Partagez | 
 

 Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Mer 15 Oct - 18:05




I

l faisait chaud, extrêmement chaud. Il avait beau s'y être attendu, rien ne pouvait véritablement vous préparer à cette différence de climat. C'était à peine s'il avait trouvé cela supportable, quand il était revenu la première fois, et avait retrouvé Latika, mais il lui semblé que la température, en ces lieux désertique, était plus intenable encore que celle qu'il avait déjà expérimenté. Il avait bien fait de ne pas demander à Eleonore de le suivre dans ces étendues sablonneuses. Autant il n'avait pas eu véritablement scrupule de la mener en ces lieux qui pouvaient s'avérer aussi dangereux pour elle que pour lui (puisqu'elle était avec lui et que nombreux étaient ceux qui rêvaient de le voir mourir), autant, à cette étape-ci de son voyage, il ne voulait pas qu'elle l'accompagne. D'autant qu'il ne savait pas le moins du monde ce qu'allait donner sa rencontre avec cet homme, qui pour une fois n'était pas une vieille connaissance, juste quelqu'un dont il avait entendu parler, et qui avait éveillé en lui suffisamment d'intérêt pour qu'il décide d'en savoir plus et d'avoir une conversation avec lui... Au petit bonheur de la chance. C'était souvent comme cela qu'il fonctionnait, au final.

Qui était donc cet homme ? Eh bien, en définitive, Nathaniel n'en savait pas tant que cela à son sujet. Il savait qu'il s'appelait Gorav Kannha, et qu'il avait été au service du sultan. À la vérité, Nathaniel se trouvait un certain nombre de points communs avec cet homme. Tous deux avaient été au service du souverain de leurs pays respectifs, tous deux avaient été trahis et éconduits par ce même souverain, tous deux erraient désormais, animés chacun par leur propre désir de vengeance.  Le sultan, de toute évidence, avait aussi bon caractère que ce bon vieil Edgar. Dans tous les cas, il y avait là quelque chose à creuser, et il comptait bien ne pas s'en priver. C'était Latika, qui lui avait soufflé quelques mots à son sujet, elle qui avait assisté au "renvoi" de Gorav. Elle n'avait pas pu en soutirer beaucoup plus d'elle (il était déjà remarquable qu'elle lui ait soufflé cette bribe d'information sans chercher à le tuer dans la foulée), mais qu'importe. Pour le reste, pour le retrouver, il avait erré de rumeurs en rumeurs, et il lui semblait avoir atteint son but, en tous cas avoir trouvé l'homme qu'il cherchait, alors que, suivant la dernière piste qu'il lui avait communiqué, il était arrivé jusqu'à la demeure qu'il pensait être la sienne. C'était à cette porte-ci qu'il avait, en tous cas, choisi de se signaler. Il ne savait trop si cette discussion allait mener quelque part. Qui sait, peut-être qu'il ne s'agirait jamais que d'un coup d'épée dans l'eau. Mais à l'heure où le fugitif s'appliquait à rassembler le plus d'éléments possible afin d'assouvir sa juste vengeance, il devinait que ce Gorav pourrait bien être un pion utile sur cet échiquier à échelle humaine.
La porte s'ouvrit enfin.

-Gorav Kannha ?







code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Mer 22 Oct - 22:20

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Gorav avait l’impression d’être un lion en cage, ne pouvait rien faire pour avancer dans son plan d’action. Depuis que l’homme avait été renvoyé du service du sultan, il n’avait rien de trouvé de bien concret pour passer ses journées. Il travaillait quand même un peu, afin de pouvoir avoir quelque chose dans son assiette. Cependant, il ne pouvait pas s’empêcher de penser constamment à son envie de vengeance. Il n’y avait plus que cela dans sa vie maintenant, il voulait faire payer au sultan l’audace qu’il avait eu en le renvoyant. L’homme était le maître tout puissant du royaume, techniquement il avait le droit de vie et de mort sur tout le monde. Cependant, Gorav ne supportait pas cette manière qu’il avait de traiter les gens, de les considérer comme des inférieurs. Si encore l’homme avait fait une énorme erreur qui méritait son renvoi, mais ce n’était pas le cas. Il avait simplement renversé un vase, un simple vase idiot. Pour une fois dans sa vie où il avait eu le sentiment d’avancer, de pouvoir enfin avoir une vie méritante, il se retrouvait au même point.

Gorav avait passé toute la nuit à travailler pour un chantier se trouvant proche de l’endroit où il habitait. La chaleur de la journée ne pouvait pas permettre ce genre d’ouvrage, c’était un coup à perdre les ouvriers. L’homme avait donc toute la journée libre pour se reposer, même s’il ne parvenait pas à trouver le moindre sommeil. La chaleur, ses pensées sombres, c’était un cocktail très mauvais pour trouver un réel repos. Il n’avait aucune envie de se reposer en même temps, il avait envie d’agir. Mais il ne savait pas comment il pouvait bien agir contre le sultan, il devait peaufiner un plan qui n’avait pas encore de début. Il avait l’intention d’aller faire un tour près du palais, mais il ne l’avait pas encore fait. Non pas qu’il avait peur, il n’avait peur de rien. Il était en pleine « méditation » quand il entendit quelqu’un frapper. Il hésita pendant quelques seconde, ne sachant pas s’il devait ouvrir ou non. Il n’y avait aucune raison qu’il craigne d’ouvrir cette porte, mais il avait tendance à se montrer un peu paranoïaque ces derniers temps. Gorav s’approcha donc de la porte afin de l’ouvrir et découvrit un homme qu’il ne connaissait pas et qui clairement ne semblait pas être du coin. Et l’homme prononça son nom en prime.

« Ca dépend… Qui le demande ? »

Le ton de Gorav n’était pas doux, bien au contraire. Il n’avait aucune envie de se montrer sympathique avec quelqu’un qui venait chez lui comme cela, sans savoir qui il était. La moindre des choses auraient été qu’il se présente quand même dans un premier temps. Gorav ne bougea pas, se contentant de pointer son regard sombre sur l’inconnu. Il n’était pas d’ici, c’était évident, alors il se demandait bien ce qu’il faisait ici. Qu’est-ce qu’il lui voulait déjà ? L’homme ne l’attendait pas en tout cas, cette visite ne faisait que lui faire poser un tas de question.

_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid, voir glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Ven 24 Oct - 16:09




N

athaniel considéra son interlocuteur du regard... C'était bel et bien lui, donc. Quand bien même il n'avait jamais fait qu'en entendre parler de lui, il correspondait plutôt bien à l'image qu'il s'était faite de lui, physiquement tout du moins. Pour le reste, il attendait le terme de cette conversation et non sans une véritable curiosité, pour se faire une idée définitive de qui était véritablement Gorav Kannha, et de quelle manière il pouvait exploiter son potentiel... Pour le moment, il avait tout bon. Il le jaugeait du regard, il se montrait méfiant. Quoi de plus normal, lui qui était un parfait inconnu, et qui plus est, le genre d'inconnu qui ne pouvait pas passer inaperçu, en témoignait sa couleur de peau qui était déjà bien pâle pour les individus les plus pâles... Tant mieux, d'ailleurs, plus il serait intrigant au regard de son interlocuteur, plus aisément il lui serait possible de capter l'attention de Gorav, mieux ce serait. C'était de temps qu'il avait besoin. Suffisamment de temps pour le convaincre et pour laisser entendre ses opinions et projets, dans l'espoir de le rallier à sa cause. S'il était un peu curieux et très aventureux, il y avait de fortes chances pour qu'ils trouvent un terrain d'entente, tous les deux, ils avaient au moins un point commun, et qui n'était pas des moindres : une aspiration à la vengeance qui ne connaissait ni bornes ni limites, et au nom de laquelle ils étaient tous les deux prêts à toutes les concessions possibles.

