Partagez | 
 

 Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Mer 6 Juin - 12:03

Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
Abygaëlle passait le plus de temps qu’elle pouvait avec Anna, enfin Eleonore pour tout le monde normalement. Si la mère de famille avait pris l’habitude d’appeler sa fille par le prénom le prénom de sa sœur quand elles étaient en publics, ce n’était pas pour autant qu’elle se faisait réellement au fait de devoir échanger le nom de ses jumelles. Mais elle n’avait pas le choix. Eleonore avait malheureusement fait des choix qui allaient à l’encontre du bien-être de sa famille, ne se rendant pas compte sans doute des soucis qu’elle aurait pu provoquer à toute la famille. Mais heureusement, les Odien avaient pu compter sur Anna. Abygaëlle avait bien conscience que tout ne devait pas être simple pour ses filles, que ça soit Anna qui devait se faire passer pour sa sœur et qui n’était pas le choix premier de Gabriel, ou pour Eleonore qui était elle ne savait où (et oui, Abygaëlle s’inquiétait quand même pour sa deuxième fille, même si elle l’avait énormément déçue). Mais au moins, ils avaient leur place dans ce palais où la mère de famille se trouvait justement.

Parce qu’elle ne pouvait que profiter de cette chance qu’ils avaient à présent d’avoir les portes du château de la royauté ouverte aussi facilement. Abygaëlle avait de toute façon déjà eu la confiance de la reine elle-même, mais maintenant sa fille était princesse. C’était la meilleure chose qui avait pu lui arriver et elle se sentait tellement fière pour Anna. Elle était tellement fière de sa fille. Même si à côté de cela, elle avait conscience que certaines choses se brisait. Et d’ailleurs, alors qu’elle quittait la princesse de Féerie, elle croisa la route de son mari. Ces dernières années – depuis l’arrivée de Victoria dans leur vie – les choses étaient un peu plus difficile avec Gwendall, même si jamais Abygaëlle n’avait cessé de l’aimer. Mais c’était comme s’ils ne parvenaient plus réellement à se comprendre.

« Je ne pensais pas te croiser ici. » Lui dit-elle en guise de salutation. Parce qu’ils ne s’étaient pas vus de la journée, parce qu’ils se voyaient de moins en moins. En grande partie parce que Abygaëlle passait le plus de temps possible au château auprès de Anna et que son époux de son côté s’efforçait à continuer de s’occuper du champ alors qu’il n’avait plus besoin de le faire. C’était ce qu’elle lui reprochait le plus ces derniers temps – s’il n’y avait que cela malheureusement – le fait qu’il ne soit pas capable de simplement profiter de la vie qu’ils pourraient mener au château, qu’il s’accroche encore sur leur demeure simple dans ce village où ils n’avaient plus vraiment leur place. Elle le cachait mal d’ailleurs, au vu de la manière dont elle l’accueillait. Mais Abygaëlle n’y pouvait rien, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle aimerait que Gwendall profite de la vie qu’ils avaient tous mérité d’avoir, malgré les actes de Eleonore. Après tout ce qu’ils avaient fait, ils le méritaient bien quand même. C’était l’accord qu’ils avaient.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 609
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Jeu 7 Juin - 22:45


Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
S

e retrouver au château était pour Gwendall une perspective éprouvante. Il ne pouvait nier le fait qu'il en avait rêvé, de cette vie riche et luxueuse, de pouvoir laisser sa famille à l'abri des besoins... Mais maintenant qu'il avait accès à tout cela eh bien, il n'y goûtait pas le moins du monde et cherchait à le fuir le plus possible. C'était bien simple, il ne se sentait absolument pas à sa place. Il avait vraiment le sentiment de jouer sans cesse un rôle chaque fois qu'il errait dans cette forteresse qui semblait dénuée d'âme, à l'image de son propriétaire. Il avait toujours vécu simplement, et au final, c'était rester aux champs et travailler tranquillement, à l'écart de toutes ces considérations qui lui convenait le mieux. En même temps, comment pourrait-il se contenter de rester auprès des Basiel quand il savait dans quelle situation se trouvait sa fugitive de fille. Le souci qu'il se faisait d'Eleonore faisait qu'il ne se sentait absolument pas capable de tout simplement profiter de ce qui lui était supposément dû, un luxe qui en soi n'avait pas été le moins du monde mérité, mais tout simplement volé, ni plus ni moins. Mais bon, malgré tout, il ne pouvait pas toujours échapper à son "destin". A certains moments, il aimerait accumuler les prétextes pour rester à l'abri de la maison qui avait vu ses filles grandir... mais ce n'était jamais aussi simple. Il ne pouvait pas se contenter de s'enfermer dans son travail. La famille restait sa priorité, et même si la majorité de ses préoccupations concernaient Eleonore, il ne comptait oublier ni Anna, ni Abygaëlle. Même si, avec l'une comme avec l'autre, la situation était tendue, dernièrement. Et ce n'était pas la conversation qui s'amorçait qui allait changer la donne.

