Partagez | 
 

 La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Mar 29 Mar - 13:24

Gabriel & Eleonore
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité.
Depuis quelque temps, Eleonore avait vraiment le sentiment de ne plus savoir quoi penser. Elle était certaine d’avoir perdu plus de poids encore. Elle n’avait jamais été bien épaisse, mais depuis sa cavale c’était pire et cela l’était encore plus ces derniers jours. Elle ne pouvait pas voir son reflet pour le voir, mais elle le sentait. En même temps, elle ne parvenait plus à avaler quoi que ce soit. Ca faisait un moment que sa situation était loin d’être idéal, mais elle avait le sentiment que c’était pire encore ces derniers temps. Et la jeune femme savait exactement pour quelle raison, ce qui provoquait cet état chez elle. Les dernières révélations que Nathaniel lui avait faites – confirmées par Anthony – étaient vraiment difficiles à digérer pour la rebelle. Elle ne mettait pas en doute ces révélations, surtout qu’elle avait eu la conversation avec son père lui permettant de savoir que c’était bien la vérité. Eleonore ne comprenait toujours pas comment ils avaient pu arriver à ce stade, mais elle savait que c’était la vérité. Ca ne lui permettait pas pour autant d’accepter plus la situation. Comment ça avait pu tourner comme ça ? Comment la situation avait-elle pu prendre un tel tournant ? Elle ne comprenait vraiment plus rien et la jeune femme ne savait même plus vers qui se tourner. Eleonore savait bien qu’elle pouvait tout dire à Daphnée, mais elle n’avait pas réponse à tout. La jeune fille pourrait la soutenir, mais ce n’était pas pour autant qu’elle allait lui trouver une « solution » (si solution il y avait). Les conversations avec Nathaniel n’étaient vraiment pas toujours constructives et la jeune femme n’avait pas spécialement envie de s’attarder sur ce sujet avec lui. Il était hors de question qu’elle décide d’en discuter de nouveau avec son père. Il faudrait qu’elle en parle directement à Anna en fait… mais elle ne se sentait pas la force de lui parler ou même simplement de la croiser, pas pour l’instant. En d’autre terme, elle était complètement perdue.

Ce fut donc sans vraiment de conviction que la jeune femme se rendit au lieu de rendez-vous qu’elle avait fixé avec Gabriel. Ils ne s’étaient pas vus depuis la dernière fois que leur chemin s’était croisé quand Gabriel se promenait avec Anna. Il était convenu qu’ils devaient se revoir, avant qu’Eleonore ne découvre la vérité sur sa sœur jumelle, elle ne savait pas du tout si elle allait lui en parler ou non. Elle ne savait pas du tout ce qu’elle allait faire. Elle savait simplement qu’ils devaient se voir et qu’elle n’avait pas envie de le faire attendre pour rien. Eleonore n’avait aucun moyen de prévenir Gabriel et la jeune femme savait que si elle ne venait pas au rendez-vous, il s’inquiéterait. Elle ne voulait pas ça, elle n’avait pas envie qu’il se fasse un sang d’encre. Il ne le méritait vraiment pas, il ne méritait pas tout ce qu’il devait endurer non plus. Quand elle arriva sur place, le prince n’était pas encore arrivé. La jeune femme s’assit donc près de la fontaine, attendant, les yeux dans le vide.
Code by Gwenn


_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 186
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Mar 5 Avr - 11:16

Ses rendez-vous avec Eleonore étaient bien trop rares à son goût, mais ils étaient vraiment indispensables au prince, surtout en ces jours de plus en plus troubles, où chaque nouvelle heure paraissait lui apporter son nouveau lot de doutes, de difficultés, de douleurs. Ce n'était rien en comparaison de ce que vivait celle qui aurait dû être sa femme, c'est vrai, mais cela pesait quand même sur la conscience et le moral du jeune homme.

La perspective de revoir la jeune femme, c'est ce qui lui permettait de tenir le coup, de supporter son quotidien auprès de toutes ces personnes qui, chacun à leur manière, dissimulaient leur propre nature. Même Anthony, qui restait le seul en qui Gabriel avait complètement confiance, se cachait, puisqu'il trahissait son père, il le savait à présent. Faux, ils étaient tous faux.

Et il semblait qu'il soit le seul à se présenter sous son véritable jour. Et il risquait fort de payer le prix de son honnêteté... Même si lui aussi était à présent contraint de mentir, puisqu'il ne faisait plus que prétendre garder de l'estime pour son père, comme il tentait de prétendre avoir des sentiments pour Anna.

La seule personne qui puisse l'aider à tenir le coup, c'était vraiment Eleonore, et il était heureux de pouvoir enfin la retrouver, d'autant plus que leur dernière rencontre, tout ce qu'il y a de plus accidentelle, n'avait pas été particulièrement simple et sereine. Gabriel déplorait de ne pas avoir pu s'entretenir seul à seul avec elle, après cela. Mais ç'eut été malvenu, évidemment, plus encore avec Anna dans les parages.

Une fois qu'il fut certain d'avoir échappé à la vigilance des gardes et de sa famille, Gabriel s'était donc rendu jusqu'à la fontaine où il avait rendez-vous avec elle. Dès qu'il la vit, il se précipita vers elle, un sourire sincère aux lèvres, simplement parce qu'il était heureux de la revoir, il se retint, d'ailleurs, de la serrer dans ses bras. Chaque fois qu'il la voyait, son coeur battait toujours plus fort. Il ne pouvait rien contre ça.


"Je suis heureux de te voir."


Il la regarda plus attentivement. Il n'était pas nouveau que la jeune femme avait perdu du poids, était souvent sale, subissait, en somme, les séquelles physiques de sa vie de fugitive. Mais là, il avait le sentiment qu'elle allait plus mal que d'habitude, elle n'avait vraiment que la peau sur les os.

