Partagez | 
 

 « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Famille royale
Messages : 203
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Mer 5 Fév - 17:55


The sound of a heart breaking.

Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Je suis désolé si je n'ai pas su te comprendre. Je t'aurais suivi n'importe où. Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Et je ravalerai ma fierté, tu es le seul que j'aime, mais je suis sur le point de te dire adieu.
Anna & Gabriel

Cette nuit-là, je ne parviens pas à dormir. Je songe. Je songe à beaucoup de choses auxquelles je ne devrais pas songer. Installée sur la tranche, je regarde à côté de moi Gabriel qui dort le plus loin possible de moi, tout au bord du matelas, me tournant le dos. J'aimerais pouvoir le détester pour le manque d'affection qu'il me témoigne, mais je ne peux que comprendre. Il est amoureux de ma sœur, pas de moi. Je soupire et repousse les multiples couvertures qui m'étouffent à moitié afin de m'extirper de la couche conjugale. Nous ne dormons ensemble que pour sauver les apparences. Le prince n'a jamais posé un doigt sur moi. Je traverse la grande pièce. A chaque fois je redécouvre avec incrédulité à quel point cette chambre est immense. Elle doit faire la taille de la maison toute entière que je partageais avec ma famille à Piquiel. Ma famille... Il n'en reste plus grand chose. Ma famille aujourd'hui, c'est la royauté. C'était mon rêve, ce que je désirais le plus au monde, mais je ne m'y sens pas aussi bien que ce que j'imaginais. Je suis une princesse, je me dois d'être heureuse naturellement. Le peuple n'attend rien d'autre de ma part. J'ouvre discrètement la fenêtre et m'appuie sur le rebord. Tout est si calme dehors à cette heure-ci... Je regarde les étoiles avec un grand sentiment de regret. Là-haut, il y a sûrement quelques personnes qui doivent me regarder avec pitié. Je ne leur donne même pas tort. Je suis pathétique.

« Je suis stupide. » Je chuchote pour moi-même.

Une larme roule sur ma joue que j’efface du revers de la manche de ma chemise de nuit. Une princesse ne pleure pas. Je ne dois pas perdre espoir. Je suis sûre qu'un jour ou l'autre Gabriel finira par me remarquer et m'aimer comme je le mérite. Il faut juste que je me montre patiente. A Féerie, tout le monde a droit au bonheur, je le sais, j'en suis convaincue. Je suis une bonne personne, pleine de qualités. Je ne vois pas pourquoi ce serait ma sœur jumelle qui recevrait tous les honneurs. Cette idiote n'a même pas été capable de saisir la chance qui lui était offerte. Elle a disparue, dans la nuit, comme un nuage de fumée. Malheureusement j'ai beau essayer de me convaincre que ce n'est pas mon problème, cette histoire m'inquiète un petit peu. Et si Éléonore avait des ennuis ? Je veux dire, de vrais ennuis ? Je soupire à nouveau et cache mon visage dans mes mains. Comment pourrais-je dormir en des temps aussi troublés ?

« Vraiment stupide... » Je chuchote encore, comme pour m'accabler moi-même de chagrin.


_________________
Dreams are for babies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 226
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Dim 9 Fév - 11:23

Dormir était devenu, étrangement, un exercice des plus périlleux pour Gabriel. Elle lui semblait si lointaine, cette époque où il lui suffisait de s'enfoncer dans ses draps pour sombrer aussitôt dans les bras de Morphée. À présent, il craignait l'heure du coucher, il craignait de partager sa couche avec celle qu'il ne savait pas aimer, il craignait les cauchemars, bien trop nombreux.

Trop de choses venaient perturber l’esprit du jeune homme, qui n’en parvenait plus à dormir, il réfléchissait à tout ce qui devait faire de lui un homme heureux, puis il pensait à tout ce qui faisait qu’il ne l’était pas, et le pessimisme l’emportait sur les quelques prétextes qu’il aurait pu trouver pour vivre heureux.

Le sommeil léger, dernièrement, il avait entendu Anna, quand celle-ci s'était levée pour se pencher vers la fenêtre. Se retournant le plus discrètement du monde, il avait ouvert légèrement les yeux, pour que ceux-ci se posent sur son épouse, qui n'avait apparemment pas remarqué qu'il s'était réveillé.

