Partagez | 
 

 Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Rebellion
Messages : 4529
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Dim 29 Oct - 18:08


Ce qui nous manque nous instruit.
N

athaniel pouvait se tromper, ce n'était même pas quelque chose de rare, bien au contraire, même, et quand bien même il n'appréciait pas de l'admettre, il ne pouvait nier les faits. C'est parce qu'il s'était trompé autrefois sur Edgar (et sur Anthony aussi, d'une autre manière) qu'il avait passé près de vingt années de sa vie en prison, et il n'était pas à l'abri d'autres erreurs du même genre, qu'il le veuille ou non. Cela ne l'empêchait pas, malgré tout, de considérer savoir parfaitement juger la personnalité de gens qu'il côtoyait. Certaines étaient moins simples d'accès que d'autres mais il savait insister quand l'envie lui prenait, et concernant Eleonore, cette envie était constante. Quand il l'avait rencontrée la première fois, il s'était fait d'elle une idée précise, et qui ne l'avait intéressée qu'en surface, jusqu'à ce que, au fil de leurs conversations, elle se dévoile. Il avait découvert d'elle des choses qu'il n'avait su deviner de prime abord mais qui ne manquaient certainement pas d'importance, et à ce jour, il pensait s'être fait une bonne idée de qui elle était. Et c'était parce que sa personnalité était plus complexe que ce que l'on pourrait bien soupçonner, parce qu'il parvenait à assimiler son histoire à la sienne, parce qu'elle ne cessait pas de l'intéresser contrairement à tous ceux dont il avait su se lasser, qu'ils en étaient là aujourd'hui, qu'il tenait à sa présence, qu'il estimait tant son rôle, qu'il avait tout fait pour qu'elle soit là à cette phase de leur projet. Nathaniel n'en démordrait pas, oui, Eleonore et lui étaient faits du même bois. Ce qui ne voulait pas forcément dire qu'ils se ressemblaient comme deux gouttes d'eau non plus tous les deux, juste qu'au bout du compte, leur destin serait sans doute le même. Celui des oubliés volontaires. Si bien qu'il se permit de rire un peu quand Eleonore suggéra pour elle un destin bien différent de celui qu'il lui prédisait.

-Je pensais que tu n'avais pas la moindre perspective d'avenir.
Il soutint le regard d'Eleonore. Tu n'es pas faite pour la banalité, Eleonore.

Daphnée peut-être, quoique c'était un sacré brin de gamine, mais Nathaniel continuait de la considérer comme un pion utile plutôt qu'autre chose. Daphnée était déjà brisé, il n'y avait plus rien à faire la concernant, alors oui, peut-être que pour sa part, elle se suffirait d'une banalité qu'elle n'avait jamais connue. Mais pas la princesse déchue, non, bien au contraire même, peu importe qu'elle considère cette gosse comme la soeur qu'elle n'avait jamais eue.

-Tu es tout sauf banale.

Et à ses yeux, c'était un vrai compliment.



_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 1919
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Ven 3 Nov - 11:36

Nathaniel & Eleonore
Ce qui nous manque nous instruit.
Eleonore ne voulait vraiment pas croire les propos de Nathaniel, quand bien même au fond d’elle elle ne pouvait pas nier qu’elle avait plus ou moins pensé la même chose. Pas exactement comme lui, c’était juste. Eh bien, la jeune femme ne pouvait pas nier que plus le temps passait, plus elle avait quand même du mal à envisager un avenir. Non pas qu’elle n’en ait pas envie, bien au contraire, ou encore qu’elle pense qu’elle ne puisse pas en avoir, mais… elle ne savait trop rien en fait, elle peinait à se projeter. Si elle avait tant d’espoir pour tout le monde, si elle savait plus ou moins ce qu’elle espérait pour les autres, ce n’était pas son cas. Non pas qu’elle n’ait pas s’envie. Au final, sa réponse à Nathaniel sur sa vie banale avec Daphnée n’était pas du tout désagréable, bien au contraire. Et quand les deux jeunes femmes en avaient discuté, cette idée lui plaisait énormément. Oui, en un sens, ça lui donnait bien envie, parce qu’au fond elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de pouvoir avoir un toit sur sa tête, de pouvoir dormir dans un lit et manger à sa faim. Et chercher à vivre avec Daphnée, qu’elle considérait comme sa sœur, en grande partie sans doute parce qu’elle lui rappelait bien trop Victoria (qui au fond, n’avait jamais été plus sa sœur que Daphnée, au point de vue du sang, quand bien même Eleonore ne pouvait pas la considérer autrement). En soit, cette perspective n’avait rien de désagréable non, mais finalement, si elle ne l’avait dit, ce n’était que pour donner tort à Nathaniel. Parce qu’elle n’aimait pas entendre qu’ils étaient fait du même bois et qu’elle ne voulait pas se permettre de croire ses propos.

Mais visiblement, ce qu’elle dit ne parvint pas une seule seconde à convaincre son interlocuteur, qui se mit à rire. Eleonore fronça des sourcils, elle supportait au final ses sourires toujours présent sur son visage même dans les pires moments, même dans les instants vraiment sérieux, mais l’entendre rire ne lui plaisait en aucun cas. Quand bien même, le fait de l’entendre affirmer qu’elle n’était pas faite pour la banalité lui donnait un sentiment étrange. Tout comme sa remarque sur le fait qu’elle n’était pas banale. Oh, si, elle l’était et Eleonore ne pouvait pas penser autrement. Bon, ces derniers mois ne le prouvaient pas forcément, mais c’était comme ça. Elle avait une vie banale, dans une famille banale… enfin, c’était ce qu’elle croyait en réalité avant de se rendre compte que tout cela était basé sur des mensonges. Que sa famille, et elle-même sans le savoir, s’était retrouvée dans des complots, dans des machinations et qu’ils n’avaient rien de personnes « banale ». Entendre Nathaniel lui dire ça, la touchait plus que ce qu’elle ne voudrait. Parce qu’elle souhaitait qu’il pose un regard tout sauf banale sur elle, sans doute. Même si elle ne pouvait pas l’accepter, comme elle ne pouvait pas accepter ses propos sans les remettre en doute. Elle savait qu’il mentait, c’était son truc. Il mentait tout le temps.

