Partagez | 
 

 Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 979
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Sam 28 Oct 2017 - 18:56


 
Toujours se défier de qui l'on estime
 
M

inati n'en revenait toujours pas. Elle avait voulu croire, de toutes ses forces, que Clifford le menait en bateau, cherchait à la déstabiliser, et ne disait pour autant rien de vrai, malheureusement, sa volonté se heurter à la plus stricte et éprouvante réalité. Elle s'était confrontée à Gorav, et il avait bien fallu qu'elle se fasse une raison à ce sujet. Il était loin de lui avoir tout dit, il ne s'était pas vraiment comportée comme le chevalier servant qu'il l'avait convaincue être. Il en fallait peu, bien sûr, pour qu'elle lui attribue ce rôle, elle qui n'avait d'yeux que pour lui et ne demandait qu'à faire de lui, son fantasme d'adolescente, son héros. Mais si elle avait été une princesse à sauver et à protéger, lui n'était pas le prince charmant descendu de son fier destriller pour la libérer de son criminel oppresseur. Il s'était joué d'elle, tout ça, ce n'étaient que manigances de toutes natures, au mépris total de son propre sort. Gorav pourrait bien se défendre en affirmant qu'il tenait à elle, qu'il aurait cherché à l'aider dans tous les cas s'il avait su d'une autre manière ce qu'elle endurait, cette situation avait brisé quelque chose en elle, quelque chose qui prendrait du temps à être restauré : sa confiance. Elle qui pensait ne pas l'accorder si facilement s'était visiblement fourvoyée, et à présent, elle se voyait en proie à son premier chagrin sentimental.

Non, bien sûr, elle n'avait pas la bêtise de penser que Gorav, du jour au lendemain, ferait fi de leur différence d'âge et de rang social pour lui déclarer une flamme qu'il n'éprouvait pas, et elle n'attendait absolument pas cela de lui d'ailleurs, mais elle avait voulu garder l'illusion et croire qu'il l'estimait, qu'il l'appréciait. C'était peut-être le cas, mais elle n'arrivait plus à s'en convaincre totalement. Pour la peine, elle n'allait pas très bien, elle avait besoin de se confier. Mais à qui ? A son père ? Il ferait exécuter Gorav sur le champ et sans chercher plus loin ? A sa mère ? Elle s'épargnerait bien ses sermons, comme elle l'avait toujours fait jusqu'alors... A ses frères et soeurs ? Pour les avoir toujours regardés de haut, aucun d'eux ne la tenait dans leur coeur, bizarrement. Alors au final, il n'y avait qu'un nom pour lui venir à l'esprit, et c'était bien évidemment celui de la belle Latika, que Minati considérait davantage comme une grande soeur que comme une future belle-mère. Profitant de sa visite au palais, et la découvrant seule, elle vint la trouver, bien décidée à lui ouvrir son coeur.

-Latika, est-ce que je pourrais te parler ?
demanda-t-elle dans une esquisse de sourire.

En vérité elle ne lui laissait pas spécialement le choix.


code by Mandy
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 882
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Mar 31 Oct 2017 - 15:41

Toujours se défier de qui l'on estime.
Latika venait de passer plusieurs heures en compagnie du sultan, ce sultan qu’elle détestait par principe, mais avec qui elle parvenait sans aucune difficulté à jouer la comédie. Cela commençait à devenir long, elle espérait quand même que les choses puissent avancer, qu’elle puisse enfin devenir une épouse officielle afin de pouvoir avoir encore plus d’influence. Le fait d’être simplement sa maitresse ne l’empêchait pas d’avoir de l’influence non, bien au contraire, elle savait exactement comment lui parler quand ils se retrouvaient tous les deux. Cependant, elle savait aussi que leur mariage allait lui permettre quand même d’obtenir un plus grand statut, auprès des autres personnes donc. Notamment sa première épouse, qui ne la voyait pas du tout d’un très bon œil. Latika avait envie d’accélérer un peu les choses, parce qu’elle savait que tout cela pourrait jouer en sa faveur au moment où tout allait commencer à s’écrouler, pour permettre à cette guerre d’avoir lieu, une fois de plus. Mais surtout, pour qu’elle puisse enfin récupérer ce qu’on lui avait volé.

