Partagez | 
 

 Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rebellion
Messages : 4118
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Lun 12 Jan - 23:56


Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage
-J

e ne serai pas long. Fit Nathaniel dans un large sourire, auquel Charron ne répondit pas. L'homme se contenta de conserver son habituel air renfrogné et de ne pas bouger de sa place tandis que le vagabond s'extirpait de la barque dans laquelle il avait navigué jusqu'alors.

Nathaniel prit une grande inspiration alors qu'il s'apprêtait à arpenter les marches de pierre et de verdure qui menaient à la prison. L'endroit, laissé à l'abandon, avait perdu de sa splendeur apparente. Les fleurs multicolores parfaitement entretenues, en l'absence de la moindre main humaine pour en prendre soin, avaient flêtri. L'endroit n'était pas laid, pas encore. Mais il finirait pas le devenir, et Nathaniel s'en réjouissait. Cette île était toute la symbolique de ce qui n'allait pas en Féerie allégorisée en un seul lieu. Et une fois de plus, l'endroit revêtait l'image de ce qu'était le royaume... Une entité dont l'apparence parfaite se dégradait de jour en jour, jusqu'à ce que l'illusion ne puisse plus prendre pour personne. Ce que le fugitif pouvait attendre ce jour avec impatience !

Nathaniel avança jusque dans la masure, dont la porte n'était pas fermée. À quoi bon, après tout, maintenir clos un lieu que nul n'était supposé connaître, et où nul ne devrait avoir envie de retourner. Pourquoi était-il retourné là, d'ailleurs ? J'ignore si la réponse vous satisferait. Elle répond, une fois n'est pas coutume, à son esprit on ne peut plus malsain et perturbé. Non, vous n'aimeriez pas savoir... et en même temps, vous saurez bien assez tôt. Entretenons le suspens, allez, c'est après tout ainsi que Nathaniel ferait certainement.

Il entra... Les lieux étaient sombres, humides, et l'odeur des geôles se sentait déjà depuis l'entrée. Comme s'il avait fait ce chemin depuis toujours (alors qu'en vérité, il ne l'avait fait qu'une seule fois), il se dirigea d'un pas décidé (et tout en sifflotant), et aisément malgré l'obscurité, vers le long couloir où s'alignaient ces cages qui avaient servi de décor au théâtre de sa vie pendant plus de dix-neuf longues années. Il avança, examinant une à une chaque cellule, comme si son esprit cherchait à s'imprégner de limage de ceux qui y avaient été présent.

Enfin, il arriva devant cette cage où son prénom était inscrit dans des lettres qui étaient presque intégralement effacées. Elle était là... sa maison... sa malédiction... son univers... Il avait presque passé plus d'années de sa vie enfermé là qu'en dehors de cette cage, cela laissait forcément des marques. Et cette cellule obscure venait lui rappeler ce au nom de quoi il se battait, sa vengeance avait été nourrie et planifiée en ces lieux, ils étaient autant ceux de sa naissance que de sa déchéance, et il arrivait à Nathaniel d'aimer autant cette prison qu'il la haïssait presque toujours. Il appuya ses mains contre les barreaux. Situation singulière que d'être de l'autre côté. Son sourire grandissait, et acheva de s'élargir quand il entendit des pas venir vers lui.

-Nostalgique de ton ancien travail ?
Demanda-t-il sans même se tourner vers la personne qui venait à elle.









code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 31
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Mer 28 Jan - 1:25

Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage



Depuis qu'Emma avait quitté l'île des soupirs pour retrouver le royaume de Féerie, elle avait la désagréable impression d'être apatride, de n'appartenir à nulle part. En soi, elle savait que c'était un sentiment qui n'était pas fondé sur du vide. Rares étaient les femmes comme elle qui avaient eu l'occasion de voyager autant. Emma se targuait d'avoir vu le monde, même dans ses recoins que l'on disait imaginaires. Elle avait vécu à Féerie, avait posé les pieds sur le Royaume du bout de l'océan, et avait ensuite stagné au milieu de l'eau, des cadavres et des prisonniers, sur cette île maudite. C'était assez triste pour elle de constater que l'endroit le plus déprimant et terrible du monde était celui où elle se sentait le plus chez elle. Elle y avait passé presque toute sa vie. Elle avait appris à n'avoir que Charron pour compagnie, en plus des gardiens qu'on venait faire défiler sur son île (car à force, elle avait fini par penser qu'elle était la sienne). Elle n'avait jamais complètement toléré ce qu'elle cautionnait pourtant en travaillant là, et c'était en partie grâce à elle que les prisonniers étaient parvenus à fuir, mais de retour à Féerie, elle avait énormément de mal à trouver sa place. Elle ne pouvait pas se mêler à la cour et faire comme si de rien n'était, pas après ce qu'elle avait vécu.

Remettre les pieds sur l'île lui procurait un sentiment étrange. Elle savait qu'il ne lui aurait pas été difficile de s'enfermer dans ce qui avait fini par être une routine. En soi, c'était tant mieux que les choses aient changé, même si Emma craignait quelque peu la suite des événements. Elle avait choisi de prendre le parti de Nathaniel, mais elle choisissait la demie-mesure. Aucune solution n'était satisfaisante : ni celle de Nathaniel (elle connaissait le personnage) ni celle d'Edgar (trop radicale, bien sûr). En donnant rendez-vous au vagabond sur l'île (l'endroit le plus sûr afin de rester à l'écart des oreilles indiscrètes), elle espérait en apprendre plus sur ses plans, et peut-être le dissuader de faire certains choix.... qui pourraient mal tourner, disons.
Elle l'entendit arriver. Au lieu de la retrouver à son bureau, elle l'entendit se diriger vers les cellules. Elle ne s'étonnait même pas de cette attitude. Une expérience comme celle qu'il avait vécu laissait ses marques.