"Tu vas bien ? Tu as l'air..."
Il chercha ses mots. S'il n'éprouvait qu'une véritable inquiétude pour celle qu'il aimait sans espoir de retour, il avait peur de paraître condescendant. Parce que, lui, vivait dans le confort et la quiétude. Parce que, lui, dormait sur un lit confortable et mangeait à sa faim tous les jours (même s'il avait perdu l'appétit, et cela depuis un moment). "mal en point."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Ven 13 Mai - 18:19

Gabriel & Eleonore
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité.
Quand Gabriel arriva, il se précipita vers Eleonore un sourire sur le visage. La jeune femme ne souriait pas de son côté, elle ne le faisait jamais de toute façon. Ce n’était pas son truc de sourire, elle n’était pas comme Anna et franchement… elle préférait ça. En tout cas, Gabriel souriait lui et Eleonore savait qu’il était vraiment heureux de la voir. A chaque fois qu’elle le voyait, la rebelle ne pouvait pas s’empêcher de penser aux sentiments qu’il avait pour elle et qu’elle ne partageait pas. Ce n’était pas contre lui, Eleonore trouvait vraiment que le prince avait de nombreuses qualités. Il était l’une des personnes avec le plus de qualité que la jeune femme avait l’occasion de côtoyer. Cependant, elle ne possédait vraiment pas de sentiments amoureux pour lui, mais elle avait quand même une grande affection. En même temps, le fait qu’il soit capable de faire attention à elle devait jouer en partie. Il posait toujours sur elle un vrai regard, il ne se contentait pas de la regarder, il l’observer. Gabriel commença par dire à la rebelle qu’il était heureux de la voir avant de lui demander si elle allait bien. Eleonore blanchit en entendant les propos du prince, elle devait vraiment avoir une mauvaise mine pour qu’il lui pose une telle question. Elle avait l’air mal en point oui… en même temps, elle l’était tout simplement.

Eleonore sentit son cœur se serrer à la remarque de Gabriel. Elle n’avait pas envie de lui mentir, mais en même temps elle ne savait pas si elle devait parler de ce qui la tracassait présentement. Indirectement, cette histoire touchait Gabriel aussi, parce qu’il était marié à un assassin, à une menteuse. A se demander si ce monde comportait d’honnête personne finalement, en dehors des deux jeunes gens qui se trouvaient actuellement l’un en face de l’autre. En plus, le jeune homme avait promis à la rebelle – ainsi que sa sœur, quelle saleté ! – de l’aider à découvrir la vérité sur la mort de Victoria, de l’aider à se venger de sa disparition. Il était d’autant plus concerné, mais quand même. Elle ne savait pas du tout ce qu’elle devait faire. Mais peut-être que son état allait parler de lui-même, puisque la jeune femme sentait déjà les larmes monter dans ses yeux. Elle se retenait depuis des jours et des jours de pleurer, mais elle n’en pouvait plus. Elle pensait découvrir une horreur en apprenant la mort de Victoria, mais elle ne s’était pas attendue à ce que la situation soit pire que tout encore. Parce que cette mort n’était pas aussi anodine que ce qu’elle aurait pu avoir. Tremblante, Eleonore vint poser ses mains sur son visage alors qu’elle ne parvenait vraiment plus à retenir ses larmes. Elle se sentait complètement perdue.

« Je suis désolée… tellement désolée. »

Elle s’en voulait de craquer de cette manière devant le prince, ce n’était vraiment pas ce qu’elle voulait. Elle se sentait tellement minable et plus encore maintenant qu’elle se trouvait devant Gabriel.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 186
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Jeu 19 Mai - 14:39

Gabriel avait deviné qu'Eleonore était mal en point, il n'avait pas imaginé à quel point cela était le cas. La jeune femme semblait s'être contenue jusque-là, mais dès le moment où il s'était interrogé sur son état, elle n'avait visiblement plus réussi à retenir ses larmes.

Gabriel l'observa quelques secondes, désemparé, le coeur battant à tout rompre. Il est vrai que, même si Gabriel était fou amoureux de la jeune femme, il n'avait pas eu tant d'occasion que ça de passer du temps seul à seul avec la jeune femme, mais quoi qu'il en soit, il ne l'avait jamais vu pleurer. Bon, il ne l'avait jamais vu sourire non plus (ou même rire, d'ailleurs), mais quand même, c'était plus désarmant de voir des larmes couler le long de ses joues que de l'entendre rire aux éclats.

Après avoir passé trop de temps à rester là sans rien faire, totalement démuni face à la détresse de la jeune femme, et après un premier mouvement d'hésitation, il décida de s'avancer vers la jeune femme et de la serrer dans ses bras.

Il voulait éviter de donner l'impression de profiter de la situation, lui qui aurait aimé pouvoir faire preuve de tant de tendresse et d'affection en temps normal, et ne voulait pas qu'elle croie qu'il saisissait un prétexte.

Il voyait qu'elle était mal, et il voulait juste essayer de lui apporter du réconfort à son échelle. C'était horrible, de sentir que quelqu'un que l'on aime plus que tout est au plus mal, et de ne pas savoir quoi faire pour l'aider.

"Ne t'excuse pas."
répondit-il d'une voix tremblante. "Surtout pas."

Elle n'avait pas à s'excuser, non, d'autant plus qu'il ne voyait vraiment pas ce qu'elle pourrait avoir à se reprocher. Est-ce qu'elle s'excusait parce qu'elle venait de fondre en larmes ? Parce qu'elle ne voulait plus dissimuler ce qu'elle gardait sur le coeur ? Dans un cas comme dans l'autre, elle ne devait pas s'en vouloir.

Peut-être qu'elle craquait juste, parce qu'elle avait trop souffert de cette situation. Elle avait tant de choses à encaisser, d'un coup ! À commencer par la mort de Victoria. Et il ne pensait pas si bien dire, en disant ça...

"Qu'est-ce qui se passe ?"
osa-t-il demander ensuite.

Il ne voulait pas l'obliger à parler si elle ne le voulait pas, mais il avait le sentiment qu'elle en avait besoin. Elle devait garder tant de choses pour elle ! C'était normal qu'elle n'en puisse plus ! Déjà que lui aussi se serait senti sur le point de craquer.