Accoudée de la sorte à la fenêtre, elle ressemblait à un ange. Ses traits fins frôlaient la perfection. Un magnifique visage à l’ovale parfait, un teint de porcelaine, de cheveux couleur d’or magnifiquement soyeux. Anna était une jeune fille tout simplement sublime.

Gabriel savait bien qu’il n’était pas l’homme le plus à plaindre au monde. S’il était vrai qu’il n’avait guère choisi son épouse, au moins celle-ci était attirante. Et il ne la détestait pas, pas vraiment.

Mais il ne parvenait pas à l’aimer, même si elle était la princesse que bien des princes lui auraient envié, son cœur était, bien malgré lui, lié à quelqu’un d’autre.

Il était d’autant plus difficile d’observer son épouse, aussi belle soit-elle que tout en elle ne pouvait que lui rappeler Eleonore, la jeune fille dont il était amoureux, à qui il avait le bonheur d’avoir été promis et qu’il n’avait jamais pu posséder.

La raison en était simple, toutes deux étaient sœurs, et soeurs jumelles, qui plus est. Anna était peut-être, en vérité, plus belle qu’Eleonore encore, mais aveuglé par ses sentiments, Gabriel n’était pas capable de s’en rendre compte.

Chaque jour qui passait, en prince charmant certainement niais qu’il était, ses pensée allaient à cette fiancée d’un moment, qui avait disparu la veille de son mariage.

Son père lui avait assuré qu’elle allait bien, mais il l’avait découvert moins digne de foi qu’il ne l’aurait pensé dernièrement, si bien qu’il ignorait s’il pouvait ou non lui faire vraiment confiance.

Osant espérer que oui, il l’imaginait en sécurité, et il se sentait apaisé, au moins un peu, même si ce n’était jamais très longtemps, l’angoisse prenait rapidement le dessus.

Oui, il avait tendance à délaisser la femme qui partageait son lit. Il ne voulait pas se montrer si impudent avec elle mais il ne voulait goûter à d’autres baisers, à d’autres caresses, qu’à ceux d’Eleonore.

Hésitant, il songea tout d'abord à refermer les yeux, mais semblant l'entendre sangloter, il prit une autre décision. Mari indigne, il l'était sans aucun doute, mais de là à laisser sa femme se lamenter... il ne fallait tout de même pas exagérer.

Il se leva donc, et déposa doucement une main sur son épaule.


"Est-ce que tout va bien ?"


Bien sûr, il se doutait que non.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 203
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Mer 19 Fév - 12:01


The sound of a heart breaking.

Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Je suis désolé si je n'ai pas su te comprendre. Je t'aurais suivi n'importe où. Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Et je ravalerai ma fierté, tu es le seul que j'aime, mais je suis sur le point de te dire adieu.
Anna & Gabriel

Prostrée sur le bord de la fenêtre, je sursaute en entendant les draps du lit se froisser. Gabriel est réveillé. Depuis combien de temps ? A-t-il tout entendu de mes soupirs et de mes minables sanglots ? D'un geste vif je passe mes mains sous mes yeux pour essuyer l'humidité de mes larmes. Sa voix est douce, caressante, sans même qu'il le fasse exprès. C'est le prince charmant, tout chez lui est fait pour qu'on l'aime éperdument. Dommage qu'il ne soit pas capable de m'aimer de cette même façon. Le bruit de ses pas légers sur le parquet me fait frissonner. Je n'ose me retourner pour croiser son regard. Que peut-il penser de moi en me voyant si fragile, si pathétiquement accablée par son absence d'affection à mon égard ? Je soupire. Je doute même qu'il sache pour quelle raison je suis triste. Sa main entre en contact avec mon épaule et je ferme à moitié les paupières pour savourer ce contact qui est si rare. Il est effrayant de songer à quel point nous avons pris l'habitude d'éviter les contacts physiques, même ceux qui ne signifient pas grand chose.

« Est-ce que tout va bien ? » Me demande-t-il avec un ton inquiet qui est tout à son honneur. Au moins il fait bien semblant de s’intéresser à mon bonheur.