Elle marchait dans les couloirs, dans l’espoir de pouvoir retourner chez elle maintenant. Après plusieurs heures auprès du sultan, Latika devait bien avouer qu’elle avait envie de retrouver la demeure qu’elle partageait avec ses frères. De retrouver ses frères accessoirement d’ailleurs. Mais alors qu’elle marchait, elle croisa la route de Minati. Si la présence de la jeune femme ne la dérangeait pas outre mesure, elle aurait bien aimé l’éviter pour le moment. Mais elle n’en montra rien, elle adressa un radieux sourire à la princesse quand elle s’approcha d’elle. Si elle avait le père et la fille dans sa poche, il n’y avait concrètement rien du tout qui pourrait la retenir et l’empêcher d’obtenir ce qu’elle désirait obtenir. Et elle avait bel et bien l’un et l’autre dans la poche, s’occupant de la jeune princesse comme si elle était une petite sœur. Une petite sœur bien naïve qui avait encore à apprendre énormément du monde (mais elle ne pouvait pas le lui reprocher, elle avait été très naïve aussi autrefois), quand bien même les leçons se faisaient visiblement de plus en plus nombreuses.

« Bien sûr Minati. »
Lui dit-elle chaleureusement, toujours en souriant. « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? »

Évidemment, Latika savait qu’elle ne pouvait pas refuser de parler de Minati. La princesse avait son propre pouvoir et quand elle voulait quelque chose, elle savait l’obtenir. Autant dire que la « jeune » femme avait tout intérêt à ne pas contrarier Minati – surtout qu’elle l’était déjà, mais elle ne s’en rendait pas compte – et qu’elle ne pouvait, concrètement, pas dire non à la princesse. Même si elle aurait donc bien aimé pouvoir rentrer chez elle, quitter ce palais (qui était très beau et très confortable, elle n’allait pas se plaindre non plus), elle ne le faisait pas et elle se contentait d’être présente pour la jeune princesse. Ne se doutant pas une seule seconde de ce qu’elle allait apprendre d’ailleurs.
Code by Gwenn


_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 979
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Sam 4 Nov 2017 - 11:44


 
Toujours se défier de qui l'on estime
 
L

atika, chaleureuse et souriante, lui promettait d'être à l'écoute, sans réserve, de ses problèmes, et c'était exactement la réponse que la princesse avait voulu entendre de sa part. La demoiselle adorait la prétendante de son père en partie pour cela, parce qu'elle avait toujours pu voir en elle une grande soeur et une confidente, une personne capable d'écouter ses problèmes, et surtout de la conseiller du mieux possible. Elle ne l'imaginait pas capable de lui mentir ou de mal l'aiguiller, elle était loin de se douter de ses réelles intentions, mais en attendant, elle n'avait jamais eu à se plaindre de ses conseils ou de ses recommandations, elle lui avait souvent été d'une aide précieuse, et elle voulait que cela continue. Minati avait donc bien l'intention de tout lui dire de ce qui lui était arrivé, avec l'espoir qu'elle s'en fasse une bonne opinion et puisse la guider dans les méandres de ses pensées, parce qu'elle se sentait totalement perdue, de son côté. Elle avait juste du mal à savoir par quoi commencer, notamment parce qu'elle gardait un souvenir cuisant de l'humiliation que lui avait fait subir Clifford dans les geôles, même si ça avait sûrement été une bonne leçon pour elle, d'autant qu'elle commençait à le croire... mais pas au point de ne pas se demander s'il n'était pas en train de lui retourner subtilement le cerveau. Elle était convaincue que c'était le genre de choses qu'il devait bien souvent faire, et, qu'elle le veuille ou non, elle était influençable. Ce n'était en tout cas pas la confiance qu'elle plaçait en Latika ou qu'elle voulait placer en Gorav (même si cette dernière faiblissait) qui donneraient l'illusion du contraire.