S'il pouvait faire quoi que ce soit pour elle, il s'y sentait prêt. Il n'avait pas la moindre idée de ce qui l'attendait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Mar 28 Juin - 20:51

Gabriel & Eleonore
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité.
Eleonore se devait d’être forte, parce que c’était comme ça. Elle faisait partie des rebelles, elle avait aidé les prisonniers à quitter l’île des soupirs, elle aidait maintenant à faire tomber Edgar de son trône, elle devait être forte. Elle devait porter tout cela sur ses épaules et avoir des épaules solides. Sauf que ce n’était vraiment pas évident. Parce que ce qu’elle devait porter sur ses épaules pesait très lourd et qu’elle commençait à avoir un peu de mal à supporter tout cela. La goutte d’eau était évidemment ce qu’elle venait de découvrir concernant la mort de sa sœur, elle ne pouvait pas faire comme si ça ne la touchait pas. Mais en même temps, elle ne devait pas pour autant se laisser abattre. Sauf qu’en cet instant, alors qu’elle se trouvait devant Gabriel, elle craquait. S’il y avait bien devant une personne qu’elle ne devrait pas craquer de cette manière, c’était le prince. Gabriel ne méritait pas qu’elle craque de cette manière devant lui. Alors elle s’en voulait, quoi que l’homme puisse dire. Et plus encore quand il vint la serrer dans ses bras. Eleonore ne fit aucun geste pour le reculer, bien au contraire, elle le laissa faire parce qu’elle sentait bien qu’elle en avait besoin. Elle ne voulait pas d’une trop grande proximité entre eux, parce qu’elle savait parfaitement que le prince avait des sentiments pour elle qu’elle ne pourrait jamais ressentir de son côté. Elle avait de l’estime pour Gabriel (un peu de pitié aussi sans doute), mais elle ne l’aimait pas et elle ne l’aimerait jamais. Elle ne se faisait pas d’illusion, si elle n’avait pas eu le coup de foudre, ça n’arriverait pas ensuite. Sa compagnie n’était pas désagréable, au contraire, mais elle ne se voyait pas capable de le considérer autrement que comme un ami (même si la jeune femme ne savait pas vraiment si elle pouvait le considérer comme un ami à l’heure actuelle). Elle devait donc éviter la proximité, ces gestes délicats, agréables, mais tant pis… elle en avait trop besoin.

Elle ne répondit pas de suite à la question du prince, laissant les secondes s’écouler un peu. Elle ferma les yeux, réfléchissant à ce qu’elle devait dire. Evidemment, elle n’allait pas pouvoir faire autrement que de parler de ce qui la mettait quand même dans cet état, Gabriel voudrait savoir. Mais elle n’avait aucune idée de comment elle pouvait aborder le sujet. Au bout d’un moment, Eleonore s’écarta doucement de Gabriel, levant son regard vers le sien.

« Je ne sais pas si je peux vous en parler… » En même temps, Eleonore savait parfaitement que si Nathaniel avait été là, il n’aurait pas hésité à tout raconter à Gabriel. Cela pourrait lui faire du bien peut-être. Elle n’avait aucune raison de ne pas faire confiance au prince après tout, il semblait être l’une des rares personnes pures de ce royaume. « J’ai découvert ce qui est arrivé à ma petite sœur. » Dit-elle finalement, la gorge serrée et les larmes menaçant de couler de nouveau sur ses joues. « Je sais qui est la personne qui me la prise… » Même si elle donnerait tout pour que ça soit un rêve. « C’est Anna… »
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 186
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Mer 29 Juin - 16:49

« Je ne sais pas si je peux vous en parler… »

Il avait l'impression de l'entendre tout le temps, cette phrase-là, pas toujours prononcé de cette manière ou avec les mêmes intentions, mais c'était quand même l'impression générale qu'il avait ces temps derniers.

Il avait le sentiment que tout le monde savait des choses, que grand nombre d'entre eux (son père mis à part, il serait toujours un cas à part) voulaient se confier à lui, mais s'abstenaient, peut-être parce qu'ils craignaient les conséquences que cela aurait sur lui, qui était certainement trop fragile pour ce qui lui était tombé dessus. Ou peut-être, c'était moins agréable de l'admettre, parce qu'on ne lui faisait pas confiance et qu'on craignait qu'il aille tout répéter à son père.

Dans quelle catégorie se situait Eleonore ? Gabriel n'en savait rien du tout, il espérait dans la première, en tout égoïsme, même si ce n'était pas à son avantage dans tous les cas.

Il comptait quoi qu'il en soit l'inviter à parler d'une manière ou d'une autre. Le silence n'était jamais une bonne chose, et vu que la jeune femme était dans tous ces états, comme ça, il ne la laisserait de toute manière pas s'éloigner de lui sans savoir exactement ce qui lui arrivait et pourquoi elle était bouleversée à ce point.

« J’ai découvert ce qui est arrivé à ma petite sœur. Je sais qui est la personne qui me la prise… »

Ah oui, forcément, cela avait de quoi bouleverser n'importe qui. Apprendre la mort de sa petite soeur avait déjà dû être très douloureux pour Eleonore, mais en plus savoir qui était son assassin, c'était remuer le couteau dans la plaie.

Inconsciemment, Gabriel se rendit compte qu'il s'attendait à entendre prononcer le nom de son père quand elle dit ces mots, il apprenait tant d'horreurs par jour à son sujet que cela ne serait pas vraiment pour le surprendre, disons plutôt.

Mais ce fut un autre nom, qu'elle prononça, et Gabriel en fut complètement désorienté. Il s'était attendu à beaucoup de choses, mais vraiment pas à cela.

« C’est Anna… »

Gabriel affichait des yeux ronds, son teint avait pali, le temps d'intégrer la nouvelle. Anna... Forcément, elle parlait de la femme qu'il avait épousé... Sa soeur jumelle. Celle qui avait juré vouloir venger la mort de Victoria sous ses yeux, celle qui avait prétendu être horrifiée par la mort de sa cadette.

Et comme d'habitude, crédule, le prince avait tout gobé.

"Ce n'est pas possible..."


Si, c'était possible, cette phrase témoignait de sa surprise mais pas de son incrédulité. Il pensait tout le monde capable de mentir, mais pas Eleonore, pas pour quelque chose d'aussi grave, en tous cas.