-Quel impoli je fais. C'est vrai, je ne me suis même pas présenté. Je m'appelle Nathaniel.

Il guettait dans son regard, dans l'expression de son visage, dans le moindre de ses gestes, une quelconque réaction de la part de son interlocuteur. Ils ne se connaissaient pas tous les deux, ils ne s'étaient jamais vu l'un et l'autre, mais comme Nathaniel avait entendu parler de Gorav et ait eu vent de sa réputation, il était possible que Gorav ait déjà entendu parler de lui, l'homme qui avait très nettement contribué à faire que ce monde, le royaume du bout de l'océan, dépérisse... Lui qui, par quiconque savait ce qu'il avait fait en ces terres par le passé, ne pouvait être que haï, et de façon virulente.

-J'aimerais beaucoup m'entretenir avec vous. Je pense que nous pourrions... nous associer tous les deux.

Bien sûr, il pesait chacun de ses mots. Son regard planté dans celui de son interlocuteur, il ne rompait le contact visuel à aucun moment. Puisqu'il était parvenu à le trouver, il n'avait pas l'intention de le lâcher. Pas tant qu'il n'aurait pas obtenu ce qu'il voulait absolument obtenir de lui. Et il pouvait faire preuve de toute la patience possible. Il avait déjà attendu dix-neuf ans, après tout, il n'était plus à cela près. C'était une guerre qui était sur le point de se préparer,  et en ce nom il avait besoin de tout le soutien possible, il mettait en place l'échiquier. Et sur cet échiquier, il se pourrait bien que Gorav soit une pièce de choix.






code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Jeu 30 Oct - 19:55

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Gorav n’aimait pas ce genre de situation, quand il se retrouvait sans contrôle. L’homme devant lui semblait le connaitre, alors que lui ne le connaissait absolument pas. La seule chose qu’il savait, c’était qu’il était étranger. Cela se voyait de toute façon clairement, il n’y avait pas besoin d’être savant pour le deviner. Après tout, il n’avait pas le même teint que les habitants du royaume. Cependant, ce n’était pas pour autant qu’il pouvait savoir qui il était, ce qui l’ennuyait vu qu’il connaissait apparemment son nom. Gorav ne manqua pas d’ailleurs de se montrer assez retissant quand l’homme prit la parole, ne voulant pas de suite dire qu’il était bien celui qu’il cherchait. Même si dans un sens, il n’était pas compliqué de savoir qu’il était effectivement Gorav. Enfin, il ne dit rien avant que l’inconnu ne reprenne finalement la parole. Et quand il le fit, ce fut pour se présenter. Nathaniel, ainsi donc c’était le nom de l’homme devant lui. Ce nom ne lui était pas inconnu et clairement pas de bonne manière. Cependant, cela semblait étrange que le Nathaniel qu’il avait sous les yeux soit le même qui avait laissé des traces lors de la guerre, rendant bien difficile l’avenir du royaume du bout de l’océan. Cela faisait tellement longtemps, tellement d’année et l’homme devant lui était si jeune. Enfin, de toute manière, Gorav n’eut pas réellement le temps de trop réfléchir à ce détail puisque l’homme reprit la parole. L’ancien serviteur du sultan fronça des sourcils alors que l’inconnu lui affirmer qu’ils pourraient s’associer. Il trouvait cela bien étrange tout de même qu’un homme tel que lui vienne le trouver chez lui afin de lui parler d’association. Est-ce que quelqu’un était au courant de son désir de vengeance ? Ou alors était-ce une simple coïncidence ? Gorav hésita quelques secondes, ne lâchant pas du regard l’inconnu qui était sous ses yeux. Il ne savait vraiment pas s’il devait se permettre d’avoir confiance en cet homme. Et si c’était quelqu’un qui travaillait pour le sultan ? Cela ne semblait pas crédible au vu de la couleur de peau de l’inconnu. Après quelques secondes, l’homme poussa un soupire avant de se décaler.

« Entrez. »

Le mieux pour lui était de voir ce que l’homme pouvait bien lui proposer. Après tout, il ne risquait pas grand-chose à le faire entrer chez lui et d’écouter ce qu’il avait à dire. Puisque ce Nathaniel avait sans aucun doute quelque chose à dire, sinon il ne serait pas venu jusqu’à lui. S’il était persuadé qu’ils pouvaient s’associer, c’était qu’il avait quelque chose en tête. Gorav referma la porte derrière lui, ils ne devraient pas avoir de souci pour parler librement ici. Ils ne risquaient rien et heureusement, parce que l’homme avait des objectifs que peu de monde devait connaitre.

« Qu’est-ce que qui vous fait penser que nous pourrions nous associer… Nathaniel ? »

Gorav n’avait pas spécialement encore envie de faire confiance en cet inconnu, il allait donc avoir besoin de le convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Sam 1 Nov - 14:46




L'

avait-il reconnu ? Ou tout du moins associé à sa réputation ? Nathaniel ne pouvait le savoir, mais dans tous les cas, il était parvenu à son but. Il avait su capter assez l'attention de Gorav pour que ce dernier lui laisse accéder chez lui. Il ne se fit pas prier, quand son interlocuteur lui offrit de rentrer, donc, et il ne manqua pas d'observer très minutieusement l'intérieur de son hôte... Sans objectif particulier, si ce n'était celui d'essayer de le cerner le plus rapidement possible. Il ne savait pas comment allait se dérouler leur conversation, ni combien de temps elle allait durer. L'objectif était, par conséquent, d'accumuler le plus d'information possible afin de pouvoir garder l'avantage. C'était souvent pour cela que Nathaniel préférait que les conversations sérieuses du genre se déroulent plutôt chez l'autre. Car on intégrait un espace d'intimité, et si l'autre pouvait se croire avantagé car en territoire connu, il se mettait quelque part "à nu" face à son adversaire... Ajoutons que, comme de toute manière, Nathaniel n'avait plus de chez lui depuis un bon moment (gardez vous bien de qualifier ainsi sa cellule), la question ne se posait pas vraiment. Tous les indices portaient à croire que Gorav vivait seul (ce qu'il avait supposé avant même de le rencontrer), tant mieux, il valait mieux que leur conversation ne soit entendue d'aucune oreille indiscrète, quel qu'elle soit. Sans demander aucune autorisation préalable, dans cette absence gêne qui le caractérisait, souvent, il s'était assis sur le premier fauteuil qu'il avait trouvé, avant de reporter pleinement son attention sur son interlocuteur, qui attendait d'en savoir plus sur le projet de collaboration qu'il avait évoqué plus tôt.