Elle vint donc le rejoindre devant sa cage. Avant qu'elle n'ait eu l'occasion de prendre la parole, il le fit, sûrement pour avoir le contrôle sur la discussion, comme il aimait toujours que ce soit le cas.


"Nostalgique de ton ancienne maison ?"
répliqua-t-elle du tac au tac, pas tant pour être cassante ou désagréable que pour forcer Nathaniel à arrêter son petit jeu. Malheureusement, elle savait que ce ne serait pas suffisant. "J'ai cru que tu amènerais Eléonore avec toi..."
[i]
Cette remarque dissimulait le fait qu'Emma voulait s'enquérir de l'état de santé de la demoiselle. L'ancienne directrice des lieux s'était prise d'affection pour l'ancienne gardienne. Et elle savait que ce n'était pas en la compagnie de Nathaniel qu'elle était le plus en sûreté.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4118
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Dim 1 Fév - 18:09


Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage
E

mma était toujours parvenue à obtenir l'estime de Nathaniel. Il appréciait son caractère franc, droit, entier... Tout comme il trouvait délicieux son sens de la répartie, dont elle ne manquait clairement pas. C'était une femme forte et intelligente,qui avait de ces qualités assez mal perçues lorsqu'on était une femme à Féerie, l'une des raisons qui avait précipité la décision d'Edgar d'en faire la directrice de la prison de l'île des soupirs, le vagabond y aurait mit sa main à couper. Oui, Emma avait du répondant. Discuter avec elle, c'était converser avec quelqu'un capable de supporter une joute verbale, et même de la gagner, ce qui n'était pas une mince affaire, surtout lorsqu'on s'adressait au fugitif, qui avait fait de cette sorte de jeu l'une de ses spécialités. Oui, Nathaniel se délectait de chaque conversation qu'il pouvait avoir avec Emma, et comme ils n'avaient jamais exactement eu l'occasion de se parler suffisamment longuement après son incarcération (l'ancienne directrice avait évité le plus possible de lui parler, ce qui se comprenait aisément au regard de la complexité de la situation), et cela était fort dommage, chaque discussion qu'il pouvait avoir avec son interlocutrice du moment lui donnait une occasion parfaite de se distraire.

Qui plus est, elle n'était pas qu'une précieuse oratrice, au verbe agréable et à la répartie plaisante, elle disposait d'une intelligence peu commune, d'une capacité d'examen des conscience qui aurait même pu et su désarçonner notre vagabond si celui-ci ne préférait pas en tirer partie, préférant ne voir là qu'une occasion sympathique de côtoyer une intelligence peu commune de laquelle le roi de Féerie (entre autres erreurs) avait eu grand tort de se passer. Preuve de son intelligence et de sa façon remarquable d'analyser tout et tous, elle avait ainsi très bien comprit qu'elle était le sentiment de Nathaniel face à ses cages. Certes, il y avait évidemment de l'ironie dans ses propos, quand elle qualifiait la cellule du fugitif de "maison" mais il y avait également là un fond de vérité que l'ancien prisonnier ne pouvait ignorer. Pendant presque deux décennies, cette geôle avait été son enfer personnel, mais également son sanctuaire, son seul paysage, son univers restreint. Cette cellule avait été une part de lui, on ne pouvait se défaire si facilement d'une part de soi, c'est ainsi.

Emma dit à Nathaniel qu'elle s'attendait à ce qu'Eléonore soit présente également. Le fugitif y voyait là un moyen détourné de lui faire comprendre qu'elle comptait s'enquérir de son bien-être et s'assurer qu'elle était en sécurité.

-Je ne te suffis donc pas ? Je suis déçu... évidemment c'était totalement faux, et Nathaniel ne se donnait même pas la peine de paraître convaincant en prononçant ces mots. Elle va très bien, inutile de t'inquiéter. Son sourire tranquille n'avait étrangement rien de rassurant. Alors, pourquoi voulais-tu me voir ?








code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 31
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Mer 18 Fév - 1:58

Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage


Emma préféra ne même pas relever la remarque de son interlocuteur. On aurait pu croire que la prison aurait calmé Nathaniel, mais non, c'était encore pire. À force, l'ancienne gardienne de prison était habituée à ses remarques et préférait les ignorer. Elle savait que plus on accordait d'importance à ses saillies soi-disant drolatique, plus il en tirait une sorte de fierté qu'elle n'avait vraiment pas envie de lui accorder de ressentir (même si il n'allait pas attendre après son opinion de toute façon, pour ça, aussi elle le connaissait trop bien pour se laisser abuser). De toute façon, elle n'était pas d'humeur à plaisanter. Elle s'agaça, à la place. Mais en silence et sans le montrer, elle ne voulait pas donner au fugitif la satisfaction de voir qu'il avait effectivement réussi à l'énerver, elle qui demeurait impassible la plupart de temps. C'est que Nathaniel avait un sacré don : il pouvait vous user les nerfs bien plus rapidement que n'importe qui en ce bas monde, ça tenait presque du miracle. Enfin, plus de la malédiction en vrai. La malédiction pour les autres. Oui, elle était inquiète pour Eleonore, et l'ennui, c'est que, avec sa réponse qui n'en était pas vraiment une, l'homme ne faisait que l'inquiéter un peu plus. Comment être certaine qu'elle allait vraiment bien, ainsi qu'il le lui disait ? Elle pourrait bien être à l'article de la mort qu'il aurait sans doute encore ce même sourire figé sur son satané visage. Elle avait espéré, vraiment, qu'il prenne la peine de l'emmener avec lui. Cela lui aurait permit de faire d'une pierre deux coups : comprendre ce que Nathaniel tramait exactement d'une part, et s'assurer qu'Eleonore était en sécurité (relative) d'autre part, aussi, ça lui aurait permis d'avoir une seconde opinion concernant Nathaniel, ce qui n'était pas un mal avec lui. C'était une bataille constante pour discerner le vrai du faux quand on parlait avec lui. Et pour un sujet aussi grave, elle aimerait bien être sûre. Ce ne serait pas le cas, mais heureusement pour elle, elle lisait mieux en lui que la plupart des gens. Ils se connaissaient depuis si longtemps.

"Comme si tu ne t'en doutais pas."
répliqua-t-elle d'un ton un peu las et agacé. "Je veux savoir ce que tu manigances... et épargne-moi les longs discours destinés à m'endormir, tu veux bien ? Donne moi juste les faits. Et aussi..." Elle marqua une pause. "Dis moi en quoi je peux vous aider ?"

Parce qu'entre Edgar et Nathaniel, elle avait choisi son camp ? Oui, c'est vrai,  elle aussi avait une vengeance à prendre pour le roi. Ce n'était pas pour autant qu'elle voudrait de Nathaniel, au pouvoir, mais en attendant, c'était lui qui avait l'influence et le contrôle sur les anciens prisonniers. Elle avait veillé sur eux à distance, elle ne voulait pas qu'il leur arrive quoi que ce soit alors qu'ils avaient enfin trouvé la liberté.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4118
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Ven 20 Fév - 15:16


Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage
O

ui, évidemment, Nathaniel se doutait des raisons qui avaient poussé Emma à venir le voir ici. Elle était forcément impliquée dans toute cette histoire. Edgar avait visiblement été suffisamment clément pour ne pas tenir rigueur à Emma de l'évasion de l'île, mais il avait tout de même mit en péril son poste et sa réputation, et par ailleurs, elle s'était rendue complice de ce qui s'était passé sur l'île des soupirs ce jour-là. Nathaniel savait pertinemment que si quelqu'un avait droit à la vérité, et avait gagné l'opportunité de connaître ce qu'étaient les projets du fugitif, c'était bien elle. Elle n'avait pas besoin de préciser qu'il ne devait pas tenter de l'endormir avec trop de détours et de "beaux discours" (au passage, qu'elle lui en fasse la réflexion ne manqua pas de l'amuser, elle ne connaissait vraiment bien), il savait qu'avec elle,  ça ne prendrait pas, et puisqu'il tenait bien plus, au même titre qu'Anthony, à pouvoir la compter parmi ses complices qu'à la voir choisir un autre camp, quitte même à demeurer du côté d'un roi qui lui avait pourtant ôté beaucoup et dont elle blâmait les méthodes. Il avait besoin d'elle parce qu'elle était brillante, parce qu'elle l'avait aidé, parce que, même si elle avait perdu de son influence, elle en avait toujours suffisamment pour pouvoir leur servir... ou plutôt... pour servir à la cause qu'il défendait, disons (si l'on voulait donner le sentiment d'être tout à fait honnête et raisonnable dans la situation). Oui, il allait lui apprendre de quoi il était question... Et son sourire ne manqua pas de s'élargir quand elle demanda en quoi elle pouvait être utile. En tant de choses...

-Tu en as déjà tant fait, Emma.
dit-il dans un compliment qui, pour une fois, paraissait complètement honnête et sans aucun sous-entendu. Il marqua une pause. Par quoi commencer ? Oui, elle avait bien des choses à savoir, et il devait lui en cacher le moins possible (l'avantage, c'est qu'elle en savait beaucoup, si après toutes les horreurs qu'elle connaissait de lui, elle continuait de vouloir l'aider, alors il pouvait être tranquille), mais comme pour tout interlocuteur, il ne pouvait malgré tout pas tout dire. Qui pouvait se targuer de savoir dans les moindres détails la vie et les pensées de Nathaniel ? Personne. Peut-être pas même Nathaniel lui-même, en fait, à bien y réfléchir. La barrière entre les deux mondes est tombée. Je suis retourné au Royaume du bout de l'océan.

Nathaniel étant qui il était, il avait beau accepter de s'expliquer et de donner les détails de ces plans, ce n'était pas pour autant qu'il avait l'intention d'en dire trop tout de suite. Il aimait les longues pauses dramatiques qui permettaient à ses interlocuteurs de deviner de quoi il était question. Il aimait ménager le suspens afin de laisser à tout un chacun l'opportunité de s'imaginer tout ce qu'ils voulaient. Et il espérait que l'imagination d'Emma serait foisonnante.








code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...