-L'autre jour, j'étais dans les geôles, au sous-sol,
elle préférait taire les circonstances qui l'y avaient menée, c'était prouver qu'elle avait cédé à l'ordre de Clifford sans savoir que c'en était un quand les hommes de son père lui avaient demandé de se rendre au sous-sol. C'était elle qui donnait les ordres et qui exigeait, normalement, pas les autres. Mon père y a fait enfermer Clifford, l'homme qui m'a enlevée. Mais qui ne devait plus y être à l'heure actuelle, apparemment, il savait sortir de cette cellule comme d'un moulin, et Minati, quelque part, par son attitude et son silence, y avait contribué. A tort ou à raison, elle avait encore bien du mal à se décider à ce sujet. Il m'a dit des choses, au sujet de Gorav... Je sais qu'il m'a peut-être mené en bateau, mais je crois pas...

Elle préférait le préciser car elle ne voulait pas passer pour la grande ingénue qui ne savait pas faire la différence entre les bobards qu'on lui sert et la vérité pure... Sauf qu'entre les deux, la frontière était parfois bien trop ténue.


code by Mandy
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 882
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Sam 23 Déc 2017 - 0:10

Toujours se défier de qui l'on estime.
Latika n’avait aucune raison de refuser quoi que ce soit à Minati, ou en tout cas de lui faire penser qu’elle refusait quelque chose. La « jeune » femme savait bien que si elle gardait la jeune fille dans sa poche, si elle continuait d’être une amie pour la princesse, elle aurait encore plus d’influence. Elle en avait déjà énormément avec le sultan, qui n’avait d’yeux que pour elle et qu’elle parvenait à charmer sans grande difficulté. Mais c’était un détail en plus, qui pouvait parfois être salvateur. Donc, quand la princesse lui disait qu’elle avait besoin de lui parler, Latika n’avait aucune raison de refuser. Même si elle n’avait pas spécialement envie de parler avec la princesse. Comme elle n’avait pas envie, parfois, de passer du temps avec le sultan. Elle savait simplement faire la part des choses, prendre sur elle, se faire violence parce qu’elle avait de bonnes raisons, qu’elle avait des choses à faire. Si elle voulait parvenir à obtenir ce qu’elle convoitait depuis longtemps, elle n’avait pas le choix. Elle avait déjà fait un choix avant le retour de Nathaniel dans son existence, mais maintenant elle savait qu’elle l’avait encore moins.

La jeune fille lui apprit donc que l’autre jour, elle était dans les geôles du palais… ce qui n’avait rien de bon à entendre. Latika ne savait pas exactement ce qu’elle devait en penser, mais elle ne dit rien, se contentant d’attendre les explications de la jeune fille, qui poursuivit. L’homme qui l’avait enlevé s’y trouvait, puisque son père l’y avait enfermé. C’était une bonne nouvelle, en soit, mais quelque chose ne devait pas aller. Latika ne comprenait toujours pas pour quelle raison Minati avait été voir cet homme. Mais alors qu’elle aurait bien aimé lui poser cette question – parce que mine de rien, la « jeune » femme ne pouvait pas s’empêcher d’être curieuse, surtout quand ça concernait la princesse – celle-ci parla de Gorav. Latika en avait entendu beaucoup sur cet homme avant de le rencontrer. Elle l’avait rencontré depuis, elle se doutait que la princesse lui parlerait encore de son héros, mais pas de cette manière.