Je hoche la tête silencieusement. Bien sûr que tout va bien. Tout va toujours parfaitement bien à Féerie. C'est même le principe de ce pays. Je songe à Eleonore et aux raisons qui ont poussé Gabriel à s'amouracher d'elle. Nous nous ressemblons, mais je suis ô combien plus jolie et plus souriante qu'elle. Je fais tout pour attirer les grâces de prince, je me coupe en quatre pour anticiper ses souhaits, mais rien n'est suffisant pour la rayer de son esprit. Une poussée de colère me crispe. Je la déteste, cette pauvre jeune fille qui se croit si parfaite que même un prince n'était pas assez bien pour elle. Comment ose-t-elle partir sans se retourner ? Comment ose-t-elle insulter notre famille et la chance que la vie lui a offerte ? Toujours à se lamenter du départ de Victoria. Victoria notre petite sœur. Je secoue la tête pour chasser les derniers souvenirs que j'ai d'elle. Je fais suffisamment de cauchemars à ce sujet sans en rajouter. Je me tourne pour faire face à mon époux. La lumière de la lune rend sa chevelure blonde presque argentée. Il est sublime, vraiment sublime. Je m'efforce à faire un petit sourire, qui malheureusement ressemble plus à une grimace de désespoir. Je soupire en fixant le sol. J'ignore comment poser la question qui me brûle la langue. Pourtant il faut que j'essaye.

« Sire... Pourquoi ne m'aimez-vous pas ? » Consciente que cette question manque terriblement de tact, je rajoute précipitamment : « Non ce n'est pas ce que je veux dire ! Enfin... Vous semblez tellement distant à mon égard, que je crains de ne pas être suffisamment bien pour vous. »

Je me sens mal à l'aise de partager des pensées aussi embarrassantes avec lui, mais je dois être sûre. Je ne supporte plus ces non-dits entre nous.


_________________
Dreams are for babies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 226
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Dim 23 Fév - 13:51

« Sire... Pourquoi ne m'aimez-vous pas ? »

Gabriel savait parfaitement d'où venait cette question, et il est clair qu'Anna avait toutes les raisons de la poser, mais il avait espéré, en tout égoïsme, que jamais elle ne la poserait, que jamais elle n'articulerait ses pensées ou ne mettrait de mots sur ses tourments.

Mais elle l'avait fait, et peut-être que c'était mieux ainsi quand même. Ce n'était pas bon de cacher les choses et de ne rien en dire. C'était la grande leçon qu'il avait encore à apprendre, et qui lui ferait sûrement changer de regard sur beaucoup de choses, notamment sur son père et sur sa manière de gouverner.

Il était peut-être temps de crever l'abcès et de dire les choses, même les plus douloureuses. Peut-être, ouais... mais franchement, Gabriel n'en avait aucune envie. Admettre qu'il n'aimait pas sa propre épouse ? C'était cruel... Le prince avait bien des défauts, mais il n'était pas le moins du monde cruel.

Son regard se posa sur Anna. À la lumière de la lune, elle était superbe. Bon nombre de maris auraient sûrement rêvé de l'avoir, elle, pour femme, mais Gabriel ne pouvait s'empêcher d'en désirer une autre. Une autre qui avait pourtant préféré le fuir et le rejeter alors qu'il était prêt à lui offrir sa main.

Oui, Anna était l'épouse idéale. Belle, intelligente, distinguée, talentueuse... Mais voilà, il n'y arrivait pas. Pour lui, elle n'était pas la femme de sa vie.

« Non ce n'est pas ce que je veux dire ! Enfin... Vous semblez tellement distant à mon égard, que je crains de ne pas être suffisamment bien pour vous. »


Elle ? Pas suffisamment bien pour lui ? À la vérité elle était plus que parfaite pour lui. C'est vrai, l'humble paysanne qu'elle avait été ne faisait pas d'elle l'épouse de marque que l'on pouvait espérer pour le fils du roi de Féerie, mais elle accomplissait son rôle de princesse à la perfection. C'était lui le problème, il n'y arrivait pas.

Il avait essayé, bien sûr, mais c'était plus fort que lui. Quand il posait ses yeux sur Anna, il voyait Eleonore, il ne parvenait pas à faire d'elle l'individu exceptionnel qu'elle était, ni à lui accorder toute la considération qu'elle méritait.


