Partagez | 
 

 FB - Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison [pv Odelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rebellion
Messages : 752
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: FB - Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison [pv Odelle]   Lun 13 Aoû - 15:35


Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison
D'

un coup, tout était devenu noir... Elle saurait à peine exprimer l'angoisse qui la saisit au coeur et au ventre quand elle se réveilla, dans cette cage obscure, l'odeur du sang lui affleurant les narines, le coeur au bord des lèvres. Cela faisait plusieurs semaines que leur chemin avait croisé celui de la sorcière. Au début, ça avait été comme un rêve, comme un doux mirage. Leurs parents les avaient abandonnés dans une maison déserte des jours durant, et la faim était devenue tout bonnement insupportable. Il y avait eu cette traversée éprouvante des bois. Chaque pas était plus difficile que le précédent, mais ils avaient tenu bon. Et il y avait eu ce parfum agréable et entêtant, effluves sucrées de pain d'épices. Bien sûr, ils n'avaient pas pu résister. Ils avaient frappé à la porte, cette jeune femme leur avait ouvert. Elle semblait sympathique, agréable, compatissante... Elle les avait invités sous son toit, leur avait offert le gîte, et surtout le couvert. Et ils en avaient abusé... encore, encore, encore... quand leurs carrures avaient commencé à forcir, quand un léger embonpoint était venu grossir leurs traits, ils avaient commencé à se douter quelque chose. Alors ils voulurent s'enfuir... et puis... qu'est-ce qui s'était passé, ensuite ?

Daphnée ne s'en souvenait plus. Ce qu'elle savait, en revanche, c'était qu'il faisait noir, qu'elle était allongé sur un sol dur et moite, et que ça sentait le sang. Sa tête était lourde, douloureuse, et elle eut de mal à émerger, à s'échapper de la bulle oppressante et invisible qui semblait l'empêcher de revenir totalement à la raison, à la réalité de la situation. Ce qui parvint à la réveiller plus sûrement que n'importe quoi d'autre, cependant, fut la pensée qu'elle eut soudain pour son frère. Elle ne l'entendait pas ne serait-ce que remuer ou respirer à côté d'elle, et pour ce que ses yeux savaient distinguer dans l'obscurité... il n'était pas là.

-Louis !
l'appela-t-elle, aussi vivement que ne lui permettait sa voix légèrement rauque.

Elle se redressa, saisie d'une angoisse terrible. Elle balaya ce qu'elle savait voir du regard, et ses yeux tombèrent sur une silhouette beaucoup trop familière. La sorcière était là, en face d'elle. Et son cauchemar ne faisait que commencer.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 26
Date d'inscription : 12/08/2018

Message#Sujet: Re: FB - Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison [pv Odelle]   Ven 7 Sep - 11:37

Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Odelle devait bien avouer qu’elle avait eu de la chance ce coup-ci. Que ces deux enfants viennent frapper à sa porte. Les pauvres, seuls, affamés et frigorifiés. Odelle les avait bien entendu recueillis tous les deux chez elle et leur avait donné de quoi manger et se reposer. Odelle avait eu une conversation avec une des ses amies sorcières récemment, cette dernière lui avait intimé de goûter à la chair tendre et gouteuse des enfants. Odelle n’était jamais contre une nouvelle expérience, bien au contraire, et puis l’idée était amusante et alléchante. Alors en voyant ces deux petits, évidemment, elle s’était mise en quête de les manger tous les deux. Mais pas tout de suite, non, ils avaient presque la peau sur les os, elle n’en tirerait rien. Il fallait d’abord les épaissir un peu, faire naître un peu de gras, ce ne les rendrait que plus délicieux encore. Elle ne saurait dire lequel était le plus appétissant des deux, en les voyant tous deux plus joufflu déjà que lorsqu’ils avaient frappé à sa porte. Et elle se demandait également s’il y aurait une différence de goût entre les deux, étant donné leur différence de sexe. Elle aurait bientôt la réponse de toute façon, surtout que les deux jeunes enfants avaient eu l’envie de partir. Non, non, non. Ils ne partiraient pas, qu’ils aient découvert toute la supercherie ou non, ils finiraient tous les deux dans son ventre.

Elle fut contrainte de les assommer tous les deux, oh magiquement bien sûr. Elle n’aurait pas voulu lever la main sur des enfants, il fallait faire les choses bien. Elle entreprit de commencer par le garçon, étant donné qu’il était le plus dodu des deux. Inutile de décrire avec précisions les méthodes entreprises pour le déguster, mais ce qu’il y avait à en dire, c’est qu’il n’a pas souffert, et qu’il était fort succulent, elle avait hâte de passer à la petite fille. Mais elle ne la mangerait probablement pas tout de suite, il faut dire que le petit Louis l’avait fort repue.

