Partagez | 
 

 Le secret est l’écrin du bonheur. (Aurore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Le secret est l’écrin du bonheur. (Aurore)   Ven 8 Juin - 14:40

Le secret est l’écrin du bonheur.
Aygaëlle n’était pas au fait de toutes les affaires – quand bien même, elle était dans le secret de certaines choses, qu’elle avait connaissance de certaines choses que d’autre ignorait et qu’il valait mieux qu’ils continuent d’ignorer d’ailleurs – mais elle sentait bien qu’il y avait quand même une certaine tension au château. Ou alors, la mère de famille se faisait seulement des idées ? Les tensions qui existaient entre elle et Gwendall ne l’aidait pas forcément à ne pas en ressentir d’autre. En plus du fit que Abygaëlle n’avait aucune idée d’où se trouvait Eleonore et si elle se portait bien. Même si elle ne parvenait pas à cautionner les décisions de sa fille, qu’elle regrettait vraiment qu’elle ait décidé de s’en aller de cette manière, elle ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter un peu quand même. Elle aimerait seulement savoir où elle se trouvait et ce qu’elle faisait maintenant. Ce que beaucoup de personne savait, sauf elle pour le coup. Abygaëlle ne savait pas vraiment d’où venait cette tension qu’elle ressentait quand elle se trouvait au château. Celle qui s’était emparé de l’atmosphère de sa maison, elle savait parfaitement d’où elle venait, du fait qu’elle et Gwendall avait de plus en plus de mal à s’entendre. Ou qu’ils ne faisaient peut-être plus autant d’effort qu’avant pour se comprendre. Ça n’enlevait pas le fait que Abygaëlle aimait toujours son mari et qu’elle allait l’aimer à jamais, sauf que depuis qu’il n’y avait plus les filles chez eux… elle ne se forçait plus autant. Et elle préférait largement passer son temps au château auprès de sa fille, auprès de la seule fille qui lui restait d’ailleurs.

Elle le méritait après tout, parce qu’elle c’était ce qui était prévu depuis tout ce temps. Elle méritait de pouvoir se rendre quand elle voulait dans ce château, comme Anna méritait la place qu’elle avait maintenant. Ils s’étaient tous donné du mal, quand bien même ça n’avait pas été si difficile que cela. Parce que Victoria… Victoria était une fille adorable.

Enfin, malgré tout, ça n’enlevait pas le fait que Abygaëlle passait le plus de temps qu’elle le pouvait en compagnie de sa fille. Anna avait tout ce qu’elle méritait et la mère de famille se sentait tout simplement heureuse pour elle (même si tout n’était pas rose bien évidemment et qu’il aurait été bien mieux qu’elle n’épouse pas le prince, amoureux de sa sœur, en devant justement prendre la place de cette dite sœur… mais c’était mieux que rien après tout). Elle venait justement de passer toute une après-midi complète avec sa fille. Abygaëlle le savait, il était sans doute temps qu’elle prenne la peine de rentrer chez elle pour retrouver son époux, mais elle trainait un peu des pieds. Par chance, son chemin croisa celui d’une autre personne.

« Bonjour majesté. » La salua-t-elle comme il se devait, parce qu’elle était tout de même en présence de la reine de Féerie. Quand bien même, les deux femmes partageaient beaucoup de chose toutes les deux. « Comment allez-vous ? »
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 135
Date d'inscription : 30/09/2016

Message#Sujet: Re: Le secret est l’écrin du bonheur. (Aurore)   Ven 15 Juin - 3:13