"Ma princesse..."
répondit-il avant de marquer une pause hésitante. "J'ai immensément d'affection pour vous, n'allez pas croire le contraire, et vous êtes une épouse et une princesse parfaite, c'est seulement que... Toute cette situation... j'ai besoin de temps, vous comprenez ? "

Ou peut-être une éternité, même. Ou jusqu'à ce qu'il retrouve Eleonore. Dans tous les cas, il doutait fort de pouvoir satisfaire à ce que désirait son épouse. Il aurait aimé pouvoir l'aimer, mais les élans du coeur ne se commandent pas, il avait bien dû se faire à cette évidence.

Pauvre Anna. Lui qui n'avait jamais voulu rendre quiconque malheureux, la faisait visiblement souffrir. Il détestait cela. Mais que pouvait-il y faire ?

Il avait fait des voeux lors de son mariage, il n'était pas sûr de tous pouvoir les honnorer. La protéger et l'honnorer, oui. L'aimer par contre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 203
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Ven 21 Mar - 15:28


The sound of a heart breaking.

Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Je suis désolé si je n'ai pas su te comprendre. Je t'aurais suivi n'importe où. Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Et je ravalerai ma fierté, tu es le seul que j'aime, mais je suis sur le point de te dire adieu.
Anna & Gabriel

Ma question a tout d'une bombe à retardement. Techniquement, on ne demande pas à un prince comme Gabriel de se justifier, et ce même lorsqu'on est sa femme. Je passe ma main dans mes longs cheveux nerveusement. Je n'ai pas envie d'entendre sa réponse. Je n'aurais pas du poser la question. Mon estomac se serre et je me félicite de ne pas avoir dîné avant d'aller me coucher. Maladroitement, je passe le revers de ma main sur mon front pour essuyer une transpiration inexistante. C'est tout dans ma tête, il faut que j'arrête de m'angoisser pour si peu. S'il ne m'aime pas après tout, c'est son choix, je n'ai pas à essayer de comprendre. Je sais déjà ce qu'il ne me dit pas. Il pense à elle, tout le temps. Elle est dans son esprit à chaque seconde, prenant la place qui ne devrait appartenir à personne d'autre qu'à moi. Je fais un piètre princesse en vérité, car je ne suis même pas capable de me faire aimer de mon époux. Je sais qu'il me trouve belle et charmante, mais cela ne va pas plus loin. Il reste désespérément loin de moi, attisant mes inquiétude et ma jalousie envers ma sœur jumelle. Il n'y a rien que je n'aurais fait pour un geste d'affection de la part de Gabriel. Rien qu'une caresse sur la joue, un baiser sincère, aurait été une source inouïe de joie dans mon coeur. Mais ce ne sont que des rêves irréalisables. Je l'écoute m'expliquer dans les grandes lignes les raisons de son éloignement, en hochant la tête, comme un pantin qui n'a pas son mot à dire. Il ne m'avouera jamais que ce temps qu'il me demande durera toute notre vie, mais je ne suis pas stupide. Je me rend bien compte qu'il ne sera jamais satisfait du subterfuge que je représente. C'est cela, je suis un subterfuge, une doublure, un clone qui ne sera jamais à la hauteur de l'originale. Je sens les larmes piquer mon nez et je détourne le visage pour les ravaler. Je refuse de pleurer devant Gabriel, car ce serait admettre que je sais tout ce qu'il ne me dit pas. La gorge serrée, je murmure :

« Je comprend. Je suis navrée de vous avoir éveillé, Sire. »

C'est tout. Je n'ai pas grand chose à lui dire de plus. Enfin c'est en tout cas la seule chose que je puisse lui dire et que je pense réellement. Des mensonges, des sourires forcés, je peux en faire autant qu'il en désire, mais ce ne seront jamais que des illusions. Notre mariage repose sur la tromperie, les secrets et la souffrance. Notre alliance est maudite. Nous ne serons jamais heureux. Cette vérité me fait l'effet d'une claque. Je crois que je ne voulais pas l'admettre avant ce soir. Au fond de moi, il restait cette infime note d'espoir qu'un jour tout cet amour dont je fais preuve sans retenue saurait effacer le souvenir qu'il avait d'Éléonore. Mais je me trompais. Je ne peux pas obtenir ce que je désire, même après tous les sacrifices que j'ai du faire pour y parvenir. Je serre mes poings comme pour me retenir de dire autre chose. Puis, résignée, je soupire et relâche la tension dans mes mains. Je n'ai plus le courage de me battre pour une cause perdue. Ou du moins plus pour le moment. Je fixe mon regard sur le sol, un peu dans le vague. A quoi bon avoir une âme enjouée si c'est pour ne faire face qu'à un mur de rejet. Je dis, avec un air absent et déprimé :