-Nous avons un point commun, et de taille.
Il marqua une pause, ménageant son effet. Chez moi... et il devinait que Gorav saurait que ce "chez moi" signifiait Féerie, d'autant que sa couleur de peau ne pouvait clairement pas prêter à confusion. Il y a un roi que je voudrais détrôner. Si je ne m'abuse, vous avez un sultan à chasser. Tous les deux, nous avons des gouvernements à renverser. Renverser l'un suffirait à renverser l'autre. Son ton était extrêmement sérieux, stratège, même, c'était à peine s'il souriait. Pour quiconque le connaissait un tant soit peu, c'était rare que de le voir ainsi, mais l'enjeu de cette conversation méritait bien cette attitude assez singulière de sa part. Aidez-moi à me débarrasser une bonne fois pour toutes du roi Edgar, je vous aiderai une fois pour tout à vous débarrasser d'Adarsh Raddhal.

Et il ne saurait être plus sérieux. Le plan mettrait du temps à se mettre en marche, mais il ne pouvait s'épargner des éléments de valeur comme son interlocuteur. Par ailleurs, Gorav ne devait pas avoir plus de sympathie à l'égard d'Edgar Basiel que n'importe quel habitant du royaume du bout de l'océan ayant vécu la guerre. Pas alors qu'il avait laissé leur royaume dans une pauvreté si extrême (oublions le fait que Nathaniel était responsable, lui aussi).






code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Sam 8 Nov - 14:22

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Gorav ne savait pas vraiment ce qu’il le poussait à laisser cet inconnu rentrer chez lui. Mais il était curieux de savoir ce qu’il pouvait bien lui proposer, ce qu’il avait à lui dire. Ce n’était que pour assoiffer sa curiosité qu’il permit à l’homme de rentrer chez lui, dans son antre. On ne pouvait pas dire que l’homme appréciait réellement quand quelqu’un entrait dans son intimité, mais clairement il n’avait pas le choix. Il ne pouvait pas laisser Nathaniel à la porte de chez lui pour parler de ce qu’ils devaient parler, Gorav se doutait bien qu’ils devaient avoir une conversation secrète. Ainsi donc, l’homme laissa l’étranger entrer chez lui. Il ne le quitta pas du regard, alors qu’il s’installait tranquillement dans l’un des fauteuils. Clairement, on ne pouvait pas dire que cet homme était dérangé par la gêne. Soit, Gorav n’allait pas faire de remarque sur ce détail, il avait autre chose en tête. Il voulait savoir la raison qui avait poussé cet étranger à venir le voir, à venir le trouver pour parler, et il n’avait pas l’intention de se montrer très patient. La curiosité de l’homme monta d’un cran quand il mentionna le fait qu’ils avaient un point commun de taille. Gorav ne parvenait même pas à imaginer qu’ils puissent avoir un point commun, ils étaient tellement différents. L’homme ne dit rien pour autant, il se contenta d’attendre que Nathaniel reprenne la parole. Quand il parla de chez lui, il n’eut aucun mal à savoir ce que cela signifiait. Sa couleur de peau montrait bien qu’il n’appartenait pas à ce royaume et donc il y avait des déductions faciles à faire.

La suite devint bien plus intéressante. Gorav n’avait pas décroisé les bras, son regard n’avait pas quitté Nathaniel, mais l’expression de son visage avait légèrement changé. Il avait bien envie de croire en ces paroles, en cette idée d’avoir un allié dans son combat. Et en même temps, il ne pouvait pas être certain de pouvoir faire confiance à cet inconnu. Il ne connaissait rien de lui, même si les légendes de ce royaume étaient plus que présente dans l’histoire de Gorav.

« Comment puis-je être sûr de pouvoir vous faire confiance ? »
Après tout, Gorav ne savait rien de ce Nathaniel. Il pouvait très bien l’aider à se débarrasser de son roi et ensuite se faire avoir, qu’il ne l’aide pas à faire de même avec le sultan. En soit, l’idée n’était pas mauvaise il devait bien l’avouer. Il ne savait encore pas comment s’y prendre pour se venger de l’homme qui l’avait à ce point humilié. Cette alliance pouvait donc être un bon coup de pouce, à condition de ne pas se faire trahir. « Aidez-moi d’abord avec Adarsh Raddhal et je vous aiderais pour votre roi. »

L’homme n’était pas né de la dernière pluie, il n’avait pas l’intention de se faire avoir par le premier venu. Ce n’était pas en arrivant chez lui, en promettant des merveilles qu’on pouvait gagner sa confiance. Surtout quand on avait une couleur de peau si clair.

_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid, voir glacé.


Dernière édition par Gorav Kannha le Ven 21 Nov - 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Sam 8 Nov - 20:18




Q

ue Gorav s'interroge sur la confiance qu'il pouvait bien placer en Nathaniel était tout à fait logique, et le fugitif aurait reproché à l'homme un total manque d'intelligence s'il ne s'était pas ainsi exprimé si judicieusement. Évidemment, Gorav avait raison de se méfier, d'autant que si la réputation de l'ancien prisonnier le poursuivait en ces terres, il avait d'autant plus de motifs de craindre que la moindre association avec lui ne se retourne contre lui... D'ailleurs, quand bien même il ne saurait rien, il aurait quand même d'excellentes raisons de se méfier. Nathaniel n'était clairement pas le genre de personne à qui l'on peut faire confiance, il ne prêtait jamais allégeance à qui que ce soit, ou alors c'était parce qu'il faisait royalement semblant... Le fait est qu'il ne fallait jamais faire confiance à Nathaniel, cela pouvait se retourner contre vous à n'importe quel moment. Il trahissait à tour de bras, du moment que la situation pouvait aller à son avantage. Chaque individu qui croisait son chemin n'était jamais à ses yeux que des cartes de son jeu. Certains avaient seulement la chance d'être des atouts, et donc des cartes suffisamment utile et importantes pour qu'il leur accorde plus d'importance et donc les soignes un peu mieux. Gorav n'était pas encore de cette dernière catégorie, il fallait donc qu'il prenne garde et se montre prudent. Conseil que Nathaniel ne lui prodiguerait évidemment pas, puisque ce n'était pas dans son intérêt (ce au nom de quoi il agissait toujours). Il n'eut pas à répondre à cette remarque et c'était tant mieux pour lui, puisque Gorav embrayait déjà sur une nouvelle remarque, il proposait un deal qui fit s'élargir le sourire sur son visage.

-C'est de bonne guerre.
reconnut-il sans se départir de son sourire. Il était logique qu'il veuille d'abord que l'on règle son problème à lui, une fois les résultats visibles, on pourrait se charger celui de Nathaniel. Sur le principe, le fugitif aurait certainement fait mine d'accepter pour mieux contourner sa promesse par la suite, mais il avait autre chose en tête. Ce plan (car il lui arrivait d'en faire, oui) qui avait commencé à prendre forme dans son esprit avant même qu'il ne quitte l'île des soupirs. J'ai cependant autre chose à vous proposer... Il planta son regard de son interlocuteur. Si je vous disais que nous pourrions faire en sorte que la chute de votre sultan entraîne irrémédiablement celle de mon roi, qu'en penseriez-vous ?