« Je suis sûre que tu dis ça à tout le monde. »
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4529
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Sam 4 Nov - 13:27


Ce qui nous manque nous instruit.
E

leonore, une fois n'est pas coutume, n'hésita pas à remettre son propos en question, et Nathaniel, loin de l'en blâmer, en était à vrai dire plutôt fier car c'était en fin de compte précisément ce qu'il attendait d'elle, qu'elle ne tienne jamais rien pour acquis, qu'elle se défie de toutes les illusions, car elles étaient bien trop souvent trompeuses. Ne lui restait plus qu'à faire la pat des choses entre les doutes et la réalité, entre ce qu'elle était en droit d'admettre et ce dont elle devait à tout prix se défier. Quand ça la concernait, forcément, il devait faire preuve de prudence, parce qu'elle était bien placée pour savoir qu'il mentait comme un arracheur de dents, et que faire la différence entre réalité et autre le concernant était un effort remarquable. Pour autant et pour une fois, elle avait tort de tant se défier de son propos, mais quelque part, il appréciait qu'elle le fasse. Il lui avait, à mot couvert, fait comprendre à quel point il la considérait comme quelqu'un d'exceptionnel et d'unique, et ce n'était pas rien. Bien au contraire, même. C'était un vrai compliment, une vraie déclaration, comme il ne lui en faisait pas si rarement, mais qui avaient tendance à se perdre dans le flot d'autres paroles qu'il pouvait bien prononcer à son adresse et qui, elles, recelaient bien des mensonges.

-Peut-être,
répondit-il, s'amusant à laisser son interlocutrice douter quand cette dernière suggéra que c'était un discours qu'il adressait à la cantonade.

Certes, elle n'était peut-être pas la seule de son entourage à mériter d'être ainsi qualifier. Il y avait d'autres personnes qu'il savait ne pas considérer comme banales : Latika avait été tout sauf banale pour lui, et elle l'était moins encore aujourd'hui, Anthony était l'inverse de banal, lui aussi, même si, comme Eleonore, il ne s'en rendait pas forcément compte, quant à Edgar... lui non plus n'était pas banal, mais cette affirmation n'était pas toujours à entendre comme un compliment de sa part. Mais c'était tout de même le cas quand il parlait d'Eleonore. C'était quelque chose qu'il avait comprit bien vite, ressenti, même, avant de réellement le comprendre. Et c'était justement parce qu'elle n'était pas comme les autres qu'il continuait de ne pas la traiter comme telle. La différence devait lui paraître subtile, mais c'était le cas. Eleonore pouvait bien rester campée sur ses positions, son discours ne varierait pas. Il le prononçait en son âme et conscience.

-Ca te dérangerait, si c'était le cas ?
demanda-t-il alors, une malice non dissimulée dans la voix et dans le regard.

Quelle que puisse être sa réponse, il savait d'avance qu'il allait la savourer. Décidément, il adorait ses conversation avec Eleonore.



_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 1919
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Sam 23 Déc - 12:58

Nathaniel & Eleonore
Ce qui nous manque nous instruit.
Eleonore ne quittait pas des yeux le « jeune » homme sous ses yeux, alors qu’elle ne pouvait pas croire une seule seconde à ses propos. Enfin, si, elle pouvait décider de le croire, mais le jeune femme avait trop peur de se tromper encore une fois. Elle savait que l’ancien prisonnier était un menteur, qu’il jouait avec la vérité. Elle en avait plusieurs fois fait les frais, elle l’avait vu mentir à d’autre et forcément, elle devait se méfier. Elle le savait en son âme et conscient, elle savait qu’elle devait être plus que prudente avec toutes les paroles qui sortaient de la bouche de Nathaniel. Elle ne devait pas prendre pour comptant ses propos, surtout quand il affirmait des choses comme ça, quand il la complimentait. Parce qu’elle se doutait qu’il cherchait à la brosser dans le sens du poil. Qu’il cherchait à l’avoir un peu plus dans a poche. Comme si c’était nécessaire... par moment, Eleonore se disait qu’elle était déjà complètement perdue. Pour preuve, elle ne parvenait pas réellement à donner tort aux propos de son interlocuteur. Si elle aimait imaginer la suite, qu’elle aimait affirmer qu’elle pourrait s’installer dans une maison avec Daphnée, qu’elles seraient heureuse toutes les deux... au fond, elle n’y croyait pas réellement. Parce qu’elle se disait que Nathaniel sera perdu une fois qu’il ne pourra plus se raccrocher à sa vengeance et qu’elle... eh bien, elle pourrait être perdue sans lui.

L’homme, comme d’habitude, se joua d’elle donc. Il ne lui rétorqua pas qu’il ne disait pas ça à tout le monde, ou au contraire qu’il le disait... il se contentait simplement d’un « peut-être » qui avait quand même le don de l’agacer. Elle aimerait parfois qu’il lui réponde clairement, qu’il se contente juste de lui dire les choses telles qu’elles étaient. Eleonore serra des dents quand son interlocuteur lui demandait si ça la dérangerait si c’était le cas. Ça l’agaçait, parce que... eh bien au fond, elle devait bien avouer qu’elle n’aimait pas spécialement l’idée qu’il puisse la bassiner de chose qu’il disait à tout le monde. Mais elle n’avait aucune envie de l’avouer, elle n’avait pas envie d’avouer le fait qu’au fond, elle aimait l’idée qu’il puisse ne pas la trouver banale. Alors qu’en réalité, de son côté, Eleonore ne pouvait que se trouver d’une banalité sans nom. Elle prit alors le partie de ne pas répondre au « jeune » homme, elle avait un bon professeur.