Dernière édition par Nathaniel le Jeu 12 Mar - 0:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 31
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Jeu 12 Mar - 0:14

Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage


Des doutes, Emma en avait, bien sûr, et plus d'un au passage, d'ailleurs. Il y avait des choses qui n'étaient pas difficiles à comprendre, comme le fait que Nathaniel cherchait à se venger pour ces dix-neuf années d'emprisonnement, qu'il voulait renverser le pouvoir, et très certainement succéder à Edgar Basiel sur le trône. Mais la méthode qu'il avait l'intention d'utiliser était, par contre, difficile à comprendre, tout comme Nathaniel était un homme vraiment difficile à comprendre. Même si le sort les avait mené tous les deux sur cette île perdue au milieu de nulle part, elle pour y travailler, lui pour.... demeurer à l'abri de barreaux qui ne l'avaient finalement pas retenu très longtemps, ce n'était pas ça qui avait fait de lui l'homme complexe et mystérieux qu'il avait toujours été. On pouvait le soupçonner de bien des intentions, on pouvait même croire ses initiatives absurdes et / ou vouées à l'echec, mais en vérité, il avait souvent plus d'un coup d'avance, et il savait très bien ce qu'il faisait. Il avait un plan en tête, c'était obligé, et il était du devoir d'Emma de savoir lequel.

Oui, elle avait des doutes, mais ce n'était pas de doutes que l'ancienne directrice de prison voulait s'embarrasser, elle avait besoin de certitudes, un besoin impérieux et nécessaire, pour savoir comment se positionner vis à vis de cette situation. Pas le choix, elle avait vraiment besoin de comprendre, de savoir, puis de choisir son camp. Enfin non, son camp était déjà choisi, mais elle connaissait Nathaniel, elle savait très bien que ses méthodes pouvaient ne pas être franchement protocolaires, donc il fallait qu'elle en sache plus pour savoir combien elle pourrait se mouiller, et aussi pour voir si elle n'arriverait pas à dissuader le fugitif de mettre au point les aspects les plus contestables de ses plans, ceux qui pourraient nuire à d'autres êtres humains, en gros. Car Emma connaissait bien Nathaniel, elle savait bien qu'il n'hésiterait pas à sacrifier des innocents si cela pouvait servr ses intérêts et beaucoup trop d'innocents avaient dors et déjà soufferts à cause d'Edgar et de ses idéaux politiques hors de la réalité (c'est le cas de le dire). Emma ne ferait pas forcément le poids, mais elle essaierait. Elle ne voulait pas qu'il y en ait d'autres, surtout pas d'autres. Il y avait forcément un autre moyen, on en trouvait toujours un quand on le voulait bien.

Nathaniel, comme souvent, ne lui répondit qu'en partie, mais cette bribe de réponse mettait déjà tous les sens d'Emma en alerte. Vraiment, il était retourné au royaume du bout de l'océan ? Pour quoi faire ? Quelles étaient ses intentions ? Comment avaient-il fait ? Se moquait-il de lu ? Un mur impénétrable était supposé empêcher quiconque de traverser ce fameux mur... Il allait devoir se montrer plus explicite, elle n'allait pas juste se contenter de cette bribe de réponse, c'est sûr.


"Comment as-tu fait ? Qu'es-tu allé faire là-bas ?"


Elle posait deux questions à la fois, pour empêcher au possible l'homme de s'abstenir de répondre, pour le mettre devant le fait accompli. Ça suffirait peut-être. Avec un peu de chance.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4118
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Ven 13 Mar - 18:36


Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage
L

a réaction d'Emma ne se fit pas attendre, et elle fut très clairement à la hauteur de ce que Nathaniel attendait d'elle. Une forme d'incrédulité et d'incompréhension mêlée à un rien de crainte. Car Emma s'y était rendue, dans le royaume du bout de l'océan, elle avait vu cet endroit, elle en connaissait l'histoire, et surtout les conséquences néfastes de cette guerre qui avait invité ce bon vieil égard à séparer les deux mondes grâce à un mur magique, une défense aujourd'hui brisée. Elle savait même le rôle qu'il avait tenu dans tout cela. Elle était en conséquence celle qui méritait le plus d'être informée de la situation. D'autant que sans elle, son évasion de l'île des soupirs n'aurait certainement pas été possible. Il lui devait énormément, et sous ses allures de gamins ingrats, il lui en était reconnaissant. Pour cette raison, il n'allait guère trop la maintenir à l'écart de la vérité de la situation. Quand bien même il lui serait impossible de tout le dire. Il ne pouvait jamais tout dire, et tout un chacun devait avec lui se contenter d'une vérité en surface qu'il ponctuait par moments de vérités sous-jacentes et moins audibles, moins connues, moins respectables... Quoique parfois, ce qui était sous-jacent était étrangement ce qui avait le plus de valeur et ce qui était le moins répréhensible moralement. Un vrai mystère que ce Nathaniel. Les questions de l'ancienne directrice de prison ne tardèrent pas à pleuvoir, et Nathaniel les écouta avec un sourire flottant sur son visage, avant que de daigner répondre avec cette légèreté qui ne convenait évidemment pas à une situation grave et d'importance.

-J'ai passé un petit marché avec Odelle Saurre, tu vois de qui je veux parler.
À vrai dire, Emma ne pouvait que parfaitement le savoir, puisque c'était elle qui l'avait jusque là tenu au courant de ce qui se trâmait en Féerie, c'était d'ailleurs par son intermédiaire qu'il avait su quel sort la sorcière avait voulu réserver à Daphnée, avant de ne devoir se contenter que de son frère... Elle était peut-être la plus à même, d'ailleurs, à deviner les termes de son marché. Si tu voyais ce que ces terres sont devenues, Emma... Il lâcha un léger soupir, sans doute un rien surjoué. Nous leur devons de restaurer ce qui a été détruit en détruisant ce qu'Edgar a instauré.