Le secret est l'écrin du bonheur
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Décidément, ces derniers temps, personne ne pouvait souffler au château. Ou du moins, pour ceux qui avaient un temps soit peu d’importance. Mais quoiqu’il en soit, le temps n’était pas à la détente et à la procrastination. On pouvait bien dire ce qu’on voulait d’Aurore, mais en situation difficile, elle n’était pas du genre à se tourner les pouces en attendant que les choses se passent. Elle se préoccupait de l’avenir de Féerie, et donc de son avenir à elle et celui d’Edgar aussi, sans oublier son fils. Mais elle mettait Gabriel entre parenthèses ces temps-ci, étant donné qu’elle n’était pas fixée sur ses motivations et qu’elle avait quelques doutes sur lui. Elle aurait aimé qu’il en soit autrement, mais on n’avait pas toujours ce que l’on voulait, malheureusement. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle comptât laisser les choses comme ça. Elle avait pour projet de garder Gabriel à l’œil, de le faire surveiller puis d’agir en fonction de ce qu’on lui rapporterait, mais il était hors de question qu’elle reste dans le doute et la suspicion avec lui. Les choses avaient besoin d’être éclaircies. Et Edgar avait trop de soucis et de préoccupations pour le moment pour qu’elle lui en rajoute de nouvelles. Elle allait s’occuper de cela toute seule, ou du moins, autant qu’elle le pouvait. Si la situation lui échappait de trop, ou que les choses prenaient une trop grande ampleur, elle le mettrait au courant, évidemment. Mais autant le laisser avec ses plans pour contrecarrer Nathaniel pour l’instant. Mais dans tous les cas, les prochains temps allaient être mouvementés, il faudrait se tenir prêt à y faire face, mais Aurore préférait garder confiance. Elle avait confiance en Edgar pour ça. Elle le lui avait affirmé d’ailleurs, il saurait rétablir les choses, tout remettre en ordre.

Mais Aurore avait besoin de se changer un peu les idées, de se détendre. Sortir du château elle n’y pensait pas. Elle avait toujours détesté se mêler à la cour, elle n’avait rien à leur dire à tous ces gens, et elle préférait de loin le confort du château auquel elle était habituée depuis de nombreuses années maintenant. Mais elle n’avait pas besoin de sortir pour s’aérer un peu l’esprit, elle pouvait juste se promener un peu dans les ailes où elle était sûre de ne croiser aucun indésirable. C’est qu’il pouvait y en avoir un certain nombre, et parfois plus proches qu’elle ne l’aurait voulu. Enfin bon, malheureusement, elle ne pouvait pas choisir totalement les individus qui les entouraient, Edgar et elle. Quoiqu’il en soit, elle n’avait pas vraiment l’envie de se voir faire des courbettes à tout va par les autres. C’est alors qu’elle vit s’approcher une silhouette qu’elle connaissait très bien, mais ce n’était pas une mauvaise surprise. Abygaëlle était une femme qu’elle savait apprécier. En fait, elle était même la seule Odien qu’Aurore appréciait.

« Bonjour majesté. Comment allez-vous ? »

Aurore lui adressa un sourire poli, mais tout de même avec une pointe de sincérité. Elle la voyait assez fréquemment roder dans le château, sûrement pour y voir sa fille. Aurore n’avait d’ailleurs aucune sympathie pour cette dernière, ni pour sa sœur ou Gwendall. Mais fort heureusement, c’était à Abygaëlle qu’elle avait à faire.

« Abygaëlle. Je fais au mieux, l’atmosphère est un peu pesante ces temps-ci mais les choses vont en s’arrangeant. Et vous ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Re: Le secret est l’écrin du bonheur. (Aurore)   Lun 27 Aoû - 14:25

Le secret est l’écrin du bonheur.
Quand Aurore Basiel lui adressa un sourire, Abygaëlle lui répondit avec grand plaisir. Même si forcément, la femme n’oubliait pas qu’elle avait devant ses yeux la reine de ce royaume, elle osait croire qu’il y avait quand même une affection particulière et surtout sincère entre elles. En même temps, si les deux femmes ne s’appréciaient pas, il était évident qu’elles ne se trouveraient pas ici aujourd’hui. Du moins, sans ce qui avait pu se passer dans le passé, sans ce que Aurore avait pu demander à la jeune mère qu’était à l’époque Abygaëlle, celle-ci n’aurait pas une place comme celle qu’elle avait dans le château. Quand bien même, elle ne manquait pas de profiter en grande partie de la place de sa fille. Mais c’était pour la bonne cause. Une manière pour elle de s’assurer que ce qu’elle s’était donné du mal à obtenir ne disparaissait pas. Et il y avait quand même encore quelque ajustement à faire, mais ça viendrait bien assez vite. Tant que Anna avait sa place et tant qu’elle jouait le rôle qu’elle devait jouer, alors tout devrait bien se passer.