« De quoi ? »
Demanda-t-elle alors, cherchant à garder contenance le plus possible. « Que tu dises ça à tout le monde ? Ou que tu ne me trouves pas banale ? »
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4529
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Lun 25 Déc - 23:25


Ce qui nous manque nous instruit.
N

athaniel, fidèle à son habitude, sourit, songeant qu'Eleonore avait été à bonne école, et ravi, surtout, que cette école ait été la sienne. Répondre à une question par une autre question, de préférence un rien insidieuse, c'était exactement sa parade, son mode de fonctionnement, et ça le rendait assez fière que de voir la jeune femme l'adopter. Par ailleurs, il ne savait que se dire que si elle ne répondait pas directement à sa question, c'est que la réponse qu'elle pourrait formuler le plus sincèrement l'embarrassait d'une manière ou d'une autre. Il ne faut pas se leurrer, cette pensée le séduisait terriblement, et il était donc évident que loin d'avoir l'intention de laisser son interlocutrice s'en tirer à si bon compte (même si elle l'aurait mérité), il avait l'intention de creuser plus profondément encore. Qui sait, il pourrait bien tomber sur un filon d'or dans sa quête. Pour lui, de toute manière, l'or se créait où on ne le trouvait pas toujours, alors ça ne pouvait que revenir au même dans tous les cas. Alors oui, il était bien décidé à repartir à la charge.

-Et pourquoi pas les deux ?
répondit-il en souriant, prenant bien sûr à son tour un malin plaisir à répondre par une nouvelle question.

Leurs dialogues pouvait bien être une succession sans fin d'interrogative, mais loin de trouver cela dommageable, le fugitif avait plutôt tendance à trouver cela... motivant, stimulant, en fait. Sa question n'avait concerné qu'un des deux aspects évoqués par Eleonore, ce qu'il avait voulu, en tout égoïsme bien sûr, c'était savoir si elle serait tant dérangée que cela par le fait de découvrir que les compliments qu'il lui adressait étaient aussi entendus par d'autres. Mais les deux observations pouvaient bien aller de pair. Puisqu'Eleonore lui déblayait le terrain, il voyait difficilement comment il pourrait résister à la tentation de s'y engager. Pour sa part, il estimait de toute manière que les tentations méritaient toutes que l'on y cède. Il fallait seulement savoir se montrer suffisamment malin par la suite pour que cela ne vous retombe pas dessus. A ce petit jeu-là, est-il utile de préciser qu'il s'était déjà fait avoir ? Sans doute pas. Mais ça ne l'avait jamais empêché de s'engager dans une nouvelle partie. Ni de jouer plusieurs parties à la fois. Il était un joueur invétéré. C'était son plus grand défaut. Et cela voulait bien tout dire quand on savait combien d'autres défauts il possédait par ailleurs. Dans tous les cas, la situation était retournée, et il escomptait bien ne pas voir Eleonore se dérober une nouvelle fois et lui répondre franchement, même s'il doutait quelque peu du fait qu'elle le fasse bel et bien, en réalité. Elle trouverait une parade. A ce jeu-là aussi, l'élève finirait par dépasser le maître.






_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 1919
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Dim 31 Déc - 15:36

Nathaniel & Eleonore
Ce qui nous manque nous instruit.
Eleonore apprenait des choses, mine de rien, aux côtés de Nathaniel. Pas forcément des bonnes choses en soit. Mais elle n’avait pas pu s’empêcher de répondre à la question de l’homme par une question, afin de ne pas répondre directement à ce qu’il lui demandait. C’était quelque chose que la jeune femme avait appris aux côtés de l’ancien forçat, pour la simple et bonne raison qu’il passait son temps à le faire. En temps normal, c’était Eleonore qui posait des questions et c’était Nathaniel qui se dérobait de la réponse en lui posant une autre question. La jeune femme savait bien qu’elle avait rarement gain de cause, parce que Nathaniel savait parfaitement y faire. Eleonore était loin d’être encore parfaitement à l’aise, mais cela ne l’empêchait pas de se sentir un peu plus sûr d’elle par moment. Du moins, de parvenir à cacher le fait qu’elle puisse être troublée. Parce qu’il ne fallait pas le nier, Eleonore était troublée par les propos du « jeune » homme, tout comme par sa question. Elle n’aimait pas ça, quand bien même c’était quelque chose qu’elle ne pourrait pas ignorer vivre souvent. Nathaniel avait ce quelque chose qui faisait qu’il parvenait toujours à avoir le dessus, à la perturber. Même si elle détestait ça, elle le détestait pour ça. Quand bien même, si elle devait perdre ces conversations qu’il avait avec lui, ça lui manquerait énormément. C’était le souci, au final, la jeune femme ne parvenait pas à réellement savoir ce qu’elle voulait. Elle en avait assez de Nathaniel par moment, elle en avait marre de la manière dont il s’amusait avec elle et en même temps, quand il n’était pas là… eh bien, il lui manquait. Même s’il n’était pas question qu’elle l’avoue bien évidemment.

Elle s’était contentée d’une simple question, dans le but de détourner un peu la conversation, de ne pas aller dans un seul sens et se contenter de parler du fait que les propos de Nathaniel pouvaient la troubler, mais le fait qu’il soit du genre à les adresser à d’autre la troublerait encore plus. Parce que Eleonore savait bien que c’était ça sa question, qu’il voulait savoir si le fit qu’il affirme ces belles paroles à d’autres puisse la déranger. Mais elle ne voulait pas répondre et en jouant, elle se faisait prendre à son propre jeu. Parce qu’il ne répondit pas à sa question, pas vraiment. Il se contenta de lui poser une nouvelle question (tient donc…). Pourquoi pas les deux ?