Il n'employa pas immédiatement le mot "guerre", mais puisqu'elle le connaissait très bien, ce que sous-entendait ses propos lui apparaîtrait sans doute des plus clairement et manifestement. Il s'agissait bien d'une guerre, après tout, violente parce qu'il faudrait qu'elle le soit, et qu personne ne savait approuver dans son camp. Ou du moins ne savait approuver pour le moment. Ils déchanteraient bien vite, ils n'auraient guère le choix. Il ne leur laisserait pas le choix, contrairement à ce qu'il laissait supposer à tous pour l'heure. Il trouverait bien le temps de les convaincre d'ici-là. Ce n'était qu'une question de temps... Et ce qu'il pouvait être impatient, au demeurant !







code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 31
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Jeu 26 Mar - 0:53

Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage

   
   Odelle Saurre, hein ? Ouais, fort malheureusement, Emma voyait très bien de quoi Nathaniel voulait parler. Sans comprendre exactement quelles pouvaient être les clauses du petit marché que l'ancien bagnard avait passé avec cette sorcière très puissante, il n'avait pas de difficultés à comprendre en quoi elle lui avait été utile. Odelle Saurre était une sorcière de grand renom, qui cultivait sa magie avec beaucoup d'adresse et de talent, et elle avait mit à l'époque ce talent et cette adresse au profit du roi Edgar Basiel pour dresser le mur qui avait pour de bon rompu toute communication entre le royaume de Féérie et celui du bout de l'océan, au grand désespoir de l'ancienne gardienne de prison qui en avait perdu au passage des amis chers et des proches auxquels elle tenait énormément. Nathaniel avait donc réussi à la convaincre de casser le mur. Pour cela, il avait certainement utilisé un argument-massue, Odelle n'était pas de nature à se contenter de quelques vaines promesses. Qu'avait-il pu lui offrir pour qu'elle cède à sa proposition ? Emma s'en inquiétait un peu, elle se rendrait bientôt compte qu'il lui faudrait s'en inquiéter beaucoup, plus que beaucoup, même, surtout que cela concernait de très près l'une de ses pensionnaires, pour laquelle elle s'inquiétait autant que pour chacun de ces anciens prisonniers dont elle n'avait plus l'ombre d'une nouvelle à présent. Elle les affectionnait tous, même si elle avait contribué à sa manière à leur enfermement, se rattrapant de justesse en aidant tous les prisonniers à s'échapper, mais trop tard évidemment. Enfin, chaque chose en son temps, elle avait beaucoup de questions à poser à Nathaniel, mais pour l'instant, elle laissait parler son interlocuteur. Après tout, c'était elle qui l'avait interrogé en premier lieu.

   Emma savait, depuis le temps, qu'il ne fallait pas croire en tout ce que disait Nathaniel sans se méfier un minimum, mais malgré tout, elle voulait bien le croire quand il lui disait que le royaume du bout de l'océan était en train de sombrer dans un réel état de décrépitude... Ça n'aurait rien de surprenant, les Féeriens leur avait rongé la moelle, les avait séparé de tout ce qui faisait leur spécificité... C'était sûrement vrai, et c'était une nouvelle qui lui serrait le coeur. Sur ce point, elle devait rejoindre son opinion, si une guerre éventuelle pouvait permettre à ce royaume de retrouver son prestige d'antan, alors, il se pouvait qu'elle cautionne cette folle idée de guerre. Parce que non, il n'avait pas besoin de lui apprendre par A plus B son projet pour qu'Emma le devine, elle le connaissait depuis suffisamment longtemps, et l'avait suffisamment observé de son côté des barreaux pour savoir de quoi il pouvait bien être question. La guerre était une solution radicale et terrifiante... Mais Emma devait bien reconnaître en son âme et conscience qu'elle pourrait être radical.
   

   "Quand comptes-tu y retourner ?"
demanda-t-elle finalement d'une voix blanche mais déterminée. "Je veux t'accompagner.

   Oui, elle y tenait vraiment, c'était même très important pour elle. Pour qu'elle sache où se situer, pour prendre part, pour découvrir l'ampleur de la situation, et pouvoir vraiment agir en son âme et conscience.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4118
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Ven 27 Mar - 16:55


Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage
I

l semblait lire dans le regard de son interlocutrice tout le cheminement de pensée par lequel il la contraignait à penser. Il faut dire que les informations étaient nombreuses à assimiler, même pour elle. Certes, Emma avait suivi la situation depuis plus longtemps que beaucoup d'autres, puisqu'elle avait vu Eleonore et les prisonniers de l'île des soupirs vivre au jour le jour, mais de l'eau avait coulé sous les ponts depuis, et il fallait qu'elle se mette à jour quant à ce qui était en train de se passer. Il se doutait qu'elle était intriguée quant à la manière dont il était parvenu à contraindre ou inviter (avec lui, c'était souvent l'un et l'autre en même temps) Odelle Saurre à abattre la barrière entre les deux mondes, qu'elle se demandait quelle amplitude devait attendre son plan... Mais elle semblait garder ses questions pour elle. Emma avait toujours été avare en paroles, certaines choses ne changeaient pas. Quand Nathaniel était un beau parleur qui usait et abusait des mots pour mieux endormir son auditoire, Emma n'avait pas besoin de cela pour être entendue et imposer le respect. C'était tout à son honneur, c'est certain. Et Nathaniel appréciait cela chez elle. Elle gardait tout pour elle, savait faire le tri, et ne partageait finalement ce qui lui semblait intrasèquement le plus important : en l'occurrence le royaume du bout de l'océan.

