Partagez | 
 

 Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Mer 3 Aoû - 22:30

Daphnée & Eleonore
Le silence est la sieste du bruit.
Cela faisait maintenant un moment qu’Eleonore était au courant de la vérité sur la mort de sa sœur, mais ce n’était pas pour autant facile pour elle de l’accepter. Elle en avait parlé avec Nathaniel, puis Anthony, elle avait eu une conversation avec son père, avec Gabriel à ce sujet et elle avait même confronté sa jumelle. Mais cette sensation ne disparaissait pas de son estomac. Depuis qu’elle savait la vérité, elle avait une boule au creux du ventre qu’elle ne savait pas faire passer. Dont elle ne connaissait pas la réelle source en fait. Eleonore ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’elle avait sa part de responsabilité dans tout cela, qu’elle aurait dû faire quelque chose avant pour empêcher ça d’arriver. Comment ? En écoutant, en se montrant plus curieuse, en voyant ce qui se tramait dans son dos. Si Anna avait découvert que Victoria n’avait pas leur sang, elle aurait pu le faire. Si elle avait eu connaissance de la parcelle de vérité, elle aurait pu anticiper les évènements. Elle aurait pu sauver sa sœur… Sauf qu’elle n’avait rien vu, elle s’était faite avoir parce qu’elle n’avait rien vu du tout. Pendant si longtemps, elle avait vécu dans le mensonge et les illusions, sans se rendre compte de ce qu’il y avait derrière tout cela. Il avait fallu qu’elle arrive à la prison pour ouvrir un peu les yeux sur le monde. Anna avait tué Victoria, mais Eleonore n’avait rien fait pour la sauver. Et tout cela, ce n’était que la faute d’Edgar. Tout partait de lui, ce monde vivait dans le mensonge par sa faute. Alors, même si elle tenait toujours autant sa jumelle pour responsable de la mort de leur sœur, elle considérait qu’Edgar devait payer encore. C’était Nathaniel qui devrait être content.

Celui-là d’ailleurs venait de repartir pour le royaume du bout de l’océan… sans elle. Bon, en même temps, elle n’avait pas envie d’y aller. Elle n’avait pas envie de grand-chose. Mais alors qu’elle savait le rebelle de l’autre côté, elle ne put s’empêcher de penser aux personnes qu’il allait voir là-bas, comme cette Latika. Celle belle Latika… autant dire qu’elle n’aimait pas vraiment l’idée qu’il l’ait planté là pour y aller seul. Les rebelles s’étaient installés pendant un temps dans un recoin de la forêt et y avait installé leurs tentes. La jeune femme devait se montrer prudente pour tout le groupe, mais elle avait décidé d’aller s’allonger un peu dans la tente qu’elle utilisait. Elle ne dormait pas vraiment ces derniers temps, elle ne mangeait pas beaucoup plus non plus. Elle avait vraiment envie que toute cette histoire s’arrête pour de bon, qu’ils puissent enfin mettre un terme à tout ça. Qu’ils fassent tomber Edgar de son trône pour pouvoir enfin reprendre une vie normale, s’il était possible d’avoir une vie normale dans ce monde. Mais au moins, qu’ils puissent être libre. Eleonore n’avait jamais autant rêvé de pouvoir s’installer dans une petite maison, tranquillement et de ne plus penser à tout cela.
Code by Gwenn


_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 607
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Sam 6 Aoû - 15:46


Le silence est la sieste du bruit.
E

lle ne s'éloignait jamais trop loin, elle n'était pas sans savoir quelles mauvaises rencontres l'on pouvait faire si l'on décidait de s'aventurer hors du campement sans être accompagné, mais néanmoins, elle s'y risquait fréquemment, suffisamment proche pour que ses cris puissent être perçus par le reste des rebelles s'il devait lui arriver malheur. Elle avait peur. Elle n'arrivait pas à dormir, et ça faisait des semaines que ça durait. On avait beau lui promettre de tous côtés qu'on ne laisserait pas la sorcière mettre la main sur elle, elle n'était pas rassurée pour autant... Depuis sa cellule, sur l'île, sa seule satisfaction avait été de savoir que, de là où elle se trouvait, elle ne pouvait plus l'atteindre. Maigre consolation pour des années de froid, d'angoisse et de douleur. Là, maintenant, elle était à sa portée. Elle avait su ne pas y penser, elle avait su l'oublier, mais maintenant, ce n'était plus possible. La menace était trop réelle, trop concrète... Et puis, il y avait cette partie d'elle qui se reprochait encore de n'avoir su sauver Louis... Faute d'avoir su sauver son frère, ne devrait-elle pas au moins le venger comme il se doit ? Si, elle le devrait. Et pour autant, elle ne le faisait pas. La peur la tenait éloignée de ses cauchemars mais pas de ses angoisses. Et ainsi passaient ses nuits, à attendre que le sommeil soit trop insistant pour qu'elle sache dire non aux bras de Morphée.

