : 517
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Lun 25 Avr - 15:27


Messire le roi de mauvais aloi
C

e n'était pas exactement un constat que Gwendall aimait à faire, en ces temps troublés où la confiance qu'il plaçait dans son roi était bien loin d'être celle d'autrefois (quoi qu'il n'avait jamais vraiment eu confiance, il avait seulement cru que se ranger à ses côtés était le choix le plus sûr. À présent que la vie d'Eleonore était si concrètement en danger, il était bien contraint de reconsidérer les choses sous un angle différent), force lui était de remarquer tout de même qu'il n'avait pas tort en la circonstance. C'était une vérité qu'Eleonore ne contesterait sans doute pas que d'admettre que, quand bien même le roi l'autoriserait à remettre les pieds au château, quand bien même il lui accorderait son pardon pour ses erreurs passées, ce ne serait pas pour autant qu'elle accepterait, à ce stade, de revenir, tête baissée, et sans faire de vagues. Gwendall préfèrerait qu'il en soit ainsi, bien sûr, pour être mesure de protéger un peu mieux ses deux filles, mais il ne s'y trompait pas : ses récentes retrouvailles avec sa fille n'avaient su que trop bien le lui prouver : Eleonore avait fait son choix, choix qui n'était même pas tant contestable que cela. Étant donné tout ce qu'on lui avait fait subir, il n'était pas anormal que la jeune femme se découvre un instinct rebelle. Le roi ajouta qu'elle subissait pour l'instant l'influence des personnes qui l'entouraient, et qu'elle refuserait de venir tant que c'était le cas. Gwendall fronça les sourcils. Non, son interlocuteur ne lui apprenait rien en soi, mais tout de même, il se voyait surpris. Car il devenait assez évident que le souverain en savait plus qu'il ne voulait bien en dire. En même temps, n'avait-ce pas toujours été le cas, au final ?

-Les individus qui l'entourent ?
demanda-t-il du ton surpris de celui qui ne savait absolument rien de ce qu'on était en train de lui dire, du père qui n'avait pas encore eu l'occasion de retrouver sa fille. Qui sont-ils ?

En prenant ce ton concerné, il laissait au roi le loisir de l'embobiner tout en étant décidé à ne pas le croire (quoi qu'il n'était jamais à l'abri de se laisser convaincre). Peut-être, même s'il s'agirait d'un autre son de cloche, qu'il entendrait de la part du roi ce que sa fille n'avait pas voulu lui dire, elle qui s'était montrée bien trop cryptique au cours de leur rencontre. Il avait besoin d'en savoir plus. Il doutait fort que le roi lui délivre toutes les informations qu'il avait en sa possession, mais Gwendall, qui sait, parviendrait peut-être à faire la part des choses. Il s'était contenté d'un vague hochement de tête à la promesse du roi quand il affirma qu'il ferait tout son possible pour ramener Eleonore sur le droit chemin. Au final, c'était peut-être qui suivait le meilleur chemin entre tous.

code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2014

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Jeu 26 Mai - 19:46

Messire le roi de mauvais aloi

Edgar le voyait bien, le sentait bien, Gwendall Odien était en train de lui échapper. Le roi savait très bien distinguer ce moment où l'on se rapprochait insidieusement de la vérité et où son pouvoir n'avait plus d'influence. Cela se remarquait assez facilement, en vérité. Cela s'observait au moment où les hommes se posaient bien trop de question. C'était ce qui était arrivé à Eleonore, qui en avait payé le prix fort (mais pas encore assez aux yeux d'Edgar), c'était ce qu'il voyait arriver chez Gabriel, son fils bêtement transi d'amour (mais il voulait croire qu'il parviendrait quand même à garder son fils unique sous contrôle, qu'il avait encore suffisamment d'influence pour cela), c'est ce qui arrivait au père d'Eleonore. C'est ce qu'il avait craint quand les prisonniers s'étaient évadés de l'île des soupirs, malheureusement, ses craintes se vérifier, et ce n'était pas du tout pour lui plaire. Vraiment pas pour lui plaire. Il fallait qu'il corrige le tir tant qu'il était encore temps. Mais pour l'heure, il commettait plus d'impairs que ce qu'il voudrait. Il s'enfonçait dans ses explications, il ne se reconnaissait pas. Et il n'aimait vraiment pas ça, on découvrait son vrai visage au moment où lui-même se découvrait un nouveau visage. totalement différent. Ça n'avait vraiment pas le moindre sens. Il était temps pour le roi de se rattraper. Il savait que leur conversation pourrait avoir des conséquences désastreuses s'il ne rattrapait pas les choses. Heureusement, d'ailleurs. Il avait plus d’un tour dans son sac. Ce n’était tout de même pas sans raison qu’il était parvenu à devenir roi de Féerie. C’était par la malice, la couardise et la haine. Il n'hésiterait pas à employer toutes ces stratégies une fois encore si cela était nécessaire.