En attendant, Abygaëlle était sincèrement heureuse de croiser le chemin de la reine, elle appréciait toujours énormément sa présence. Si elle appréciait Edgar, elle ne pouvait pas nier qu’elle était quand même beaucoup plus intimidée par le roi. Et elle aimait l’idée de pouvoir avoir une discussion avec la reine, en tant qu’amie. Même si elle ne pouvait pas oublier sa place et son rang, elle appréciait à chaque fois quand elles pouvaient discuter toutes les deux. La reine ne manqua pas de lui affirmer d’ailleurs qu’elle faisait au mieux, parce que l’atmosphère était quelque peu pesante ces derniers temps. Cela, Abygaëlle ne pouvait pas dire le contraire. Elle avait bien conscience (comme tout le monde sans doute) qu’il y avait une pression constante et pour diverses raisons d’ailleurs. Aurore précisa tout de même que les choses allaient en s’arrangeant et Abygaëlle n’avait aucune raison de mettre en doute les propos de la reine.

« Je me porte bien. »
Répondit-elle avec sincérité également. « Même si je ressens comme vous la pression de l’atmosphère. » En même temps, il n’y avait aucune raison qu’elle ne le ressente pas. Et plus encore parce qu’elle savait que l’une de ses filles en était en partit responsable. Elle n’avait aucune idée d’où se trouvait Eleonore et il y avait encore tant de chose qu’elle ignorait, mais elle savait bien que cette histoire n’était pas anodine. Que l’échange entre les sœurs avaient quand même causé quelques pressions. « Je suis ravie d’entendre que les choses vont en s’arrangeant. »

Est-ce que tous s’arrangeaient ? Sans doute pas non. Dans un monde parfait, Abygaëlle avait envie de retrouver sa complicité avec Gwendall, avait envie de retrouver Eleonore et qu’ils vivent tous les quatre heureux en profitant du mariage de Anna avec Gabriel. Mais c’était clairement trop utopiste de penser ça.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 135
Date d'inscription : 30/09/2016

Message#Sujet: Re: Le secret est l’écrin du bonheur. (Aurore)   Mer 19 Sep - 20:24

Le secret est l'écrin du bonheur
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abygaëlle était la seule personne de la famille Odien qu’Aurore arrivait à apprécier. Avec Gwendall c’était loin d’être le grand amour, et les rapports entre eux étaient froids et hypocrites la plupart du temps. Les jumelles, autant ne pas en parler, elle n’aimait ni l’une ni l’autre, comme ça pas la peine de choisir. Et quant à Olivia… eh bien celle-là elle oubliait tout simplement son existence, simple comme bonjour. La gamine n’avait rien demandé à personne, mais elle n’aurait jamais dû venir au monde, au moins les choses étaient redevenues à la normale de ce point de vue-là. Eleonore faisait involontairement, ou volontairement, souffrir Gabriel et en plus de cela elle voulait jouer les rebelles, et quant à Anna… Elle ne la sentait pas cette gamine. C’est tout, elle ne lui revenait pas et c’était ainsi. De toute façon, les personnes qu’Aurore tenait en estime et appréciait se tenaient sur les doigts d’une seule main. Elle n’accordait pas sa confiance et son amitié à tout le monde, au moins, elle ne se ferait pas planter de couteau dans le dos. Alors oui, elle appréciait Abygaëlle mais elle gardait tout de même quelques réserves. Abygaëlle restait une mère, et vu qui étaient ses enfants, elle ne pouvait lui accorder toute la confiance qu’elle pourrait vouloir. C’était juste de la prévoyance.

Enfin, si elle ne pouvait lui faire totalement confiance, elle pouvait au moins la considérer comme une amie. Aurore appréciait passer des moments avec elle, pouvoir discuter un peu. Cela ne faisait de mal à personne, et puis elle n’était pas obligée d’évoquer des secrets d’état pour ça. De toute façon, Aurore ne parlait à personne des décisions que prenait Edgar ou des situations de crise s’il ne choisissait pas d’en informer le peuple. La seule personne avec qui elle osait se confier un peu si ce n’était pas lui, c’était Jocaste. Et pour ce coup-ci, elle avait toute confiance en sa dame de compagnie. Depuis toutes ces années, et avec tout ce qu’Aurore lui avait confié, elle ne l’avait jamais trahie, pas une seule fois.