« Que t’a-t-il dit exactement ? »

Latika ne pensait pas pouvoir dire, penser, quoi que ce soit tant que Minati ne lui aurait pas donné plus de détail concernant la conversation qu’elle avait eu avec Clifford, cet homme qui était donc son agresseur, celui qui l’avait enlevé. Il lui avait dit des choses sur Gorav, elle savait qu’il pouvait avoir cherché à la mener en bateau, mais elle ne pensait pas. Donc, Latika avait surtout besoin de savoir ce que ce Clifford avait pu dire sur Gorav, afin de se faire une idée. Parce que la « jeune » femme se doutait qu’au final, la princesse était surtout perturbée par les révélations de l’homme, qu’elle devait se poser des questions sur son sauveur et que c’était pour cette raison qu’elle voulait lui parler. Et pour conseiller Minati de la bonne – ou de la mauvaise – manière, la maitresse du sultan devait connaître les détails.
Code by Gwenn


_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 979
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Lun 25 Déc 2017 - 22:36


 
Toujours se défier de qui l'on estime
 
M

inati se sentit soulagée de constater que si son interlocutrice se posait des questions quand à la manière dont elle s'était retrouvée dans les geôles, à faire la conversation avec l'homme qui l'avait séquestrée il n'y a pas si longtemps que cela, elle n'en montrait rien. Oh, elle se doutait qu'elle devait sen poser, des questions, mais elle avait la décence de ne pas les articuler à voix haute, et cela arrangeait très largement la jeune princesse qui n'avait pas forcément envie d'entrer dans ce genre de détails, qui ne la mettaient pas forcément en valeur (comme le fait qu'elle s'était retrouvée recouverte de pied en cap de détritus et autres... déjections dont elle ne voulait plus penser à l'origine)... ce qui comptait pour le moment, ce n'était même pas tant Gorav que Clifford et ce qu'elle avait découvert à son sujet. Il fallait qu'elle démêle le vrai du faux, qu'elle comprenne qui était cet homme qu'elle avait ainsi placé sur un piédestal pendant si longtemps, pour qui elle nourrissait des sentiments où l'admiration se mêlait très clairement à d'autres impressions d'un ordre plus important encore (même si elle savait faire la distinction entre fantasme et réalité, même si ses fantasmes étaient peu nombreux étant donné que son père exauçait le moindre de ses désirs sans se poser la moindre question). C'était là-dessus qu'elle voulait se concentrer, et c'était à cela que Latika s'intéressait. Parfait, elles étaient donc sur la même longueur d'ondes. Et puisque la prétendante de son père ne tournait pas autour du pot, Minati allait faire de même et lui expliquer les choses exactement comme on les lui avait apprises.

-Apparemment, ils se connaissent bien
, dit-elle en grimaçant, incapable malgré les faits d'imaginer la moindre connivence entre ces deux-là. Ils étaient aux antipodes, tous les deux, comment était-ce seulement possible ? Et pourtant, il fallait bel et bien qu'elle l'envisage. C'est Clifford qui aurait appris à Gorav que j'étais chez lui pour qu'il me récupère.

Ce qui semblait aussi signifier qu'elle s'était fait un océan de son enlèvement alors que Clifford n'aurait finalement cherché qu'à se débarrasser d'elle après l'avoir trouvée... Elle n'aimait pas l'idée que le cauchemar qu'elle avait eu le sentiment de vivre soit réduit dans l'esprit de son entourage, et plus encore de Latika, à une bagatelle. Pour elle, ça avait été un vrai traumatisme, et il fallait maintenant qu'elle accepte que ce traumatisme soit également patiné d'une bonne dose d'un insupportable mensonge. Elle avait du mal à démêler le vrai du faux, entre ses convictions et les faits bruts, qui rentraient malheureusement en contradiction. Elle espérait que Latika, forte de sa propre expérience, lui permettrait d'y voir plus clair de son côté.
code by Mandy
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 882
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Jeu 15 Fév 2018 - 17:20

Toujours se défier de qui l'on estime.
Latika ne savait pas d tout ce qu’elle devait penser de ce que Minati était en train de lui dire, ce que la princesse était en train de lui expliquer. Mais la « jeune » femme voyait bien que la princesse n’allait pas bien. Elle ne pensait pas que ça puisse arriver un jour, qu’elle verrait un jour Minati avoir beaucoup moins foi en son chevalier servant. Même s’il était évident qu’elle se faisait sans doute beaucoup trop d’illusion à la base, mais elle trouvait ça réellement brutale. En tout cas, ce Clifford avait du dire quelque chose de grave à Minati et Latika avait surtout envie en cet instant précis d’en savoir plus. Par chance, la princesse ne se fit pas prier pour lui en dire plus.