« D’accord. » Dit-elle alors, comme pour prendre en compte qu’il avait bel et bien parlé des deux. Eleonore pourrait se contenter de cela, même si elle savait que Nathaniel allait forcément répliquer quelque chose, lui reposer la question. Elle aurait simplement gagné un peu de temps. Et en même temps… force lui était de constater qu’elle aimait jouer un peu trop avec le feu aussi. « Peut-être qu’un des deux me dérangerait alors. »

Affirma-t-elle donc, dans le seul but de « jouer » de nouveau. Elle n’avouait pas réellement, elle le laissait penser ce qu’il voulait. De toute façon, il penserait déjà ce qu’il voudrait.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4529
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Dim 31 Déc - 16:07


Ce qui nous manque nous instruit.
E

leonore avait bien rapidement pris ses marques à l'école de la répartie, et c'était bien loin de déplaire à Nathaniel, qui la trouvait plus séduisante encore quand son charmant minois (qui oubliait parfois de l'être au vu de leurs conditions de vie difficiles mais qui le restait dans son regard très certainement altéré par leurs expériences communes) s'accompagnait d'un esprit de plus en plus affuté, de plus en plus prompt à l'envoyer sur les roses quand la situation le nécessitait ou à tirer parti de ses propres répliques quand la situation l'exigeait. Il l'avait sans doute cherché. Elle avait émis deux hypothèses, il avait affirmé que les deux étaient valables, et en retour, elle lui avait rétorqué qu'une seule était vrai... Nathaniel en doutait quelque peu au passage, car il pensait que ces deux affirmations, plus qu'incompatibles, étaient indissociables l'une de l'autre, mais dans tous les cas, ce n'était vraiment pas désagréable. L'intelligence qu'il avait décelé chez la jeune femme dès les premiers instants de leur rencontre se confirmait un peu plus au fil de leurs conversations, et il appréciait ne pas s'être trompé à son sujet... d'une part parce qu'il détestait se tromper, bien sûr, mais d'autre part, aussi et surtout, parce qu'il aimait bien mieux Eleonore de la sorte qu'ainsi qu'elle aurait pu devenir en des circonstances différentes. Ce qui lui aurait bien sûr profondément déçu.

-Je vais me contenter de cela, alors,
affirma-t-il, l'un de ses sourires les plus habituels aux lèvres : le sourire joueur, amusé, qui se plaisait à retourner les règles en pleine partie pour ne jamais perdre (ce qui ne marchait pas à tous les coups, perdre, ça lui était malheureusement déjà arrivé, pour son plus grand déplaisir).

Bien sûr, il avait très envie d'entendre son interlocutrice lui affirmer textuellement l'une ou l'autre de ces informations (qu'importe laquelle des deux, d'ailleurs, elles représentaient chacune un plaisant aveu de faiblesse pour elle et une victoire, même minime, pour lui), mais ce serait bien trop simple, et quelque part, il se disait que c'était peut-être ce qu'Eleonore finissait par attendre de lui... Son esprit de contradiction à l'oeuvre n'allait pas conséquent pas lui laisser un tel privilège, soyons un peu raisonnables... ou pas. De toute manière, c'était un peu l'un des jeux préférés de Nathaniel que d'inverser la vapeur, de dévier du chemin attendu pour emprunter des chemins de traverse bien plus escarpés et alambiqués. C'était même un de ses plus grands plaisirs. Alors oui, il allait s'autoriser un minimum de frustration dans l'espoir que cela en engendre chez son interlocutrice. C'était sans doute un peu tordu... mais justement, il aimait ça. S'il adorait ce qui coulait de source et était parfaitement sain, ça se saurait, et clairement, ce n'était pas le cas. Preuve en était de sa relation avec Eleonore d'ailleurs.




_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 1919
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Mer 14 Fév - 0:28

Nathaniel & Eleonore
Ce qui nous manque nous instruit.
Eleonore ne pouvait que rarement s’empêcher de se demander ce que les sourires – parce qu’il y en avait tant différent, elle ne l’avait pas compris tout de suite, les des changements subtils lui permettaient de savoir que tel ou tel sourire n’était pas le même que le précédent – de Nathaniel cachait. Mais il y en avait, des récurant, qui revenaient quand même régulièrement. Comme celui que le « jeune » homme affichait en cet instant précis, alors qu’il affirmait qu’il allait se contenter de la réponse de la jeune femme. Forcément, à la base, quand Eleonore avait décidé de ne pas réellement répondre à la question de son interlocuteur, quand elle avait décidé de retourner un peu la situation à son avantage… elle avait cru qu’elle pourrait avoir le dessus (pour une fois). Mais ce n’était pas le cas, Nathaniel finissait toujours pas tout changer pour que ça aille dans son sens. Ça l’agaçait – et ça l’agaçait de se laisser agacer, malheureusement – de l’entendre répondre comme ça, alors qu’elle cherchait justement à « jouer » aussi en ne répondant pas à sa question, en le laissant dans le flou. Elle n’avait pas du tout envie qu’il s’en contente. Il avait eu envie qu’il la questionne, qu’il cherche à en savoir plus, qu’il fasse… comme elle faisait d’habitude. Mais force lui était de constater que c’était toujours elle qui se retrouvait à se faire à voir, qu’elle se faisait prendre à son propre jeu. En même temps, elle se retrouvait quand même avec un maître en la matière.