Quand elle daigna pénétrer dans la tente où elle imaginait qu'Eleonore dormait à poings fermés, il était déjà bien tard. Pourtant, quand ses yeux se posèrent sur sa sœur de cœur, elle constata qu'elle aussi avait les yeux grand ouverts. Daphnée le savait, elle n'était pas la seule que son passé hantait constamment, loin de là. D'autres parmi les rebelles, la plupart, même, avaient des blessures à panser... Eleonore n'était pas bien, ces derniers temps. Daphnée le voyait mais n'avait pas osé l'interroger, elle savait ce que cela faisait, d'être obligée aux confidences, elle avait décidé de ne plus parler pour s'y soustraire, en partie, alors elle n'insistait pas, elle déplorait seulement de savoir que la personne à laquelle elle tenait le plus dans ce campement n'avait pas droit plus qu'elle à la justice du sommeil. Daphnée se rapprocha doucement d'Eleonore et s'allongea juste à côté d'elle, déposant une main sur son bras dans l'espoir de la soulager un peu, se contentant d'un sourire. Si Eleonore voulait rompre le silence, elle la laisserait faire et parler, sinon, c'était sa façon à elle de lui exprimer son soutien, de lui faire comprendre qu'elle était là pour elle quoi qu'il lui arrive et de la rassurer si c'était possible. Peut-être qu'elle n'était pas en mesure de faire quoi que ce soit, mais elle voulait essayer, en tous cas.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Jeu 22 Sep - 12:38

Daphnée & Eleonore
Le silence est la sieste du bruit.
Eleonore ne put évidemment pas passer à côté de l’arrivée de Daphnée dans la tente puisqu’elle ne dormait pas. Elle la suivit du regard alors qu’elle venait s’installer juste à côté d’elle et qu’elle posa une main sur son bras. La jeune femme savait bien que si elle faisait ça, si elle avait ces gestes, c’était dans le but de la soulager un peu. Eleonore appréciait le silence de son amie, elle appréciait qu’elle ne passe pas son temps à lui poser des questions sur ce qui se passait. Contrairement à certaine personne – il n’est pas forcément utile de nommer la dite personne – elle ne parlait pas pour rien dire et elle respectait les autres. Ce n’était pas qu’Eleonore n’avait pas forcément envie de parler de tout ça, mais ça tournait bien trop dans sa tête ces derniers temps. Elle ne supportait pas d’avoir découvert la vérité et elle se sentait vraiment mal. La jeune femme n’avait aucune envie de se montrer faible à ce point, parce qu’elle ne voulait pas qu’on pense qu’elle était capable de baisser les bras. Même si tout cela lui était un peu tombé dessus sans qu’elle ne le veuille, Eleonore se retrouvait quand même plus ou moins à la tête des rebelles. Ils comptaient sur elle et il n’était pas question pour elle de les abandonner. Même si, par moment, elle regrettait quand même toute cette histoire et qu’elle se demandait vraiment comment ils allaient faire pour s’en sortir. Ce que cette vie avait vraiment à leur offrir. Et elle n’était pas la plus à plaindre. Daphnée avait bien plus de raison de le faire, mais elle ne le faisait pas. On ne l’entendait pas se pencher constamment sur ses problèmes.

Pendant un temps, Eleonore continua de garder le silence, son regard posé sur le visage d’ange de Daphnée. Quand elle la voyait comme ça, la jeune femme savait que ce qu’ils faisaient était une bonne chose. Qu’ils ne devaient pas baisser les bras et qu’ils devaient faire tomber Edgar Basiel de son trône. Que ceux qui avait fait souffrir d’autre personne souffre à leur tour… Eleonore aurait tellement aimé pouvoir offrir un meilleur sort à Victoria, mais elle ne pouvait plus rien faire pour sa jeune sœur. Alors, elle devait faire en sorte que Daphnée et les autres puissent avoir un meilleur sort que sa petite sœur. Finalement, ce fut dans un souffle sombre qu’Eleonore prit la parole.

« J’ai failli tuer ma sœur… »
Dit-elle comme ça, de but en blanc. « L’autre jour, elle était devant moi. J’avais la dague de Nathaniel dans la main et j’aurais pu la tuer… j’avais envie de la tuer… »

Sa voix se brisa un peu sur la fin, elle était horrifiée elle-même par ce qu’elle aurait pu être capable de faire. Elle en avait terriblement envie, parce qu’elle souhaitait venger Victoria. Sa jeune sœur n’avait pas mérité le sort qu’on lui avait réservé, elle avait voulu la soulager. Mais elle n’avait finalement rien fait.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 607
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Jeu 22 Sep - 19:16


Le silence est la sieste du bruit.
D

aphnée écarquilla des yeux ronds quand Eleonore brisa finalement le silence. Elle s'était doutée que ce qui pesait sur le cœur et la conscience de celle qu'elle considérait comme sa sœur n'était pas vraiment simple, devait être une chose douloureuse, horrible, inavouable... mais rien ne l'avait pour autant préparé à ce qu'elle venait d'entendre. Elle avait peine à y croire, d'ailleurs. D'où l'expression de surprise qui s'affichait sur son visage. Elle avait failli tuer sa sœur. Et quand elle affirmait cela, elle ne parlait pas d'un "simple" accident, elle avait eu la dague de Nathaniel à la main, et elle avait voulu en finir avec elle. Daphnée connaissait bien Eleonore, elle avait même envie de croire que Anna, sa propre jumelle, n'en savait pas autant à son sujet. Elle savait qu'elle avait déjà tué, mais elle savait aussi qu'elle ne l'avait pas fait de gaité de cœur, surtout pas. Alors elle ne l'imaginait clairement pas nourrir une viscérale envie de meurtre envers quiconque (par même envers Nathaniel, qui le mériterait pourtant sacrément)... encore moins envers sa propre sœur. Elle connaissait son esprit de famille, elle savait combien ses parents lui manquaient, elle savait combien elle avait été désemparée par la mort de Victoria... Alors qu'elle ait pu nourrir l'envie réelle de tuer sa propre jumelle... Il s'était forcément passé quelque chose. Quelque chose qui lui échappait encore. Et qu'elle voulait inviter Eleonore à partager avec elle. Pour savoir, oui, pour assouvir sa curiosité, mais surtout parce qu'elle se disait que se libérer du poids qu'elle avait sur la conscience la soulagerait peut-être, même si les confidence qu'elle n'avait pas reçues encore avaient dors et déjà été faites à d'autres.