-J'ai bien compris que si j'espérais voir mon épouse, il faudrait que je m'aventure ici,
répondit Gwendall d'un ton qui faisait mine d'être léger mais ne l'était pas vraiment, parce que ce qu'il disait était la pure vérité.

Elle avait raison de lui faire remarquer qu'il était rarement présent au château - ce qui allait à l'encontre de son devoir, sans doute. Mais il estimait avoir raison aussi de lui faire remarquer qu'elle-même n'était presque plus jamais dans cet endroit qui était leur chez-eux, et où il aimerait pouvoir tout reprendre de zéro. Il savait bien que c'était faux. Mais c'était bien évidemment impossible. C'étaient les premiers mots qu'ils échangeaient depuis un moment, et contrairement à ce qui avait été leurs habitudes, entre eux, il n'y avait plus ni sourire de complicité, ni gestes d'affection. En dépit de tout l'amour qu'il pouvait y avoir entre eux (car Gwendall aimait toujours sa femme, bien sûr), un fossé semblait les séparer, maintenant.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Dim 10 Juin - 14:50

Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
Il était évident que Abygaëlle aurait pu accueillit d’une autre manière son époux, mais elle ne pouvait pas se retenir de lui faire la remarque qu’elle lui faisait. Oui, l’homme ne passait clairement pas assez de temps dans ce château, alors qu’il était quand même de son devoir de le faire. Il n’était plus un simple paysan maintenant, il était le père de la princesse. Abygaëlle savait combien la situation était pesante pour lui, elle l’était depuis le jour où ils avaient recueilli Victoria, mais c’était un choix qu’ils avaient fait à une époque et ils s’étaient donnés du mal pour obtenir ce qu’ils avaient aujourd’hui. Tout cela, c’était pour permettre à leurs jumelles d’être à l’abri des tous besoins, qu’elles ne connaissaient pas la faim et la pauvreté comme ils avaient pu connaître eux de leur côté. Alors, ça n’avait pas exactement marché comme ils l’avaient voulu à l’époque, parce qu’ils n’avaient aucune idée d’où se trouvait Eleonore – du moins, Abygaëlle ignorait où elle se trouvait, mais ce n’était pas le cas de Gwendall – et que Abygaëlle regrettait qu’ils ne soient pas tous heureux avec leurs deux filles (quand bien même, avant tout cela les choses avaient déjà commencé à se dégrader)... mais ce n’était pas comme s’ils pouvaient revenir en arrière et empêcher Eleonore de faire la pire erreur de sa vie. En attendant, Anna se trouvait là et c’était tout ce qui comptait normalement.

Mais Gwendall ne manqua pas de lui faire une remarque de son côté en affirmant que s’il voulait la voir, il devrait se rendre au château. Effectivement, Abygaëlle ne pouvait pas contredire son époux, elle passait plus de temps au château que dans leur maison, mais elle trouvait ça normal. Elle n’était plus aussi souvent chez-eux, elle devrait peut-être, mais Abygaëlle considérait que sa place était auprès de Anna.

« Quoi de plus normal que ton épouse soit auprès de ta fille. »
Lui répondit-elle, dans un ton léger, quand bien même il était teinté de reproche de nouveau. Parce que contrairement à elle, Gwendall ne passait pas autant de temps qu’il le faudrait auprès de Anna. Alors qu’elle avait forcément besoin de ses parents, dans une telle situation. Après ce qu’elle avait dû faire. Que ça soit concernant Victoria... ou bien parce qu’elle devait se faire passer aux yeux du monde pour sa sœur jumelle, et que toutes personnes qui ne se trouvaient pas dans le secret l’appelait pas un autre prénom. « Tu n’as plus besoin de travailler comme ça Gwendall. » Dit-elle dans un soupir, attrapant ses mains. « Tu devrais te reposer. »

Il en aurait le droit après tout, il devrait le faire. Ils avaient fait tout cela pour ça. L’une de leur fille était la princesse de Féerie, elle avait épouse Gabriel, c’était ce qu’ils voulaient. Et ils n’avaient plus besoin de vivre comme des paysans. Abygaëlle avait envie que Gwendall lâche enfin prise, parce qu’elle avait juste envie de retrouver son époux. Et elle se disait que c’était la seule solution, qu’il fasse ces efforts. Sans se rendre compte qu’elle devrait en faire de son côté.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 609
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Dim 10 Juin - 15:14


Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
B

ien sûr, Abygaëlle n'avait pas totalement tort, c'était son rôle, pour ne pas dire son devoir, que de rester auprès de leur fille, il ne pouvait pas être d'un avis différent. Mais cela revenait à négliger le fait qu'ils n'avaient pas qu'une seule fille, mais bel et bien deux, et que le sort de l'une d'elle ne devait pas faire oublier celui de l'autre. Ils n'avaient pas une seule fille, mais deux, non, ils en avaient trois, même, car Victoria devait compter aussi... Ils n'étaient de bons parents pour aucune des trois. Peut-être que son épouse pensait vraiment pouvoir réparer les morceaux en se contentant e choyer une seule d'entre elles, et c'est vrai que la position d'Anna n'était pas la plus enviable, elle qui avait ni plus ni moins qu'assassiné sa jeune soeur, elle qui devait maintenant porter la nom de sa jumelle qu'elle avait évincé du trône. Mais c'était ainsi, Gwendall, même s'il aimait profondément Anna, se sentait bien plus ému par le sort d'Eleonore à l'heure actuelle que par celui d'Anna, et s'il fallait vraiment choisir de ne soutenir qu'une seule de ses filles faute de pouvoir les aider toutes, il choisirait cette dernière. Mais impossible de le faire comprendre à son épouse, bien sûr.

Plus d'une fois, Gwendall avait envisagé de passer aux aveux et d'apprendre à sa femme qu'il avait repris contact avec Eleonore, qu'il savait plus ou moins où elle était, comment elle allait, avec qui elle était et qui elle faisait. Mais voilà, il n'avait plus confiance en Abygaëlle. Il n'aurait jamais cru, aux débuts de leur mariage, que cela arriverait un jour, et c'était pourtant le cas... Il ne lui faisait plus confiance. Elle était trop proche d'une royauté à laquelle lui-même avait été dévoué mais en laquelle il ne savait plus croire à présent... dont il se détournait un peu plus à mesure que passaient les jours... Ce qui rendait le dialogue si difficile à présent. Ces mains qui serraient les siennes étaient dorénavant des mains inconnues. Oh, il aimait toujours son épouse, plus que tout, et il ne pensait pas être capable un jour de cesser de l'aimer, quoi qu'elle puisse dire ou faire, mais plus rien n'était pareil dorénavant, et il ne pouvait pas prétendre ne pas s'en rendre compte.

-Je sais,
répondit-il simplement. il savait, oui, qu'il n'avait plus besoin de se tuer à la tâche, et qu'ils pouvaient mener enfin la vie qu'ils avaient tant convoitée, au prix de terribles sacrifices. Mais j'en ai besoin. Il jeta son regard autour de lui. Cette vie... C'est ce qu'on voulait, je sais, et si toi et Anna êtes heureuses, alors je le suis aussi. Ou pas, pas tout à fait. Mais ce n'est pas pour moi...

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Dim 24 Juin - 11:30

Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
Ça serait tellement plus simple si Gwendall se contentait juste de profiter de la situation, après tout ce qu’ils avaient fait. Mais Abygaëlle connaissait suffisamment son époux pour savoir que ce n’était pas ce qu’il faisait. Il continuait de se tuer à la tache dans leur champ, alors qu’il était le père de la princesse et qu’il pouvait profiter pleinement du château, qu’il devrait profiter pleinement du château. À une époque, Abygaëlle n’aurait vraiment pas cru être si peu sur la même longueur d’onde avec Gwendall. Autrefois, ils faisaient tous ensemble, ils pensaient de la même manière, ils vivaient les choses ensemble. Mais aujourd’hui, ce n’était plus le cas. Et alors qu’elle tentait de le convaincre de revenir vers elle, qu’elle tentait de briser un peu l’espace entre eux… elle avait le sentiment qu’il reculait. Est-ce que Gwendall avait tous les torts ? Clairement pas non. Abygaëlle en avait énormément aussi de son côté, mais elle préférait ne pas les voir. Elle considérait qu’elle faisait ce qui devait être fait pour leur famille. Parce que même si elle s’inquiétait forcément pour Eleonore et qu’elle n’aimait pas que sa fille soit dans la nature, sans savoir comment elle allait, elle ne pouvait pas nier le fait qu’elle avait le sentiment dans tous les cas que sa fille les avait abandonnés, qu’elle avait abandonné sa jumelle. Et même si Anna avait fait des choses horribles, elle ne les avait faits que pour le bien de la famille… parce que ça devait arriver. Elle manquait d’objectivité, bien sûr, mais elle ne pouvait pas s’en rendre compte.  