« Je ne vous gênerai plus à l'avenir. »

Puis, sans un mot de plus, je me retourne vers la fenêtre. Je ne ferai plus de pas supplémentaire vers lui. S'il veut arranger les choses, il devra faire un effort. J'en ai assez d'entendre résonner le bruit fracassant de mon coeur qui se brise à répétition dans ma poitrine.


_________________
Dreams are for babies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 226
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Sam 5 Avr - 14:28


« Je comprend. Je suis navrée de vous avoir éveillé, Sire. »

Gabriel se sentait mal, impuissant, face à l'attitude qu'adoptait son épouse. Ce ton distant, cet air attristé. Ce n'était pas ce qu'il avait voulu, mais ce qu'il obtenait. Il avait rêvé toute sa prime jeunesse du fameux mariage qu'il devrait logiquement finir par mener.

Il avait été convaincu, bercé par des rêves idiots et inaccessibles, qu'il aimerait dès le premier regard cette femme auprès de qui il passerait sa vie. C'était sûrement pour cela, d'ailleurs, qu'il s'était ainsi empressé de tomber amoureux d'Eleonore, sentiment que la distance n'avait jamais su altérer.

À présent qu'il contemplait le visage triste et décomposé de celle qu'il aurait peut-être su aimer d'un amour légitime en n'importe quelles circonstances, il était obligé d'admettre la triste vérité. On nourrissait leurs vies de rêves qui finalement ne se réalisaient pas. Et quand la désillusion était trop grande, l'on faisait semblant pour ne pas être rejetés.

Anna et Gabriel avaient plus en commun que ce que l'on pouvait bien imaginer, même si leurs caractères à tous les deux étaient très différents. Ils étaient tous les deux mus par la même mélancolie, souffraient de la même tragédie. Tout en étant ensemble, ils étaient résolument seuls, séparés l'un et l'autre par un mur de non dits. Ils n'étaient pas destinés à se détester pour autant, ils pouvaient même finir par s'aimer. Mais pour cela, il fallait qu'il oublie, pour cela, mais le prince en était très loin encore. S'il pouvait faire cet effort un jour.


« Je ne vous gênerai plus à l'avenir. »


Non, il ne voulait pas entendre cela. Il avait renoncé aux épousailles de ses rêves, c'est certain, et il n'aurait jamais le mariage qu'il avait tant espéré autrefois, mais il ne voulait pas pour autant de cela.

Il ne voulait pas d'une épouse qui prendrait le soin de l'ignorer, d'une femme qui se sentirait délaissée au point de préférer rompre tout contact. Dans ce château où tout lui paraissait soudain hostile alors que les choses lui avaient paru rassurantes autrefois, Anna lui semblait être la seule à pouvoir encore le comprendre. Plus le temps passait, plus Gabriel se méfiait de ses parents. Quant à Anthony, il était si distant, dernièrement... Il ne voulait pas qu'Anna se détourne comme cela.


"Anna..."
Il déposa une main sur la sienne, avec toute la tendresse dont il était capable. "Vous ne me dérangez jamais." Il poussa un léger soupir. "Je m'excuse. Je vous promets de faire des efforts. Dites moi ce que je peux faire, n'importe quoi, et je le ferai".

Sauf oublier Eleonore. Ça, il n'y arriverait jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 203
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Jeu 5 Juin - 9:48


The sound of a heart breaking.

Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Je suis désolé si je n'ai pas su te comprendre. Je t'aurais suivi n'importe où. Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Et je ravalerai ma fierté, tu es le seul que j'aime, mais je suis sur le point de te dire adieu.
Anna & Gabriel

Je n'ai jamais été une jeune femme très à l'aise avec les sentiments, j'ai plutôt tendance à mettre la logique de mon cerveau en avant. Les élans du coeur sont imprévisibles, dangereux, effrayants à mes yeux. On ne sait jamais où l'amour peut nous mener. Au départ, je voulais épouser Gabriel afin de devenir une princesse par procuration, c'était surtout un désir de pouvoir. A présent, je dois m'avouer attendrie par son regard chaleureux et la bonté dont il fait preuve avec son entourage. Je sais qu'il préfère ma sœur à moi, mais il m'a toujours respectée. Bien qu'il n'ai pas les attentions qu'un époux devrait avoir pour sa femme à mon égard, je vois bien que ma peine le plonge dans un profond désarroi. Il n'a pas voulu cela, et moi non plus. Je l'aime, mais il aime Éléonore. Cette situation me semble tellement perverse qu'il me vient parfois à l'esprit quelques soupçons de magie noire à l'oeuvre. Sinon, comment expliquer cette passion sans faille qui relie le prince à ma sœur, et ce depuis le premier jour, alors qu'ils ne se connaissaient pas ? Tout cela est bien compliqué, mais je n'ai pas dit mon dernier mot. Il doit bien y avoir un moyen de faire tomber Gabriel amoureux de moi. Je ne sais pas encore lequel, mais je trouverai.

La main de mon époux posée sur la mienne fait bondir mon coeur dans ma poitrine et je tourne vivement le visage pour croiser son regard. Je crois que nous n'avons jamais été aussi proches l'un de l'autre depuis la mascarade théâtrale qu'a été notre mariage. Sa voix n'est qu'un murmure, mais il résonne dans ma tête avec une force implacable. Je frissonne lorsqu'il s'excuse, comme si j'avais attendu ces quelques mots pendant tout ce temps. A vrai dire, c'est peut être le cas. Je hoche la tête alors que le rose me monte aux joues.

« Je ne sais pas si j'oserai exiger quoi que ce soit de vous... »

Mon regard descend alors vers nos mains entrelacées. C'est chaud, doux, rassurant. En cet instant il n'y a rien qui soit plus important que ce simple contact. Je me surprend à penser que si je devais faire un vœu, ce serait de pouvoir y goûter plus souvent. Ce qui me manque le plus, ce sont les contacts humains, les contacts physiques. Dans ma famille, les câlins et les embrassades étaient des choses quotidiennes. Je me sens seule, ici. Un mince sourire étire mes lèvres couleur grenadine.

« Peut être que vous pourriez...faire cela plus souvent ? Cela m'apaise. Je n'ai pas l'habitude d'être privée de contacts physiques. » Dis-je timidement.




_________________
Dreams are for babies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 226
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Dim 22 Juin - 17:36

« Je ne sais pas si j'oserai exiger quoi que ce soit de vous... »

Et lui-même ne savait pas quelles pouvaient être les limites, à partir de quel moment il serait obligé de dire non à ses requêtes. Il avait à coeur de se rattraper, par conséquent, il était prêt, pour le moment, afin de l'apaiser, à lui promettre le ciel, la lune, et toutes les étoiles.

Mais dans les faits, ce n'était pas pour elle qu'il serait prêt à décrocher tout cela, même si elle en avait le visage pâle, les traits fins, et même leurs voix étaient similaire. Il aurait presque pu se prendre à ce simulacre de mariage et s'amuser à faire semblant, mais il ne le pouvait pas. Il faut croire que, en dépit de sa naissance, il était né le coeur beaucoup trop intègre.

Cependant, tant que ses demandes n'étaient pas complètement absurdes où ne touchaient pas au domaine de ces sentiments qu'il ne pouvait pas contrôler, il était totalement prêt à faire un effort. Après tout, elle était son épouse, et même si la situation était délicate, il n'avait nulle envie de détester ou déprécier Anna. Le fait qu'elle n'était pas sa soeur ne devait pas l'inviter à se montrer méprisant pour autant, ou n'importe quelle autre horreur.