"Mais... comment ? Pourquoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Ven 29 Juil - 14:13

Gabriel & Eleonore
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité.
Ce n'était pas possible non... Evidemment, Eleonore comprenait que Gabriel se sentait surtout surpris qu'incrédule. La jeune femme osait croire en tout cas qu'il ne mettait pas sa parole en doute, elle devait bien avouer qu'elle n'aurait pas apprécié ça. Elle n'avait pas apprécié quand Anna l'avait fait passer pour folle quand elle lui avait parlé de la mort de leur soeur (ce qu'elle comprenait maintenant, c'était qu'elle s'était surtout moqué d'elle). Elle ne voulait vraiment pas que Gabriel mette sa parole en doute, qu'il commence à ne pas croire ce qu'elle lui disait. Parce qu'elle ne lui mentait pas, elle lui disait vraiment la vérité, Anna avait pris la vie de Victoria et depuis qu'elle l'avait appris, Eleonore se sentait complètement perdue. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle devait faire. Elle ne comptait pas forcément sur Gabriel pour l'aider sur ce détail, parce qu'elle n'avait pas envie de trop l'impliquer. Mais le prince méritait de savoir au moins avec quel genre de femme il vivait à présent, qui il avait épousé (même si elle se faisait passer pour elle, mais ça...). Il méritait de connaître la vérité, parce qu'au final, ils se retrouvaient un peu dans la même situation tous les deux. S'il y avait deux personnes en ce monde à qui on avait souvent raconté des mensonges, c'était eux...

Forcément, Gabriel avait envie de savoir pourquoi et comment Anna avait-elle pu faire une telle chose. Eleonore poussa un soupir, elle savait que pour que le prince comprenne bien la situation, elle allait devoir tout lui expliquer. Mais ce n'était pas forcément évident non plus. Il y avait tant de chose derrière cette simple révélation, tant de mensonge. Elle savait bien qu'elle n'avait pas le choix, elle avait commencé donc elle devait continuer, mais rien n'était vraiment simple.

"Pour que vous compreniez, il faut que je vous raconte tout depuis le début..." Eleonore marqua une pause avant d'inspirer pour reprendre la parole. "Victoria n'était pas ma soeur de sang. Elle a été confié à mes parents par votre père." Ça c'était le début. En soit, ce n'était qu'un détail parce qu'Eleonore considérait quand même Victoria comme sa soeur (plus que sa jumelle pour le coup), mais c'était un détail important pour la suite. "En échange de ce service, votre père a garanti à mes parents qu'Anna ou moi allait vous épouser." Autant dire que même la rencontre entre eux avait été préparé. "Anna l'a découvert alors, elle a rencontré votre père pour qu'il s'engage à ce qu'elle devienne votre femme. Il a accepté à condition qu'elle prenne la vie de Victoria."

Ce qu'elle avait donc fait, la voix d'Eleonore s'était prisée sur les derniers mots de sa phrase. Anna avait tué Victoria simplement pour devenir l'épouse de Gabriel. La jeune rebelle pouvait comprendre que l'appel d'une vie de princesse pouvait être grand (même si elle ne l'avait jamais ressenti elle, même quand elle devait le devenir), mais elle ne comprenait toujours pas que sa jumelle ait pu ainsi tuer leur soeur juste dans ce but.

"Mais quand vous êtes arrivé à Piquiel, c'est moi que vous avez rencontré en premier..."

Et il était tombé amoureux d'elle, lui avait demandé de l'épouser... la suite de l'histoire, il la connaissait de toute façon.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 186
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Mer 24 Aoû - 14:19

"Pour que vous compreniez, il faut que je vous raconte tout depuis le début..."

L'histoire allait être longue et difficile à entendre, Gabriel ne pouvait que s'en rendre compte, le pressentir et s'y attendre. D'un autre côté, il commençait à être habitué aux longues et difficiles histoires qui ébranlaient ses convictions jusque dans leurs fondations, c'était en train de devenir coutumier. Désagréablement coutumier.

Il le voyait bien, tous ceux qu'il pensait connaître, il ne les connaissait pas, en fait. Il ne savait rien de son père, qu'il découvrait comme étant un monarque horrible, capable de tout et tyrannique, il apprenait maintenant qu'il n'en savait pas vraiment davantage sur Anna, la femme qu'il avait non-officiellement épousée et au sort de laquelle il compatissait de moins en moins avec tout ce qu'il était en train d'apprendre à son sujet.

Même d'Anthony, il commençait à douter... puisqu'il était manifeste que ce dernier mentait aussi, suffisamment pour trahir son père. Lui, au milieu de tout ça, il se sentait perdu, et il avait peur de ce qu'il allait prendre encore.

"Victoria n'était pas ma soeur de sang. Elle a été confié à mes parents par votre père. En échange de ce service, votre père a garanti à mes parents qu'Anna ou moi allait vous épouser. Anna l'a découvert alors, elle a rencontré votre père pour qu'il s'engage à ce qu'elle devienne votre femme. Il a accepté à condition qu'elle prenne la vie de Victoria."

Cela faisait beaucoup d'informations à assimiler d'un coup. Victoria n'était pas la sœur de sang des jumelles Odien. Jamais il n'aurait pu imaginé une chose pareille... Et depuis quand, d'ailleurs, son père s'amusait-il à confier des enfants à tort et à travers dans tout le village ? De qui Victoria avait-elle été la fille ? Est-ce que... ?

Il sentait son crâne au bord de l'implosion, et pourtant, c'était loin d'être terminé encore. C'était donc ça... toute cette sinistre affaire de mariage... Mais pourquoi son père aurait-il voulu tuer une gamine ? Et pourquoi ne pas le faire lui-même ? Qu'y avait-il de plus cruel ? Une femme qui n'hésitait pas à tuer sa propre sœur par goût du pouvoir ? Un homme obligeant une adolescente à tuer sa petite sœur ? Il ne savait pas, il était dégoûté de tout et de tout le monde. Il n'y avait décidément qu'Eleonore qui sache se montrer juste et humaine dans ce monde odieux.

"Mais quand vous êtes arrivé à Piquiel, c'est moi que vous avez rencontré en premier..."

À ces mots, il baissa doucement les yeux. Tout lui revenait à l'esprit, et il comprenait que comme toujours, on l'avait instrumentalisé dans les grandes largeurs.


"Ma visite à Piquiel n'était pas le fruit du hasard, ce jour-là... Mais je ne pensais pas, je ne savais pas."