Apparemment, Clifford – l’homme qui avait donc enlevé la princesse et qui se trouvait dans les geôles, enfermé par le sultan… à se demander pourquoi il n’était pas déjà mort au vu de la situation et du fait que l’homme avait quand même touché au bien précieux de son futur mari – était donc proche de Gorav, ou du moins qu’ils se connaissaient bien. En soit, ce n’était pas grand-chose ça. Mais Minati n’en resta pas là. Apparemment, Clifford avait donc prévenu le chevalier servant que la princesse se trouvait entre ses griffes et il lui avait dit de la ramener au palais. Oh, donc le héros n’était pas si héros que cela. En soit, ça signifiait donc que ce Clifford n’avait pas réellement eu de mauvaises intentions envers la princesse, mais quelque chose disait à Latika que celle-ci n’allait pas apprécier de l’entendre lui dire ça. Donc, elle se contenta de ne rien dire. Elle n’avait pas forcément envie de braquer Minati, Latika savait qu’elle devait quand même prendre sur elle dans certain moment, parce qu’elle tenait à avoir une bonne relation avec le diamant du sultan.

« Cela veut dire que Gorav t’a menti ? » Demanda-t-elle, parce qu’elle avait surtout envie que la jeune femme s’attarde un peu plus sur ce qu’elle ressentait. En tout cas, Latika comprenait quand même bien que le serviteur du sultan n’était pas tout à fait honnête. Est-ce que c’était grave en soit ? La « jeune » femme ne dirait pas ça, parce qu’elle ne pouvait pas réellement lui jeter la pierre. Mais pour le coup, elle ne pouvait pas nier que ça l’intéressait quand même énormément, qu’elle avait envie d’avoir une petite conversation avec cet homme. « Ce Clifford t’a expliqué pourquoi ? »

Une chose était sûre, dans tous les cas, Gorav lui avait mentit c’était évident et il y avait peu de chance que ça soit pour une bonne chose, que ça soit une bonne raison. Est-ce que l’homme avait cherché à manipuler la princesse ? Au vu de ce que Latika savait des sentiments de la princesse pour son héros, cela ne serait pas spécialement étonnant que quelqu’un s’en serve en soit. En tout cas, à la place de Gorav, Latika s’en serait servie.
Code by Gwenn


_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 979
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Ven 16 Fév 2018 - 18:12


 
Toujours se défier de qui l'on estime
 
M

inati hocha la tête quand Latika déduisit de la situation ce qu'il y avait à en déduire, à savoir le fait que Gorav lui avait menti. Tant qu'elle ne lui en aurait pas parlé, elle aurait envie de lui laisser le bénéfice du doute, mais en même temps, contrairement au serviteur de son père, Clifford, lui, n'avait pas vraiment de raisons de lui mentir... enfin si, peut-être parce qu'il espérait qu'elle lui accorderait sa liberté, mais dans ce cas, il aurait sans doute brodé un autre mensonge, parce que celui-ci n'avait pas l'impact suffisant pour qu'elle prenne la décision de le libérer. La jeune femme pensait vraiment que le bandit avait été honnête, et donc, il fallait qu'elle remette ses certitudes en question, même si c'était déplaisant. Peut-être qu'elle faisait des histoires pour rien, mais c'était difficile d'accepter que l'homme qu'elle considérait comme son chevalier servant, qui représentait un peu pour elle un idéal certes inaccessible, mais digne, droit, exceptionnel avait ses failles, et surtout, qui s'était permis de fausser son image à ses yeux. Peut-être qu'il avait fait ça pour ne pas la blesser. Mais peut-être aussi qu'il s'était servi d'elle, depuis le début, pour retrouver sa place auprès du sultan. Qui sait, si elle n'avait rien pu faire pour lui, peut-être qu'il n'aurait pas levé le petit doigt pour elle. Elle n'aimait pas considérer les choses ainsi, mais ne pas le faire serait naïf, non ? A ses yeux oui, en tout cas. Dans tous les cas, elle avait besoin d'en parler, et que Latika lui prête une oreille attentive et concernée.