-Qu'est-ce qui s'est passé ?
demanda-t-elle avec autant de douceur que possible dans la voix, ses grands yeux ne lâchant pas ceux de son interlocutrice du regard.

Son timbre n'induisaient pas l'obligation de quelques confidences que ce soit, loin de là, c'était davantage une invitation, invitation à parler si cela pouvait lui faire du bien, mais un ordre certainement pas. Elle comprendrait qu'Eleonore se referment comme une coquille et décide de ne rien lui dire. Vraiment, elle comprendrait. D'autant mieux qu'elle-même n'était jamais bavarde (on pourrait arrêter la phrase là) quand il était question de son propre passé, de ses propres traumatismes... De ses propres erreurs, aussi. Elle avait envie de savoir la vérité parce qu'elle ne pourrait autrement soutenir Eleonore comme elle le désirait, mais jamais elle ne la lui arracherait de force, jamais elle ne lui ferait ce mal-là, surtout pas. Avec douceur, elle caressait doucement son bras, c'était une manière pour elle de lui apporter du soutien à petite échelle, une douceur dont elle manquait sans doute, et plus encore si les liens avec sa famille s'étiolaient au-delà du concevable. Avec une violence que personne ne devrait connaître.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Sam 19 Nov - 19:22

Daphnée & Eleonore
Le silence est la sieste du bruit.
Si Eleonore avait déjà raconté à d’autre que sa jumelle avait tué leur jeune sœur, elle n’était pas revenue sur le moment où elle avait vu Anna. Sur ce moment où elle avait hésité, vraiment hésité, à la tuer. Au fond, la jeune rebelle ne savait même pas pourquoi Anna était encore en vie. Elle ne méritait pas du tout d’être vivante. Parce qu’elle avait pris la vie de Victoria, qu’elle avait volé la vie d’une personne qui ne le méritait pas du tout, tout cela pour obtenir une place qu’elle ne méritait pas. Elle n’avait pas sa place auprès de Gabriel, quand bien même elle en avait une auprès d’Edgar. Anna devrait mourir pour ce qu’elle avait fait, Anna devrait payer pour le crime qu’elle avait commis, mais Eleonore n’avait rien fait. Et la discussion qu’elle avait eu avec sa jumelle ne la soulageait pas spécialement pour autant. Parce qu’elle n’avait pas le sentiment d’avoir eu les réponses qu’elle aurait aimé (même si au fond, elle savait parfaitement qu’elle ne les aurait jamais). Eleonore avait déjà pris des vies, mais elle ne l’avait jamais fait par plaisir. Et c’était la première fois qu’elle regrettait de ne pas en avoir pris une, tout comme c’était la première fois qu’elle l’avouait ainsi. Et Daphnée était la seule à qui elle pouvait vraiment en parler. Eleonore se sentait mal à cause de la vérité sur la mort de sa petite sœur, mais elle se sentait aussi mal de ressentir ce qu’elle ressentait pour sa jumelle.

Daphnée lui demanda alors ce qui s’était passé, sans qu’Eleonore ne soit étonnée. C’était normal qu’elle avait envie de savoir, au vu de la surprise qu’elle avait affiché précédemment. Elle ne devait pas comprendre comment Eleonore pouvait être arrivée à un stade de ce genre. Pendant quelques seconde, Eleonore ne répondit rien, se contentant simplement d’observer la jeune fille dans les yeux. Elle aimait se plonger dans son grand regard, dans ses yeux qui semblaient exprimer bien plus que ses paroles. Elle appréciait le geste de la jeune fille sur son bras, de sentir son encouragement et son soutien.

« Elle a tué Victoria. » Dit-elle la gorge serrée. Ce n’était pas la première fois qu’elle le disait, elle avait eu le temps de s’habituer à l’information, mais c’était toujours aussi douloureux de le dire. Parce que ça rendait encore plus cette situation réelle, alors qu’Eleonore aurait aimé qu’il n’en soit rien. « C’est elle qui a tué Victoria, sous l’ordre d’Edgar, pour devenir la princesse… »

Ajouta-t-elle alors, avant de baisser une seconde son regard. Ces derniers temps, elle repensait bien plus encore à Victoria, à son doux visage qui lui manquait tant. Eleonore releva son regard vers Daphnée, chez qui elle retrouvait cette douceur.

« J’ai envie qu’elle paie pour ce qu’elle a fait… j’ai vraiment envie de la faire souffrir… » Elle marqua une pause, avant de reprendre la voix tremblante. « Mais je ne veux pas devenir un monstre comme elle. »

Et comme tant d’autre, qu’elle côtoyait de plus ou moins près.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 607
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Dim 20 Nov - 0:05


Le silence est la sieste du bruit.
À

sa question avait succédé un temps de silence, temps de silence que Daphnée, patiente, n'avait pas cherché à rompre. Et pour cause, si quelqu'un pouvait bien être à même d'observer le silence, d'en apprécier la qualité e de comprendre ses sous-entendus, c'était bien à elle. Eleonore était bouleversée, cela se voyait, Daphnée avait par conséquent la ferme intention de la rassurer et de la soutenir, de lui laisser pour cela le temps dont elle avait besoin. Après tout, elle-même n'était absolument pas pressée, loin de là. Si même les aveux ne devaient pas venir ce soir, elle pourrait bien attendre un jour, une semaine, un mois. Ce n'était pas ce qui comptait. Mais finalement, après plusieurs secondes de mutisme, Eleonore reprit la parole et apprit à son interlocutrice ce qui s'était passé entre elle et sa sœur jumelle, et ces aveux furent en effet d'une violence équivalente à celle qui avait été semble-t-il insufflée à son ancienne gardienne... Normal qu'elle ait voulu venger sa sœur en tuant son autre sœur. Au vu de ce que la jeune fille découvrait l'inverse aurait été inconcevable. Daphnée n'en revenait pas de la cruauté d'Anna. Elle avait déjà déploré, à distance, l'indifférence dont elle pouvait être capable par rapport au sort odieux que rencontrait sa jumelle, mais jamais elle n'aurait imaginé un tel degré d'égoïsme et de cruauté de sa part, vraiment pas. Eleonore non plus, sans doute. Comme elle devait tomber de haut.