« Peut être que vous pourriez...faire cela plus souvent ? Cela m'apaise. Je n'ai pas l'habitude d'être privée de contacts physiques. »

Le contact physique, vraiment ? C'est là que le choc des cultures se faisait ressentir. Anna avait peut-être été habituée aux calins, aux embrassades, aux accolades chaleureuses mais notre Prince, lui, pas le moins du monde.

Ses parents avaient toujours été très froids et distants avec lui. Cela ne signifiait pas qu'ils ne l'aimaient pas, bien sûr, seulement qu'il le manifestaient d'une autre manière. Il n'avait jamais été habitué à ces marques d'affection physique.

Bon, bien sûr, il savait pertinemment que le royaume attendait lui davantage de contact, au sens où depuis son mariage, ils attendaient tous un Héritier, mais c'était une chose qu'il ne voulait pas, qu'il ne pouvait pas, et il préférait que la rumeur lui prête le déshonneur d'être stérile que de trahir des voeux qu'il n'avait pourtant jamais prononcé.

"Je vais faire un effort"
, sourit-il, quoi qu'un peu mal à l'aise, toujours soucieux de lui prouver qu'il comptait bien faire des efforts.

Et comme pour mettre ses promesses en application, il la serra dans ses bras. Il laissa cette étreinte durer aussi longtemps qu'il le faudrait pour apaiser celle qu'il n'aimerait peut-être jamais, mais qui était malgré tout son épouse, chose qu'il n'oubliait pas. Il voulait se montrer plus digne à la fois de son statut de prince et de son statut de mari, alors ses bras lui seraient ouvert tant qu'elle le voudrait. Lui, en attendant caressait sa longue chevelure blonde qui ressemblait tant à la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 203
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Dim 10 Aoû - 13:02


The sound of a heart breaking.

Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Je suis désolé si je n'ai pas su te comprendre. Je t'aurais suivi n'importe où. Dis quelque chose car je suis sur le point de te quitter. Et je ravalerai ma fierté, tu es le seul que j'aime, mais je suis sur le point de te dire adieu.
Anna & Gabriel

La sensation de ses bras autour de moi m'apaise immédiatement. Comment pourrais-je en vouloir à une personne capable de tant de générosité ? Il aime ma soeur, je ne tiendrai jamais la comparaison, et pourtant qu'il essaye de me rendre plus heureuse. Évidemment, c'est le prince charmant, c'est son rôle, mais j'ai parfois l'impression que ce n'est pas la seule raison de sa gentillesse. C'est naturel chez lui. Tout comme il m'est naturel de convoiter ce qui par le destin ne m'appartient pas et d'être prête à tous les sacrifices pour le posséder. Des sacrifices, certes j'en ai fait. Un instant, je ferme les yeux et soupire de soulagement. Lentement, j'inspire le doux parfum qui se dégage de mon époux. La magie fait bien les choses, de le rendre si parfait en chaque seconde. Je me demande comment il vit cette perfection au quotidien. Personellement, je pense que je finirais par en avoir marre de ne pas pouvoir être moi-même, de devoir tenir ce rôle. Cependant, en tant que princesse, me voici presque dans la même situation. J'ai peut être un peu moins de pression, mais je ne suis plus la jeune paysanne insouciante d'autrefois. Le plus dur, assurémment, c'est de devoir me faire passer chaque jour pour Éléonore. J'imagine que c'est un point que Gabriel et moi avont en commun : nous ne sommes pas supposés être une autre personne que celle déterminée par d'autres.

« Merci... » Dis-je en un murmure.

Je me détache lentement de cette étreinte où je pourrais pourtant m'éterniser sans m'en lasser. Même hors de ses bras, il me semble que la sensation de sa main dans mes cheveux n'est pas encore tout à fait partie. Un mince sourire s'étire sur mes lèvres et je me sens bien moins mélancolique que tout à l'heure. Peut être y a-t-il aussi un peu de magie dans cela. Pour la première fois, je prends le temps de regarder Gabriel dans les yeux. Il y brille une lueur discrète de satisfaction, mais aussi de tristesse. Il essaye de le dissimuler, je sais, mais il ne peut pas me cacher qu'il aurait préféré que je ne sois pas là. Mon coeur se serre un peu, mais je n'en montre rien. Au contraire, je prend une mine avenante et chaleureuse.