-Apparemment, il cherchait un moyen de se débarrasser de moi.
Quelque part, c'était presque vexant. Parce qu'il savait pas que j'étais la princesse ou je sais pas quoi. Si ça se trouve, il a même payé Gorav pour qu'il accepte de me libérer.

On pouvait se dire que seul le résultat importait et que le reste n'avait pas d'importance, mais il était impossible pour la jeune princesse de se cantonner à cette simple interprétation, à cette simple réflexion. C'était peut-être une preuve d'immaturité de sa part - en même temps, il était clair et évident que la maturité manquait plus que sensiblement à la jeune fille -, mais dans tous les cas, ce n'était pas très agréable que de s'être senti un temps importante au regard d'une personne qu'elle estimait énormément, pour qui elle avait un vrai coup de coeur, et de finalement devoir admettre qu'n était peut-être jamais qu'un boulet, aimé et estimé de personne. Pour elle et son égo, ce n'était vraiment pas agréable... et au-delà de ça, le sentiment de trahison était bien présent, et il n'y avait pas grand-chose qu'ils puissent y faire.
code by Mandy
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 882
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Ven 20 Avr 2018 - 14:30

Toujours se défier de qui l'on estime.
Latika n’avait pas spécialement de peine de découvrir que Gorav lui avait menti, même si elle était capable de comprendre que la princesse soit chamboulée par cette découverte. Surtout qu’elle était quand même bien placée pour savoir que la jeune femme avait des sentiments pour son « chevalier servant » et donc que ça ne devait pas être agréable pour elle de se sentir trahi. Oui… Latika était quand même bien placée pour le comprendre, mais elle savait aussi prendre sur elle pour ne pas se laisser influencer par ses émotions. Elle appréciait Minati, mais rien n’enlevait ce qu’il y avait de plus important à ses yeux. Elle pouvait comprendre ce qu’elle ressentait – en partie, parce qu’au fond leurs histoires n’étaient pas réellement comparable et que Minati se faisait sans doute des histoires pour rien (même si dans son cas, elle s’était faite des histoires aussi, mais on l’avait grandement aidé à avoir de l’imagination) – mais elle n’était pas si triste que cela pour elle. Surtout curieuse de découvrir que le chevalier servant lui avait menti, elle se demandait forcément pour quelle raison il avait fait ça.

Le Clifford qui avait enlevé Minati avait visiblement eu besoin de se débarrasser de la princesse, en découvrant qui elle était justement. Et apparemment, Gorav l’avait donc aidé à ne plus avoir la jeune femme dans les pattes. En un sens, ça se tenait en effet. Ainsi, Clifford n’avait pas de souci à se faire avec la princesse dans les pattes, et Gorav avait en plus eu la possibilité de revenir au service du sultan. La seule chose qu’il avait demandé en plus, alors qu’il aurait mérité une bien plus grande récompense. Et non, il s’était contenté de ça juste ce que Latika avait trouvé étrange. Et maintenant, elle se demandait pour quelle raison. Il y avait forcément quelque chose qui avait du pousser le chevalier servant de la princesse à agir comme ça, à retrouver la place qu’il avait autrefois auprès du sultan.