C'était faire d'une pierre deux coups, et surtout garantir à leurs dirigeants un final d'exception, une véritable apothéose. Qui ne serait sans doute pas pour leur convenir mais eh ! Ce n'était pas pour eux qu'ils feraient tout ça. Ce serait pour leurs peuples. En tous cas, c'était ainsi que Nathaniel présentait très officiellement les choses. Il restait bien sûr évasif, comme toujours. Il n'aimait pas exposer ses projets à l'avance, il préférait les laisser deviner, c'était bien plus distrayant. Et surtout,  il adorait les inévitables questions qu'entraînaient toujours ce genre de réflexions.






code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Mer 12 Nov - 23:23

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Gorav n’était pas complètement idiot. Même s’il désirait plus que tout se venger du sultan de son royaume, il n’était pas prêt à accorder sa confiance à n’importe qui. Surtout pas à un homme si pale de peau se nommant Nathaniel. Alors non, il n’avait pas envie de foncer directement dans les propositions de cet homme qui prenait si bien ses aises dans sa maison. Il n’avait pas l’intention de se laisser avoir par se gringalet. Surtout qu’il ne connaissait réellement rien de lui. Gorav n’avait donc aucune envie de lui faire confiance, son instinct lui disait de ne pas le faire en tout cas. Et il avait l’habitude de suivre son instinct. Normalement, il ne lui faisait pas trop défaut. Cependant, l’homme ne pouvait pas nier qu’il avait besoin d’aide pour sa vengeance. Il n’avait encore aucune idée de la manière dont il pouvait s’y prendre pour atteindre le sultan. Il avait bien quelques petites pistes, mais rien de bien concret. Alors, il aurait bien besoin d’un peu d’aide. Mais ce n’était pas pour autant qu’il allait vendre son âme au « diable ». Alors, il optait plus pour une entraide à son avantage. Gorav n’avait pas envie de voir Nathaniel rompre une promesse après avoir obtenu ce qu’il voulait, alors il l’obtiendrait en deuxième lieu. Le sultan devait tomber en premier, c’était son point de vu. Mais cela ne semblait pas être le cas pour Nathaniel. L’homme affirma que c’était de bonne guerre, comprenant évidemment sa méfiance. Gorav n’arrivait pas à comprendre pourquoi il continuait de sourire, mais soit. Cela devait faire partie de sa façon d’être, même si ce n’était pas plus rassurant.

Gorav l’écouta parler de cette autre chose qu’il avait à proposer. Il ne le quitta pas du regard alors qu’il parlait de la chute de son sultan entrainant celle de son roi. Les yeux de l’homme s’ouvrirent un peu plus, alors qu’il se montrait surpris par ces paroles. Techniquement, il ne voyait pas comment cela était possible. Il ne répondit pas de suite à la remarque de l’inconnu, se contentant de l’observer dans le silence. L’homme semblait sûr de lui, mais Gorav ne le connaissait pas. Nathaniel était un grand mystère pour lui, il ne pouvait pas simplement se fier à ce qu’il voyait. Ainsi donc, il allait devoir obtenir plus d’explication afin de prendre une décision. Parce qu’effectivement, si cela était possible, cette proposition l’intéressait énormément.

« Et comment comptez-vous faire un tel exploit ? »

Evidemment, cela l’intéressait parce qu’ainsi Gorav pouvait plus sûr que son sultan allait tomber. Si Nathaniel désirait réellement voir tomber son roi, il allait l’aider sans le trahir. Du moins, c’était ce qu’il se disait. Et en même temps, il gardait le doute en lui. Jamais l’homme ne ferait réellement confiance en cet étranger, il prendrait grand soin de le garder à l’œil. Il n’était pas fou non plus, cela faisait longtemps qu’il avait appris à ne pas laisser son destin reposer entre les mains des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Jeu 13 Nov - 19:18




L

e sourire de Nathaniel (à ce stade, fallait-il à préciser qu'extrêmement rares étaient les situations où il ne souriait pas) s'élargit quand il entendit Gorav employer le mot "exploit" pour qualifier les projets qu'il avait à l'esprit. Nathaniel semblait toujours tout faire avec une infinie légèreté, et la plus grande des inconséquences, mais le fait est qu'il y avait des choses (plus que des personnes, d'ailleurs), auxquelles il accordait une grande importance, et les mots en faisaient partie. Nathaniel ne disait jamais rien sans raison, et pour chaque mot qu'il prononçait, il y avait un sens particulier... qui ne pouvait être compris que de lui seul. Et le vocabulaire qu'employaient les autres, il aimait tout autant à le décortiquer et à y lire ce qu'il avait envie d'y lire. Et le terme d'exploit lui plaisait beaucoup. Cela donnait à ses projets toute l'ampleur qu'il voulait effectivement leur donner... Et ce n'était pas un mot employé trop légèrement. Car si il arrivait bel et bien à ses fins, cela marquerait absolument tous les esprits, dans le monde de Gorav comme dans celui du fugitif. Parce que ce qu'il avait en tête tenait de l'action à grande échelle, et personne n'en sortirait indemne... mais leurs deux univers se porteraient pour le mieux. Il ne lâcha pas son interlocuteur du regard, toujours ce sourire sur le visage, quand il daigna lui répondre, employant ce ton énigmatique qui ne le caractérisait que trop bien et qui pourrait très bien agacer l'ancien serviteur du sultan.

-Il faut éveiller les consciences. Votre monde est sclérosé, en ruine... Le mien... est un tissu de mensonges. Votre monde a besoin de récupérer les richesses que les nôtres vous ont volé.
Et il était en grande partie responsable (il était peut-être même le plus responsable de tous, mais il omettrait sans mal de le préciser)... Mon monde... a besoin de voir la vérité en face. Dans tous les cas, ni Raddhal, ni Basiel ne pourront s'en remettre...

Il n'avait jamais été aussi honnête de toute sa vie... Il disait mot pour mot ce qu'il pensait, et ce qu'il avait en tête. Le royaume du bout de l'océan retrouverait-elle son luxe passé ? Ça, c'était le cadet de ses soucis, en définitif. Mais exposer Féerie à la véritable violence, celle-là même qu'Edgar avait dissimulé au regard d'autrui, c'était bien son but. Les braves habitants de ce monde avaient cruellement besoin d'être confrontés à la dure réalité.

-Ce que je veux.
ajouta-t-il sans plus de détours. C'est une guerre.