« C’est tout ? » Demanda-t-elle alors, s’en voulant déjà de le faire. Alors qu’elle devrait justement ne pas le faire, le laisser dire ça, le laisser mariner. Mais bon, elle n’y parvenait tout simplement pas. « Tu ne te contente jamais de si peu. »

Elle se montrait peut-être trop présomptueuse en affirmant ça, mais en même temps, la jeune femme pensait commencer quand même à sacrément connaître son interlocuteur. Et elle avait envie de croire qu’il ne se contentait pas de ça non, qu’il ne pouvait pas le faire, parce que ce n’était pas possible… parce qu’il avait envie de savoir. À moins, qu’au final, Eleonore ne puisse que confirmer qu’elle avait surtout envie qu’il s’intéresse, qu’il cherche à savoir, à comprendre, qu’il se pose réellement la question… qu’il ne se contente pas juste de sa réponse, parce qu’il s’intéressait à elle. Eleonore s’en voulait de nouveau, mis elle avait envie qu’il le fasse et elle se sentait… blessée qu’il ne le fasse pas. Et au final, la jeune femme avait simplement le sentiment de revenir au même stade que d’habitude, quand elle ne pouvait pas s’empêcher de réclamer quelque chose à Nathaniel (des réponses, de l’aide, ou tout autre chose), mais qu’il s’amusait à le lui refuser, à la pousser vers ses limites. Au final, c’était un peu comme si elle n’évoluait jamais et à chaque fois… elle se sentait bête, parce qu’il avait toujours le dessus. Même quand elle cherchait à jouer avec ses règles.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4529
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Mer 14 Fév - 18:05


Ce qui nous manque nous instruit.
N
athaniel avait voulu agacer son interlocutrice, titiller sa curiosité, lui rendre la monnaie de sa pièce, de toute évidence, il y avait réussi, et il devait reconnaître n'en être pas peu fier. Il arriverait un moment, il le ressentirait, ou on le pousserait si fort dans ses retranchements qu'il n'aurait rien de répliquer, pas de parade à imposer à son interlocutrice. Quelque part, c'était ce qu'il recherchait, puisqu'il était déterminé à la façonner à son image, d'un autre côté, il aimait quand même beaucoup que son interlocutrice dépende encore suffisamment de lui, il aimait la garder encore un peu sous son emprise. Si cette emprise devait venir à totalement disparaître, il était assez évident que ça lui manquerait, que ça lui manquerait beaucoup, même, mais chaque chose en son temps, et ils en avaient encore un peu devant eux. Alors pour le moment, il pouvait se contenter de savourer la réponse de son interlocutrice, qui lui répliqua qu'il ne se contentait d'ordinaire pas de si peu. Elle aurait voulu qu'il insiste, il le sentait, et c'était bien pour cette raison qu'il ne lui accordait pas cet infini privilège. Si les réponses s'obtenaient si facilement, s'il suffisait de poser la question pour obtenir directement la réponse, alors où serait l'intérêt ? C'était en choisissant cette option de facilité que l'on finissait - trop aisément - par se faire berner. Dans la vie, il fallait savoir insister, encore et encore, c'était la seule manière de procéder.

-C'est toi qui considère que c'est peu, pas moi,
répondit-il, toujours aussi souriant, bien évidemment, et d'autant plus, même, que les choses avaient tendance à abonder dans son sens, ce qui n'était définitivement pas pour lui déplaire. En ce qui me concerne, je trouve que c'est largement suffisant, affirma-t-il ensuite, l'air de rien.

Et en effet, il considérait que ça l'était bien assez. Il ne pouvait nier qu'il voudrait bien connaître très exactement le fond de sa pensée (si cette dernière devait accepter de le délivrer un jour à qui que ce soit, y compris à elle-même, ceci dit, ce qui forcément compliquait un petit peu la tâche), savoir ce qu'elle avait voulu dire précisément. Mais dans l'incertitude, il trouvait tout de même une certaine satisfaction. Que  ça la dérange, qu'il affirme à tout le monde qu'ils étaient exceptionnels (ce qui n'était pas le cas, les gens qu'ils fréquentaient, à part quelques exceptions pour certaines décédées) oui qu'elle soit incommodée par le fait qu'il considère qu'elle était l'inverse de la banalité, c'était dans un cas comme dans l'autre un sentiment très équivoque à son encontre, et c'était bien évidemment le genre de choses qui lui plaisaient bien au-delà de ce qu'il pourrait bien décrire.


-Crois-le ou non, je sais me contenter de ce que j'ai, parfois.



_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 1919
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Mer 18 Avr - 18:58

Nathaniel & Eleonore
Ce qui nous manque nous instruit.
Elle s’énervait… elle s’énervait elle-même, parce que Eleonore se faisait toujours prendre au jeu de Nathaniel. Elle en avait conscience, il avait retourné la situation. Elle apprenait, petit à petit, parce qu’à force de côtoyer, elle ne pouvait pas nier qu’elle découvrait des choses, qu’elle parvenait un peu à retourner la situation de son côté. Et mine de rien, elle aimait l’idée de pouvoir avoir le contrôle un peu dans une discussion, de pouvoir mettre son interlocuteur au pied du mur. Sauf qu’elle était incapable de le faire concrètement, il parvenait toujours à prendre le dessus. Comme en cet instant précis, alors que Nathaniel affirmait qu’il se contenterait simplement de ça, de sa réponse. Ce qui avait le don de la pousser, elle, à lui en demander plus. Elle aurait bien aimé qu’il réponde autre chose et forcément, là, elle avait envie de le questionner un peu plus. Sauf qu’elle ne le ferait pas, parce qu’elle ne voulait pas lui donner ce plaisir.

Nathaniel rétorqua en prime qu’il considérait que c’était suffisant, que c’était elle qui considérait que c’était peu. Elle savait qu’elle devait constamment mettre en doute ses propos, et donc, elle avait envie de croire qu’en réalité il ne trouvait pas si largement suffisant. Mais en même temps, Eleonore ne pouvait pas nier qu’elle craignait en plus de simplement se faire des idées et donc donnait ce plaisir à Nathaniel encore une fois. Qui précisa qu’il était capable de se contenter de peu, parfois, de se contentait de ce qu’il avait. Elle ne le croyait pas, mais puisqu’elle partait du principe qu’elle ne devait pas croire à aucune de ses paroles ce n’était pas si étonnant que ça. Et en même temps… il ne ferait peut-être pas ce qu’il faisait maintenant s’il était capable de se contenter de ce qu’il avait. Même si le « jeune » homme n’avait pas manqué de rajouter un « parfois » qui voulait tout dire.