« Tu en as parlé à ton père ? » Demanda-t-elle alors, parce qu’il semblait évident que Minati aurait de bonne raison d’en parler à son sultan de père. Si Gorav lui avait menti, s’il s’était servi de cette histoire pour obtenir quelque chose, elle pourrait très bien le faire. Sauf qu’en même temps, Latika ne manquait pas d’espérer qu’elle ne l’ait pas fait. Pour la simple et bonne raison que la « jeune » femme était curieuse et qu’elle avait envie d’en savoir plus, de discuter avec cet homme pour connaître un peu plus ses intentions. Sans se douter encore qu’ils avaient plus en commun encore qu’elle n’osait imaginer. « Tu lui en as parlé à lui ? »

Elle aurait de bonne raison de lui en parler et au vu de la situation, il était clair que Gorav avait des explications à donner. Elle devait donc lui en parler, elle devait avoir son point de vu. Même s’il était clair qu’elle ne devrait plus lui faire confiance (parce que personne ne méritait réellement une confiance aveugle, en dehors de la famille).
Code by Gwenn

_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 979
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   Ven 20 Avr 2018 - 18:07


 
Toujours se défier de qui l'on estime
 
M

inati fit doucement "non" de la tête quand son interlocutrice lui demanda si elle en avait parlé à son père. Non, elle ne l'avait pas fait, elle n'en avait pas eu l'envie ni n'en avait ressenti le besoin. Elle y avait songé, bien sûr, mais flairant les conséquences, elle s'était ravisée. Est-ce qu'elle devait le regretter ? Peut-être. Vu les circonstances, et étant donné le peu de foi qu'elle savait maintenant devoir accorder au discours de Gorav, elle ne pouvait négliger cette possibilité, celle d'être dupée, celle d'être trahie. Le garder dans son sillage après cela, c'était courire un risque volontaire, et elle ne l'assumait pas tout à fait. Pourtant, elle était bien incapable de se résigner à le dénoncer au sultan... Quant à en parler à Gorav directement... Là, elle savait bien que la conversation allait être proprement inévitable. Elle comptait bien faire ce qu'il faut pour la peine, mais elle ne se sentait pas sereine à la perspective de lui parler. Elle savait que cette conversation promettait d'être longue et houleuse, et plus encore douloureuse. Mais elle savait aussi qu'il fallait en passer par là, que c'était nécessaire si ce n'est indispensable. Elle espérait quand même que son interlocutrice serait capable de l'éclairer, de la guider dans ses choix, car à l'heure actuelle, il est clair qu'elle était un peu perdue. Elle n'avait pas forcément envie de l'admettre complètement, mais elle avait peur.

-J'ai pas voulu en parler à papa, admit-elle, je sais ce qu'il va faire s'il doit apprendre tout ça.

Ou en tout cas, elle en avait une très bonne idée. Son père était colérique, tranché, impulsif (il n'y avait pas à se demander longtemps de qui elle tenait, exactement)... Il avait fait renvoyer Gorav pour avoir simplement cassé un vase, alors s'il devait apprendre qu'il était de connivence avec l'homme qui l'avait enlevée, il voudrait en finir avec lui de manière radicale, c'est plus qu'évident.

-Mais je vais parler à Gorav, même si je m'attends pas à grand-chose.

Surtout, elle essayait de minmiser ses attentes. Elle n'osait pas le dire (mais Latika l'avait sans doute deviné de toute manière), une part d'elle avait encore envie de croire que Gorav était encore et toujours son chevalier servant. Ce n'était pas pour rien qu'elle refusait de le dénoncer à son père. Peut-être que Gorav s'en moquait de son côté. Mais en ce qui la concernait, s'il devait arriver malheur à cet homme par sa faute... elle se le reprocherait éternellement.

-Tu crois que je devrais mettre papa au courant ?
demanda-t-elle alors, qui avait désespérément besoin des conseils de la prétendante de son père.

Elle était sûr qu'elle saurait bien l'orienter. Elle la connaissait, et elle connaissait aussi le sultan. Elle pourrait lui être d'un soutien précieux.
code by Mandy
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toujours se défier de qui l'on estime [pv Latika :33]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le royaume du bout de l'océan :: Le palais de Barbãda :: Les chambres & autres pièces-