-Louis !

Oh tiens, la petite était réveillée. Fort bien, évidemment, il lui faudrait la retenir captive, mais ce ne serait pas bien compliqué pour elle. De toute façon, elle ne la laisserait pas partir. Son amie avait raison, les enfants étaient délicieux. Le met le plus savoureux qu’elle mangé depuis sa naissance, c’est pour dire. Elle observa la fillette et sourit doucement, elle était intelligente, elle comprendrait toute seule ce qui s’était passé. C’était ainsi, la loi du plus fort, et les sorcières étaient plus fortes que les petits enfants, donc ces derniers se faisaient manger.

« Eh bien, eh bien. Ne t’affole pas ainsi, tu pourrais te blesser, ce qui serait fort dommage tu ne crois pas Daphnée ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 752
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: FB - Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison [pv Odelle]   Ven 7 Sep - 18:37


Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison
P

lus cette femme l'intimait au calme, plus Daphnée sentait l'angoisse la gagner. Elle avait la nausée, son coeur battait à tout rompre, elle frissonnait sans savoir si elle avait froid, juste peur, ou les deux... Elle avait envie de fermer les yeux, de ne plus les rouvrir que pour se retrouver dans le confort de sa chambre, si pauvre était-elle... pour se retrouver en compagnie de son frère, qu'elle tenta encore d'appeler plusieurs fois, ignorant les propos de la sorcière, pour accuser en réponse un silence angoissant et oppressant. Le calme de cette femme qu'elle avait trouvé autrefois si douce et gentil ne faisait qu'accentuer la peur qui lui serrait les entrailles... Elle préfèrerait encore qu'elle l'engueule ou qu'elle l'insulte, peu importe, n'importe quoi qui révèle une cruauté qu'elle discernait sous la surface, et que lui suggérait bien trop cruellement l'absence de son frère... et l'odeur de sang... même si elle n'osait toujours pas y croire.

-Où est mon frère ? Qu'est-ce que vous lui avez fait ?
demanda-t-elle d'une voix blanche.

Oh, la réponse, quelque part, elle la connaissait déjà, mais tant qu'elle pouvait avoir ne serait-ce que le fragment d'espoir que Louis soit toujours en vie, même si en piteux état, elle s'y accrocherait de toutes ses forces. Leurs parents les avaient abandonnés, mais ils avaient toujours pu compter l'un sur l'autre. Il l'avait soutenue, et supportée dans tous les sens du terme, elle aurait été perdue sans lui, au sens propre comme au figuré... Si quelque chose devait lui être arrivé, elle ne s'en remettrait pas... Ou elle ne se pensait pas capable de s'en remettre. En le perdant, elle perdrait une partie d'elle-même. Elle l'avait sans doute déjà perdue... Mais au-delà de la pensée qu'il était arrivé à son frère une chose irréversible, au-delà de l'idée de ne jamais le revoir, il y avait l'angoisse des circonstances. Leurs présomptions se révélaient justifiées, mais quelle était la frontière entre la réalité et ce que leurs esprits d'enfants effrayés avaient imaginé ? Et si cette frontière avait été dépassée ? Elle peinait à respirer, comme si un poids gigantesque la compressait tout entière, et elle retenait son souffle sans le vouloir, guettant la réponse de son interlocutrice.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 26
Date d'inscription : 12/08/2018

Message#Sujet: Re: FB - Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison [pv Odelle]   Jeu 27 Sep - 22:22

Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Odelle ne devrait-elle pas se sentir coupable et désolée en voyant le regard perdu de Daphnée, qui semblait comprendre le sort de son frère sans pour autant réussir à l’assimiler ? Peut-être, mais ce n’était pas le cas. C’était ainsi, elle devait se nourrir. Oui certes, elle n’était pas obligée de manger des enfants, ni des êtres humains tout court, mais maintenant qu’elle avait adopté ce régime alimentaire, elle se voyait mal s’en passer. Est-ce que les hommes ressentaient de la compassion ou des remords pour le gibier qu’ils tuaient ? Eh bien c’était exactement la même chose pour Odelle. Le destin avait fait que ce fut Daphnée et Louis qui frappèrent à sa porte, mais elle n’avait rien contre eux. D’autres enfants auraient connu le même sort funeste, et d’ailleurs, il était presque temps que Daphnée rejoigne son frère. Enfin, quand Odelle aurait de nouveau faim, mais ça ne saurait trop tarder. Elle n’avait pas de craintes à ce niveau-là.

