Partagez | 
 

 Le sac d'une femme [PV Anna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Le sac d'une femme [PV Anna]   Dim 6 Juil - 18:55



Cela faisait longtemps que Michael avait épuisé toutes ses ressources. Son dernier travail rémunéré remontait à des lustres et le fruit de ses rapines était consommé depuis un moment déjà.

Voilà pourquoi il se trouvait ici. Aaah ! Le grand marché … Grouillant et fourmillant du matin jusqu'au soir d'une foule anonyme et pressée. Des dizaines et des dizaines d'étales colorés, animés et bruyants.
Et quel bruit ! Impossible de s'entendre penser. Il se demandait bien comment il était possible de négocier dans ce brouhaha.
Et c'est ce qu'il aimait ici en réalité, être anonyme. S'oublier dans le flot débordant de ces rues éphémères qui, à la nuit tombée disparaissaient en emportant avec elles l'effervescence de la journée.
Il se sentait apaisé, l'esprit tranquille, alors qu'il se concentrait, observant ça et là le peuple gesticulant.

Déambulant, il attendait. Il attendait de trouver le bon moment pour agir. Il devait se fondre dans la masse et attraper ce qu'il lui fallait aussi normalement que si c'était naturel.

Et alors qu'il allait se lancer, il aperçu du coin de l’œil un être inhabituel au milieu de toute cette agitation.
Elle, parce que l'être en question était une femme, suintait de richesse. Parée de bijoux, ses longs cheveux blonds brossés en une cascade soyeuse, sa robe somptueuse soulignant ses formes, elle évoluait au milieu de la plèbe.
Elle dénotait totalement dans ce lieu si populaire, tout en ayant l'air d'y appartenir plus que quiconque. Elle paraissait si lointaine, à des milliers de kilomètres de là, et pourtant si proche, exposée à ses yeux scrutateurs.
Pour parachever le tableau, la jeune femme possédaient deux magnifiques orbes vertes ornant son visage, relevées par un sourire éblouissant et hautain.
Elle était belle, pas une de ces beautés fades qui ne sont qu'apparences. Sa vrai beauté résidait dans le feu ardent de ses yeux intelligents et enflammés.

Curieux, il décida de la suivre. Que faisait donc une noble dame, certainement proche de la famille royale, ici ?

Son ventre le rappela cependant à des réalités plus importantes.
Rapide et habile, il se dirigea vers elle, tendit la main vers son sac et disparut dans la foule sous les cris indignés de la demoiselle.
Il allait pouvoir faire d'une pierre deux coups : gagner de l'argent grâce à la revente des bijoux et autres objets de valeur contenus dans le bien volé mais également en apprendre plus sur elle. Ne dit-on pas que le sac d'une femme est une extension d'elle-même. ?

C'est alors qu'il s'arrêtait dans une ruelle, loin de l'agitation ambiante du marché et qu'il ouvrait le bagage à main qu'il entendit une voix féminine l'apostropher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Famille royale
Messages : 203
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Le sac d'une femme [PV Anna]   Dim 10 Aoû - 13:22

    C'était une journée comme beaucoup d'autres. Une princesse n'a pas grand chose à faire la plupart du temps, sinon se montrer en compagnie de son époux lors de réception et parfois interragir un peu lors d'audiences. Je ne suis pas une grande fan de ces obligations protocolaires, mais c'est le devoir qui s'accorde à mon titre, alors je le fait sans rechigner et avec le sourire. Aujourd'hui, je me suis levée tôt pour me rendre au grand marché. Celui-ci étant un peu éloigné du château, j'ai demandé à mon côcher de m'y conduire. J'ai également emmené un serviteur avec moi car une princesse ne porte jamais elle-même ses achats, ce serait très inconvenant. J'ai décidé d'offrir un présent à la reine pour son anniversaire, mais je ne suis pas très au courant de ses goûts, c'est pourquoi j'ai prévu de me rendre auprès du marchand où elle a l'habitude d'aller. Lui, sans hésiter, saura ce qui plaira à sa meilleure cliente. Pendant le trajet, je songe au chemin que j'ai parcouru pour me trouver là où je suis. J'ai pris goût au fait de donner des ordres et de conseiller Gabriel sur ses choix princiers. Cependant, parfois, l'époque de Piquiel me manque. Ma vie de paysanne n'était pas aussi horrible que je préfère le croire. Je sursaute lorsque mon valet ouvre la porte du carrosse arrêté. « Nous sommes arrivés, votre Altesse. » Dit-il avec hésitation. Je me contente de hocher la tête et de sortir délicatement. Ce n'est pas le moment de rêvasser.

    Sans regarder en arrière, je m'engage sur le marché. Les passages entre les étalages sont remplis de personnes qui se bousculent et qui parlent trop fort. On se croirait dans un essaim d'abeilles. Avec mon passé de fille de ferme, on pourrait croire que j'ai l'habitude de cette ambiance haute en couleurs, mais il n'en est rien. J'ai et j'aurai toujours horreur de ce brouhaha incessant. Dans le tumulte, soudain, je me sens plus légère que de normal. Mon sac ! Je me retourne pour prévenir mon valet, mais cet incapable a du se laisser embarquer par la foule car je ne le voit nul part. Du coin de l'oeil, je remarque un jeune homme très mince et mal vêtu qui s'éloigne avec...ma bourse ! D'un pas vif, je me lance à sa poursuite. « Écartez-vous de mon chemin ! » J'ordonne afin que les paysans me laissent passer. Ma tenue doit suffire à leur faire comprendre que j'appartiens à la famille royale et qu'il vaut mieux obéir. Je retrouve le voleur dans une ruelle un peu plus loin. Se croyant tiré d'affaire, il a commencé à fouiller mon sac. C'est d'un ton calme mais menaçant que je m’adresse alors à lui. « Les temps sont-ils si durs que les roturiers prennent maintenant le risque de voler une personne de sang royal ? Je pourrais vous faire décapiter avant d'empaler votre tête sur une lance. » Mon regard est dur et mauvais. Ma voix douce est aussi glaciale qu'un vent d'hiver. Nul doute que je serais capable de mettre ma menace à exécution.

_________________
Dreams are for babies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le sac d'une femme [PV Anna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compliments à ma femme et à ses Léopards
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Une femme aurait accouché d’un poisson...
» L'écrivain Georges Anglade et sa femme sont morts dans le séisme
» Et Dieu créa la femme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: En dehors du jeu... :: Les archives-