Une guerre sans merci, une guerre qui ne saurait que trop être légitimée par la façon dont s'était achevée la précédente (encore une fois en grande partie par la faute de Nathaniel, certes). Une guerre qu'il ne pourrait initier à lui tout seul et qui nécessitait qu'il se trouve des alliés... Auprès de ceux qui étaient les plus à même de douter, de préférence. Et Gorav appartenait à cette catégorie de personnes... Même s'il faudrait très certainement déployer plus d'énergie encore afin de le convaincre pour de bon quant à ses intentions, et quant à ce qu'il pourrait y gagner.






code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Ven 21 Nov - 15:44

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Gorav avait clairement du mal à croire que cela soit possible de renverser le Sultan ainsi que ce roi de l’autre monde, en même temps. Cependant, ce Nathaniel semblait y croire. Mais, Gorav ne pouvait pas lui faire confiance, du moins pas encore. L’homme avait besoin de temps avant de se laisser convaincre, si jamais c’était possible. Il ne pouvait pas nier le fait qu’il avait envie d’abattre ce Sultan, qu’il soit renversé et que sa vengeance ait lieu. Ainsi donc, il avait besoin d’aide et Nathaniel semblait être celui capable de lui en apporter. Mais il ne pouvait pas faire confiance à un homme possédant une peau si pale facilement, après tout c’était son peuple qui avait rendu le royaume aussi désastreux. Sans l’arrivée de ces hommes dans le royaume, il n’y aurait pas eu cette guerre et ils ne se retrouveraient pas dans cette situation. Mais en même temps, il ne pouvait pas s’empêcher de vouloir connaitre un peu ce que cet inconnu avait dans la tête. Il écouta donc attentivement les paroles de l’étranger. Les deux royaumes semblaient vraiment différents. Gorav ne connaissait rien de Féerie, il n’avait aucune idée de la manière dont il se portait. Mais aux paroles de l’homme, il commençait à l’imaginer complètement différent de son monde, plein de richesse. Et cela ne fut que provoquer de la jalousie en lui. Il n’en avait que faire des mondes au final, il voulait simplement sa vengeance et rien d’autre. Et en même temps, il ne pouvait pas ignorer ce que cela lui faisait d’apprendre que ce monde se portait bien parce qu’il avait volé les richesses du sien.

« Une guerre ? »
Demanda-t-il étonné par les paroles de l’homme se trouvant dans son salon. Il n’en revenait pas de l’entendre dire une chose pareille. « Vous voulez que mon peuple attaque le vôtre ? Vous désirez le donner en pâture ? »

Il arrivait encore moins à être convaincu par ce Nathaniel à présent. Evidemment, il ne le connaissait pas et ne se rendait pas compte que l’homme n’en avait que faire des potentielles innocentes victimes qu’une guerre pouvait bien causer. Ce qui n’était pas le cas de Gorav. Il savait à quel point une guerre pouvait faire perdre énormément. Cependant, si cela se passait sur les terres de Féerie, il n’y avait pas de raisons que son royaume soit directement touché. Et en même temps, il ne voyait ce que cela allait apporter à sa vengeance.

« Si nos royaumes entrent en guerre et que nous récupérons nos richesses… je ne vois pas comment Raddhal tombera. » Il marqua une courte pause avant de reprendre, poussant un soupire. « Une guerre sera profitable pour vous seulement, pas pour moi. »

Au fond, l’homme n’en avait que faire de cet autre royaume. Il accepterait de s’en prendre à lui, simplement si cela lui permettait de faire tomber ce Sultan qu’il détestait au plus haut point. Mais pour l’heure, il ne voyait pas en quoi cela allait l’aider. Il fallait que Nathaniel se montre bien plus convainquant pour parvenir à lui ouvrir les yeux.

_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid, voir glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Sam 22 Nov - 11:15




L

es réticences de Gorav était on ne peu plus légitimes. Il y avait de quoi se demander, en effet, en quoi une Guerre pourrait devenir la solution à tous leurs problèmes, en tous cas à ceux de l'ancien serviteur du roi (puisque si Nathaniel voulait démarrer cette guerre, c'était bien que, pour sa part, il y trouvait tous les intérêts possible, ainsi qu'un certain amusement, difficilement compréhensible je le conçois), mais le fugitif avait évidemment une réponse toute faite en réserve. Comment pourrait-il ne pas en avoir une, après tout ? Il ne donnait pas forcément l'impression de prévoir son coup, on pouvait parfois même se demander s'il ne se contentait pas, de manière générale, d'improviser de bout en bout, mais le fait est qu'il avait bel et bien un plan précis en tête, cette fois, et il le fallait bien. On ne parlait pas seulement de l'un de ses coups fourrés habituels, on parlait d'une Guerre, rien que cela ! Et forcément, ça nécessitait un peu plus de logistique. Il lui faudrait sûrement du temps et plus d'un argument pour convaincre Gorav, il n'était pas de ces individus impressionnables et influençables qu'il pouvait aisément corrompre et manipuler (comme il aimait tant à le faire, oui) mais il avait du temps devant lui. Le voyage avait été long, il avait une multitude de choses à faire dans tous les cas, il n'avait pas la moindre intention de faire les choses à moitié, et il insisterait le temps qu'il faudrait, imposerait ses idées autant que possible, il avait pour cela la patience, et cette capacité hors du commun à se montrer à la fois nonchalant et persévérant en n'importe quelles circonstances (c'en était parfois plus que déconcertant).

-Ce n'est pas votre peuple qui pâtira le plus de la situation, je peux vous en faire la promesse.
Quoi qu'il en pâtirait tout de même. À époque désespérées, mesures désespérées, disait l'adage, en ce qui le concernait, il trouvait que certaines situations valaient bien quelques sacrifices, du moins tant que ce n'était pas à lui de se sacrifier. Il n'en ressortira que plus fort. Il marqua une pause... Quant à votre sultan, il ne serait pas même capable de survivre à la rumeur de ce qui se prépare. Une lueur malicieuse pétillait dans son regard. Il pouvait parler des pires horreurs avec ce qui ressemblerait presque à un enthousiasme d'enfant. C'est que pour lui, ce n'était jamais qu'un jeu de plus, et certainement le plus excitant de tous. C'est une première Guerre qui a mis Adarsh Raddhal sur le trône, c'est une seconde Guerre qui l'en délogera. Son regard s'ancra dans celui d'Adarsh. Tant que le peuple n'est pas confronté à la nécessité du changement, pourquoi se soulèverait-il ? Votre royaume s'est habitué à la misère comme le mien à l'ignorance crasse, mais lorsque la situation se fait urgente, quand il est temps de prendre position, vers qui se tourne-t-on ? Vers celui qui a laissé la situation s'envenimer sans agir ? Ou vers quelqu'un d'autre... un porteur d'espoir... Il fixait Gorav plus intensément que jamais. Nathaniel voulait être ce fameux "porteur d'espoir" des Féeriens, mais il ne pouvait espérer être écouté par les habitants du royaume du bout de l'océan, encore moins avec la réputation qu'il se traînait. Son interlocuteur, par contre, et certainement sans le savoir, avait tout pour devenir son équivalent pour son peuple. Le peuple a besoin d'un porte-parole.






code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Mer 3 Déc - 21:56

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Gorav peinait énormément à comprendre l’intérêt que pouvait avoir une guerre dans sa petite vengeance personnelle. L’homme ne voulait plus que le sultan soit le chef du royaume où il vivait, mais en même temps ce n’était pas son désir non plus de cause une guerre. Le peuple n’avait pas besoin de souffrir encore plus simplement pour faire tomber le sultan. Gorav ne savait pas réellement s’il était prêt à tous les sacrifices, même si évidemment il était prêt à en faire certain. Il pouvait se montrer manipulateur s’il le voulait, mais ce n’était pas la même chose d’entraîner tous un peuple dans une guerre. Surtout que Gorav ne voyait pas comment le sultan pouvait bien tomber. Evidemment, cela ne le surpris pas, Nathaniel semblait avoir une réponse à sa question. L’homme l’écouta parler, mentionnait le fait qu’Adarsh Raddhal tomberait de son trône avec une deuxième guerre. Gorav se montrait toujours aussi septique, mais il laissa l’inconnu parler. Il devait bien avouer qu’il pouvait difficilement faire autrement que de l’écouter parler. Outre le fait que Nathaniel s’était quelque peu imposé chez lui, il était quand même intéressé par ce qu’il disait. C’était la première fois qu’il entendait parler d’idée lui permettant de mener à bien sa vengeance. Dans son but, Gorav se sentait bien souvent seul et il semblait qu’il soit tombé sur un potentiel allié. Potentiel bien sûr, l’homme n’avait aucune envie de faire confiance à Nathaniel comme cela, sans qu’il parvienne entièrement à le convaincre. Et même, il ne lui accorderait jamais entièrement sa confiance. Principalement parce qu’il avait le teint bien trop pale pour que cela arrive un jour.