Oui, sa volonté d'en finir avec Anna était parfaitement normale, totalement normale. Ce qui comptait, ce n'était pas son intention, c'était sa décision. Elle avait eu la vie de sa sœur entre ses mains, et tout en sachant ce qu'elle savait, elle lui avait laissé la vie sauve, c'était très clairement ce qui la distinguait de ses pairs. Et d'Anna pour commencer. Elle avait encore le cœur pur, malgré tout ce qui lui était arrivé, malgré tout ce qu'elle découvrait. C'était un don, un don précieux. Il fallait qu'elle en fasse usage avec le plus grand soin du monde, car si la vie devait dévorer sa belle âme, Daphnée ne saurait plus en quoi fonder ses espoirs. Et ils étaient déjà si peu nombreux...

-Tu n'es pas un monstre,
décréta-t-elle avec douceur, certes, mais une honnêteté totale. Tu es tout sauf un monstre. Elle esquissa un très fin sourire. Tu as bien fait de lui laisser la vie sauve. Son ton se fit alors plus sombre et sévère. Elle paiera d'une autre manière.

Quand Edgar tomberait, Anna serait précipitée dans sa chute, et ce serait là une punition bien plus sévère que n'importe quelle riposte physique vraiment. Daphnée était sûre de ça, Eleonore n'avait pas à se compromettre pour ça. Même si l'envie de vengeance était légitime. Même si elle le comprenait. Daphnée elle-même aimerait pouvoir se venger de celle qui avait tué son frère, de la même manière.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Mar 17 Jan - 20:26

Daphnée & Eleonore
Le silence est la sieste du bruit.
Sans grande surprise, Daphnée fut étonnée d’apprendre ce qu’Anna avait fait à Victoria. Elle ne dit rien, mais Eleonore savait lire dans son regard. Et en même temps, c’était normal d’être choquée en l’apprenant. Ou alors, le fait de ne pas l’être révéler encore plus de chose sur la situation. Daphnée n’avait aucune raison de se douter du rôle de la jumelle d’Eleonore dans la mort de Victoria et donc, elle le découvrait maintenant. Au fond, la rebelle devait bien avouer qu’elle appréciait que ses camarades voient le vrai visage de sa sœur et qu’ils le désapprouvent. Elle aimait qu’ils pensent la même chose qu’elle, qu’ils considèrent la jeune femme comme un monstre. Un monstre qu’Eleonore n’avait pas envie de devenir, qu’elle avait cru devenir en désirant tuer sa jumelle. Au fond, la jeune femme était persuadée que sa jumelle le méritait, parce qu’elle avait pris la vie de Victoria qui n’avait rien demandé, qui n’était qu’une innocente dans cette histoire. La jeune fille ne savait même pas qui elle était réellement, elle ne devait pas savoir qu’elle n’était pas leur sœur. Et Anna avait tout gâché, elle avait réduit la vie de leur sœur à néant. Elle le méritait donc, mais Eleonore n’avait pas envie d’aller trop loin, de faire ce qui allait la perdre complètement.

Eleonore apprécia les paroles de Daphnée, quand celle-ci lui affirma qu’elle n’était pas un monstre. Elle ne savait vraiment pas si elle pouvait le croire, elle commençait sérieusement à se dire qu’elle allait par moment trop loin. Parce que quand elle s’était retrouvée devant sa sœur, elle avait vraiment eu cette envie de lui briser sa vie. Elle avait eu envie de la tuer, elle ne l’avait pas fait et au fond, Eleonore ne savait pas si elle avait bien fait. Si elle avait bien fait de lui laisser la vie sauve, ni même si elle avait bien fait de vouloir la tuer. Sa jeune interlocutrice lui affirma alors qu’elle avait bien fait de ne pas la tuer, esquissant au passage un léger sourire. Eleonore fit de même, elle appréciait vraiment les paroles de son amie, de sa sœur de cœur. Surtout quand elle l’entendit lui dire que sa jumelle allait de toute façon payer un jour ou l’autre. Quand Edgar tomberait, Anna allait forcément tomber.

« J’espère que tu as raison. » Qu’elle avait raison d’avoir épargné sa sœur jumelle, qu’elle avait bien fait. Qu’en ne la tuant pas, elle n’avait pas fait une erreur qui pourrait leur être fatale un jour. Et elle espérait qu’elle allait vraiment payer pour ce qu’elle avait fait. Parce qu’Eleonore n’avait aucune envie de la laisser vivre normalement alors qu’elle avait pris la vie de leur jeune sœur. « C’est des personnes comme elle qui devraient être sur l’île… »

Sur la fameuse île où les deux jeunes femmes s’étaient connus. Daphnée n’avait pas mérité son emprisonnement, Anna au contraire le méritait bien plus. Elle méritait d’être enfermé dans cette prison. Et si pendant très longtemps, Eleonore n’aurait pas désiré un tel sort pour son pire ennemi, elle se rendait compte que maintenant elle pouvait le désirer pour sa jumelle.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 607
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Mar 17 Jan - 20:51