Quand Gwendall affirma que cette vie, qu’ils avaient tant rêvé, n’était pas pour lui… Abygaëlle eut le sentiment que son époux lui donnait un coup dans le cœur. C’était idiot sans doute, mais elle avait un peu le sentiment que son mari était en train de les abandonner. Alors qu’il précisait tout de même qu’il était heureux si elle-même et Anna étaient heureuses… mais ça ne suffisait pas. Ce n’était pas ce que Abygaëlle voulait. Elle voulait que leur famille soit heureuse. Que Anna le soit, que elle-même le soit, que Gwendall le soit… et que Eleonore le soit aussi. Elle voulait que sa fille rentre, qu’ils soient tous heureux de la nouvelle place de Anna et qu’ils en profitent. Ils le méritaient quand même après tout ce qu’ils avaient fait.

« Comment peux-tu dire ça ? » Reprocha-t-elle à son époux, ne se rendant pas vraiment compte qu’elle ne devrait pas le faire. Que c’était surement à lui de lui faire le plus de reproche. « Après tout ce que nous avons fait. » Leur conversation ne devrait pas avoir lieu au sein du château logiquement, mais puisqu’il n’y avait personne autour d’eux… et puis Abygaëlle se forçait à ne pas parler trop fort. « Après ce que notre fille a fait. Tu ne peux pas dire que ce n’est pas pour toi. C’est ce que nous voulions. » En acceptant Victoria dans leur vie, c’était ce qu’ils voulaient oui. Et ils l’avaient eu. Bon, les choses ne s’étaient pas passés comme prévu, mais ils l’avaient quand même. Anna était la princesse, elle était à l’abris du besoin.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 609
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Dim 24 Juin - 11:46


Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
G

wendall pouvait comprendre la désapprobation et l'indignation de son épouse, il le pouvait vraiment, parce que, à quelques détails, ils avaient organisé et voulu tout cela. S'ils se retrouvaient dans cette situation à ce jour, c'était bel et bien parce qu'ils l'avaient désiré. Seulement, la vie telle qu'ils la menaient et telle que le paysan avait voulu la mener n'avaient que peu de rapport l'une avec l'autre. Lui, ce qu'il voulait, c'est que tous les membres de sa famille soient heureux et à l'abri du besoin, et résultat des courses, Eleonore risquait sa vie chaque jour de sa vie, aux prises avec le climat de manipulation ambiante qui régissait ce monde, Anna était certes devenue une princesse, mais avait perdu au final son identité et se retrouvait aux bras d'un prince qui n'avait aucune affection pour elle. Quant à leur couple, rien ne semblait pouvoir le sauver. On ne pouvait pas spécialement affirmer que leur projet était un succès, à ce stade. Alors oui, il osait prononcer les mots qu'il avait prononcé, car si Abygaëlle pouvait supporter la situation comme elle était, ce n'était pas le cas de Gwendall.

-Nous, ce n'est pas ça, que nous voulions,
répliqua-t-il alors, incapable de se taire, surtout après qu'Abygaëlle ait fait étalage de leurs torts et de leurs péchés sans oublier ceux de leur fille.

Ils s'étaient rendu coupables des pires abominations, et ils en payaient les conséquences. En soi, c'était parfaitement normal, et le paysan savait qu'il ne devrait même pas avoir le droit de s'en plaindre. Mais c'était plus fort que lui. Il détestait cette situation, ça n'avait rien à voir avec ce de quoi avaient été fait leurs rêves, que ce soient les siens ou ceux de son épouse, d'ailleurs. Abygaëlle se voilait la face, Gwendall en était sûr. Lui voudrait savoir en faire de même, mais ce n'était pas le cas. Ce qu'ils avaient fait le rongeait intérieurement, et il pouvait d'autant moins se satisfaire des quelques avantages qu'ils avaient obtenu, notamment une vie de château, alors qu'ils ne l'avaient en définitive mérité. Tout le monde avait le droit de changer d'avis, et c'était son cas.

-Le confort, la richesse, c'était un moyen, pas une fin. Moi, ce que je voulais, c'est que notre famille soit à l'abri de toute angoisse et de toute nécessité. Tu as vraiment l'impression que c'est réussi ?