Gorav était très intrigué par les paroles de Nathaniel, qui mentionnait un porteur d’espoir. Il fronça un instant des sourcils, se demandait s’il comprenait bien les paroles de l’étranger. Il ne dit rien avant qu’il ne reprenne la parole, terminant toujours énigmatique. L’homme ne bougea pas pendant quelques secondes, se contentant d’observer froidement Nathaniel. Il ne savait toujours pas réellement s’il y avait un intérêt à voir une guerre se déclencher. Il pesait le pour et le contre dans son esprit, incapable de réellement se décider.

« Et je suppose que vous ne vous voyez pas réellement en porte-parole de mon peuple. » Il n’était pas difficile à comprendre que personne dans le royaume ne suivrait quelqu’un du genre de l’homme qui se trouvait sous ses yeux. « Comment vous comptez déclencher cette guerre ? »

Gorav ne rejetait pas entièrement l’idée de l’homme, mais il avait besoin de toutes les données pour prendre réellement une décision. Si cela les menait dans une situation plus que problématique, Gorav ne prendrait sans doute jamais le risque. Même si bien sûr, Nathaniel n’avait sans doute pas besoin de lui pour faire ce qu’il avait à faire. Les choses seraient plus compliqué, mais pas impossible. Sauf que si réellement la situation ne lui plaisait pas, Gorav n’avait pas l’intention de le laisser mener un peu plus dans le gouffre son peuple.

_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid, voir glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Jeu 4 Déc - 19:07




I

l est des âmes fragiles, naïves, influençables, impressionnables, qu'il n'est guère difficile de manipuler et de modeler à sa guise, et Nathaniel ne s'en privait jamais, mais il en était d'autres, bien moins modelables, qui ne se laissaient pas si aisément abuser, Nathaniel était manifestement face à l'une de celles-ci. Cela ne le dérangeait pas pour autant, ceci dit. C'était un défi supplémentaire que de se mesurer à ce genre d'esprits, et donc, c'était comme un jeu supplémentaire. Bien sûr, le fugitif comptait bien en sortir vainqueur... quitte à tricher allègrement, comme il avait si souvent l'habitude de le faire. La difficulté, après tout, n'altérait ni ne désagrégeait le jeu, elle le pimentait juste, et Nathaniel n'était pas contre... D'autant que, pour bien des raisons, il ne s'était pas attendu à ce que Gorav le suive d'emblée et aveuglément. Il souhaitait seulement que, en fin partie, un pion supplémentaire s'additionnerait à son jeu d'échec. Si l'ancien prisonnier de l'île des Soupirs était loin de pouvoir crier "victoire", il avait tout de même réussi à capter l'attention de son interlocuteur, et c'était là une première étape tout sauf négligeable. Il posait des questions, il ne l'insultait pas ni ne le sommait de s'en aller sur le champ, et c'était un avantage dont il avait la ferme intention de profiter. Tirer profit de la curiosité d'autrui, attiser les question pour choisir soigneusement la formulation de ses réponses, c'était après tout sa spécialité. Alors, puisque des questions lui avaient été posées, il allait choisir soigneusement que dire en guise de réponse, et espérer ainsi gagner du terrain.

-Les vôtres ne m'écouteraient pas, c'est certain.
remarqua-t-il d'un ton tranquille, le ton de l'évidence, quand Gorav fit, fort à propos, remarquer qu'il ne devait pas s'imaginer porte-parole des habitants du royaume du bout de l'océan. Les raisons en étaient effectivement évidentes, aucun Féerien ne serait jamais en odeur de sainteté en ces terres, et Nathaniel encore moins que les autres. La guerre ne se fera pas en quelques heures, c'est certain. Il faut que le peuple veuille se soulever - c'est là que vous intervenez - il faut à votre peuple un nouveau prétexte à haïr le mien. C'est là que j'interviens.

Il restait encore assez vague dans ses explications, mais il ne rentrerait jamais dans le vif du sujet, dans les explications d'ordre plus stratégique et technique, qu'une fois qu'il serait sûr que Gorav était bel et bien susceptible de suivre ses plans, de trouver de l'intérêt au rôle qu'il voulait lui confier. C'était un tout, qui se mettait en place, Gorav n'était pas la seule personne que Nathaniel avait dans l'intention de convaincre, ce qui ne simplifiait guère la tâche, bien sûr, et ce qui justifiait également qu'il ne révèle ses intentions qu'en filigrane. Dans tous les cas et pour une fois, son interlocuteur aurait bel et bien à y gagner. Comme quoi il pouvait toujours advenir qu'au nom de ses propres intérêts, Nathaniel finisse par servir celui des autres.






code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Mer 17 Déc - 23:58

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Il était plus qu’évident que Nathaniel ne pourrait guider le peuple de Gorav, que ce dernier n’allait pas suivre un Féerien comme lui. La guerre était encore bien présente dans l’esprit des habitants de ce royaume, parce qu’ils avaient vécu le pire moment de leur vie. Même si cela ne venait pas sur les lèvres de chaque habitant tous les jours, elle restait quand même dans l’esprit de tout le monde. C’était d’ailleurs pour cette raison que Gorav peinait clairement à faire confiance à cet inconnu qui avait décidé de venir chez lui et lui parler d’une nouvelle guerre. Il ne savait pas s’il pouvait lui faire confiance, il n’avait aucune envie de le faire, mais c’était tentant d’accepter sa proposition. L’homme avait visiblement besoin d’un coup de main pour avancer dans son projet, afin de faire tomber le sultan qui jouissait d’une belle vie pendant que son peuple souffrait de pauvreté et de famine. Finalement, Nathaniel était peut-être le coup de main dont il avait besoin. L’homme mit quelques secondes après les mots de son interlocuteur pour reprendre la parole. Il était en train de peser le pour et le contre dans son esprit, comme depuis le début de la conversation qu’il avait avec l’inconnu. Et puis finalement, au bout de quelques secondes, il reprit.

« Bien… je dois bien avouer que c’est une proposition intéressante. » Si le peuple du royaume du bout de l’océan pouvait s’en sortir plus grand, Gorav avait bien envie de prendre le risque. Mais ce n’était pas parce qu’il envisageait sincèrement de s’allier à Nathaniel pour créer cette guerre, qu’il lui faisait confiance. Gorav avait bien l’intention de rester pleinement sur garde, de l’avoir à l’œil et de ne pas le laisser faire n’importe quoi. « Je dois faire quoi ? »

Il acceptait réellement d’agir pour suivre le plan de l’homme qui se trouvait devant ses yeux, il avait bien envie de tenter l’expérience. Il n’avait aucune idée de comment faire autrement, il n’avait aucune piste. Alors, c’était l’occasion d’avancer un peu dans son projet tout de même, en espérant que cela n’allait pas aggraver la situation du royaume. En même temps, quand on y pense, le royaume ne pouvait pas réellement se retrouver dans une situation pire que celle dans laquelle il se trouvait aujourd’hui. Alors Gorav prenait le risque.