Il se sentait mal, il avait très mal au cœur, l'envie de vomir.


"Comment est-ce qu'ils ont pu faire ça..."

Il répéta cette phrase plusieurs fois, pâle comme un linge. Le déclic définitif était aussi fort que violent.

"Je veux plus retourner là-bas, je veux plus jouer à leur jeu. J'en peux plus de tout ça..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Jeu 20 Oct - 19:21

Gabriel & Eleonore
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité.
Tout n’avait été que manipulation en effet, Gabriel avait été tout aussi manipulé que les autres. Quand il s’était rendu à Piquiel et qu’il l’avait rencontré, cela n’avait pas été le fruit du hasard. Il le pensait, Eleonore le pensait pendant un temps, mais rien n’était dû au hasard. Il y avait quelqu’un qui tenait les ficelles dans ce monde et clairement, cette personne n’était pas une bonne personne. La rebelle fut touchée par la réaction de Gabriel. En partie parce qu’elle regrettait de lui faire du mal en lui apprenant la vérité. Il avait des raisons de souffrir après tout avec ces révélations, parce qu’il découvrait encore plus des horreurs sur son père et maintenant sur sa femme. Anna était son épouse après tout, même si Eleonore n’aimait pas vraiment y penser, ils passaient énormément de temps ensemble. Gabriel devait donc tomber de haut en découvrant l’implication de la jeune femme dans cette situation, tout comme Eleonore était tombée de haut. La jeune femme voyait bien qu’il ne se sentait pas bien, qu’il accusait clairement le coup des révélations. Elle aurait aimé pouvoir lui épargner ça, mais c’était bien mieux qu’il ne vive pas dans le mensonge. En tout cas, la rebelle ne se voyait pas mentir au prince. Gabriel avait parfaitement le droit de savoir la vérité, comme elle considérait qu’elle avait le droit de la connaître. Même si elle était bien placée pour savoir que ce n’était pas évident. Eleonore n’avait aucune idée de comment elle allait réussir à se remettre d’avoir découvert que sa propre sœur jumelle avait tué leur sœur, même si elle n’avait pas leur sang. Victoria était sa sœur dans tous les cas. Eleonore observa Gabriel, impuissante, digérer tout cela. Jusqu’à ce qu’il affirme qu’il ne pouvait plus y retourner, qu’il ne pouvait plus jouer à leur jeu. Elle comprenait bien sûr, mais elle ne pouvait pas le laisser faire n’importe quel choix.

« Il faut que tu y retournes. » Lança-t-elle alors, peut-être un peu trop vivement, abandonnant soudainement le vouvoiement qu’elle avait l’habitude d’utiliser depuis le jour de leur rencontre. Elle ne l’avait jamais abandonné, jusqu’à présent. Eleonore savait bien qu’elle ne pouvait pas ordonner quoi que ce soit au prince, mais elle ne pouvait pas le laisser tout abandonner maintenant. Même si, en réalité, l’homme serait sans doute bien mieux auprès des rebelles. « Je sais que ce n’est pas évident, mais il faut tenir… » Elle le savait, oui, que ce n’était pas facile. Elle avait bien envie que tout s’arrête aussi. « Je ne veux plus de ces mensonges, je ne veux plus de ces manipulations. Je ne veux plus que des innocentes comme Victoria paye un prix dont elles ne savent rien… » Sa voix se brisa légèrement, elle ne voulait vraiment plus que quelqu’un souffre comme les prisonniers de l’île, comme Daphnée, comme Victoria. « Il faut qu’on arrête tout ça, qu’on change tout ça. »

Et pour ça, Eleonore savait parfaitement que la place de Gabriel était au château proche des ennemis.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 186
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Lun 31 Oct - 14:34


« Il faut que tu y retournes. »


En d'autres circonstances, le simple fait qu'Eleonore utilise le vouvoiement pour s'adresser à lui lui aurait réchauffé le coeur et aurait fait son bonheur... Parce qu'il se moquait bien de la distinction de classe qu'il était supposée y avoir entre eux, il aurait aimé avoir gagné ce degré de proximité avec elle... Mais cette considération était en dernière place parmi le nombre de pensées néfastes qui envahissaient son esprit particulièrement malmené par les circonstances.

Tout ce qu'il venait d'apprendre, de découvrir, cela faisait beaucoup à encaisser d'un seul coup. Il n'avait vraiment pas été prêt pour de telles révélations, et il supportait bien mal d'avoir à toutes les endosser d'un seul coup. Son envie était la plus lâche, il avait envie de fuir tout ça, de porter des œillères, et prétendre ne rien entendre à tout ça. Mais ce n'était pas envisageable.

Eleonore avait raison. Ce n'était pas ce que Gabriel avait envie d'entendre, mais c'était la vérité, il devait retourner au château, jouer le jeu encore un peu, soutenir le regard des "siens" en faisant mine de ne rien savoir. C'était le plus sûr et le plus prudent. Mais il n'était pas son père... Il savait si mal jouer la comédie !

« Je sais que ce n’est pas évident, mais il faut tenir… Je ne veux plus de ces mensonges, je ne veux plus de ces manipulations. Je ne veux plus que des innocentes comme Victoria paye un prix dont elles ne savent rien… »

Il hocha la tête. Il était d'accord. Tout ça devait s'arrêter. Même si cela impliquait pour lui de faire un choix terrifiant. Même s'il devait trahir ceux qu'il aimait... Il avait choisi son camp. Et ça allait au-delà de ses sentiments envers Eleonore. Il voulait simplement choisir la voie la plus juste.

Et ce n'était pas auprès de Basiel, dont il faisait partie, qu'il étancherait cette soif d'équité et de justice. Et dire qu'il avait si longtemps cru que son père était un homme droit, parfois dur, il est vrai, mais toujours juste.

« Il faut qu’on arrête tout ça, qu’on change tout ça. »


Ce "on" était-il général, Eleonore l'y incluait-il ? Ce n'était pas important, au fond. Le prince de Féerie s'y incluait de lui-même. Ils devaient changer tout ça, il fallait que les choses changent, et il ferait partie de ceux qui permettraient à ce monde de changer. D'autant qu'il était peut-être le mieux placé pour renverser le gouvernement de l'intérieur. Même si la trahison lui faisait peur. Oui, il devait rentrer chez lui.