Il devrait plutôt laisser couler et ne rien dire, comme il le faisait bien souvent, puisque si sa femme était satisfaite, il pouvait au moins l'être en partie. Mais il ne pouvait pas se résoudre à croire qu'elle le soit vraiment. A ses yeux, c'était tout simplement impossible. Elle n'était pas moins humaine que lui.
code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Dim 15 Juil - 17:27

Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
Abygaëlle se voilait clairement la face, mais elle n’en avait pas tant conscience que cela. Elle ne voyait pas les choses de la même manière que son époux. Ce qui était bien la preuve qu’ils n’allaient pas bien tous les deux, que leur couple n’allait pas bien. Quand bien même, cela faisait des années que ça durait maintenant. Ils faisaient comme si de rien n’était autrefois, ils se voilaient peut-être même la face, parce qu’ils avaient leurs jumelles. Mais ça faisait des années que les Odien n’étaient plus sur la même longueur d’onde. Est-ce que ça diminuait leurs sentiments ? Abygaëlle aimait toujours Gwendall et rien ne pourrait changer ça. Il était l’homme de sa vie, son époux, le père de ses filles. Ça ne voulait malheureusement pas dire qu’ils pouvaient encore se comprendre, qu’ils parviendraient à se sauver au final. Pour l’heure, Abygaëlle ne savait pas réellement où ils allaient.

Surtout quand elle voyait à quel point son époux ne la comprenait plus, ou qu’elle-même ne le comprenait plus. Il lui répliqua que ce n’était pas cela qu’ils avaient voulu et elle ne pouvait pas accepter ces propos. Ils s’étaient donnés tant de mal pour tout ça. Gwendall précisa que la richesse et le confort, ce n’étaient que des moyens. Et que la seule chose qu’il voulait, c’était que leur famille soit à l’abri des angoisses. Forcément, Abygaëlle ne pouvait pas entièrement lui donner tort, mais elle ne parvenait pas à aller entièrement dans son sens. Forcément, ce n’était pas ce qu’ils avaient, parce que Eleonore n’était pas là. Concernant Anna, même si elle avait dû faire une chose horrible, elle avait quand même une place merveilleuse et Abygaëlle était si fière d’elle. Ce n’était pas parfait, bien sûr, dans un monde parfait Gwendall et Abygaëlle vivraient au château avec leurs deux filles. Sauf que ce n’était pas le cas.

« Pas entièrement. » Reconnut-elle, puisque même si elle avait un voile épais sur les yeux, ça ne l’empêchait pas de voir certaine chose. Elle pouvait reconnaître que tout n’était pas parfait, parce que Eleonore n’était pas là. « Mais nous ne pouvons rien faire. » À quoi bon se torturer. Bien sûr qu’elle aimerait bien que sa fille ne soit pas dans la nature, qu’elle soit à leur côté et elle s’inquiétait sincèrement pour elle. Mais elle ne se rendait pas compte de ce qu’il y avait derrière tout cela, de ce que ça signifiait vraiment. Le fameux voile. « Eleonore a pris la décision de s’en aller, on ne peut rien contre ça. »

Ce n’était pas le seul problème en réalité, mais c’était ce que Abygaëlle voyait. Eleonore avait décidé de fuir, parce qu’elle n’avait pas eu envie d’épouser Gabriel. Elle avait envie qu’elle rentre, qu’elle vienne avec eux, qu’elle retrouve sa place au château, mais elle se doutait que ça n’allait pas être si évidente. Même si elle n’avait pas conscience de tout ce qu’il y avait. Elle en savait beaucoup, mais elle se leurrait aussi sur beaucoup de chose.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 609
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Dim 15 Juil - 17:54


Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
A

u moins Abygaëlle admettait-elle que la situation telle qu'ils la vivaient actuellement ne correspondait pas "complètement" à ce qu'ils avaient voulu. Ce qui, à ses yeux, ne pouvait qu'être un euphémisme. C'était de leur famille qu'il était question, là, ça ne pouvait pas être quelque chose d'approximatif, on ne pouvait pas se contenter d'un à peu près quand il était question de la famille et de la famille seulement. Gwendall était un homme entier. Il avait peut-être laissé son intégrité aux oubliettes en acceptant de traiter avec les Basiel et en prenant part à leurs magouilles, mais malgré tout, il était des sujets sur lesquels il avait un avis des plus tranchés, et nul ne saurait lui faire changer d'avis sur ce point : leur famille, c'était eux quatre (dans l'idéal eux cinq, mais il s'était fait une raison concernant Victoria), et s'ils allaient en-deçà de ce nombre, alors ils étaient incomplets. Gwendall pourrait dire que c'était mieux que rien, qu'au moins, Anna était ce qu'elle pouvait d'heureuse et en sécurité. Il le pensait vraiment, il était heureux qu'Anna s'en sorte bien (même si elle pourrait sans doute être plus heureuse), mais une sur deux, ce n'était pas assez. Une sur deux en sécurité, c'était une sur deux en danger. Une sur deux pour laquelle il ne pouvait que se faire un sang d'encre, au point de ne pas réussir à en dormir de la nuit.