Le silence est la sieste du bruit.
D

aphnée comprenait sans mal que son interlocutrice questionne sa propre humanité. Au fond, c'était plutôt normal qu'elle doute, qu'elle se demande si elle n'était pas en train de devenir un monstre. Avec ce qu'ils vivaient, ce qui serait monstrueux, ce serait justement de ne pas se remettre en question. Eleonore, à travers cette conversation, lui prouvait bel et bien qu'elle était un être humain comme les autres, une personne capable d'empathie, d'espoir, de doutes. Elle n'était pas un monstre, non, et n'en deviendrait jamais un. Quoi qu'elle puisse faire et quoi qu'elle choisisse, elle le ferait pour les bonnes raisons, et c'était tout ce qui importait, exactement. Eleonore avait fait preuve d'une grande tolérance, d'une très grande générosité en laissant la vie sauve à sa sœur jumelle. Très peu d'autres auraient fait preuve d'une clémence comme celle-ci face à un assassin qui avait fait preuve d'une cruauté innommable, qui avait ruiné la vie de ses propres sœurs. Eleonore n'était pas sûre que Daphnée ait raison, et la petite fille acceptait qu'elle remette sa parole en doute, parce que c'était vraiment la preuve qu'elle était quelqu'un de fort, quelqu'un de juste, l'inverse d'un monstre, voilà tout. Malgré tout ce qui pourrait l'inciter à en devenir un, à commencer par Nathaniel qui lui, de son côté, était bel et bien un monstre.

-Personne ne mérite d'aller sur cette île...
répondit Daphnée d'une voix blanche.

Oh, sur le fond, Eleonore était on ne peut plus d'accord. En enfermant les victimes plutôt que les criminels, Edgar avait fait fausse route, et il était devenu le pire criminel entre tous. Si quelqu'un méritait de finir en cage, c'était effectivement lui, ou Anna.. ou la sorcière, qui à l'heure actuelle, devait errer au quelque part dans cette forêt, peaufiner peut-être ses plans pour mettre ses doigts sur elle, à présent qu'elle la savait évadée, à présent qu'elle la savait à portée de griffes. Néanmoins, il y a des sorts que l'on ne saurait souhaiter même à son pire ennemi. C'était le cas de ce qui se vivait dans cette prison. Condamner même la pire personne au monde à l'obscurité, au froid, à la faim, à la peur, à la solitude, à la saleté, à la soif, ça, c'était se comporter en monstres. Et leur force, ce qui ferait qu'ils gagneraient peut-être à la fin, c'était justement le fait qu'ils sauraient employer des méthodes différentes de leur ennemi. Il ne commettraient pas les mêmes erreurs qu'eux.

-Mais elle mérite de payer, ils méritent tous de payer. Juste de la bonne manière.


Sauf qu'elle ne savait pas vraiment ce que c'était, la bonne manière, elle devait bien le reconnaître. Mais il devait y en avoir une, une qui ne les dégrade pas, eux, dans le processus. Mais peut-être rêvait-elle encore trop ?

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Jeu 9 Mar - 0:40

Daphnée & Eleonore
Le silence est la sieste du bruit.
Eleonore se mordit la lèvre en entendant Daphnée, dire d’une voix blanche, que personne ne méritait de se retrouver sur cette île. La jeune femme savait que c’était difficile pour Daphnée d’envisager ça, elle s’en voulait de l’envisager. Mais Eleonore devait bien reconnaître qu’elle y pensait, qu’elle y avait songé. Comment pouvait-elle faire payer à sa sœur ce qu’elle avait fait à Victoria. Elle n’avait pas pu la tuer, elle ne voulait pas la tuer. Elle ne voulait pas devenir un monstre comme elle. Mais en même temps, elle ne pouvait pas ne rien faire, alors qu’Anna avait tué Victoria. Elle l’avait peut-être fait sous les ordres d’Edgar, qui devait évidemment payer aussi pour ça en plus de tout le reste, mais ça ne changeait rien à la situation. Eleonore ne pouvait pas faire comme si de rien n’était, alors qu’elle avait retrouvé sa jeune sœur morte à cause de sa jumelle. Mais elle s’en voulait de dire qu’elle méritait d’aller sur l’île, elle voyait bien que c’était quelque chose qui perturbait Daphnée. Alors que l’idée, sans qu’elle ne le veuille vraiment, faisait son chemin dans son esprit. Elle ne répondit rien, elle n’avait rien à répondre de toute façon. Elle aimerait pouvoir dire qu’ils ne feraient jamais ça, mais Eleonore ne savait même pas s’ils allaient pouvoir faire quelque chose.

« De la bonne manière… »

Répéta la jeune rebelle. Elle était d’accord avec Daphnée, ils méritaient de tous payer de la bonne manière et il valait sans doute mieux qu’ils évitent de devenir comme eux mais… est-ce qu’il y avait une bonne manière ? Que pouvaient-ils faire ? Eleonore ne se voyait pas pardonner à Anna ce qu’elle avait fait à Victoria, c’était impossible. Sa sœur ne méritait pas d’être pardonné, même si elle pouvait avoir de bonnes raisons. Non… il n’y avait aucune bonne raison et il n’y avait sans doute aucune bonne manière. Eleonore ne savait pas ce qui allait advenir d’Edgar – mais quelque chose lui disait que Nathaniel avait déjà en tête exactement ce qu’il voulait faire à son ennemi juré – elle n’avait aucune idée de comment les choses allaient se passer après… quand ils allaient réussir à faire ce qu’ils faisaient. S’ils y parvenaient bien sûr, malheureusement plus le temps passait, moins Eleonore arrivait à garder entièrement espoir. Surtout quand elle se retrouvait de plus en plus déçu par l’humanité. Eleonore poussa un soupir, son regard perdu dans le vide.

