Partagez | 
 

 La cinquième roue du carosse [pv Joseph]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Féeriens
Messages : 425
Date d'inscription : 06/08/2017

Message#Sujet: La cinquième roue du carosse [pv Joseph]   Lun 5 Nov - 18:13



La cinquième roue du carosse
L

a vie n’avait pas son pareil pour toujours reprendre son cours, et plus encore dans ces moments où on l’en imaginerait incapable tant elle avait été bouleversée par des événements aussi violents qu’exceptionnels. Jocaste avait déjà pu en faire le constat après la fin de la première guerre. Le monde tel qu’elle le connaissait alors avait radicalement changé : un nouveau roi sur le trône, un nouvel ordre, mais surtout, pour elle, ce qu’elle pensait être le décès de Geoffroy. Cet événement tragique aurait dû marquer pour elle la fin de tout, mais la vie avait pourtant continué. Elle avait changé, c’est vrai, mais elle s’était adaptée, et elle avait adopté un nouveau cours. Il avait toujours manqué quelque chose à Jocaste depuis ce jour, il lui avait manqué son mari. Mais elle avait appris à faire avec, ou plutôt à vivre sans. Elle avait trouvé un nouvel emploi auprès de la reine, elle avait fait de son rôle de servante sa nouvelle raison de vivre, et la vie avait bien continué…

Le même constat était à observer avec le retour de l’homme qu’elle aimait dans sa vie. Ça avait été si inattendu, si fort, si exceptionnel, qu’il avait été difficile de croire alors que son existence reprendrait une nouvel fois son fil, inlassable. Ça avait été le cas pourtant. Mais avec une nouvelle dynamique, une nouvelle routine, qu’elle adorait. S’ils l’avaient sans doute espéré tous les deux, ils avaient bien vite compris qu’ils ne pourraient pas se contenter de reprendre leur relation où ils l’avaient arrêtée, trop de choses avaient changé, eux-mêmes avaient beaucoup trop changé… Mais cela n’empêchait pas Jocaste de savourer intensément chaque moment qu’elle passait dans les bras de son époux. Elle apprenait seulement à s’éloigner de ces mêmes bras pour revenir à ses occupations, à ses obligations, qui au passage lui tenaient terriblement à cœur.

Aussi, si dans un premier temps, elle avait eu beaucoup de mal à s’éloigner des bras de Geoffroy, comme si elle craignait qu’il disparaisse définitivement dès que ses yeux ne pourraient plus se poser sur lui, elle parvenait de plus en plus facilement à s’éloigner pour reprendre ses habitudes… et elle commençait à se faire à l’idée qu’il ne partirait plus, qu’elle ne le perdrait plus. Ou du moins pas avant longtemps, ce qui suffisait à la rassurer.

Jocaste savait que son époux devait s’entretenir avec le roi, et se doutait qu’il n’en aurait pas fini alors qu’elle-même pouvait profiter d’un peu de temps libre, aussi choisit-elle de ne pas rejoindre immédiatement ses appartements et préféra-t-elle profiter du temps doux et clément pour se promener un peu dans les jardins du château… où elle fut par hasard une rencontre, qui lui était (innocemment) plaisante.

-Joseph, comment vas-tu ?


code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 26
Date d'inscription : 04/11/2018

Message#Sujet: Re: La cinquième roue du carosse [pv Joseph]   Mer 21 Nov - 9:44

La cinquième roue du carosse
 
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Même si Joseph était maintenant un garde et un soldat confirmé, il ne voulait pas relâcher ses efforts, et encore moins les entraînements. Il était de son devoir, après tout, de rester en forme pour servir au mieux le roi et sa famille, et les protéger, bien entendu. C’était sa mission, celle qu’il devait exercer et celle qu’il s’était fixé. Joseph était un fervent supporter du roi et de son règne, aussi grand roi que l’était le précédent, si ce n’est plus. Les gens pouvaient dire ce qu’ils voulaient, Edgar maintenait un règne de paix et de prospérité. Qu’importe les magouilles et les traitrises, dont Joseph était totalement ignorant soit dit en passant, mais il fallait bien se donner les moyens pour obtenir ce que l’on désirait, et c’est exactement ce que Edgar Basiel avait fait. Et Joseph ne pouvait que l’en féliciter et éprouver une certaine fierté à servir un homme tel que lui. Il est certain que Joseph ferait toujours tout ce qui était en son pouvoir pour le servir au mieux.

Il est vrai qu’il vouait une admiration certaine à Edgar, et Joseph voudrait être mû de la même détermination que lui. Certes, il était déterminé, aucun doute là-dessus, mais il hésitait à aller là où il voulait alors qu’Edgar n’avait pas hésité pour s’emparer du trône. Mais ce n’était pas le trône que Jospeh convoitait, il le laissait bien volontiers à leur roi, lui cherchait à s’emparer d’une femme, ce qui n’était pas moins compliqué loin de là. Joseph était sans doute trop lent d’action, par deux fois il l’avait été. Et cela l’agaçait, il était en colère contre lui-même, mais également contre celui qui lui avait dérobé cette même femme deux fois de suite. Surtout qu’au final, il ne voyait pas pourquoi Geoffroy plutôt que lui, surtout que de son point de vue, Joseph valait beaucoup plus que Geoffroy Wincane.