« Je veux bien provoquer cette guerre avec vous, mais si vous me trahissez, je vous le ferais payer. »

Une manière pour lui de dire à Nathaniel qu’il ne lui faisait pas confiance. Ils allaient travailler ensemble le temps de ce plan et Gorav n’avait plus aucune envie de revoir l’homme. Il se servait de son idée, de sa possibilité à faire tomber le sultan, rien de plus. Une fois qu’ils en auraient terminés, ils n’auraient plus aucune raison de se revoir. A moins que Nathaniel ne décidé de le trahir et là, il règlera son compte. Gorav préférait se préparer au pire, afin de ne pas risquer d’être déçu.

_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid, voir glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Jeu 18 Déc - 19:02




U

n nouveau sourire (un de plus) vint s'afficher sur son visage à la réponse de Gorav. Il savait que son interlocuteur ne serait pas comme certains de ces individus qu'il aimait avoir sous sa coupe, car aussi influençables et impressionnables que de bêtes pantins. Gorav, lui, avait un minimum de jugeote, et il ne lui suffisait pas d'un peu de parlote pour que sa confiance soit endormie et pour faire de lui tout ce qu'il voulait. Bref, il avait été un défi plus que tous les autres, et Nathaniel était plus que satisfait de voir ce défi, au moins en partie relevé. L'ancien serviteur du roi acceptait de l'aider. En soi, c'était déjà une étape en avant considérable. Et surtout, il pourrait se servir de ce net avantage pour faire avancer ses pions de plus en plus nombreux, sur l'échiquier. Tout n'était pas gagné encore, bien sûr, puisque rien n'était tout à fait concret encore, mais le fugitif voyait tout de même matière à être tout à fait satisfait de lui-même. Ce n'était que le début, c'est sûr. Mais la suite serait plus satisfaisante encore. Ce serait parfait. Tout simplement parfait. Oh qu'il était impatient. Bon, bien sûr, si abuser certaines personnes, ou leur promettre monts et merveille, ne lui posait pas le moindre cas de conscience, il savait bien qu'à certains moments, il avait plus de chances de bien s'en sortir qu'à d'autres. En l'occurrence, il ne se leurrait pas le moins du monde, s'il devait abuser de la confiance de Gorav ou le trahir, il le paierait cher. Est-ce que ça le dissuaderait pour de bon de trahir son interlocuteur ? Pas si une opportunité qui nécessitait qu'il le fasse se présentait à lui. Une chance pour Gorav (pour le moment en tous cas), la trahison n'était pas au programme pour le moment, et puisqu'elles étaient dans son intérêt à lui, il comptait bien mettre ses promesses à exécution. Et au pire. Qu'il lui fasse payer. On verrait bien. Dans tous les cas, seules comptaient ses propres ambitions. Enfin, sa réputation le précédait visiblement. Et au royaume du bout de l'océan, on pouvait difficilement considérer qu'il passe pour quelqu'un d'extrêmement fiable. Au moins, on ne pourrait pas dire qu'il ne s'était pas douté avoir pactisé avec le diable. N'était-ce pas là l'image qu'on donnait de lui en ces terres ? Celle de diable ? Nathaniel voulait bien croire que oui.

-Je n'ai pas l'intention de vous trahir. Vous pouvez me croire.
Ou pas. On ne pouvait jamais vraiment croire Nathaniel. Un comble pour quelqu'un qui disait se donner pour mission principale de rétablir la vérité et de mettre fin au mensonge et aux illusions. Il marqua une pause avant de reprendre. J'ai encore quelques détails à régler. Des personnes à voir... Je reviendrai vers vous dès que ce sera fait. Et en attendant... Il vous reste encore des relations au palais du sultan, non ?

Oui, une fois de plus, il avait quelque chose derrière la tête. C'était le cas la majeure partie du temps en vérité. Quand il donnait l'impression d'improviser au fur et à mesure, il avait souvent, un plan très élaboré à l'esprit.






code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Lun 5 Jan - 17:06

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Gorav ne faisait pas encore confiance à Nathaniel, il ne savait même pas s’il allait lui faire confiance un jour. La seule chose qu’il savait, c’était que sa proposition était intéressante. Une guerre ce n’était pas rien, mais si cela pouvait permettre à l’homme de se venger de ce sultan, il ne pouvait pas nier que c’était utile. Même s’il se doutait qu’il risquait de le regretter, Gorav acceptait de collaborer un peu avec cet homme pale. Evidemment, l’homme n’avait pas l’intention de complètement faire confiance aveuglément à cet inconnu, il n’allait pas prendre ce risque. Il allait donc rester sur ses gardes et agir au premier signe de trahison en gardant bien en tête que c’était possible. Gorav préférait se montrer plus dur et pessimiste, ainsi il n’y avait pas de mauvaise surprise. Dans cette histoire, il ne pouvait faire confiance qu’à lui-même de toute façon. Ainsi, c’était bien mieux pour tout le monde. Gorav prit cependant le temps de prévenir son interlocuteur, afin qu’il ne cherche pas à le trahir. Il ne pouvait pas garantir que ses menaces étaient très utiles, mais au moins les choses étaient claires. Si jamais ce Nathaniel en venait à le trahir ou à le prendre pour un idiot, il allait le payer cher. L’homme ne répondit pas à la remarque de l’homme pale sur le fait qu’il n’allait pas le trahir, il ne lui faisait pas confiance pour autant. Il préférait ne pas le croire, dans le doute. Mais puisqu’ils avaient un intérêt commun, ils pouvaient bien s’entendre.

C’était difficile pour Gorav de se mettre à l’idée qu’il devait attendre des informations de la part de Nathaniel, parce qu’il n’aimait pas l’idée de dépendre de lui. Mais puisque l’homme était venu le trouver et qu’il avait exposé son plan, il pouvait bien concevoir de le laisser régler ces détails. De toute façon, ils n’allaient pas pouvoir agir de suite c’était évident. Ils allaient avoir besoin de temps pour mettre quelques petites choses en place. Et apparemment, les contacts que l’homme pouvait avoir au palais encore étaient intéressants. En même temps, ce n’était pas rien d’avoir quelques « entrées ».


« Effectivement, il m’en reste. » Il arrivait à Gorav d’avoir contact avec certain de ses anciens collègues avec qui il travaillait quand il était encore au service du sultan. Mais pas seulement, il pouvait même aller voir plus haut. « Je dois même pouvoir prendre contact avec la fille du sultan. » Ce n’était pas pour rien que Gorav avait toujours fait en sorte de bien s’entendre avec le sultan, même après. Parce qu’il savait que c’était le meilleur moyen de toucher l’homme, ce dernier qui tenait à sa fille comme à la prunelle de ses yeux. « J’espère avoir rapidement de vos nouvelles alors. »

L’homme pouvait se montrer très patient quand il le fallait, il était prêt à l’être donc. Sauf qu’il avait hâte que tous cela se passent et qu’il puisse enfin jouir de sa vengeance. Le sultan devait tomber et il allait tout faire pour ça.