"Dis-moi quoi faire et je le ferai."
répondit-il d'un ton déterminé. "Je suis de ton côté."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Jeu 29 Déc - 23:18

Gabriel & Eleonore
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité.
Eleonore espérait avoir convaincu Gabriel de rester au château, auprès de sa famille. En soit, le jeune homme avait surement plus sa place auprès des rebelles, il ne méritait pas vraiment de devoir rester au château après ce qu’il avait découvert sur son père et sur sa femme accessoirement. Mais Gabriel était un avantage de poids pour les rebelles s’il restait justement auprès de sa famille. Eleonore n’avait aucune envie qu’il prenne des risques, parce que malgré tout cela elle avait quand même de l’affection pour lui. Pas suffisamment pour rendre hommage aux sentiments qu’il avait pour elle, mais assez pour s’en vouloir un peu de le « manipuler » par moment. Si la jeune femme trouvait du soutien auprès du prince de Féerie, elle ne pouvait pas cacher le fait qu’il était quand même un atout pour la résistance et qu’elle ne pouvait qu’espérer obtenir son aide pour que tout cela se termine. Elle avait simplement un peu de scrupule de se servir de tout cela pour lui demander quelque chose.

Mais elle se permettait de croire que Gabriel avait suffisamment d’humanité pour ne pas vouloir que cette situation continue de toute façon. Quand il lui demanda ce qu’elle voulait qu’il fasse, quand il précisa qu’il était de son côté, Eleonore se permit d’afficher un léger sourire. C’était rare qu’elle fasse l’effort de sourire – d’ailleurs, c’était peut-être la première fois qu’elle faisait vraiment un effort auprès du prince – mais elle appréciait sincèrement les paroles de ce dernier. Il n’avait plus l’intention de quitter le château et il était de son côté. Il était de son côté et non de celui d’Anna, ce qui ne pouvait que lui faire plaisir aussi.

« Nous avons besoin d’obtenir le plus d’information sur ton père… sur un moyen de le faire tomber. » Elle avait définitivement abandonné le vouvoiement, ce qui soudainement lui faisait un peu plus étrange que précédemment. Elle se doutait qu’elle allait avoir besoin d’un peu de temps pour s’habituer à parler de cette manière au prince, mais ce dernier n’était plus seulement l’héritier du trône à ses yeux, il était un ami. Un ami sur qui elle pouvait compter, sans oublier le fait qu’il avait des sentiments pour elle évidemment. « Nous n’aurons pas trop de plusieurs espions pour nous aider. »

Elle faisait mention d’Anthony, qui rapportait tous les faits et gestes d’Edgar quand il le pouvait. Mais le vieil homme tout seul ne pouvait pas toujours se libérer, cela commençait à devenir compliqué pour lui de tenir informé les rebelles de tous les plans du roi.

« Est-ce que… » La jeune femme marqua une courte pause, hésitant un peu. « Est-ce que tu peux me rendre un service personnel ? » Elle marqua une nouvelle pause, levant son regard vers Gabriel. « Est-ce que tu peux essayer de découvrir comment Anna a-t-elle pu… faire ça ? »

Elle n’avait pas encore eu l’occasion de se confronter directement avec sa sœur jumelle et elle ne parvenait vraiment pas à comprendre comment elle avait pu arriver à de telles extrémités.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 186
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Sam 7 Jan - 11:06

« Nous avons besoin d’obtenir le plus d’information sur ton père… sur un moyen de le faire tomber. Nous n’aurons pas trop de plusieurs espions pour nous aider. »


Obtenir le plus d'information sur le roi. Cela semblait en effet très logique. Bien sûr, Anthony se chargeait (visiblement) déjà de son côté de cela, mais il y avait forcément des informations qui pourraient échapper à l'un et retenir l'attention de l'autre.

Avoir plus d'un espion au sein du château pourrait être utile, en effet, d'autant que Gabriel avait le mérite de pouvoir passer pour le jeune homme candide (qu'il était souvent mais pas en ce moment) qui ignorait ce qui se tramait, qui se laissait amadouer par son père, et qui était par conséquent insoupçonnable.

Anthony n'éveillait pas plus les soupçons de son père, en tout cas Gabriel le pensait. Edgar avait toujours eu la bête idée de sous-estimer son serviteur. Mais Anthony et Nathaniel (si Gabriel avait bien compris) avaient un passé commun. C'était là que les choses se corsaient. Indéniablement. En associant leurs forces, Anthony et Gabriel pouvaient peut-être faire progresser les choses. En tout cas, le jeune homme avait le sentiment de pouvoir se rendre utile, et ça le changeait.


"Très bien."
affirma-t-il en hochant la tête.

Il n'avait pas d'objection à ce sujet. Il avait sciemment décidé de trahir son père, alors il y était prêt. Ce ne serait pas forcément facile, il savait qu'il douterait, souvent, mais c'était la meilleure chose à faire, ça il en avait totalement conscience. C'était son père qui avait tout déclenché. Il devait en payer le prix, à présent. Tant pis.


« Est-ce que… Est-ce que tu peux me rendre un service personnel ? »


Le prince hocha la tête à nouveau. La question ne se posait même pas. Il le savait depuis longtemps, et il pensait que la jeune femme devait le savoir aussi, il n'y avait aucun service qu'il ne serait pas prêt à lui rendre, il n'y avait rien qu'il ne soit pas capable de faire pour elle. Elle pouvait lui demander absolument n'importe quoi, c'est vrai.

Aussi était-il entièrement sûr de lui avant même de savoir ce qu'était la requête de la jeune fugitive. Bien sûr qu'il l'aiderait, même si elle lui demandait un service délicat. Après tout, il était sur le point de trahir son père, il n'était plus vraiment à ça près.


« Est-ce que tu peux essayer de découvrir comment Anna a-t-elle pu… faire ça ? »

Le service qu'il lui demandait était très délicat. Mais Gabriel ne changeait pas d'avis pour autant. Il n'était pas sûr d'obtenir quoi que ce soit de la part d'Anna... sa relation avec la jeune femme était... complexe et alambiquée, il n'était pas sûr d'être le mieux placé pour réussir à lui soutirer la vérité. Mais il allait essayer.