Gwendall ne pouvait pas complètement en vouloir à Abygaëlle de raisonner ainsi, il y avait trop de choses qu'elle ignorait, malheureusement. Et si Gwendall lui avouait tout ? S'il lui apprenait qu'il avait revu Eleonore, s'il lui parlait de ce qui lui était arrivé, que se passerait-il ? Elle comprendrait peut-être, et même si la situation ne serait pas sauvée, ils pourraient au moins chercher à la réparer ensemble tous les deux... Mais c'était un risque qu'il n'osait pas prendre. C'était terrible à dire, encore plus de le penser, mais c'était pourtant un fait : Gwendall, qui autrefois aurait confié sa vie les yeux fermés à sa femme, n'avait pas confiance. Parler d'Eleonore, c'était prendre le risque que la nouvelle remonte jusqu'à Edgar : et bien évidemment, il ne pouvait absolument pas se le permettre...

-Et si elle n'est pas revenue, tu crois pas que ça peut être parce qu'elle est en danger ? Et s'il lui était arrivé quelque chose ? Et si elle était...

Il laissa cette phrase en suspens. Il n'osait pas la finir. Oh, il savait qu'Eleonore était toujours en vie... mais il savait aussi que ça pourrait ne pas durer. Gwendall voulait lire dans les yeux d'Abygaëlle de l'inquiétude pour sa fille disparue. Il ne voulait pas être le seul à porter cette angoisse.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Mar 18 Sep - 13:04

Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
Si Abygaëlle avait eu le choix, bien sûr qu’elle aurait préféré que Eleonore soit à leur côté. Mais malheureusement, sa fille avait pris une décision sans concerter ses parents (et en fait, c’était sans doute mieux pour elle qu’elle n’ait pas concerté sa mère), et ils ne pouvaient rien y faire dans tous les cas. Abygaëlle ne pouvait pas changer le choix de sa fille et clairement… elle regrettait qu’elle ait pris une telle décision. Alors qu’ils étaient une famille et qu’ils devaient se soutenir. Évidemment, la mère de famille ne parvenait pas à comprendre la décision de sa fille et il était évident qu’elle ignorait certain élément qui pourrait lui permettre de la comprendre un peu plus. En attendant, la femme ne pouvait donc pas faire grand-chose malheureusement et elle ne savait que trop bien que la royauté n’aimait pas l’idée que sa fille ait tout abandonné juste avant son mariage.

Gwendall reprit la parole, lui demandant si le fait qu’elle ne soit pas revenue – ce qui n’était pas tout à fait vrai, mais son époux lui cachait quelques détails encore une fois – est-ce que ça ne voulait pas dire qu’elle était en danger ? Abygaëlle n’aimait pas entendre les mots de son mari, parce qu’il avait trop raison justement. Si elle n’était pas revenue c’était peut-être parce qu’elle n’allait pas bien, ou pire. Abygaëlle et Gwendall avaient déjà perdu une fille après tout (même si Victoria n’était pas réellement leur fille, mais ça n’enlevait pas le fait qu’ils l’avaient aimé comme telle), ils pouvaient très bien avoir perdu une deuxième. Ce que Abygaëlle ne souhaitait pas bien sûr…

« Je ne veux pas y croire. »
Répondit-elle, ne cachant rien de l’inquiétude qu’elle pouvait ressentir à l’idée que Eleonore ne soit plus de ce monde. Même si Gwendall n’avait pas terminé sa phrase, la mère de famille savait parfaitement que c’était ce dont il voulait parler. Mais ce n’était pas possible, Abygaëlle ne voulait pas y croire. « J’aimerais être sûre qu’elle va bien, croie moi. » Elle ne voulait pas que son époux s’imagine autre chose, qu’il pense qu’elle n’en avait que faire de leur fille. Ce n’était pas le cas. Elle aurait aimé que Eleonore suive la même voix que sa sœur, mais elle l’aimait quand même qu’elle l’ait fait ou non. Sauf qu’elle n’y pouvait rien, tout simplement, elle ne pouvait pas changer cette situation. « Mais si elle ne revient pas… on ne peut pas savoir. »

Et ça l’ennuyait de ne pas savoir, mais que pouvaient-ils faire ? Après tout, ils ne pouvaient pas la chercher, ils ne savaient pas du tout où elle se trouvait. Et il était clair que Abygaëlle n’allait pas risquer la vie et la place de Anna pour sa sœur jumelle, même si elle voulait la retrouver bien évidemment. C’était si compliqué. Et encore une fois, Abygaëlle avait le sentiment qu’elle et son époux n’étaient pas dans la même longueur d’onde.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 609
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Mar 18 Sep - 18:45


Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
L

ire de l'inquiétude dans le regard et dans la voix d'Abygaëlle rassurait Gwendall. Non pas qu'il veuille à tout prix la savoir malheureuse ou angoissée, bien au contraire, il ne voulait que son bonheur, comme pour tous les membres de sa famille, mais parfois, il avait l'impression que son interlocutrice vivait tout bonnement... trop sereinement la situation. Parfois, il avait le sentiment qu'il oubliait qu'ils avaient eu deux autres filles (oui, il comptait Victoria dans le lot, peu importe), qu'il n'y avait pas qu'Anna... ou Eleonore... Comme si le fait que l'une ait pris le nom de l'autre les dispensait de se faire du souci pour celle à qui ce nom avait été dérobé... Mais non, Abygaëlle était vraiment inquiète, et l'espace de quelques secondes, le paysan se sentit... soutenu. Mais ce ne fut pas de longue durée malgré tout. Elle n'avait pas envie d'y croire, disait-elle. Au fond, elle l'avouait sans peut-être même s'en rendre complètement compte : elle se murait dans le déni le plus total. C'était sans doute sa manière à elle de gérer sa douleur et sa culpabilité... mais Gwendall, lui, n'était pas capable de cette force de caractère, loin de là. Malgré tout, sa dernière sentence ne fut pas plus plaisante à entendre pour autant... Gwendall observa longuement son épouse. Est-ce qu'elle y croyait vraiment, à cette attitude passive qu'elle affichait, comme s'ils ne pouvaient rien faire, comme s'ils ne pouvaient pas échapper à l'engrenage qu'ils avaient eux-mêmes créés ? Ou bien elle était juste un peu plus lucide que lui sur le sujet... Ce n'était pas impossible...

-Ou alors on peut essayer de la retrouver,
répondit-il, admettant pour la première fois à voix haute qu'il avait envie de prendre une décision qui allait à l'encontre des principes qu'ils s'étaient fixés. Et à l'encontre des décisions royales... Et ça, forcément, ça ne pourrait que les diviser.

Il ne savait pas comment Abygaëlle réagirait à cette suggestion, il ne pouvait que le présumer... Et il sentait d'avance qu'il allait lui opposer un refus catégorique, mais sait-on jamais. Il avait vu qu'elle se faisait réellement du souci pour leur fille, et il se disait qu'il parviendrait peut-être, insidieusement, à la convaincre de retrouver Eleonore... Sans lui dire, bien sûr, qu'il l'avait déjà retrouvée. Il pourrait peut-être rétabli le contact entre la mère et la fille... et sur le long terme, il pourrait lui parler du roi, de ses appréhensions, de ses refus, de ses craintes... Il avait besoin de partager tout cela avec elle, comme à l'époque où ils partageaient tout tous les deux, une époque qui lui semblait si lointaine dorénavant... Mais il se doutait qu'il faudrait y aller lentement, par étapes.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Mer 28 Nov - 23:05

Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
Abygaëlle ne pouvait pas complètement faire semblant de ne pas s’inquiéter pour Eleonore, mais elle ne pouvait pas non plus trop se préoccuper du sort de sa fille, ce qui allait forcément aller à l’encontre de la royauté et donc de Anna. Elle ne devait pas faire un choix, elle ne pouvait pas choisir entre Eleonore et Anna. C’était ses deux filles, ses jumelles, la chair de sa chair, le sang de son sang… C’était ses filles et elle les adorait, elle les aimait plus que tout. Mais elle ne pouvait pas tout gâcher simplement parce que Eleonore avait pris une horrible décision. Elle avait décidé de s’en aller, ils ne pouvaient rien faire contre ça. Mais ils pouvaient au moins… au moins, parvenir à réparer les pots cassés, à faire en sorte que Anna ne perde pas tout en conséquence.