Ce n'était pas sans raison que le fugitif avait très rapidement abordé le sujet avec l'ancienne gardienne de prison. Il savait adapter les sujets de conversation à ses interlocuteurs, et Emma ayant fait partie des Féeriens qui, tout comme lui-même (ou Edgar ou Anthony) avaient eu l'occasion de fouler cette terre bien différente à ce jour, qu'elle y avait eu ses attaches plus que personne d'autre, et qu'elle avait certainement bien plus souffert que de nombreux autres quand cette fameuse barrière s'était dressée. Normal qu'elle veuille y retourner... Le sourire de Nathaniel (puisqu'il en avait toujours un sur le visage) s'élargit en entendant Emma affirmer qu'elle voulait l'accompagner. Il avait espéré qu'elle lui réponde ça. Quand elle aurait vu ce qu'ils avaient fait de ces terres qu'elle avait tant aimé, il aurait bien plus de facilité à la convaincre quant à ce qu'il projetait... et quant aux projets qu'il avait pour elle plus spécifiquement d'ailleurs. Elle ne pourrait pas demeurer indifférente au spectacle d'une telle misère. Et pour cette raison, d'ailleurs, il se refusait à trop lui en dire et à se perdre dans les détails au sujet de ces terres métamorphosées en ruines. Les démonstrations valaient parfois mieux que des mots, et c'est d'ailleurs ce qu'Emma semblait attendre, une démonstration, afin d'être pour de bon convaincue parce qu'il lui soufflait de croire, puisque contrairement à d'autres, elle était suffisamment cartésienne pour ne pas vouloir se contenter de mots et de rumeurs... C'était certainement ce qui l'avait rendue si dangereuse aux yeux de l'actuel roi de Féerie, qui usurpait allègrement son trône.

-On peut s'y rendre dès demain, si tu le souhaites.
Et au final, le plus tôt serait le mieux. À moins que tu aies d'autres obligations...

Et il y avait une question sous-jacente derrière cette réflexion. Que devenait-elle à présent que l'île avait été désertée de tous ses pensionnaires ?








code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 31
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Dim 26 Avr - 22:07

Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage


La simple idée de retourner au royaume du bout de l'océan éveillait en elle des dizaines et dizaines d'émotions différentes, qui pour couronner le tout arrivaient à être contradictoires. Elle avait aimé cet endroit, et elle en avait chéri les habitants. Pour elle, vivre là-bas le temps que cela avait duré n'avait pas été... l'avancée ethnologique et sociale qu'y voyaient d'autres personnes, ça avait été une aventure humaine, véritable et forte, et encore aujourd'hui, elle se sentait émue rien qu'à la pensée de ce barrage entre deux mondes qui se refermait, réduisant tout espoir à néant, et tous ces enfants qu'elle avait éduqué, ceux à qui elle s'était attaché (Adil en particulier), il avait fallu qu'elle se fasse à l'dée de ne plus les revoir. Elle voulait bien croire, vraiment, que cet endroit avait changé, et qu'il était devenu terrible et méconnaissable, vu les circonstances, ça semblait aller de soi. Des circonstances auxquelles Nathaniel n'était pas étranger, d'ailleurs. Le mieux pour tout le monde, maintenant, c'était de se rapprocher au maximum de ce qui avait été sous le règne de Lhydre. Emma n'était pas sûre que c'était ce retour aux sources que recherchait Nathaniel, ça devait même être l'inverse, mais l'ancienne gardienne de prison pouvait se moquer du résultat attendu si le chemin qui y menait lui convenait. Elle avait besoin de retourner là-bas, et de rendre à ces terres leur prestige d'antan. Pour cela, il n'y avait pas trente-six mille façon de procéder, il fallait qu'elle aide à cette guerre en devenir qui pourrait bien changer la face de l'humanité toute entière, et faire beaucoup de mal, mais ce ne serait jamais que pour le meilleur.


"Dès demain, soit."
approuva-t-elle d'un hochement de tête.

Le plus tôt serait le mieux, et elle appréhendait par avance ce qui allait se produire, d'ailleurs. Mais à certaines choses malheur est bon. Là, c'était le cas. Il y avait des vies en jeu, l'enjeu était sérieux, et elle ne laisserait pas passer sa chance. Et non, comme le sous-entendait si bien Nathaniel, toujours aussi subtil quand il s'agissait de retourner le couteau dans la plaie, elle était loin d'être très occupée, dernièrement. Depuis qu'elle n'avait plus la prison de l'île des soupirs en garde, elle ne rejoignait la vie civile qu'avec grande difficulté, elle ne savait plus à quel monde elle appartenait.


"Je suis plutôt libre de mon temps, en ce moment."
Elle marqua une pause. "Du moment que je réponds aux sollicitations d'Edgar. Je connais les anciens fugitifs de l'île plus que quiconque. Il compte sur moi pour l'aider à vous appréhender." Une mission logique, d'autant qu'Edgar avait toujours confiance en Emma, il supposait seulement qu'elle avait manqué de discernement. "Il a tort."