"Je ne te promets rien"
, répondit-il avec prudence. "Mais je vais essayer."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Sam 25 Fév - 13:44

Gabriel & Eleonore
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité.
Eleonore savait bien que ce qu’elle demandait au prince n’était pas évident, raison pour laquelle elle avait trouvé son hochement de tête un peu rapide. La jeune femme avait parfaitement confiance qu’elle pouvait tout (ou presque) demander à Gabriel, que ses sentiments pour elle interféraient un peu son jugement. Ce dont, au fond, elle se servait un peu elle devait bien le reconnaître même si ça ne lui plaisait pas vraiment. Mais en même temps, Eleonore appréciait d’avoir le soutien du jeune homme, de savoir qu’il était là pour les aider, qu’il avait envie de les aider et de renverser son père aussi. Ce n’était pas évident pour lui, il devait quand même s’opposer à son propre père. Même si la jeune femme avait des reproches à faire à ses parents (en grande partie en rapport avec Anna), elle ne se voyait pas leur tourner complètement le dos. Mais bien sûr, ses parents n’étaient pas les mêmes que Gabriel et le père d’Eleonore n’avait pas demandé à une jeune femme de tuer sa sœur et n’avait pas enfermé de nombreux innocents dans une prison froide et horrible.

En tout cas, la jeune femme avait bien conscience que ce qu’elle demandait à Gabriel était difficile, mais elle avait besoin de savoir. Elle avait besoin de connaître la raison qui avait pu pousser sa sœur jumelle à tuer Victoria, alors qu’elle était malgré tout leur petite sœur. Même si elles ne partageaient pas le même sang, ça ne changeait rien. Anna n’avait aucune raison de s’en prendre à Victoria, aucune raison valable en tout cas. Et Eleonore avait envie de comprendre comment elle avait pu en arriver là, en espérant que ce n’était pas juste sa soif de pouvoir et son envie d’épouser Gabriel qui l’avait poussé à de telles extrémités. Elle ne savait pas vraiment si au fond elle allait aimer savoir, si c’était une bonne chose qu’elle sache, mais elle avait besoin de le faire, besoin de chercher une explication. Même si ça risquait d’être difficile à entendre, même si elle risquait de ne pas le supporter. Comme le fait qu’elle savait maintenant qu’Anna avait tué Victoria, elle ne pouvait pas nier qu’elle préférait le savoir et ne plus vivre dans l’ignorance, comme dans toutes sa vie. Quand Gabriel affirma qu’il ne lui promettait rien, mais qu’il allait essayer, c’était ce qu’elle avait voulu entendre. Eleonore savait que ce n’était pas évident que le jeune homme ne trouverait peut-être pas les réponses.

« C’est tout ce que souhaite. »

Affirma-t-elle alors, un léger sourire s’affichant sur son visage. C’était dur pour elle de sourire en temps normal, ça l’était encore plus maintenant, mais la jeune femme appréciait sincèrement que Gabriel fasse cela pour elle (même si en réalité, elle n’avait aucune raison d’en douter). Elle savait qu’il n’obtiendrait pas les réponses qu’elle cherchait, mais tant qu’il essayait c’était le principal. Avec un peu de chance, il parviendrait à obtenir l’information d’Anna. Ils étaient… ils étaient proches au final, au vu des circonstances.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 186
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Mer 1 Mar - 16:58


« C’est tout ce que souhaite. »

Gabriel aurait aimé qu'Eleonore formule à son adresse un souhait plus réalisable. Certes, elle affirmerait qu'elle se contenterait d'une simple tentative de sa part, du geste, en somme (et à ce sujet, il pouvait compter sur elle, il comptait effectivement parler à Anna, même si rien ne serait moins simple), mais justement... C'était tellement rien. Et ce qui se jouait, tout autour de lui, était d'une telle importance

Quand il offrait son aide à la jeune femme, c'était son dévouement tout entier qu'il lui accordait, c'était la promesse de trahir son père sans retour en arrière possible si c'était ce qu'elle entendait de lui, c'était lui prouver qu'il était de son côté quoi qu'il advienne. Il était entravé par sa fonction de prince, qui lui accordait une place privilégié et le laissait en même temps en dehors de l'affaire, et c'était diablement frustrant.

Il voulait agir, il voulait se montrer utile, il voulait participer activement. Son monde allait s'effondrer, il le savait très sûrement, et puisque c'était le cas, puisqu'il ne pouvait ni ne voulait empêcher cela, il avait au moins envie de participer à cet effondrement, qui allait se faire avec ou sans lui. Il ne voulait pas être relégué une fois encore au statut de vulgaire pion, à présent qu'il savait que c'était ce qu'il avait été toute sa vie, même au regard de son propre père. Et ce n'était pas seulement pour prouver sa valeur ou pour gagner l'estime de la femme qu'il aimait sans aucun espoir de retour. C'était tout simplement pour cesser d'être ce qu'il semblait avoir toujours été jusque-là. Cet être statique, cet être absurde, que le destin ballotait sans qu'il se défende.

Mais de la part d'Eleonore, il n'obtiendrait visiblement pas recommandations ou missions complémentaires. Tant pis, il savait malgré tout qu'il faisait quelque chose d'important pour elle, une chose dont elle avait besoin, et cela comptait déjà immensément pour lui. Son souhait n'était pas à la hauteur de ce que le prince voulait accomplir pour elle, mais il avait le mérite d'être honnête, et l'honnêteté s'avérait si rare... Et puis ainsi avait-il eu le loisir de la voir sourire, c'était déjà une récompense incroyable.