« Sire, croyez vous que nous puissions nous rendre en promenade au bord de la rivière demain ? Je sais que vous avez fort à faire, mais cela serait si agréable de quitter pour un moment les murs du château. » Dis-je avec une lueur d'espoir dans les yeux.

Passer du temps avec lui, je l'espère, me permettra de tisser des liens plus fort. Je veux continuer à croire qu'il existe un moyen d'étouffer le souvenir d'Éléonore de sa mémoire. Un jour, il m'aimera. J'en fais le serment.





[ Désolé pour l'attente ! Si tu veux tu peux clôturer ce sujet en répondant à Anna puis en lui proposant de retourner au lit ? C'est comme tu préfères ! ♥ ]

_________________
Dreams are for babies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille royale
Messages : 226
Date d'inscription : 21/01/2014

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   Mer 13 Aoû - 15:32

« Merci... »

Le prince se laissait peut-être abuser par ce moment perdu dans le temps et l'espace, où, la prenant dans ses bras, il en oublierait presque celle qu'il aimait vraiment, ou la nature de son épouse, qui lui semblait d'ordinaire très forte, et à l'instant si fragile... Mais le fait est que là, dans l'instant, il ne se sentait finalement pas si mal, au point de se surprendre à penser qu'il parviendrait peut-être à se faire à cette vie.

Il lui sembla, par la seule force de cette étreinte, avoir su calmer les doutes terribles de son interlocutrice, et apaiser ses maux les plus douloureux. Ce n'était sans doute que temporaire, peut-être rien qu'illusoire, mais en une fraction de rien, voilà qu'il était parvenu à désamorcer une situation qui lui avait semblé inextricable quelques instants auparavant. Rien n'était perdu, alors. Ou presque rien. Ou pas grand chose. Ou juste ses sentiments, qu'il fallait qu'il enterre profondément s'il voulait espérer non pas vivre mais survivre. Et il y avait pire compagnie en cas de survie que celle de la belle Anna, après tout.

« Sire, croyez vous que nous puissions nous rendre en promenade au bord de la rivière demain ? Je sais que vous avez fort à faire, mais cela serait si agréable de quitter pour un moment les murs du château. »

Le prince sentit briller une lueur d'espoir dans le regard de son épouse, qu'il apprécia d'y trouver. Ces yeux-là semblaient si mornes, si éteints d'ordinaires, et il savait que s'il n'y avait pas grand chose pour y briller, c'était parce qu'il ne savait pas lui offrir ce qu'elle méritait pourtant qu'on lui lègue au centuple.

Cette balade était effectivement une bonne idée. Elle calmerait les esprits échaudés, et leur permettraient peut-être de mieux se trouver.

C'était surprenant, en fait, et il se savait contradictoire dans sa façon d'être. Après tout, il reprochait à son mariage avec Anna de ne pas la connaître et de ne pas réussir à l'aimer. Alors qu'il ne lui avait fallu qu'une fraction de seconde pour aimer profondément Eleonore et savoir qu'il voulait faire sa vie avec elle. Elles se ressemblaient comme deux gouttes d'eau physiquement, pourtant. Mais c'était bien au-delà de tout ça. L'amour était vicieux, il choisissait ceux qui ne pouvaient pas s'unir.

Ou alors, Gabriel était simplement maudit ? Il s'avérait en effet que oui, mais c'était une chose dont il ne savait rien pour le moment. S'il l'apprenait finalement un jour. Ce qu'il ne fallait peut-être pas lui souhaiter, au final. Il vivait bien plus heureux en vivant bête, pour tout dire. Quoi qu'il n'était pas l'homme le plus heureux de la terre, pour l'heure.

"Bien sûr, avec plaisir."
lui dit-il en serrant ses mains dans les siennes.

À lui aussi, cela lui ferait du bien que de quitter ce château de malheur. Même s'il l'avait déjà fait, en vérité, et plus d'une fois, dans l'espoir de retrouver cette femme inaccessible, et sans jamais obtenir d'elle un centième de l'affection qu'il lui vouait.

"Viens, allons nous recoucher."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: « The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel   

Revenir en haut Aller en bas
 
« The sound of a heart breaking. » | Anna & Gabriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: Le pays de Féérie :: Le grand château :: Les appartements royaux-