-Où est mon frère ? Qu'est-ce que vous lui avez fait ?

Bon, la petite ne semblait pas vouloir ou pouvoir se calmer. Et lui dire la vérité ne l’aiderait pas, mais Odelle ne pouvait pas vraiment inventer une histoire. Un accident ? Non, il n’y avait plus de corps. Et elle ne pouvait pas lui dire qu’il était tombé tout seul dans le four. Daphnée était une enfant, mais elle avait de la jugeotte. Au fond, elle pourrait presque apprécier la petite fille, dans un autre monde peut-être. Dans celui-là, elle était son prochain dîner. Enfin, quoiqu’il en soit, il fallait qu’elle soit vigilante. Il fut facile d’en attraper un pendant qu’ils étaient encore assez naïfs, malgré leurs soupçons naissants. Mais maintenant, il allait être plus difficile de garder Daphnée. Ou alors, elle pouvait toujours l’enfermer dans une cage en attendant de pouvoir la déguster… ça pourrait être une idée. Elle allait y songer plus attentivement. Pour l’heure, il fallait que Daphnée retrouve son calme, ce qui s’annonçait compliquer. Quoiqu’il en soit, elle ne pouvait pas lui annoncer de but en blanc qu’elle avait tué et mangé son frère, ce serait peut-être trop cru pour une enfant, sans jeu de mots ici. Elle la toisa un moment, avant de sourire à nouveau. Inutile de se montrer trop méchante après tout.

« Ton frère est dans un monde meilleur à présent, enfin, c’est l’avis de certains. Je l’ai simplement soulagé de sa misérable vie. Maintenant, il doit être heureux. Mais tu le rejoindras bientôt ma chérie, ne t’en fais pas. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 752
Date d'inscription : 04/10/2014

Message#Sujet: Re: FB - Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison [pv Odelle]   Sam 29 Sep - 11:27


Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison
S

on frère était dans un monde meilleur, à présent... Daphnée avait beau être naïve, elle savait parfaitement ce que ça signifiait. Ellle ne le savait que trop bien... Et c'était comme si on venait de lui arracher une partie d'elle-même. Oh, elle l'avait deviné, mais entendre cette femme le lui confirmer, sourire aux lèvres, c'était encore autre chose, et c'était douloureux. Jamais plus elle ne reverrait Louis. En frapppant à la porte de cette maison, ils avaient signé leur arrêt de mort à tous les deux... pourquoi elle ne s'était pas méfiée plus tôt ? Elle aurait pu empêcher un tel drame de se produire. MAis non, il était trop tard. Louis était mort, il ne reviendrait plus... Et elle était loin de penser que le monde qu'il ait rejoint puisse être meilleur... même si n'importe quel monde qui ne soit pas ici ou maintenant semblait devoir forcément être meilleur. Les larmes obstruaient son regard tandis qu'elle se sentait partagée entre une rage intense à l'adresse de cette femme ignoble qui lui avait pris sans scrupule ce qui comptait le plus au monde pour elle... et une douleur infinie, celle d'une soeur qui ne reverrait plus jamais son frère.

Jamais elle n'avait vécu quoi que ce soit d'à ce point éprouvant... et elle savait que si elle ne faisait rien, jamais elle ne vivrait quoi que ce soit tout court. Et même s'il était assez tentant de simplement laisser faire, puisqu'elle n'aurait plus rien si elle n'avait pas son frère, elle ne voulait pas le rejoindre, pas de cette façon-là, du moins. Il était hors de question de laisser cette femme gagner, qu'importe la manière. Elle recula autant que l'espace confiné où elle était enfermée le permettait.

-Qu'est-ce que vous avez l'intention de me faire ?


La tuer seulement, elle ne le croyait pas. Pourquoi se serait-elle donné tout ce mal si son intention n'était que de s'en prendre à eux ? Et pourquoi s'en prendre à eux, d'ailleurs ? Pour le simple plaisir de faire couler le sang ? Peut-être. Cette femme était cruelle. C'était clair, c'était évident. Pour le moment, Daphnée essayait surtout de gagner du temps, espérant se trouver une échappatoire. Mais où qu'elle regarde, elle ne voyait aucune issue. Si ce n'est le destin terrible auquel elle semblait vouloir la condamner.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: FB - Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison [pv Odelle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
FB - Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison [pv Odelle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grignoti, grignotons, qui grignote ma maison ? C'est le vent, le vent, le céleste enfant !
» Maison de Nara
» Maison de Riiko
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» Maison de retraite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: La forêt :: Des maisons tapies dans les bois-