"Vous le savez aussi bien que moi."
répliqua-t-il, se rattrapant en se donnant l'air de celui qui en sait bien moins que cela était vraiment le cas. Quand il parlait des individus qui l'entouraient, il parlait surtout de Nathaniel, évidemment. Il ne l'avait pas revu, le fugitif n'était peut-être plus que l'ombre de lui-même, il n'avait peut-être plus rien d'une menace, mais Edgar se focalisait sur le passé, sur ce qu'ils avaient vécu, sur ce dont il était capable à l'époque. En dix-neuf ans les choses avaient bien pu évoluer, pour l'un comme pour l'autre, mais il restait cet ennemi invisible, qu'il pensait capable de tout, et dont il craignait l'influence qu'il avait pu avoir sur la fille de son interlocuteur. Il ne fallait surtout pas qu'ils se revoient. "Les gens qui se sont évadés de cette île ne s'y trouvaient pas pour rien. Ce sont des malades, des gens dangereux. Elle n'est pas en sécurité, avec eux."

Il espérait que ces arguments allaient faire mouche. Que Gwendall était encore en mesure de le croire. Il y comptait vraiment. C'était nécessaire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féerien
Messages : 517
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   Sam 28 Mai - 8:49


Messire le roi de mauvais aloi
N

on, de toute évidence, Gwendall ne savait plus les choses "aussi bien que le roi", en fait, il ne savait plus rien du tout. Sur ce qu'il avait pensé connaître, il avait toujours émis de sérieux doutes, par la force des choses, car si quelqu'un était à même de savoir que le roi était tout sauf un enfant de chœur, et capable des pires mensonges et des pires bassesses, c'était lui, et pas seulement parce qu'il avait participé à l'avant et à l'après-guerre, mais parce qu'il avait marché dans ses combines, aussi, il s'était laissé lier par un secret terrible pour des raisons manifestement grossières et absurdes, rétrospectivement. La vie de ses filles ne valait pas toutes les horreurs qu'elles subissaient à présent. Alors non, le paysan ne savait pas "aussi bien" que le monarque. Gwendall était assez curieux de savoir quelle réponse il allait lui accorder après qu'il lui ait posé une question sincère, mais également insidieuse, qui voulait mettre Edgar au pied du mur... Et qui n'y arrivait pas vraiment, en définitive. Il avait une excuse en or, juste à portée de main, il faut dire. Les évadés de l'île des soupirs, ces prétendus malades qu'il pouvait tenir comme des individus dangereux. C'était bien trouvé. Une parade impeccable. Ces personnes étaient supposées avoir été enfermés pour une raison, Edgar pouvait se servir de cette raison pour prétexte sans le moindre souci, et il ne s'en privait pas, malheureusement. Il ne la croyait pas. Ou, du moins, il croyait qu'il y avait bel et bien eu des individus dangereux sur l'île des soupirs, et que sa fille n'était de ce fait pas en sécurité, mais elle ne pensait pas que son interlocuteur soit honnête pour autant, il voulait croire qu'il en savait plus, beaucoup plus, que ce qu'il voulait bien prétendre.

-Bien sûr...
répondit-il d'une voix blanche, qui ne laissait pas vraiment entendre s'il approuvait réellement ou s'il se montrait tout simplement sceptique.

Il songea à insister, à lui extorquer plus d'information, mais il savait dors et déjà que sa situation présente, les questions qu'il venait de poser, ne pouvaient que trop bien le mettre dans le collimateur du roi. Il valait sans doute mieux ne pas en rajouter. Pas seulement parce qu'il craignait pour sa sécurité (même si c'était quand même le cas), mais parce qu'il pourrait plus encore mettre celles de ses filles et d'Abygaëlle en danger, et pourtant, elles n'avaient sans doute pas besoin de ça. Il choisit par conséquent une parade qui n'avait rien de glorieuse, mais qui néanmoins lui ressemblait bien, il tourna le dos.

-Je ne voudrais pas prendre de votre temps précieux plus longtemps, votre majesté, je vous remercie de m'avoir écouté.


Et dans une courbette qu'il ne voulut pas trop hypocrite, il fit donc le choix de prendre congé du roi.
code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messire le roi de mauvais aloi [pv Edgar]
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» PJ, les bons coups VS les mauvais coups
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le grand château :: La cour-