« De toute façon, rien ne va ramener Victoria. » Comme rien n’allait permettre à Daphnée de ramener son frère, de récupérer les années et l’innocence qu’on lui avait prise. Rien n’allait leur redonner ce qu’ils avaient perdu dans cette histoire. Leurs familles, leurs vies… ils allaient devoir tout réinventer. « On verra bien le moment venu. »

Peut-être qu’Anna allait mourir à ce moment-là, ce qui ne serait en soit que justice. Eleonore ne parvenait même plus à ressentir de la peine pour sa jumelle, c’était comme si… comme si Anna était déjà morte, en même temps que Victoria.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 607
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Jeu 9 Mar - 18:06


Le silence est la sieste du bruit.
D

aphnée savait bien qu'en évoquant le fait qu'il fallait faire payer à ceux qui les avait fait souffrir "de la bonne manière", elle avait lancé là un concept abstrait dont elle-même ne savait réellement définir le sens. Ce qu'elle voulait, c'était qu'elles conservent encore ce qu'il leur restait d'humanité, sans quoi tout le monde aurait gagné sauf elles, et pour cela, elles ne pouvaient pas se permettre de se montrer aussi dures et cruelles que les personnes qui leur avaient tant fait de mal. Mais quoi faire, alors ? Pardonner et les laisser aller en toute liberté ? Non, bien sûr que non, c'était absolument impossible. Daphnée voulait être juste, mais justement, c'était injuste que de laisser la sorcière ou Anna vivre tranquillement leurs petites vies comme si de rien n'était. Ce qu'il leur fallait, c'était une alternative. Mais cette alternative, la jeune fille ne la connaissait pas, elle ne savait pas ce qu'elle pouvait être, et en attendant, elle restait donc impuissante, avec cette désagréable impression de se laisser sciemment balloter par le destin, parce qu'elle s'avérait tout bonnement incapable de trouver la bonne manière d'agir. Et cette sensation allait s'amplifiant alors que son interlocutrice lui affirmait que de toute manière, elles verraient bien le moment venu. Et c'était sans doute le cas, oui, comme il était vrai que rien ne ramènerait jamais Victoria à Eleonore. Et rien ne ramènerait jamais non plus Louis à Daphnée. Leurs sorts avaient été scellés par d'autres, et elles n'avaient rien pu y faire. Mais combien de temps allait-il durer, ce cycle infernal ? C'était tout bonnement insupportable. Et sa réaction aux propos d'Eleonore fut finalement plus vive que celle qu'elle s'était imaginée avoir de prime abord.

-Non
, répliqua-t-elle alors d'un ton ferme, un peu venu de nulle part, finalement. Si on se dit qu'on doit juste attendre de voir ce qui va se passer, on fait exactement ce qu'ils attendent de nous. Et par "ils", elle ne parlait pas uniquement d'Edgar et de ses sbires, elle parlait aussi (et surtout, en fait) de Nathaniel, qui était bien content de les avoir à sa disposition, elles qui ne se rebellaient jamais, ou alors toujours, invariablement, en abondant dans son sens. Je veux qu'on s'en sorte, je veux qu'on gagne, et qu'on recommence tout, et que tu sois ma soeur, et qu'on répare le monde. Mais on peut pas juste regarder faire pour ça. Surtout regarder faire Nathaniel.

Nathaniel qu'elle avait de plus en plus de mal à suivre, il faut bien le dire, depuis qu'elle avait découvert qu'il l'avait vendue à la sorcière. Bien sûr, ses propos étaient naïfs, ils avaient la naïveté de son âge. Mais sur le moment, elle avait l'audace de réellement croire en ce qu'elle disait.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Dim 30 Avr - 12:25

Daphnée & Eleonore
Le silence est la sieste du bruit.
Eleonore ne savait vraiment pas ce qu'elle voulait faire concernant Anna. Elle ne pouvait évidemment pas considérer qu'elle avait le droit de vivre une vie tranquille après tout cela, lui laisser sa liberté et sa vie. Mais en même temps, Daphnée n'avait pas tort concernant la prison et Eleonore ne pensait pas que ça soit une bonne chose qu'elle la tue... Pas elle même en tout cas. Parce qu'au fond, la jeune femme devait bien avouer qu'elle se retrouvait presque à espérer que quelqu'un assassine sa sœur, pour qu'elle n'ait pas à le faire, mais pour qu'elle ne puisse pas vivre plus longtemps pour autant. Eleonore ne pouvait pas supporter l'idée qu'Anna vive tranquillement, qu'elle profite du château, de Gabriel, tout cela parce qu'elle avait pris la vie de Victoria. Ce n'était vraiment pas juste... mais elle ne savait pas du tout ce qu'elle pouvait faire pour autant. Elle ne pouvait rien faire... à part attendre. Du moins, c'était ce qu'elle pensait jusqu'à ce que son interlocutrice reprenne la parole.

Eleonore observa Daphnée avec de grand yeux quand celle-ci dit un « non » ferme et sans appel. Quand elle affirma qu'elles ne feraient que ce qu'ils attendent d'elles, Eleonore savait qu'elle ne faisait pas que parler d'Edgar et d'Anna par exemple. Elle aussi avait envie qu'elles s'en sortent, mais en cet instant précis elle ne voyait pas ce qu'elle pouvait faire de plus qu'attendre... de voir venir. Elle ne savait pas ce qu'elle voulait faire d'Anna, ce qu'elle savait c'était qu'elle ne pouvait ni la tuer, ni espérer l'emmener dans cette prison. Alors quoi ? La bonne manière c'était bien, mais il fallait encore la trouver.