Voilà qui était dit. Sans trop y croire et sans être complètement certaine de ce qu'elle faisait, elle accordait son allégeance à Nathaniel plutôt qu'au roi de Féérie. Et elle espérait qu'il ne le serait bientôt plus, d'ailleurs.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4118
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Ven 1 Mai - 8:40


Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage
E

mma ne mit pas longtemps à se laisser convaincre de rejoindre le royaume du bout de l'océan. Cela signifiait-il qu'elle était plus facilement influençable et manipulable que les autres, qui éprouvaient plus de réticence quant à ses projets. Oh que non. Le fugitif ne se hasarderait jamais à penser cela. S'il y avait une personne que Nathaniel se garderait bien de sous-estimer, c'était bien Emma. D'ailleurs, elle état sans doute celle à qui il n'avait jamais fait de coup fourré... peut-être plus par manques d'occasion que par estime, ceci dit. Il n'en savait rien encore. Il le découvrait dans l'avenir, très certainement. D'autant qu'il pressentait bien qu'Emma avait un rôle clé à jouer dans son grand dessein... Il n'avait seulement pas imaginé lequel encore. Non, elle n'était pas plus naïve que n'importe qui d'autre, elle avait seulement plus d'intérêt que quiconque à retourner sur ces terres dont on lui avait privé l'accès. Le royaume du bout de l'océan, elle y avait une famille de coeur. Nathaniel y avait seulement laissé un coeur brisé (ou deux) et des ruines qu'il avait créées de lui-même. Ils n'avaient pas les mêmes intérêts, mais tant que ces derniers arrivaient à se rejoindre malgré tout, ils pouvaient tout de même réusir à collaborer efficacement. Demain, donc, ils retourneraient là-bas. L'occasion de passer voir les frères de Latika ? Hum... C'était miraculeux d'être parvenu à survivre à cette-dernière, alors ne parlons pas de ses frères... Mais bon, s'il fallait encore des preuves de cet état de fait, en voilà une de plus quant au fait que Nathaniel était inconséquent et aimait vivre dangereusement.

À sa question implicite, elle répondit sans ambage. Elle avait beaucoup de temps. Rien d'étonnant à cela. L'île des soupirs était un désert, maintenant. Nathaniel ne doutait pas qu'Edgar, à un moment ou à un autre, chercherait à rebâtir une prison du même acabit loin des regards. Mais outre le fait qu'il ne laisserait pas le temps de cela arriver, celle-ci ne se situerait plus au même endroit, et Emma ne serait certainement pas en charge. Elle avait du temps, mais elle devait loyauté au roi et l'aider à appréhender les prisonniers. Sur le papier. Nathaniel fut convaincu de sa sincérité quand elle disait qu'elle comptait trahir le roi. Un traître de plus dans les rangs de son "vieil ami", il était décidément bien seule. Quelque chose régnait dans les airs, un vent de rébellion, un appel que plus en plus de personnes comprenaient et étaient décidés à suivre. Il s'en réjouissait. Il adressa à Emma un sourire entendu.

-Je te remercie.
répondit-il simplement. Et il y avait tant de sincérité de sa voix que ce devait presque en être terrifiant pour quiconque le connaissait un peu, et Emma le connaissait très bien. Ajoutez à cela la main qu'il déposa sur son épaule, et il y avait de quoi s'imaginer qu'il avait quelque chose derrière la tête.

Et en même temps, c'était peut-être le cas. Nathaniel avait toujours une idée derrière la tête. Souvent folle et absurde, mais il y en avait toujours.







code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féeriens
Messages : 31
Date d'inscription : 11/01/2015

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Mar 2 Juin - 22:43

Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage


Oui, Emma venait clairement d'affirmer se ranger du côté de Nathaniel, à l'encontre d'Edgar, à ses risques et périls. Elle ne le faisait pas forcément de gaieté de coeur. Si elle n'avait pas pensé que ce serait vain, et que sa lutte serait tue par le combat de ces deux coqs, elle aurait bien choisi de suivre sa propre voie, mais elle aurait tout à y perdre. Mieux valait serrer les dents et accepter les frasques (à réputation) de son interlocuteur. Elle verrait bien comment les choses se dérouleraient ensuite, elle ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds dans tous les cas, mais il fallait qu'elle retourne au Royaume du bout de l'Océan, de toute manière, c'était une véritable nécessité à ses yeux, et un rêve à réaliser, elle qui avait cru qu'elle ne retournerait jamais dans cet endroit où elle avait pourtant laissé une partie de son coeur, et non des moindres, avec un regret qu'elle éprouvait toujours, et qui lui pesait toujours. Rien que pour cela, le jeu en valait la chandelle. De toute manière, il fallait vraiment que les choses changent, d'une manière ou d'une autre. Si les ambitions du fugitif étaient inquiétudes, elles avaient le mérite de faire bouger une situation stagnante et profondément sclérosé. D'ailleurs, cette situation était particulièrement peu engageante à partir du moment où elle entendait Nathaniel la remercier, et où elle le voyait déposer une main sur son épaule. Pour elle, c'était suspect, et d'ailleurs, elle l'invita à ôter sa main d'un mouvment d'épaules, qu'il ne croit pas que ça allait être si simple, tout de même.