"Je crois que je ne t'ai jamais vu sourire auparavant", observa-t-il doucement, un peu gêné par cette formulation qu'il aurait sans doute dû garder pour lui. Elle lui avait peut-être déjà souri, qui sait, mais ce sourire-là lui semblait sincère, peut-être parce que c'était l'un des premiers sourires honnêtes qu'il voyait depuis longtemps. "J'aurais au moins gagné ça..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Sam 22 Avr - 20:52

Gabriel & Eleonore
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité.
Quand Gabriel fit remarquer à Eleonore que c’était la première fois qu’il la voyait sourire, la jeune femme ne put retenir ce dernier de s’effacer. Ce n’était pas contre lui, ce n’était pas qu’elle n’avait pas envie de lui sourire. Elle ne souriait pas beaucoup, ce n’était pas contre Gabriel, c’était comme ça et depuis toujours, avec tout le monde. Eleonore ne savait pas vraiment si elle aimait sourire. Elle le faisait, de temps en temps, se forçant un peu pour donner le change. Mais il était clair que ça n’avait rien à voir avec la manie de Nathaniel de constamment sourire, tout le temps, comme si rien ne pouvait le faire disparaître. Alors qu’elle, finalement, était étrange quand elle souriait. Elle ne put s’empêcher de se sentir mal à l’aise quand le prince précisa qu’il aurait au moins gagné ça. La jeune femme ne savait que trop bien ce qu’il ressentait pour elle et ce n’était pas pour rien, d’ailleurs, qu’elle se permettait de lui en demander beaucoup. Elle savait parfaitement que le prince était prêt à faire beaucoup pour elle, elle n’aimait pas du tout le manipuler (ce qu’elle faisait à contre cœur, quand bien même elle tentait de ne pas le faire du tout quand même). Elle ne savait donc pas vraiment comment se sentir alors qu’il lui disait cela, qu’elle ne pouvait que penser au fait qu’il avait donc des sentiments pour elle.

« Je suis désolée. »
Dit-elle finalement, sans avoir pour autant vraiment d’excuse à faire. Mais elle ne pouvait pas s’en empêcher, elle se sentait désolée parce qu’elle savait bien qu’elle ne pouvait pas offrir à Gabriel ce qu’il voulait, ce qu’il méritait en fait. Et il se contentait par exemple en cet instant précis d’apprécier le léger sourire – parce que ce n’était quand même pas si elle avait souri incroyablement – qu’elle venait de lui adresser. Comme si c’était la seule chose qu’elle lui avait donné. « J’aurais aimé que tu ne te retrouves pas dans une telle situation. » Elle le pensait vraiment, elle ne se contentait pas seulement de dire ça pour le brosser dans le sens du poil. Elle aurait pu, elle l’avait peut-être même fait par moment, mais en cet instant précis elle pensait vraiment ce qu’elle disait. Et ce qu’elle allait dire. « Tu mérites mieux que tout ça. »

Au final, Eleonore ne connaissait pas vraiment Gabriel, mais elle pensait vraiment ce qu’elle disait. Parce qu’il était quelqu’un de bien, qu’il était un prince honorable, qui se retrouvait simplement être le fils de son père malheureusement. Et quand on le voyait, on pouvait vraiment se demander comment il pouvait être le fils de son père d’ailleurs, puisqu’ils n’avaient rien à voir l’un et l’autre. Enfin, Eleonore pensait cela, mais en même temps elle ne connaissait pas vraiment les deux hommes. Elle les connaissait un peu, bien sûr, mais sans doute pas suffisamment personnellement pour se faire une réelle opinion. Et en même temps, elle était la preuve que c’était simple de cerner les différences. Entre elle et Anna par exemple, c’était simple.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 186
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   Mer 10 Mai - 8:54


« Je suis désolée. »

Gabriel esquissa un fin sourire à l'adresse de la jeune femme. Il appréciait d'entendre qu'elle était désolée, d'autant qu'il sentait bien qu'elle était sincère. D'ailleurs, elle avait toujours été sincère avec lui, même quand c'était pour lui faire comprendre qu'elle ne partageait pas ses sentiments, alors quand elle disait être désolée, il savait qu'il pouvait la croire.

Est-ce que ça changeait quelque chose qu'elle le soit ? Non, mais il appréciait tout de même d'entendre ces mots. Il ne savait pas s'il méritait sa compassion, il avait sans doute mérité ce qui lui était arrivé, quelque part, mais il en avait sans doute besoin, à l'heure où la situation le dépassait et où il avançait à tâtons dans tous les aspects de sa vie.


« J’aurais aimé que tu ne te retrouves pas dans une telle situation. »

Là-dessus aussi, Gabriel voulait croire qu'elle était sincère. Lui aussi aurait préféré vivre meilleure situation. Il y aurait eu quelque chose de rassurant à poursuivre sa vie de prince. Trouver une épouse qu'il aime vraiment, vivre heureux pour toujours comme on lui avait promis que ce serait le cas... Mais ça n'arriverait pas, c'était comme ça, et il ne se faisait aucune illusion.

Quelque part, cette situation était sûrement incontournable. Le bonheur et la vérité n'allait pas de pair, et au fond, il était content de savoir la vérité. Il avait gagné en lucidité et en maturité, perdu en naïveté, c'était sûrement pour le mieux.

Mais quand même, il aurait aimé découvrir que l'on pouvait être à la fois heureux et lucide, que les deux n'étaient pas complètement indissociables l'un de l'autre. C'était sans doute les restes de sa naïveté, encore bien présents, qui l'invitaient à voir les choses sous cet angle.


« Tu mérites mieux que tout ça. »


Là, il appréciait de la sentir sincère, mais il ne pensait pas que ce soit la vérité. Non, c'était une erreur, même si elle n'était pas apte à s'en rendre compte. Elle, elle ne méritait pas ce qui lui arrivait. Lui, il avait le sentiment d'être quelque part responsable de son sort. Parce qu'il était un Basiel. C'était vraiment maintenant qu'il comprenait combien un tel nom pouvait avoir un impact crucial, conditionner une existence toute entière.


"Je n'en suis pas si sûr"
, répondit le prince, très honnêtement. "J'aurais dû comprendre, j'aurais dû savoir." Il marqua une pause. "Si je n'ai pas accepté de voir le vrai visage de mon père, c'est que j'étais trop faible pour affronter la réalité."

Il avait été aveugle, mais c'était parce qu'il refusait d'affronter la réalité. Il était responsable d'avoir laissé la situation se détériorer. Parce que tout avait été sous son nez, et il n'avait rien vu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vérité est une illusion et l'illusion est une vérité. (Gabriel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perte des points en dextérité après Up
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» Comment avouer une vérité pareille?
» Dextérité main gauche-main droite
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le reste du pays :: Les villages & habitations-