_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid, voir glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebelle
Messages : 3844
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Mar 6 Jan - 15:03




I

l n'était aucune question que Nathaniel posait sans avoir d'arrières-pensées. Les questions innocentes appelant des réponses qui devaient l'être tout autant ? Il ne connaissait pas. Il n'avait jamais l'air de réfléchir à rien, c'était un "don" qu'il cultivait au quotidien, mais les mots qu'ils prononçaient, chacun d'entre eux, avaient toujours une raison d'être, et un parfait motif d'être prononcés, il mettait seulement plus ou moins de soin à le faire comprendre à son ou ses interlocuteurs. En l'occurrence, s'il avait demandé à Gorav s'il avait encore des contacts au palais, ce n'était pas de manière anodine, mais bel et bien parce qu'il comptait faire quelque chose de cette information qui à ses yeux était plus que précieuse. Et il eut bientôt la confirmation que ses présomptions étaient justes. Le fugitif avait entendu dire que Gorav avait passé plusieurs années au palais, au service du sultan, il n'y aurait rien d'étonnant à ce qu'il ait gardé le contact avec certains de ses anciens "collègues", d'autant que, silencieusement, beaucoup devaient être solidaires de cet homme qui avait été viré sans somations après des années de bons et loyaux services. Combien d'individus pour vouloir se dresser contre le sultan sans oser rien en faire ? Il ne fallait qu'une étincelle pour mettre le feu aux poudres... et c'est là, bien sûr, que Gorav et ses relations au sein même du palais du sultan lui seraient plus qu'utiles... et par ailleurs, c'était mieux encore que ce qu'il avait pensé et espéré. Non seulement il pouvait prendre contact avec des personnes qui faisaient encore partie de la cour, mais en plus, il pouvait contacter la fille du sultan... Et par "contacter", il entendait "influencer", cela va de soi.

-Très bien. Je suppose que tu te doutes de ce que je souhaiterais que tu fasses.


Que de conditionnel pour exprimer ce qui aurait davantage été un ordre s'il n'y avait pas mis à ce point les formes, ce n'était pas juste une suggestion qu'il lui faisait, mais une directive qu'il voulait lui transmettre. Pour que la révolte gronde, pour que la guerre éclate, pour que son grand dessein puisse aboutir, il fallait que le peuple doute, il fallait que le peuple hésite. Et si cela pouvait se passer sous le nez même du sultan ce serait mieux encore... La fille du sultan se dressant contre son père, c'était une perspective aussi réjouissante que.... Gabriel se dressant contre Edgar ? Oui. Ou presque aussi réjouissantes, parce que voir Edgar trahi par sa propre famille avait davantage de quoi le satisfaire que le même cas de figure pour Addarsh Raddhal, dont il n'avait que faire, au final.

-Ne vous en faites pas, je n'ai pas l'intention d'être très long. J'attends depuis beaucoup trop longtemps déjà.

Et c'était loin d'être un euphémisme. Dix-neuf longues années passées derrière les barreaux. De longues années pour ruminer, pour planifier, pour élaborer la plus délicieuse des vengeances. À présent, il était temps. Grand temps.








code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Royaume du bout de l'océan
Messages : 650
Date d'inscription : 14/10/2014

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   Mer 21 Jan - 23:01

Nathaniel & Gorav
Pour le fou qui se perd au coeur du désert, il n'est point de retour.
Gorav n’avait aucun mal à voir où voulait en venir Nathaniel quand il lui demandait s’il avait encore des contacts dans le palais. Il était clair que s’ils voulaient provoquer cette guerre (l’homme peinait encore à se rendre réellement compte qu’il était en train d’agir pour mettre en place une guerre contre l’autre monde), ils allaient avoir besoin de monde. Ce n’était pas juste deux hommes, dont un étranger, qui allaient soulever tout un pays. Du moins pas directement, pas sans un peuple derrière. L’ancien serviteur du sultan comprenait bien ce qu’il devait faire en effet, ce que Nathaniel sous entendait dans ses paroles. Ils devaient faire en sorte que même au sein du palais, au plus près du sultan, il y ait des personnes qui doutent. Gorav était capable de rassembler des alliés derrière lui, de soulever les gens. Du moins, il était capable de montrer que le sultan n’était pas forcément digne de confiance et pas seulement à ses anciens collègues. L’homme n’avait pas besoin des paroles de son « camarade » pour savoir qu’il devait faire en sorte de tourner l’esprit de Minati. Il y avait déjà pensé avant, parce qu’elle était la fille adorée de son père et qu’elle était sans aucun doute son point faible. Hors, le point faible proche de son ennemi le plus proche, il n’y avait pas pire pour le sultan. Gorav allait donc aller dans ce sens, entre autre, et entamer cette collaboration avec l’homme pâle, même s’il n’appréciait pas forcément les « ordres » qu’il recevait. Non pas que Nathaniel lui avait directement donné un ordre, mais l’homme n’avait pas l’intention de le laisser croire qu’il travaillait pour lui. Ils avaient un but commun, donc ils travaillaient ensemble pour ce but. Gorav n’allait pas laisser Nathaniel s’imaginer supérieur, du moins il le remettrait à sa place si jamais.

« Bien, je m’occupe de ça alors. »

Gorav ne savait pas plus ce qu’il pouvait dire à Nathaniel, ils semblaient s’être mis d’accord sur leurs actions. L’homme ne s’était pas imaginé qu’il puisse se trouver dans une situation comme cela quand il avait vu l’étranger arriver. Il avait eu envie de le renvoyer rapidement, ne voulant pas avoir à faire à quelqu’un comme lui, à quelqu’un de son monde. Mais finalement, ils avaient effectivement un point commun et ils allaient mettre cela à profit. Gorav avait hâte que toute cette histoire soit terminé, il voulait que sa vengeance ait lieu. On ne pouvait pas dire qu’il était très patient, même s’il pouvait quand même ronger son frein un moment. Sauf que maintenant qu’il avait un allié, l’homme avait bien envie de pouvoir agir rapidement. Il espérait donc que Nathaniel n’allait pas mettre trop longtemps pour lui redonner des nouvelles.

« Je ne vous retiens pas, je suis certain que vous avez énormément de chose à faire. »

Ils avaient tous les deux énormément de chose à faire en réalité. Gorav savait cependant qu’il devait se montrer prudent et ne pas trop se montrer en compagnie de Nathaniel. Autant, l’homme était capable d’obtenir la confiance des siens, autant son partenaire ce n’était clairement pas le cas. Et ce n’était pas sans raison que les étrangers comme lui étaient mal vu.

_________________
La vengeance est un plat qui se mange froid, voir glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour le fou qui se perd au coeur du désert il n'est point de retour [pv Gorav]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Objection! [N*** c'est pour les beaufs!]
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» Pour l'amour d'une fille… [PV Coeur d'Âme]
» Mordor 2000 points (GDA)
» Tu m'as trahit pour un rêve, alors je vais faire battre ton coeur pour un cauchemars [PV Hazufel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le royaume du bout de l'océan :: Le désert-