-Je ne le fais pas pour toi.
répliqua-t-elle avec une forme de sévérité manifeste dans la voix.

Il devait bien s'en douter. Elle ne choisissait pas d'être loyale envers Nathaniel, comme elle avait choisi ne pas être loyale envers Edgar... En bref, elle ne choisissait son camp que par nécessité, et, quelque part, par instinct de survie, car il fallait bien vivre tout en espérant en arriver à un avenir meilleur. Sous le règne de Lydre, tout n'était pas parfait, c'est sûr, mais au moins, tout cela avait un minimum de cohérence. Le mal était identifié en tant que mal, le bien en tant que bien, on ne se perdait pas en conjectures. Tous ces conflits, toute cette horreur passée sous silence, mais qu'Emma avait observé aux premières loges, n'étaient décidément plus tolérables. Les prisonniers s'étaient échappés. C'était bien la preuve qu'il fallait faire quelque chose.

-Tu dois avoir de la route, les autres doivent t'attendre. Tu ferais bien d'y aller.
Elle marqua une légère pause. Elle n'aimait pas que le leader improvisé reste loin de ceux sur qui elle avait veillé. De toute manière, l'essentiel avait été dit. Je t'attends ici demain au coucher du soleil.

Elle ne bougerait pas d'ici, de toute manière. Elle n'avait nulle part où aller quoi qu'il en soit. Et là, elle avait besoin d'être seule avec elle-même. Le temps de savoir où elle allait, t de rassembler ses pensées.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rebellion
Messages : 4118
Date d'inscription : 15/01/2014

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   Mer 3 Juin - 20:22


Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage
L

es motivations d'Emma n'avaient, au fond, que très peu d'importance pour Nathaniel, du moins tant qu'elles n'étaient pas susceptibles de lui nuire à long-terme, et tant qu'elles avaient pour résultat de ranger l'ancienne gardienne de l'île des soupirs de son côté. Il ne pensait pas avoir de soucis à se faire, de ce point de vue-là. Il connaissait bien Emma, quand bien même il ne savait pas tout d'elle. Il la connaissait depuis très longtemps, et bien avant de se retrouver prisonnier quand elle-même était promue directrice de prison, un titre bien plus punitif que véritablement honorifique, quoiqu'Edgar ait voulu lui faire penser (en vain, le fugitif n'en doutait pas). Non, ses motivations n'étaient pas la question, puisque la connaissant, il pensait les connaître. Et il devinait très bien en quoi, en tous cas, son interlocutrice voulait retrouver le royaume du bout de l'océan, où elle avait eu le loisir de passer un certain temps. Et donc, l'occasion de se lier à d'autres, comme Nathaniel avait pu le faire mais avec, sans nul doute, bien plus de sincérité que lui-même. Leur voyage du lendemain lui permettrait d'en juger pleinement, quoi qu'il en soit, comme une épreuve des flammes, qui testerait autant la loyauté d'Emma que la vigueur de son implication, mais la sachant droite, et clairement plus honnête que ce qu'il était capable d'être (bon, en même temps, autant le reconnaître, ce n'était pas bien difficile en ce qui le concernait). La preuve, elle ne prétendait pas le rejoindre pour le rejoindre, comme elle aurait pourtant pu le faire afin de s'épargner ses foudres, elle se montrait tout à fait claire. Elle ne le faisait pas pour lui, mais peu importe. Combien d'autres, après tout, agissaient contre Edgar plus que pour lui... Anthony était tout aussi réticent qu'Emma pouvait l'être. Bref, tous ceux qui avaient eu le loisir de le connaître avant ses dix-neuf années d'emprisonnement, et qui ne pouvaient par conséquent pas se laisser abuser si facilement... Peu importe s'il y trouvait son compte, et pour le moment, il n'avait vraiment pas à se plaindre, bien au contraire. Les choses avançaient, et avançaient bien. Avec le soutien d'Emma, elles pourraient sans doute progresser plus rapidement encore.

Le rendez-vous était donc prit. Et ils ne traineraient pas. Il ne le fallait pas. Il avait ri de Thanil quand ce dernier avait fait remarquer que ce passage ne demeurerait pas ouvert indépendamment de qui que ce soit, sans que quelqu'un d'extérieur à son projet ne finisse par mettre son grain de sel. Il n'avait pas tout le temps qu'il voulait devant lui, il allait falloir faire vite. D'un autre côté, ça l'arrangeait, il n'avait pas la moindre intention de laisser les choses durer mille ans, il avait déjà trop attendu, derrière ces barreaux, à présent, il voulait la tête d'Edgar sur un plateau, et sa couronne sur sa propre tête, ce moment n'arriverait jamais assez tôt. Bref, le lendemain, ici, au coucher du soleil, ce serait parfait. En effet, les autres devaient l'attendre.

-À demain.
répondit-il tout simplement, avant de tourner les talons.

Cette conversation s'arrêtait là. Mais elle se poursuivrait bien assez tôt.







code by Mandy

_________________


Will you join in our crusade? Do you hear the people sing?
Say, do you hear the distant drums?
It is the future that we bring when tomorrow comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]
» [FLASH-BACK] Quand l'oiseau sort de son nid... /PV Alberto Falcone/
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]
» Quand l'oiseau tombe chez le bétail
» Quand la potion est tirée, il faut la boire... {Oly'}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feerie Tales :: L'île des soupirs :: Le château de l'île :: Les cellules-