« Et tu as quoi au juste ? » Demanda-t-elle, retournant dans ce cercle de question/réponse qu’elle avait la plupart du temps avec Nathaniel. Elle avait envie d’être capable, au bout d’un moment, de ne pas se contenter de lui poser constamment des questions. Sauf que pour l’heure, elle n’était pas capable de ne pas le faire. « Qu’est-ce qu’on a ? »

Elle lui posait la question, mais Eleonore avait déjà sa propre réponse à cette question. Ils n’avaient pas grand-chose. Ils n’avaient même pas un toit correct au-dessus de leur tête. Bon, ils n’étaient pas seuls non plus, puisqu’ils étaient un groupe et normalement ils étaient censés se soutenir et être là les uns pour les autres. Ils avaient du soutien également, ce qui n’était pas rien au vu de la situation. Cependant, on ne pouvait quand même pas dire qu’ils avaient grand-chose, concrètement. Et Eleonore avait le sentiment d’avoir de moins en moins. Plus vraiment de famille, plus de foyer, plus de sœurs, bientôt elle n’aurait plus Daphnée, il était de plus en plus clair qu’elle n’avait presque plus rien.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4529
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Mer 18 Avr - 19:53


Ce qui nous manque nous instruit.
N

athaniel n'était pas certain qu'il se lasserait un jour de ce petit jeu sans doute un peu malsain (pour ne pas dire qu'il l'était complètement, comme tout ce qui gravitait autour du fugitif) de questions et de réponse. C'était ce qui lui avait plu en premier lieu chez Eleonore, cette curiosité presque maladive, ce besoin de voir au-delà des apparences, cette nécessité maladive de tout remettre en question, et en même temps cette soif de réponse telle qu'elle s'en abreuvait parfois sans réfléchir. Elle était très certainement l'incarnation idéale de ce que devrait être une alliée de choix pour un homme aussi perturbé et instable que Nathaniel. La jeune femme l'interrogeait donc, et l'homme pas si jeune que ça était ravi de ce retournement de situation. D'accord, il tenait normalement à ce qu'elle s'abandonne à son opinion au point de ne plus s'interroger, voire de se forger des idées autres, qui se retourneraient contre lui, mais rien ne lui plaisait jamais plus au final que de l'entendre le questionner, surtout quand ces questions revêtaient presque un caractère existentielle tant elles étaient parfois profondes, sans même en donner l'air, sans emphase mais avec cette profonde justesse qui faisait leur sel. Il comptait bien lui répondre, donc, même si la question nécessitait sans doute une certaine réflexion, et peut-être même non des moindres.

Car en effet, ne fallait-il pas qu'ils s'interrogent très sérieusement là-dessus. Qu'avait-il en fin de compte ? Que possédaient-ils ? Tout et rien à la fois. On faisait difficilement plus démunis qu'eux, à y regarder de près. Ils étaient dans l'ensemble sales, maigres, mal fagotés, épuisés, en sous-nombre. Ce n'était sans doute pas ce que l'on attendait normalement d'un glorieux attroupement de rebelles qui mettrait un point d'honneur à pourfendre la couronne pour avoir droit sur le trône. Et pourtant, Nathaniel était loin de considérer cela comme un désavantage. Il ne pouvait nier qu'ils avaient pâle allure et n'avaient peut-être pas que l'air d'une fine équipe de bras cassés mais en étaient vraiment. Mais ce n'étaient pas sur ces critères que devait reposer la victoire à venir. Leur existence était déjà un atout ultime, et il était convaincu qu'ils en avaient bien plus. Nathaniel était un joueur, après tout. Il ne se promènerait jamais sans le nombre de cartes adéquat dans sa manche, sans scrupule à l'idée de tricher.

-Un ennemi, pour commencer, répondit Nathaniel dont le sourire s'élargit, convaincu que ce n'était pas du tout là ce qu'Eleonore avait envie d'entendre. Des convictions, du courage, de l'espoir, de la détermination... C'est beaucoup, crois-moi. Et en ce qui me concerne plus personnellement, j'ai... une revanche à prendre.

Et ça se résumait au final à cela avant tout, moins en des idéaux de justice et de liberté d'expression qu'en une sombre affaire de vengeance longuement mûrie.




_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 1919
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Jeu 21 Juin - 12:53

Nathaniel & Eleonore
Ce qui nous manque nous instruit.
C’était une habitude qu’ils avaient depuis longtemps, maintenant, depuis le début de leur « relation » (si on pouvait dire les choses de cette manière). Eleonore posait des questions, parce qu’elle était en quête de réponse et Nathaniel répondait. Et forcément, la jeune femme ne pouvait pas s’empêcher de se reposer un peu sur ces réponses, sur Nathaniel tout simplement. En cet instant précis, la jeune femme se demandait bien ce qu’ils avaient, même si elle connaissait déjà sa propre réponse. Ils n’avaient rien, ou presque rien dans tous les cas. Ils n’avaient même pas d’endroit où vivre. Bon, ils avaient quand même moyen de compter les uns les autres, ils avaient un but, mais ce n’était pas vraiment ce qu’elle attendait comme réponse.