« Je me porte bien. Même si je ressens comme vous la pression de l’atmosphère. Je suis ravie d’entendre que les choses vont en s’arrangeant. »

Tout le monde le ressentait. Mais heureusement, la plupart des gens ignoraient totalement pourquoi il y avait cette sensation là partout à Féerie, et tant mieux. Inutile que tous accourent pour savoir le pourquoi du comment, il y avait bien d’autres choses à gérer en ce moment. En tout cas, même si tout ne retrouvait pas son calme et sa normalité, elle savait qu’Edgar faisait de son mieux pour contenir tout cela, et ce n’était vraiment pas facile en ce moment. Mais elle continuait de soutenir son époux du mieux possible. Elle n’était pas sûre de ce que savait Abygaëlle ou non. Sûrement beaucoup, à la vue de sa position. Mais Anna ne devait pas connaître tous les détails, elle était plutôt mise à l’écart tout comme Gabriel, et Aurore voyait mal son fils parler de ça avec elle de toute façon, vu la relation, ou plutôt non relation qu’ils entretenaient.

« Oui, il faut bien. Les choses doivent se remettre dans l’ordre, c’est essentiel. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 91
Date d'inscription : 05/06/2018

Message#Sujet: Re: Le secret est l’écrin du bonheur. (Aurore)   Sam 1 Déc - 10:06

Le secret est l’écrin du bonheur.
Même si Abygaëlle n’était pas au courant de tout ce qui se tramait à Féerie – quand bien même, elle était déjà au courant de pas mal de chose aussi, elle connaissait certain secret –, elle sentait bien cette tension palpable qui régnait dans le château. Elle ne pouvait pas exactement dire d’où elle venait, même si elle savait quand même que ça avait un rapport avec la disparition de sa fille. Elle ne savait pas ce que Eleonore faisait en dehors du château, elle savait simplement qu’elle était recherchée. Elle ne se savait pas, comme son mari le savait de son côté, qu’elle avait des relations vraiment peu convenables avec des personnes que Edgar ne pouvait que considérer comme un danger. Puisqu’ils étaient clairement un danger pour lui. Mais même sans savoir tout cela, sans avoir eu les confidences de son époux, elle sentait bien la tension qui régnait. Et elle espérait plus que tout que ça se calme, parce que ce n’était pas maintenant que Anna était la femme de Gabriel qu’elle souhaitait que tout dérape, bien au contraire.

Aurore affirma donc qu’il fallait bien que les choses s’arrangeant, que les choses devaient rentrer dans l’ordre, que c’était essentiel. En un sens, Abygaëlle était parfaitement d’accord avec la reine, qui était l’une de ses amis mine de rien, quand bien même elles n’avaient pas évolué dans le même monde jusqu’à… jusqu’à ce que Anna devienne une Basiel. Et encore maintenant, Abygaëlle n’était finalement que la mère de la princesse, mais elle jouissait de quelque privilège qu’elle n’hésitait pas à profiter. Mais elles étaient proches, évidemment, puisque sinon… Victoria n’aurait jamais appartenu à la famille Odien. Quand bien même, malgré cette proximité, il y avait des… choses délicates. Abygaëlle savait bien que les choses devaient rentrer dans l’ordre, c’était même plus qu’essentiel. Et en même temps, la femme ne pouvait pas s’empêcher de se dire que c’était en partie de sa fille qu’il était question. Même si elle ignorait la plupart des choses, elle savait que sa fille avait fui le château quand même. Et elle n’était pas sûre que ça soit une bonne chose que Edgar la trouve. Elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire que sa fille s’était mise dans de beau drap et qu’elle risquait gros. Et même si Abygaëlle ne le montrait pas forcément, elle n’avait aucune envie qu’il arrive quoi que ce soit à Eleonore.

« Oui c’est important. »
Dit-elle donc, en le pensant vraiment, mais en gardant quand même son masque de circonstance. Elle était pleinement du côté de Edgar, elle le soutenait dans ce qu’il faisait, elle aimait la royauté de Féerie. Mais elle aimait sa fille, et elle ne pouvait pas complètement l’ignorer. Même si ça ne l’empêchait pas d’avoir quelques soucis avec Gwendall. « Et je fais entièrement confiance à votre époux pour que tout soit parfait, comme d’habitude. »

Parce que ça devait être comme ça, ce qui ne l’était pas était caché, enfouit.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le secret est l’écrin du bonheur. (Aurore)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le secret est l’écrin du bonheur. (Aurore)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret War
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» La cuisine du bonheur
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le grand château-