« On ne le regarde pas faire. » Dit-elle dans une manière désespéré sans doute de se défendre un peu, mais surtout de défendre Nathaniel. Elle n'y pouvait rien, elle le détestait quand ils se jouaient d'elles, elle l'avait haï quand elle avait découvert qu'il l'avait vendu à la sorcière. Mais en même temps, elle ne pouvait quand même pas s'opposer à lui directement. « Mais on ne peut pas faire grand chose pour autant. » Qu'est-ce qu'elles pouvaient faire là ? Eleonore avait été incapable de faire quoi que ce soit concernant Anna, elle ne savait pas ce qu'elle ferait ensuite. Alors, elle n'avait pas d'autre choix que d'attendre. « Et puis, sans Nathaniel nous ne serions pas là. »

Bon, Eleonore savait qu'elle ne devrait pas dire ça, mais c'était ce qu'elle pensait quand même. Elle savait bien que Daphnée avait de plus en plus de mal avec l'ancien prisonnier, parce qu'elle s'était senti trahi Mais en même temps, la jeune femme n'avait pas l'intention de le laisser lui faire quoi que ce soit pour autant. Et dans tous les cas, c'était vrai. Sans lui, elles ne seraient pas là, elles seraient peut-être mortes et elles ne seraient pas allé si loin.

« Mais on va gagner, on va tout recommencer. » Reprit-elle alors, comme pour tenter de se défendre de nouveau des propos qu'elle venait de dire. Parce qu'elle savait qu'elle ne devrait pas défendre Nathaniel, ce qu'elle faisait quand même.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 607
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Dim 30 Avr - 16:05


Le silence est la sieste du bruit.
C'

était la première fois que Daphnée se sentait agacée par les propos que tenait Eleonore, peut-être parce qu’ils trouvaient un écho trop juste dans son esprit, ou peut-être seulement parce que les récents événements avaient complètement remis en cause sa place au sein d’une rébellion dont le membre principal ne voulait pas la voir faire partie. Elle avait toujours su qu’Eleonore était tout de même, quelque part, un peu dépendante de Nathaniel, et elle ne pouvait pas non plus prétendre ne pas l’avoir été du tout, pour sa part. Seulement, maintenant, ce même Nathaniel avait passé un marché avec sa pire ennemie, elle avait fait commerce de sa personne comme si elle était une marchandise totalement insignifiante, alors ça changeait forcément la donne. Eleonore avait beau dire, Daphnée, elle, était convaincue qu’elles se contentaient d’être les témoins passifs des événements. Elles savaient que Nathaniel voulait déclencher ni plus ni moins qu’une guerre, est-ce qu’elles faisaient quelque chose pour l’empêcher ? Non. Elles savaient que Nathaniel avait promis Daphnée à la sorcière, était-ce pour autant qu’elles avaient agi concrètement pour empêcher que cela arrive ? Pas vraiment, non. Alors quoi ? Qu’est-ce qu’elles avaient fait, concrètement, depuis le début ? Aux yeux de la demoiselle, la réponse était ce qu’il y a de plus évidente. Rien, rien du tout. Mais là encore, bien sûr, c’était sa rancœur, qui parlait. Parce que quand Eleonore lui rappelait qu’elles ne seraient pas là sans Nathaniel, elle lui assénait un constat oh combien déplaisant. Ce n’était pas faux, certes, il n’empêche que c’était aussi grâce à ce même Nathaniel qu’il se pourrait bien qu’il ne soit bientôt plus là, et ça, elle avait peine à l’oublier, il faut bien le dire.

- Pense ce que tu veux,
s’agaça sincèrement Daphnée. C’était la première fois qu’elle réagissait ainsi en présence d’Eleonore, et elle aurait sûrement tôt fait de le regretter, mais elle aurait aimé que la jeune femme embrasse son opinion sans l’ombre d’une réserve, et ce n’était pas le cas. Et elle commençait à se dire que, dans la balance, si elle devait se retrouver face à Nathaniel, elle ne ferait malheureusement pas le poids. Elle ne le ferait même pas du tout. Je crois que je vais partir…, ajouta-t-elle alors, plus énigmatique.

Ce pouvait sembler n’avoir aucun sens, mais pour Daphnée, il n’en était rien. Elle savait bien que ses paroles passeraient pour le caprice d’une sale gosse tout juste bonne à râler sans passer à l’action, mais ce n’avait pas forcément d’importance, selon elle. Pas du tout, même, en vérité. Ce qui comptait, c’était ses intentions. Peut-être qu’elle n’était pas capable d’agir de la bonne manière justement parce qu’elle restait auprès de celui qui n’agissait pas comme il le fallait. Elle songea à cet homme venu de l’autre bout de l’océan, Gorav, qui lui avait proposé de l’emmener avec elle. Et si elle partait pour ne pas revenir ? C’était peut-être la meilleure solution qu’elle puisse envisager, au final. La prendre sérieusement en considération ne lui paraissait en tout cas pas spécialement absurde, au final, tout au contraire.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse déchue
Messages : 1755
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Sam 24 Juin - 14:47

Daphnée & Eleonore
Le silence est la sieste du bruit.
Eleonore se rendait bien compte qu’elle défendait sans doute un peu trop Nathaniel dans l’histoire, mais en même temps elle n’y pouvait rien. Daphnée avait de bonnes raisons d’en vouloir à l’ancien prisonnier, les mêmes raisons qu’Eleonore avait aussi pour lui en vouloir. La jeune femme lui en voulait vraiment pour ce qu’il avait fait avec la sorcière, mais elle voulait quand même croire qu’il ne ferait pas ce genre de chose. Elle se trompait peut-être, mais elle avait envie quand même de faire confiance à Nathaniel. Même si elle savait qu’elle ne pouvait pas entièrement lui faire confiance non plus, qu’elle devait se montrer prudente. Sauf qu’elle n’y pouvait rien, elle ne voulait pas croire que l’ancien forçat puisse trahir Daphnée de cette manière, qu’elle puisse faire autrement que de le suivre. Même si elle ne comprenait pas toujours où il voulait en venir, elle savait qu’elle ne pourrait rien faire sans lui. Et c’était sans doute là le gros souci, le point où elle et Daphnée ne pouvait définitivement pas être d’accord. Et c’était bien la première fois qu’elles étaient à ce point en désaccord. Qu’elles s’opposaient de la sorte. Et quand Daphnée lui affirma qu’elle n’avait qu’à penser ce qu’elle voulait, Eleonore comprenait vraiment qu’elles n’étaient plus du tout sur la même longueur d’onde. Daphnée ne lui avait jamais parlé de cette manière. Mais ce fut le coup de grâce quand la jeune fille affirma qu’elle pensait qu’elle allait partir.