Nathaniel répondit, dans un premier temps, en affirmant qu’ils avaient un ennemi pour commencer. Ça lui faisait une belle jambe d’avoir un ennemi. À choisir, la jeune femme aimerait bien que ça ne soit pas le cas tout de même, mais ce n’était pas comme s’ils l’avaient choisi pour le coup. Mais Nathaniel n’en resta pas là, mentionnant ce qu’ils avaient d’autres. Ils avaient des convictions, du courage, de l’espoir, de la détermination… c’était de belles choses en effet, Eleonore ne pouvait pas le nier. Même si ça n’allait pas forcément les sauver. C’était quand même quelque chose qu’ils avaient et ce n’était pas rien, même si ce n’était évidemment pas réellement ce que Eleonore sous-entendait avant. Mais en effet, c’était beaucoup sans doute, surtout dans un monde comme celui dans lequel ils vivaient. Où la plupart des habitants n’avaient même pas conscience de la vérité, de ce qui se passait autour d’eux. Eux, ils avaient conscience de ce qu’il y avait vraiment autour, même si c’était cette conscience qui faisait qu’ils se trouvaient dans une telle situation maintenant. Nathaniel ne s’arrêta pas là pour autant, parlant de lui plus précisément sur la vengeance qu’il devait obtenir. Eleonore savait qu’il parlait de Edgar. Elle avait mis du temps à réellement l’accepter, mais il semblait évident que Edgar et Nathaniel avaient quelque chose en commun, comme le « jeune » homme avait quelque chose en commun avec Anthony. Elle ne connaissait pas les détails, mais elle savait que la situation était plus complexe que ce qu’elle semblait être. Ce qui n’enlevait pas le fait qu’elle se posait forcément des questions. Et d’ailleurs, elle ne put s’empêcher de le questionner de nouveau.

« Qu’est-ce qu’il t’a fait ? » Demanda-t-elle finalement, même si sa question était sans doute idiote. « À part te mettre en prison. » Non parce que d’accord, Nathaniel avait passé du temps dans cette prison en effet, il savait bien qu’il y avait une raison pour ça et elle ne pouvait pas s’empêcher de vouloir en savoir plus. Elle avait des brides, mais pas assez pour tout connaître. Il y avait eu des trahisons, ça avait un rapport avec le royaume du bout de l’océan et sans doute avec cette Latika. Mais elle ne connaissait pas les détails de cette histoire. « Pourquoi tu tiens tant à te venger ? »
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4529
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Jeu 21 Juin - 13:21


Ce qui nous manque nous instruit.
I

l n'était pas rare que Nathaniel se joue de l'immense curiosité de son interlocutrice. En même temps, c'était terriblement tentant. Dans un monde où la vérité était tue, c'était agréable que de découvrir quelqu'un qui ne se reposait pas seulement sur ses acquis mais cherchait à déterrer les faits véridiques. Alors il n'était pas rare qu'il oriente son discours de sorte à encourager Eleonore à lui poser les questions qu'il désirait, que ce soit pour lui communiquer les informations qu'elle prenait plaisir à lui communiquer au compte-gouttes ou pour générer en elle la frustration de ne pas lui apporter les réponses qu'elle attendait. En l'occurrence, s'il avait parlé de sa volonté de se venger, c'était bel et bien pour qu'Eleonore lui en demande davantage sur son passé. Au fur et à mesure de leur relation, au fil de leurs conversations, Nathaniel avait distillé des indices sans jamais entrer dans les détails, et plus le temps passait, plus il se sentait prêt à lui raconter toute l'histoire... Pas complètement, bien sûr, ce serait trop simple, aussi, mais au moins certaines de ces choses qu'il ne lui avait jamais dites. A ce stade, il pouvait se le permettre. Après tout, Eleonore disposait déjà de plusieurs pièces importantes du puzzle. Elle savait qu'il était plus âgée que ce qu'il montrait, elle savait qu'il avait passé commun avec Edgar et Anthony. Elle savait qu'il était le premier prisonnier de l'île des soupirs, que c'est le roi lui-même qui l'avait fait enfermer. Elle avait rencontré Latika et ses frères, elle savait que leur histoire avait laissé des marques indélébiles. Elle savait beaucoup de choses, mais elle ne savait pas tout. Il y avait une chose, en particulier, qui restait moins avouable que les autres.

-Tu veux faire payer ta soeur pour ce qu'elle a fait à Victoria, pas vrai ?
dit-il sans attendre sa réponse, car c'était évident, et elle le lui avait fait clairement comprendre. Et tu le souhaites d'autant plus que tu pensais, autrefois, pouvoir lui confier ta vie... Il afficha un sourire légèrement amer, de ceux qu'il sortait le moins de sa panoplie. Eh bien c'est pareil pour moi, ajouta-t-il alors simplement.

Et par la même, il avouait une chose qu'il avait à peine daigné reconnaître dès l'instant où Edgar l'avait trahi. Il voulait se venger parce qu'il avait passé presque la moitié de sa vie derrière les barreaux, il voulait se venger parce qu'Edgar n'avait pas respecté sa promesse, mais il voulait se venger avant tout et surtout parce qu'il n'avait pas seulement été trahi, il l'avait été par une personne à qui il avait tenu, sincèrement tenu, et terriblement. Il l'avouait à mi-mot, Edgar était un frère pour lui. Et l'admettre était une sorte d'aveu de faiblesse qu'il consentait à Eleonore.



_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 1919
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Lun 27 Aoû - 19:58

Nathaniel & Eleonore
Ce qui nous manque nous instruit.
C’était toujours la même mécanique, la jeune femme en avait pleinement conscience. Ils parlaient, souvent longuement, Nathaniel parlait plus que Eleonore d’ailleurs. Et il y avait toujours ces moments où des questions lui venaient à l’esprit en grande partie parce qu’ils discutaient de quelque chose de précis. La jeune Odien n’était pas complètement naïve, elle avait conscience que très souvent, c’était le « jeune » homme sous ses yeux qui menait la conversation et qui la poussait à poser telle ou telle question. Elle s’en rendait compte oui, mais ce n’était pas pour autant qu’elle avait l’intention de se retenir de poser ces questions. Parce que si le « jeune » homme la poussait à le questionner sur tel ou tel sujet, c’était qu’il avait des choses à lui dire. Ce n’était pas toujours évident à entendre, c’était arrivé que Eleonore encaisse très mal ce que Nathaniel avait à lui dire, mais en même temps elle ne pouvait pas nier qu’elle préférait largement la vérité que du mensonge.