La femme était partagée, bien évidemment, mais même si elle soutenait corps et âme sa fille, celle qui avait épousé Gabriel, elle s’inquiétait quand même pour Eleonore. Même si elle le cachait, forcément, et qu’elle n’acceptait pas du tout le choix qu’elle avait fait. Et elle apprécierait que son mari en fasse de même, qu’il parvienne à se préoccuper plus d’Anna, de la royauté. Plutôt que de continuer à vivre dans leur maison, à s’occuper de leurs champs, alors qu’ils n’en avaient plus besoin. Qu’ils n’avaient plus besoin de travailler une seule seconde pour vivre maintenant, ils avaient tous ce dont ils avaient besoin. Mais au lieu de cela, il lui fit une remarque qui la surprise. Ils pourraient très bien essayer de retrouver Eleonore. Abygaëlle ne put s’empêcher de regarder un peu autour d’eux, afin de s’assurer que personne ne les avait entendus. Parce qu’il ne serait pas une bonne chose du tout que Edgar – par exemple – entende Gwendall affirmer qu’ils devaient retrouver Eleonore. Abygaëlle n’allait pas mentir en affirmer qu’elle n’avait pas envie de serrer sa fille dans ses bras, mais ce n’était pas pour autant qu’elle était prête à prendre ce genre de risque.

« Il la cherche déjà. » Dit-elle dans une voix qui ressemblait bien plus à un souffle qu’autre chose.

Il était évident que la femme n’avait pas besoin de préciser de qui elle parlait, il était évident qu’elle mentionnait le roi. Elle avait un profond respect pour Edgar, mais elle savait aussi de quoi il était capable. Elle savait ce dont il était capable de faire envers Eleonore, forcément, et elle espérait vraiment que sa fille allait s’en sortir et que jamais ils ne la perdraient. Et s’il découvrait que Gwendall et Abygaëlle cherchaient leur fille, il était évident que ça n’allait pas leur plaire. Ça allait retomber sur Anna sans doute. Ils ne pouvaient pas prendre de risque donc, et elle n’aimait pas entendre Gwendall mentionner ce genre de risque.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 609
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   Jeu 29 Nov - 18:26


Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
G

wendall s'exaspèrerait presque du comportement de son épouse, tandis qu'elle jetait des regards tout autour d'elle comme pour s'assurer que personne n'aurait vent de leur conversation. Bon, quelque part, elle avait certainement raison de réagir de la sorte. Si qui que ce soit devait percevoir ne serait-ce qu'une bribe de la discussion, ils risqueraient gros, mais il était incapable d'observer la situation sous cet angle pour le moment : ils n'étaient pas au château, ou n'importe qui pouvait être un ennemi potentiel, ils étaient chez eux, leur foyer, l'endroit où la famille Odien avait connu ses derniers vrais moments de bonheur, c'était supposé être un endroit sûr, neutre, qu'Edgar et ses préceptes n'avait pas encore perverti... il savait qu'il s'illusionnait totalement en prétendant que c'était bel et bien le cas, mais il avait besoin d'y croire, comme il avait besoin de croire, en cet instant, que sa femme se souciait tout autant que lui du sort de leur fille disparue.

Il avait envie de lui parler du fait qu'il l'avait revue, il avait envie qu'elle partage ses espoirs et son enthousiasme... Il avait besoin qu'elle soit de son côté, tout simplement. Mais pour cela, il fallait qu'elle sache occulter ses peurs et admettre ses faiblesses. Il voulait le bonheur d'Anna, il le voulait réellement, mais ce ne serait jamais suffisant. Leurs deux filles avaient droit au bonheur, et à la sécurité... mais il y avait peu de chances pour ça.

-Et tu sais ce qui arrivera s'il la retrouve...
, répondit Gwendall d'une voix légèrement tremblante.

Après qu'Eleonore lui ait raconté comment s'était déroulé le temps qu'elle avait passé sur l'île des soupirs, Gwendall s'était tout simplement vu incapable de fermer les yeux plus longuement. Il l'avait fait dans un premier temps, c'est vrai, et il ne pouvait s'en cacher... mais ça ne saurait plus être le cas, à présent, d'autant qu'il savait que si le roi mettait la main sur Eleonore, il était bien possible qu'il choisisse cette fois de lui faire payer son insubordination de façon bien moins "douce".

Il la tuerait, c'était évident... et si ce jour devait arriver, ils ne pourraient pas se voiler la face, il faudrait qu'ils s'en tiennent pour en partie responsables. Parce que c'est ce qu'ils étaient. Depuis le tout début, depuis le jour où on leur avait confié la garde de Victoria, et qu'ils avaient accepté de marchander avec la royauté. Il voulut ajouter quelque chose, qu'ils pourraient cacher Eleonore ici, s'ils la retrouvaient, que personne n'aurait besoin d'en savoir quoi que ce soit de toute manière... mais il n'osa prononcer mots. Il en avait déjà trop vu, c'était beaucoup trop.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir. (Gwendall <333)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» [RP] Mariage de Myckilem et Naurestel
» Du mariage hobbit
» Nouveau Cabinet + 20000 emplois en Haiti ! Quel miracle ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le grand château-