Pourquoi Jocaste ne l’aimait-elle pas lui ? Il aurait beaucoup plus à lui offrir que Geoffroy et la rendrait bien plus heureuse, il le savait pertinemment. Rien qu’à voir les moments qu’ils avaient passé ensemble quand Geoffroy était absent. Rien de déplacé, évidemment, Jocaste avait bien trop d’honneur et de grâce pour cela, mais tout de même, il en gardait de très bons souvenirs. Et il espérait qu’elle aussi, mine de rien.

Geoffroy revenu, elle n’avait sûrement rien d’autre en tête et encore moins lui. Cela le peinait, il n’allait pas le cacher, et il était tant de changer la donne, ce n’était pas parce que son époux était de retour qu’il devait relâcher ses efforts et abandonner. Hors de question, l’abandon ce n’était pas pour lui. Et il ne s’y résoudrait jamais, traitez le de fou, cela lui importe peu.

-Joseph, comment vas-tu ?

Il lui adressa un sourire et procéda à une légère révérence à son encontre. Même si elle n’occupait pas vraiment un statut inférieur au sien, cela lui faisait plaisir de la considérer comme telle. Il était vraiment content de tomber sur elle quoiqu’il en soit, c’était toujours un véritable plaisir.

« Bien mieux maintenant que je t’ai devant moi, je le concède. Et toi, comment te portes tu en cette belle journée ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 425
Date d'inscription : 06/08/2017

Message#Sujet: Re: La cinquième roue du carosse [pv Joseph]   Mer 21 Nov - 18:50



La cinquième roue du carosse
J

ocaste afficha un fin sourire flatté quand son interlocuteur affirma se sentir bien mieux à présent qu'il l'avait face à lui. Elle pourrait prétendre ne cerner dans ces mots que la marque d'une affection toute amicale, mais ce serait mentir que d'affirmer qu'elle n'y discernait pas une certaine abiguité dans ses propos... tout comme ce serait mentir que d'affirmer qu'elle ne faisait rien pour le tenir à distance. C'était forcément flatteur, d'entendre ce genre de propos, et aucune compagnie ne lui avait fait autant de bien que celles de Joseph et de la reine en l'absence de Geoffroy. Ce qui ne changeait rien au fait que s'il ne s'était rien passé entre eux, avant, Jocaste ne sachant se défaire du souvenir de son époux qu'elle avait cru défunt, cela ne risquait certainement pas de changer maintenant, alors que son mari était de retour. Malgré tout, elle ne comptait certainement pas se priver d'une compagnie qui lui restait quoi qu'il en soit agréable. Sans compter qu'elle n'oubliait pas à quel point sa présence avait su lui faire du bien autrefois...

Elle n'allait en rien se priver d'une compagnie qui lui était agréable et plaisante sous prétexte que Geoffroy était de retour, loin de là, et s'il avait un peu de temps devant lui, puisqu'elle en avait devant elle, elle serait ravie de passer du temps en sa compagnie. Il allait bien, quoi qsu'il en soit, et elle était vraiment heureuse de l'apprendre. Sous ses apparences froides et détachées, Jocaste avait toujours voulu le bien-être de celles et ceux à qui elle tenait, quand bien même ils n'étaient pas bien nombreux..

-Comme tu l'as dis toi-même, c'est une belle journée, comment pourrait-on aller mal en ces circonstances ?


En considérant l'état du royaume et en admettant que la Couronne était menacée... ce qui était bel et bien le cas, il y avait de bonnes raisons d'aller mal, en réalité, de très bonnes, même, tout bien considéré, mais elle n'avait pas envie de s'appesantir sur ce sujet en présence de Joseph... tout comme elle ne pensait pas que ce soit réellement nécessaire.

-Tu as du temps devant toi ? J'avais l'intention de marcher un peu.

Sous-entendu, il apprécierait qu'il l'accompagne si le coeur lui en disait.
code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 26
Date d'inscription : 04/11/2018

Message#Sujet: Re: La cinquième roue du carosse [pv Joseph]   Sam 8 Déc - 22:19

La cinquième roue du carosse
 
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Joseph ne pourrait passer meilleure journée que si cette dernière était en compagnie de Jocaste. Il n’y avait pas possible comparaison. Rien que de la croiser, égayait sa journée. Rien que de la voir sourire lui mettait du baume au cœur. Cela pouvait paraître niais, et certains iront même à dire que c’était dégradant pour un homme de son statut et son rang, mais Joseph n’en avait que faire, surtout qu’il n’était absolument pas d’accord avec ce genre de commentaires. Joseph aimait passionnément et sincèrement Jocaste, c’était de l’amour pur, le plus fort qui soit. Et même si ce n’était pas réciproque, il savait que cela le serait bientôt. Il y travaillait dans tous les cas. Et ne comptait pas s’arrêter avant d’obtenir gain de cause. Il savait qu’il y arriverait, Jocaste lui était destinée, et elle se trompait complètement avec Geoffroy et perdait son temps. Mais elle le découvrirait bientôt. Il ne perdait pas espoir, il ne le perdrait pas. Il sentait bien qu’il y avait quelque chose quand ils étaient tous les deux ensembles, il ne l’inventait pas, Jocaste était réceptive. Il manquait juste un petit quelque chose, il n’en doutait pas. Et cela se produirait, très bientôt.