Et donc, là, la jeune femme avait envie de savoir ce que Nathaniel avait vécu de concret avec Edgar. Elle savait pas mal de chose déjà sur l’histoire de son interlocuteur, en grande partie parce qu’elle avait déduit énormément de chose. Elle savait bien que Nathaniel n’était pas si jeune qu’il ne semblait paraitre, même si elle avait mis un peu de temps à réellement l’assimiler. Elle savait bien que Nathaniel et Edgar avaient quelque chose en commun dans le passé, avec Anthony également (qui n’était pas plus clair avec elle que son interlocuteur), sans oublier Latika et ses frères. Elle ne connaissait juste pas les détails, et c’était justement ce qu’elle espérait qu’il allait lui donner… des détails. Elle ne devrait pas espérer à ce point de chose de sa part, mais elle n’y pouvait rien. À chaque fois, la jeune femme ne pouvait pas nier le fait qu’elle était bien trop pendue aux lèvres de Nathaniel. Nathaniel qui parla de Anna d’ailleurs, pour commencer, sans que Eleonore ne sache où il voulait en venir. Il mentionna le fait qu’elle voulait faire payer à sa sœur ce qu’elle avait fait à Victoria, elle n’eut pas besoin de répondre, il le savait parfaitement. Il le savait depuis le jour où il lui avait appris que c’était Anna qui avait pris la vie de Victoria. Il n’avait donc pas besoin qu’elle réponde à la question et ce n’était sans doute pas ce qu’il attendait d’ailleurs. Il reprit rapidement, affirmant que si elle voulait à ce point se venger pour la mort de Victoria, faire payer à Anna ce qu’elle avait fait justement parce qu’elle tenait à elle autrefois, qu’elle aurait pu lui confier sa vie. Et Eleonore savait parfaitement qu’il ne parlait pas réellement d’elle et Anna là, mais de lui et Edgar.

« Tu l’aimais alors… »
Dit-elle, finalement peut-être plus pour elle que pour lui. Pas comme un amour qu’on pourrait entendre dans les belles histoires, mais comme celui qu’elle avait eu pour Anna, pour Victoria, qu’elle avait même pour Daphnée ou encore pour ses parents. Et elle avait beaucoup de mal à imaginer Nathaniel et Edgar dans cette situation.
Code by Gwenn

_________________
Peut importe ce qu'on fait, l'histoire fini toujours de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4529
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   Lun 27 Aoû - 20:59


Ce qui nous manque nous instruit.
C

e n'était pas pour rien si Nathaniel ne s'épanchait jamais sur son passé commun avec Edgar et Anthony (et Dorian, mais il s'épargnait de parler de lui). Parce qu'il cherchait à conserver une part de mystère, qui lui conférait un certain pouvoir, pensait-il. Parce qu'ainsi, il pouvait se donner le beau rôle et faire oublier ses propres crimes, c'est vrai. Mais aussi parce que, et il parvenait moins à se l'avouer, en parler réveillait d'anciennes blessures... et autant de faiblesse. Car oui, Eleonore le résuma parfaitement : Nathaniel avait aimé Edgar, pas de l'amour passionnel des couples heureux ou malheureux, mais d'un amour fraternel. Oui, pour Nathaniel, Edgar était un frère, et c'était certainement ce qu'il pouvait avouer de plus personnel à son interlocutrice. Cela ne changeait rien au fait qu'il n'hésiterait pas à mettre sa vengeance à exécution le moment venu. Non, au contraire, il n'y était que d'autant plus déterminé... Et Eleonore, avec ce qu'elle avait vécu, maintenant qu'elle avait découvert le vrai visage de sa soeur, était à même de le comprendre. Le fugitif hocha la tête, il ne servait à rien de nier, puisque c'était bel et bien la vérité. Elle aurait fini par le déduire, d'une manière ou d'une autre. C'était lui qui avait accepté de lui dévoiler ce nouvel aspect de son passé, alors il ne pouvait que l'assumer.

-Oui,
soupira-t-il. Jusqu'à ce qu'il m'enferme dans une cage pour ce qui devait être le restant de mes jours.

Et là, forcément, l'opinion qu'il avait de lui n'était plus du tout la même. Maintenant, c'était clair et net, ce qui importait plus que tout le reste, c'était sa vengeance. Il ne vivait et n'aspirait que par elle, et c'était sa fin en soi, bien plus que l'avenir de Féerie, très clairement. Il adressa à Eleonore l'un e ses éternels sourires, où devait luire une indifférence qu'il n'éprouvait pas réellement.

-C'était il y a très longtemps, tu étais loin d'être née,
ajouta-t-il, comme si cela justifiait de clore le sujet et de ne plus jamais s'y attarder.

Bon, c'était la vérité, quand toute cette histoire avait eu lieu, Eleonore n'était peut-être même pas une idée dans l'esprit de ses parents. De l'eau avait coulé sous les ponts, il avait eu le temps de se nourrir de rancoeur et de haine. Et c'était tout ce qui importait. Et c'était pour cette raison qu'il avait grand hâte de se retrouver à nouveau face au roi de Féerie. Pour régler ses comptes, pour lui renvoyer leur passé commun en pleine figure et le lui faire payer une bonne fois pour toutes tous les torts qu'il lui avait causés. Et ce n'était pas une mince affaire.






_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce qui nous manque nous instruit. (Nathaniel :3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Où nous situons-nous ?
» Nous recrutons actuellement.
» Dans un mois, dans un an...comment souffrirons-nous ?
» «Nous ne nous souvenons pas des jours, nous nous souvenons des moments» (scénario - Andreas L. Swan)
» Baisse d'activité.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: La forêt-