« Tu ne peux pas partir. » Rétorqua-t-elle, se doutant que ce n’était pas du tout la bonne manière pour elle d’agir. Elle n’avait aucune raison de lui parler de cette manière, même si elle ne cherchait pas spécialement à se montrer désagréable non plus. Mais Eleonore n’aimait pas du tout entendre Daphnée dire qu’elle allait partir. Elle ne pouvait pas partir, elle ne pouvait pas tout abandonner parce que les choses n’allaient pas dans son sens. C’était beaucoup trop dangereux de s’en aller comme ça. D’ailleurs, la jeune femme ne manqua pas de le préciser. « C’est trop dangereux, on ne peut pas se séparer. »

Bon, en même temps, c’était tout aussi dangereux pour la jeune fille de rester avec Nathaniel, si ce dernier décidait vraiment de la vendre à la sorcière. Mais il ne le ferait pas, elle ne voulait pas croire qu’il le ferait. Et donc, Daphnée était bien plus en danger en dehors du groupe des rebelles. C’était bien parce qu’ils étaient ensemble qu’ils pouvaient s’en sortir dans cette forêt et contre les forces d’Edgard, ils se protégeaient mutuellement. La jeune fille prendrait bien plus de risque à se balader seule dans la forêt, elle risquait plus de tomber sur la sorcière qui lui voulait du mal, si elle n’était pas avec les autres. Enfin… surtout, Eleonore n’avait aucune envie de la voir s’en aller. Même si elle se doutait que c’était parfaitement égoïste, parce que de son côté elle ne se retenait pas de partir de temps en temps (avec Nathaniel) en les laissant seul.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 607
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   Sam 24 Juin - 15:49


Le silence est la sieste du bruit.
D

aphnée savait bien qu'elle s'était sans doute montrée trop désagréable avec Eleonore, elle en avait gros sur le coeur, mais la jeune femme n'était pas réellement responsable de cela. Seulement, elle avait le sentiment que sa rancoeur envers Nathaniel ne cesserait jamais de grandir et que, quoi qu'il advienne, Eleonore continuerait de le défendre et de le soutenir... elle n'aimait vraiment pas ça. Elle n'en pouvait plus. Elle se sentait oppressée, auprès des rebelles. Certes, elle adorait Eleonore, certes, elle avait énormément d'affection pour Anthony, mais tout ça avait l'air de ne plus devoir suffire... Elle avait envie de partir, oui, vraiment, ce n'était pas juste des paroles en l'air. Elle en éprouvait le besoin sincère et total, elle était fatiguée de tout cela, vraiment fatiguée, elle n'avait pas envie d'en arriver là... mais elle avait le sentiment d'être proche du point de non retour, et elle voulait encore croire qu'il y avait une porte de sortie, que plus aucun chemin annexe ne se présenterait à elle, alors. Eleonore s'opposa fermement à sa remarque, sans vraiment de surprise, assurant qu'elle ne pouvait pas partir... Comme si elle n'avait pas le choix, comme si ce n'était pas encore à elle de décider... Une sorte d'esprit de contradiction se développait en elle. Si on l'exhortait à rester, elle préférait s'en aller, même si elle n'avait pas envie de s'éloigner d'Eleonore, même si cette perspective lui serrait sincèrement le coeur... Elle avait simplement le sentiment de s'être trompée de voix. Il fallait qu'elle en change avant qu'il soit trop tard. Elle aimerait qu'Eleonore vienne avec elle, mais elle n'y croyait pas, et après la réponse qu'elle venait de lui faire, elle ne songeait plus à le lui proposer.

-C'est ici, avec lui
- Elle insista bien sur le "lui", un "lui qui contenait tout le mépris qu'elle savait éprouver -, qu'on est en danger. Elle marqua une légère pause. Que je suis en danger, en tout cas.

Et parce qu'elle ne se sentait pas bien, elle commençait à être injuste. Eleonore n'était pas responsable de ce qui lui arrivait. Au contraire, elle l'avait toujours soutenue, mais Daphnée éprouvait malgré tout une certaine amertume, qu'elle ne savait plus taire. Elle savait qu'on s'inquiétait pour elle, que personne n'avait approuvé le marché que le fugitif avait passé avec la sorcière. Mais en attendant, c'était tout de même elle qui risquait d'en faire les frais, en attendant, la sorcière n'avait pas été mise hors d'état de nuire et les risques, pour la jeune fille, était réelle. Elle ne savait se détourner de ces états de faits et finissait par les reprocher à tous. Oui, elle voulait partir. Elle avait, vraiment, très envie de partir, et de s'en aller le plus loin possible.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le silence est la sieste du bruit. (Daphnée :3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Daphnée Astrann [Danseuse]
» Tuer sans faire de bruit, facile non ? (PV Alya Sai)
» Attention les yeux : Daphné [ Stratège]
» ❝ You are not alone, together we stand ❞ Daphné & Edwin
» Daphné [à corriger]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: La forêt-