Ce n’était pas Geoffroy et son « miraculeux » retour qui changeraient quoique ce soit. Joseph n’allait pas le laisser détruire tout ce qu’il avait tenté de construire ces deux dernières décennies, il ne fallait pas trop rêver. Même si cela pouvait paraître peu aux yeux des autres, Joseph sentait qu’il y avait eu un réel rapprochement entre eux, et il ne comptait pas laisser les choses ainsi. Il continuerait à se battre pour elle, il ne lâcherait pas l’affaire.

-Comme tu l'as dis toi-même, c'est une belle journée, comment pourrait-on aller mal en ces circonstances ?

En présence de Jocaste, Joseph oubliait tout. Il pourrait même en oublier Edgar et son rôle de garde, tant ses yeux lui faisaient perdre la tête. Et que dire de son sourire… Joseph était vraiment fou de cette femme, et il ne la laisserait pas. Pour rien au monde, il fallait vraiment qu’elle se rende compte qu’ils étaient faits l’un pour l’autre, c’était plus qu’évident.

-Tu as du temps devant toi ? J'avais l'intention de marcher un peu.

Comment refuser cela ? C’était tout bonnement impossible, Joseph avait tout le temps qu’il fallait pour Jocaste. Il ne pouvait rien lui refuser, et n’avait pas envie de lui refuser quoique ce soit dans tous les cas. Il voulait la rendre la plus heureuse et satisfaite possible. Même avec les choses les plus simples.

« Evidemment, ta compagnie m’est toujours très agréable, et je serai fou de vouloir m’en passer. Je suis tout à toi ma chère, pour le temps que tu voudras. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 425
Date d'inscription : 06/08/2017

Message#Sujet: Re: La cinquième roue du carosse [pv Joseph]   Dim 9 Déc - 17:49



La cinquième roue du carosse
J

oseph avait toujours su se montrer des plus flatteurs envers elle, en plus d'être agréable et galant, et elle devait bien reconnaître que ce n'était pas pour lui déplaire. En même temps, c'était tout naturel que d'apprécier être ainsi complimenté, mais dans le cas de Joseph, c'était d'autant plus plaisant que Jocaste osait croire qu'il pensait chacun des mots qu'il prononçait. Ce qui devrait l'inviter à mettre des distance entre eux... mais l'encourageait plutôt à faire l'inverse, en réalité, pas pour s'amuser à un de ces jeux dangereux qui briserait le coeur de son époux, mais parce qu'elle était tout simplement incapable de se passer d'un ami à ce point agréable, qui l'avait aidée et soutenue durant toutes ces années de deuil, présent et attentif, à l'écoute de la moindre de ses pensées, et du moindre de ses besoins.

-A la bonne heure, en ce cas,
répondit-elle avec un grand sourire, ravie de pouvoir passer un peu de temps avec un ami qui saurait écouter ses confidences, la conseiller et avec qui, tout simplement, elle pourrait parler de tout et de rien, avec le grand plaisir d'avoir trouvé une oreille attentive, et également ravie de pouvoir se repaître de la moindre confidence ou anecdote que Joseph choisirait de lui accorder.

Elle se dirigea donc d'un pas léger mais décidé vers les jardins du château, propices aux longues promenades et aux conversations. Où elle appréciait de se balader durant son temps libre, quand elle pouvait en avoir l'occasion.

-Alors, quelles sont les nouveautés ? Qu'as-tu à me raconter ? Je veux tout savoir !


Et c'était le cas, ce n'étaient pas des mots qu'elle prononçait pour la forme. Avec Aurore, Joseph était la personne dont elle se sentait la plus proche (exception faite de Geoffroy, cela va sans dire, mais il avait toujours été et serait toujours une exception, quoi qu'il advienne, et même s'il avait dû ne pas revenir), et elle était donc toujours soucieuse de son état, et de ce qui pouvait accaparer ses pensées, ou animer son existence. Comme elle ne s'était jamais privé de tout lui apprendre dans les moindres détails de sa propre existence. Une complicité qu'elle n'avait pas l'intention de voir s'éteindre, même à présent que son époux était de retour.

code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La cinquième roue du carosse [pv Joseph]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La cinquième roue du carosse [pv Joseph]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Senatris Edmonde Beauzile denonse konplo kandida o Sena Willo Joseph pou UCADDE
» Joseph Lambert ap seme terè nan Jacmel
» Palace Ducarme Joseph presumé gwo chef bandi
» Raymond Joseph mis a l'ecart pour cause de DECHARGE
» MICHEL JOSEPH MARTELLY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le grand château :: Les jardins-